En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Une grosse partie des revenus de l'Etat islamique viendrait du pétrole syrien mais pas seulement.
Lord of War
Pour comprendre d’où vient l’argent de l’Etat islamique (et le frapper au portefeuille)
Publié le 19 novembre 2015
L'Etat islamique dispose de revenus importants qui proviennent de son territoire et d'activités de contrebande et qui lui permettent d'être aussi puissant. Ses ennemis commencent d'ailleurs a bombarder les camions citernes de l'organisation.
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Brisard est spécialiste du terrorisme et ancien enquêteur en chef pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Jean-Charles Brisard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Brisard est spécialiste du terrorisme et ancien enquêteur en chef pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001.
Voir la bio
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat islamique dispose de revenus importants qui proviennent de son territoire et d'activités de contrebande et qui lui permettent d'être aussi puissant. Ses ennemis commencent d'ailleurs a bombarder les camions citernes de l'organisation.

Atlantico : L'Etat islamique dispose de plusieurs milliards de dollars qui lui permettent de financer ses activités terroristes. Une grosse partie de ses revenus viendrait du pétrole syrien mais pas seulement. D'où provient tout cet argent ? Quels sont les principales activités rapportant de l'argent à l'Etat islamique ?

Jean-Charles Brisard : L'essentiel des revenus de l'Etat islamique provient des ressources naturelles à sa disposition grâce à son assise territoriale en Syrie et en Irak. Il s'agit du pétrole, du gaz naturel, de phosphates, l'orge et le blé ainsi que le coton. Tout ceci représente plus de 60% des revenus de l'organisation. L'Etat islamique tire également des revenus sur des activités criminelles telles que l'extorsion, les taxes et les confiscations imposées à la population locale. Aujourd'hui ces activités représentent pour près de 30% du total. L'organisation génère également des revenus à partir de rançons touchées après une prise d'otage et divers trafics.

A quoi sert tout cet argent ?

Jean-Charles Brisard : L'essentiel des revenus générés à hauteur de 3 milliards de dollars par an sert surtout à assurer les services minimaux dans les provinces : les services sociaux, les sanitaires, etc. Ils servent à assurer un certain niveau de vie à la population sous son contrôle. On connaît le budget de la province avant qu'il soit pris par l'Etat islamique. Il y a les salaires également. Nous connaissons les montants et nous savons qu'ils ont baissé en raison de l'action de la communauté internationale.

Outre le pétrole, qu'est-ce qui est fait par la coalition pour endiguer ces sources de revenus ? Est-ce efficace, et que faudrait-il faire encore ?

>>> Lire aussi - Et à part ensevelir Raqqa sous un tapis de bombes ? Cinq autres moyens d’abattre l’Etat Islamique

Jean-Bernard Pinatel : Il faut distinguer le financement extérieur du financement intérieur à la zone contrôlée par Daesh et sa périphérie. Venant de l’extérieur les financements proviennent de donations volontaires ou d’impôt révolutionnaire et transitent par l’Arabie Saoudite qui est devenue la plus grande lessiveuse de l’argent sale du Monde au travers des banques islamiques dont le fonctionnement est totalement opaque. Au Nord, la Turquie, membre de l’OTAN, a laissé sa frontière ouverte à Daesh qui, en toute tranquillité, exporte son pétrole et les biens de ses trafics, se ravitaille librement sur le sol Turc en armes et munitions et y soigne ses blessés. De plus la Turquie est la porte grande ouverte par où les renforts humains de Daesh arrivent ou par laquelle les terroristes s’exportent, dissimulés dans les flots de migrants dont Erdogan organise peu ou prou l’exportation. Les conditions politiques ne sont donc pas réunies pour un succès militaire rapide tant que les Etats-Unis ne mettront pas un terme à leur double jeu. Il faut donc faire pression sur eux car ils sont les seuls à pouvoir tordre le bras à la Turquie et à  l’Arabie Saoudite.

Concernant le pétrole, que fait actuellement la coalition pour lutter contre les exportations de l'EI ? Quelles autres actions faudrait-il mener pour "couper le robinet" ?

Jean-Charles Brisard : Aujourd'hui la stratégie de la coalition est de dégrader les capacités de l'Etat islamique en frappant les moyens de transport, de stockage et de raffinage du pétrole par des frappes aériennes. La coalition ne frappe pas les puits de pétrole eux-mêmes parce qu'elle estime que cela pénaliserait la population. La seule manière de réduire son financement est de réduire son emprise territoriale. L'essentiel est de faire reculer l'Etat islamique. Il y a d'autres moyens aujourd'hui. Les sanctions internationales de l'ONU telles que le gel des fonds sont totalement inapplicables concernant cette organisation qui ne dispose pas de flux financiers et de comptes bancaires. Il faut repenser le modèle de sanction pour limiter le financement pour aller vers un modèle d'embargo tel qu'appliqué dans les années 90 en Angola contre l'UNITA. Ils avaient également pris le contrôle de puits de pétrole dont la vente leur permettait de se financer.

Jean-Bernard Pinatel : La coalition ne faisait pas grand-chose jusqu’à présent. Pour la première fois, le 14 novembre 2015, la coalition anti-jihadistes conduite par les Etats-Unis  a annoncé avoir détruit 116 camions citernes utilisés par le groupe Daesh. Début 2015 d’après les informations que m’ont fournies des sources irakiennes, 400 camions citernes de 30 m3 franchissaient quotidiennement  la frontière turco-syrienne et irakienne.

Pour plus de détail sur la stratégie pour toucher le "Califat" au portefeuille et autres moyens pour le combattre voir ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
02.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Ces deux personnalités que testent Renault et Bercy pour succéder à Carlos Ghosn même s’il n’est officiellement question de rien
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes
07.
Mais pourquoi les Danois ou les Néerlandais parlent-ils mieux anglais que nous ? Indice : la réponse se trouve dans la télévision
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
04.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
05.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
06.
Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Les Républicains ont-ils un autre choix pour survivre que d’aller au bout de la logique de rupture avec le “cercle de la raison” ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires