En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Helmut Schmidt, ancien Chancelier allemand, est décédé ce mardi 10 novembre.
Vieux dicton
"Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain" : 40 ans après, quel bilan réel pour le théorème d’Helmut Schmidt en Allemagne
Publié le 13 novembre 2015
Helmut Schmidt, ancien Chancelier allemand, est décédé ce mardi 10 novembre. Ce dirigeant politique social-démocrate a donné son nom à ce qui est aujourd’hui appelé le "théorème de Schmidt" : "Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain."
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Helmut Schmidt, ancien Chancelier allemand, est décédé ce mardi 10 novembre. Ce dirigeant politique social-démocrate a donné son nom à ce qui est aujourd’hui appelé le "théorème de Schmidt" : "Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain."

Le 3 novembre 1974, le chancelier social-démocrate Helmut Schmidt prononçait une phrase devenue culte : "Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain.". Depuis, cette phrase a été érigée au rang de théorème sur le terrain politique, car sur le terrain économique, quelques doutes subsistent.

Et il suffit de prendre l’exemple de l’Allemagne contemporaine pour s’en apercevoir. En effet, entre 1999 et 2006, l’Allemagne fait le choix de la modération salariale afin de privilégier les marges et les profits des entreprises. Le premier pilier du théorème. Et cette politique va atteindre son but aussi rapidement qu’efficacement :

Part des profits des entreprises dans le revenu national. Allemagne. En % du revenu national brut

Et ce transfert de richesse s’est bien effectué en provenance des revenus salariés.

Part des revenus salariés dans le revenu national brut. En %.

Ici, aucune surprise. Tout se déroule comme prévu. Les salaires ne progressent plus, par contre les marges décollent. Il s’agit maintenant de vérifier la réalité de la suite du théorème en observant si ces nouveaux profits ont permis de financer les investissements des entreprises allemandes. Et là, c’est une petite déception, parce que les investissements ont bien chuté tout au long de cette période de modération salariale. 

Investissements. En % de PIB. Allemagne. Source Destatis

Pourquoi ? Parce que si les entreprises industrielles allemandes ont bénéficié à plein de la modération salariale, elles ont décidé d’investir ailleurs qu’en Allemagne. Plus rentable. Ainsi, puisque les profits des entreprises constituent une part de l’épargne nationale, les efforts consentis par les salariés allemands ont finalement servi à financer les déficits commerciaux d’autres Etats. (Espagne, Portugal , Grèce etc…). Ce qui explique en partie la chute des investissements en Allemagne. Les investissements de "demain" ont donc bien eu lieu, mais plutôt ailleurs qu’en Allemagne. Cette situation perdure aujourd’hui puisqu’en 2014, la part de l’investissement dans le PIB allemand atteint 19.31%, pas plus élevée qu’elle ne l’était en 2006.

Enfin, le principal ; les emplois d’après-demain. Et là, force est de constater que le pays a été créateur d’emplois depuis 2006, soit plus de 2.3 millions. Et ce malgré la chute des investissements. Le théorème pourrait donc bien se justifier de lui-même. Pourtant, le détail des emplois crées dans le pays depuis cette date laisse peu de place au doute :

L’industrie manufacturière allemande n’a été à la source que de 9% des créations d’emplois depuis 2006. Alors que le secteur des services y a contribué à hauteur de 85%. Ce qui signifie que le grand secteur de l’exportation, qui a été la cible prioritaire de la politique allemande du début des années 2000, n’a pas réellement suivi le théorème d’Helmut Schmidt. Non pas que les entreprises en soient coupables, mais simplement pour se défaire d’une idée toute faite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Angela Merkel prise de tremblements en pleine cérémonie officielle à Berlin
07.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
04.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 11/11/2015 - 10:48
1974
C'est la date qui est importante : 1974 ! Helmut Schmidt résumait brillamment la philosophie qui venait de faire le succès des ''Trente Glorieuses''. C'est exactement à ce moment que sont arrivés Reagan et Thatcher : la revanche de l'oligarchie : tous les bénéfices sont devenus des dividendes pour les actionnaires ! Quarante ans plus tard, quelques milliers de milliardaires possèdent plus de la moité des richesses sur cette planète ! Mais la révolte gronde !