En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Rond-de-cuir
La grande hypocrisie d’Emmanuel Macron (et de Marylise Lebranchu) sur la question de la rémunération au mérite des fonctionnaires
Publié le 13 novembre 2015
Le ministre de l'Economie s'est dit favorable le 10 novembre sur Europe 1 à "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires, tout en précisant que la performance des employés du secteur public ne pouvait être mesurée comme dans le privé. Une idée approuvée par la ministre de la Fonction publique, Marilyse Lebranchu.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Economie s'est dit favorable le 10 novembre sur Europe 1 à "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires, tout en précisant que la performance des employés du secteur public ne pouvait être mesurée comme dans le privé. Une idée approuvée par la ministre de la Fonction publique, Marilyse Lebranchu.

Atlantico : Tous les métiers de la fonction publique ne relèvent pas forcément de l'intérêt général, et la performance peut aussi passer par une bonne gestion des comptes publics par exemple. Existe-t-il une certaine hypocrisie de la part du gouvernement à considérer que l'intérêt général implique une évaluation différente pour les fonctionnaires ?

Eric Verhaeghe : Avant même d'être hypocrite, c'est surtout très éloigné de la Constitution, et singulièrement de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Son article 15 prévoit en effet que la "Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration". Le principe de l'évaluation des fonctionnaires par les citoyens est donc aussi vieux que la démocratie en France. Dans l'esprit des révolutionnaires, évaluer les fonctionnaires, leur demander des comptes, fait partie du droit naturel des citoyens. Il est assez curieux de voir un gouvernement tortiller autant pour accéder à un droit constitutionnel. Les marges de progrès de l'administration en la matière sont pourtant considérables. Il suffit de prendre l'exemple des enseignants, qui représentent le principal budget de l'Etat et dont personne ne contrôle véritablement la performance. Alors que chaque parent d'élève devrait pouvoir demander des comptes aux enseignants à qui il confie son enfant, ce droit est non seulement ignoré mais lamentablement foulé aux pieds par la corporation, qui se considère comme "prolétarisée" chaque fois qu'il s'agit de rencontrer les parents.

Sur la question de la rémunération au mérite, Emmanuel Macron et Marilyse Lebranchu estiment que l'intérêt général implique une évaluation différente. Mais peut-on dire que tous les métiers de la fonction publique rélèvent de l'intérêt général ?

Eric Verhaeghe : Je ne sais pas exactement ce que signifie "relever de l'intérêt général". Par exemple, une infirmière peut être considérée comme exerçant un métier qui relève de l'intérêt général. Mais on ne voit pas bien pourquoi elle ne pourrait pas être évaluée à ce titre et de la même façon qu'une infirmière d'un hôpital privé. On maintient ici la confusion absurde selon laquelle l'intérêt général est le monopole des fonctionnaires. Mais c'est faux ! je prends l'exemple des infirmières, mais je pourrais là encore prendre l'exemple des enseignants. Il faut nous prouver en quoi un enseignant dans une école maternelle hors contrat de Seine-Saint-Denis (et il y en a énormément...), c'est-à-dire un enseignant du secteur privé pur, participe moins à l'intérêt général qu'un enseignant du service public dans le cinquième arrondissement. Pourtant, tout le monde trouve normal qu'un enseignant d'une école hors contrat soit évalué, alors qu'il participe bien à l'intérêt général. Pourquoi un enseignant public ne pourrait-il pas l'être ?

Agnès Verdier-Molinié : Avec cette question, on revient sur la problématique plus large qui est celle du statut de la fonction publique. Les agents travaillent au service des citoyens et, l’idée la plus répandue en France est que, si ces agents sont embauchés sous statut, la qualité de leur service est meilleure. En réalité, rien ne le prouve et au contraire, tous les pays abandonnent petit à petit les statuts à vie pour des contrats. Pourrait-on dire aujourd'hui qu'un professeur d'une école privée est par définition, parce qu’il n’est pas embauché sous statut, moins bon qu'un professeur du public ? D’ailleurs, la particularité des pays qui ont mis en place une rémunération liée à la performance est que l’emploi à vie n’y existe généralement plus ou uniquement pour les missions régaliennes et les agents y sont embauchés dans les mêmes conditions que les salariés du privé.

Emmanuel Macron et Marilyse Lebranchu font un lien entre performance et finance mais la performance peut-elle s'évaluer autrement ? Par la bonne gestion par exemple (délai pour retranscription des textes, etc...)

Eric Verhaeghe : Le débouché naturel de tout processus d'évaluation est d'améliorer la carrière des plus performants et de pénaliser les moins productifs. Le lien entre performance et finance se situe là. A terme, et pour reprendre l'exemple de la commune qui sanctionne les moins performants, l'idée est bien de mieux payer les fonctionnaires qui travaillent, et de diminuer le salaire de ceux qui ne travaillent pas. Il est amusant de voir les ministres debout sur la pédale de frein quand on aborde le sujet. Intuitivement, on comprend pourquoi. Pour évaluer les fonctionnaires, il faut être deux: un fonctionnaire évalué, et un fonctionnaire qui évalue. L'évaluateur, s'il veut bien faire son travail, devient vite impopulaire, puisqu'il émet des jugements qui pénalisent les moins bons. L'expérience montre que les "managers" publics détestent l'impopularité et se satisfont très bien d'un grand système soviétique où l'uniformité est la règle: tout le monde est beau et gentil, et tout le monde doit gagner autant. C'est à la fois démagogique et confortable.

Agnès Verdier-Molinié : Évaluer la performance d’un agent public est tout à fait possible. Et parfois même plus facile qu’on ne le croit car les bons éléments sont souvent déjà connus notamment dans les écoles ou les hôpitaux. L’évaluation de la performance repose sur des critères identifiés comme l’engagement des agents, la qualité de leur travail mais aussi leur présentéisme. Aujourd’hui, rien de tout cela n’est réellement évalué et on se retrouve avec 34 jours d’absence par agent et par an en région Nord-Pas-de-Calais ou 39 jours à Montpellier... Introduire une dose de rémunération au mérite est un pas en avant mais c’est tout le management de la fonction publique qu’il faut revoir pour le moderniser et le rendre plus efficient. Le risque avec les primes soi-disant au mérite est qu’elles soient accordées assez rapidement à tous comme le sont les primes de la fonction publique d’État.

Quels pourraient être les critères de mesure de la performance dans la fonction publique ?

Eric Verhaeghe : Ils sont évidemment très nombreux, mais certains sont incontournables. Le respect des horaires paraît un minimum. Les fonctionnaires qui ne font pas 35 heures par semaine devraient être durement sanctionnés. Mais d'autres critères essentiels doivent être pris en compte : la disponibilité pour le public par exemple, la qualité de service, l'absentéisme au sens large. Si l'on regarde les gros bataillons de fonctionnaires, des critères spécifiques existent. Les enseignants, qui constituent le gros de la troupe, peuvent être assez facilement évalués sur leurs résultats. Une réforme menée à Boston en a montré l'exemple, avec une prise en compte de la participation à la réussite des élèves, quel que soit leur niveau de base. Les moins bons enseignants sont licenciés, soit 10% annuellement. Ce système est extrême, mais il a le mérite de motiver les personnels concernés. Des procédés similaires pourraient être utilisés en France, en contrepartie d'une revalorisation substantielle des salaires. La méthode permettrait d'éliminer le lot d'enseignants dépressifs ou toxiques pour les élèves aujourd'hui.

Agnès Verdier-Molinié : Beaucoup d’États ont déjà mis en place des évaluations pour lier la performance des agents publics avec leurs rémunérations, cela fait même partie des recommandations de l’OCDE. On peut compter la Suède qui, au début des années 1990 a complètement réformé sa fonction publique, supprimant avec l’appui des syndicats l’emploi à vie et instaurant des salaires liés à la performance. Le salaire lié à la performance a également été mis en place au Royaume-Uni notamment pour les enseignants : depuis 2015, les rémunérations minimale et maximale sont toujours fixées par une grille établie par le gouvernement mais la progression sur cette grille se fait en fonction de la politique établie par l'établissement scolaire, sur la performance (évaluation, évolution des notes des élèves, implication dans la vie administratif de l’établissement, suivi personnalisé des élèves, aides aux devoirs, etc). Cette politique d’évaluation à la performance des agents est également en place en Norvège, en Finlande ou plus loin au Japon, en Australie et aux États-Unis. Le principe est le même partout : des objectifs à atteindre sont fixés sur une période limitée (ou sur la durée du contrat de travail de l’agent) et un suivi annuel est assuré en parallèle.

Y a-t-il d'autres exemples dans d'autres pays (européens ou autres) ?

Eric Verhaeghe : Les exemples ne manquent pas, mais ce qu'il faut trouver, ce sont les exemples qui marchent. Ils ne sont pas forcément légion. Certains pays ont tenté des réformes dans la foulée de l'école dite du New Public Management, qui a beaucoup incité à des privatisations. Les échecs ont été plus nombreux que les réussites. Parmi celles-ci, le consensus s'établit sur les bienfaits des réformes au Canada et en Nouvelle-Zélande. Celles-ci ont reposé sur des diminutions importantes d'effectifs et sur une dynamisation des compétences. En France, une réforme préalable s'imposera: la privatisation massive d'activités aujourd'hui assumées sans raison par l'Etat. Pourquoi faut-il accorder un statut de fonctionnaires à des personnels hospitaliers ou soignants? à des personnels enseignants? Dans un deuxième temps, il faut simplifier l'organisation publique: les préfectures, par exemple, emploient des légions de fonctionnaires peu productifs qui font doublon avec d'autres fonctionnaires. Tout ceci n'a plus de sens. La priorité est ici d'élaguer avant d'évaluer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 12/11/2015 - 06:55
SOEUR ANNE, NE VOYEZ-VOUS RIEN VENIR?
Vous ne voyez pas la manoeuvre? Comme cela fait déjà un certain temps que la valeur du point d'indice est bloquée, on a commencé par revaloriser discrètement les catégories B et C. Pour la catégorie A, pendant le même temps, on a augmenté les primes qui représentent désormais selon la Cour des comptes 30% des rémunérations de base (assez confortable, n'est-ce- pas?). Mais comme la fonction publique n'est jamais satisfaite, comme elle a réussi une sorte de putsch rampant en prenant le contrôle de Gouvernement et du Parlement, son appétit glouton se tourne maintenant vers une prise en compte du mérite, Ce qui fait sourire quand on pense qu'il existe des primes de "présentéisme" pour remercier le fonctionnaire de se présenter tout simplement à son poste. Non, en fait toutes ces grandes manoeuvres sont pour l'essentiel des leurres qui ne visent qu'à préparer l'opinion à une revalorisation du point d'indice qu'en parfaite démagogie on va rendre effective juste avant l'élection présidentielle de 2017. La France a un gros problème avec sa fonction publique et il persistera tant que les 75% de Français qui la financent ne se mettront pas un jour en tête de la remettre à sa juste place.
essentimo
- 12/11/2015 - 05:57
Il faudrait sans doute
aligner déjà le code du travail fonctionnaire à celui du privé en ce qui concerne les retraites, les jours de carence, les jours d'absence et fériés, etc...
jmpbea
- 11/11/2015 - 20:05
Avant de parler d'un sujet tabou
Dont on sait bien que rien ne le fera changer...il faudrait qu'ils travaillent réellement pendant le nombre d'heures prévu ....cela est contrôlable...il faudrait revoir l'affaire des jours de carence qui sont une évidence compte tenu de l'expérience deja réalisée...on nous enfume encore en voulant nous faire croire à des réformes dont le gouvernement parle beaucoup mais n'entame pas la réalisation...