En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Facebook est valorisé à 300 milliards en bourse.
Record
300 milliards de valorisation pour Facebook : pourquoi il ne faut pas se préoccuper de la rationalité des investissements dans les licornes et autres géants du web
Publié le 09 novembre 2015
Selon CBinsight, le phénomène des "Licornes", ces entreprises privées qui atteignent rapidement le milliard de valorisation sans être cotées en bourse, se serait brusquement accéléré depuis 2013. Pourtant, les bulles qu'elles peuvent constituer s'expliquent par les logiques de marché, et elles mettent principalement en danger leurs investisseurs...
Aswath Damodaran est Professeur de Finances à la Stern School of Business à New York. Il y enseigne le Finance d'entreprise et leur valorisation comptable. Il tient également un blog ici.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aswath Damodaran
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aswath Damodaran est Professeur de Finances à la Stern School of Business à New York. Il y enseigne le Finance d'entreprise et leur valorisation comptable. Il tient également un blog ici.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon CBinsight, le phénomène des "Licornes", ces entreprises privées qui atteignent rapidement le milliard de valorisation sans être cotées en bourse, se serait brusquement accéléré depuis 2013. Pourtant, les bulles qu'elles peuvent constituer s'expliquent par les logiques de marché, et elles mettent principalement en danger leurs investisseurs...

Atlantico : 15 années après l'éclatement de la bulle des technologies, un nouvel épisode de "bulle" se forme autour des "licornes". Comment expliquer ce type de phénomène, pourtant souvent perçu comme étant totalement irrationnel ?

Aswath Damodaran : C’est dans la nature des marchés de voir des tiers (investisseurs, entrepreneurs, banquiers, journalistes) devenir excessivement optimistes quant au potentiel d’une entreprise, et par conséquent, quant à son prix. Mais si l’on peut considérer cette situation comme étant irrationnelle et mauvaise, je pense pour ma part qu’elle est naturelle et bonne. A travers les âges, les êtres humains ont toujours aspiré à autre chose que ce que la sagesse leur dictait, c'est-à-dire ce qui était faisable. Chaque grande avancée de l’histoire vient d’une personne qui a tenté ce que les personnes rationnelles pensaient impossible. Si nous avons le choix entre un monde dirigé par des actuaires (des personnes parfaitement rationnelles qui travaillent avec des chiffres) et un monde  dirigé par des investisseurs et des entrepreneurs  excessivement optimistes, je choisirais le second. L’idée de base est : arrêtons de nous plaindre des bulles et des investisseurs cupides et acceptons-les dans le cadre du marché. Chaque bulle laisse de la douleur derrière elle quand elle éclate, mais elle modifie également la façon dont nous pensons et vivons les choses. La bulle des technologies, et son éclatement, a peut-être appauvri de nombreux investisseurs (qui s’étaient d’abord enrichis), mais elle a également changé la façon dont nous vivons nos vies.

Quels sont les éléments permettant de rationaliser ce phénomène actuel autour des licornes ? 

Par licorne, je suppose que vous parlez des entreprises privées qui ont une valeur de marché supérieure à un milliard. Les raisons pour lesquelles il y en a tant, en particulier dans le domaine des technologies, sans y être limité, est double. La première est qu'il est aujourd’hui plus facile de lever des capitaux pour les entreprises du marché privé (hors bourse). Plutôt que de dépendre uniquement de capital-risqueurs, il y a maintenant une part de marché détenue par les investisseurs institutionnels et les fonds de pension, qui sont devenus des acteurs de ce marché. Par conséquent, une entreprise comme Uber peut mobiliser des milliards dans ce marché des capitaux privés, ce qui réduit la nécessité de rendre la société publique (c’est-à-dire une entreprise cotée sur les marchés financiers). Je prédis que nous verrons de plus en plus d’entreprises du marché privé continuer de rester privées (et échapper ainsi à la surveillance constante qui pèse sur celles qui deviennent publiques) parce que les coûts d’une entreprise du marché privé ont baissé, alors que les coûts d’une entreprise cotée (divulgation) ont augmenté.

Quelles sont les limites de ce phénomène ? Quels sont les facteurs qui pourraient faire "dérailler" cette flambée actuelle ?

Comme tout autre phénomène exagéré, il y aura une correction. Mais pour dérailler dans quel sens ? Ce n’est ni le travail du gouvernement, ni des journalistes, ni des régulateurs de pointer du doigt les investisseurs, parce qu’ils ne mettent pas leur peau en jeu. Donc, mon conseil à ces "non-joueurs" est qu'ils cessent de prêcher et de pontifier et qu’ils en reviennent à leur fonction. Laissons les jouer, comme cela a déjà eu lieu cent fois auparavant, et quand la correction viendra, il faudra se retenir de l'envie de dire: "Je vous l'avais bien dit" ou d'adopter des lois pour empêcher les bulles ou pire encore, en intervenant et en tentant de protéger les investisseurs de leurs erreurs.

 

Peut-on considérer que l'afflux de capitaux allant vers ces sociétés prive les autres entreprises, a priori plus "normales" et moins attirantes ?

Les entreprises normales ont accès à plus de liquidités que nécessaire. En fait, les entreprises plus "normales" devraient être coupées de cette machine à cash. Car elles gaspillent de l'argent, je pense à ces entreprises du "statu quo" qui cherchent à donner une vie confortable à leurs dirigeants (qui ne savent pas gérer), un chèque à leurs employés (qui sont souvent improductifs et surpayés) et un flux garanti de rentrées fiscales aux gouvernements, tout cela pour des produits et services pour lesquels leurs clients ne sont pas satisfaits, ceci contre l’intérêt de leurs actionnaires. En fait, en France, les universitaires, les dirigeants et les consultants poussent l'idée absurde de la "maximisation de la richesse des parties prenantes"(salariés, dirigeants etc..), où le travail des entreprises consiste à contenter tout le monde (et donc personne). Plus vite le capital abandonnera ces entreprises et ira là où il aura une meilleure utilité, mieux nous nous porterons.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OlivierRiviere
- 09/11/2015 - 16:49
We are not impressed ...
Belle vision ultralibérale du monde ....Est-il permis de ne pas être impressionné par les raisonnements de ce monsieur sans passer pour un néo-communiste (presque) aussi rétrograde que lui?