En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Maillons faibles
La France pourrait-elle faire face à la faillite de ses banques ?
Publié le 10 décembre 2011
Après l'euro, les banques : la spirale infernale de la perte des triple A ! Plusieurs agences de notations ont dégradé -ou menacé de le faire- les notes d'un certain nombre de grandes banques européennes. Une nouvelle profondément inquiétante dans la mesure où les bilans des grandes banques françaises dépassent de très loin le PIB du pays...
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'euro, les banques : la spirale infernale de la perte des triple A ! Plusieurs agences de notations ont dégradé -ou menacé de le faire- les notes d'un certain nombre de grandes banques européennes. Une nouvelle profondément inquiétante dans la mesure où les bilans des grandes banques françaises dépassent de très loin le PIB du pays...

Atlantico : La faillite du système bancaire islandais a entraîné dans sa chute le pays tout entier. En cause notamment, la taille du bilan des banques islandaises plus de 10 fois supérieure au PIB du pays. L'économie française est-elle de taille à faire face au scénario de la faillite de l'une de ses banques ?

Philippe Herlin : C’est un scénario qu’on ne peut évidemment pas écarter même si la structure et la taille de l'économie française et de ses banques ne permettent pas de dresser une comparaison avec l'Islande. Si une banque tombait en faillite, elle serait nationalisée automatiquement par l’État pour que puissent perdurer les opérations bancaires courantes. Il n’est donc pas concevable que la Société Générale, le Crédit Agricole ou la BNP disparaissent du jour au lendemain. Cela aurait une répercussion terrifiante sur l’économie qui provoquerait des milliers de faillites d’entreprises.

Cela s’est déjà produit en Argentine en 2001. Bien que l’État ait cherché à rassurer en nationalisant les banques, les gens se sont rués dans leur banque pour retirer leurs économies, et les mettre ailleurs. Les rideaux de fer se sont alors baissés de façon à stopper l’hémorragie. Les comptes épargnes des argentins ont été bloqués, laissant seulement aux clients des banques un accès limité à leur compte courant. Enfin, le peso a été déconnecté du dollar, et s’est écroulé. Ce qui a provoqué une large vague d’inflation. Quand les gens ont pu réaccéder à leur compte épargne, il avait largement perdu de sa valeur.

Toute faillite bancaire ou ruine d’un État, se traduit par la ruine de la classe moyenne. Les épargnants sont lessivés, les très riches ont l’information en amont, et mettent généralement leur argent à l’étranger.

Aux États-Unis, si les dirigeants nationalisent une banque en cas de faillite, libres à eux de faire tourner la "planche à billets", de façon à rembourser les gens qui veulent retirer leur épargne. Le gouvernement français, lui, ne peut pas faire tourner "la planche à billets", sachant que tout se fait aujourd’hui au niveau de la BCE. Une crise de liquidité, à la fois des banques et de l’État, est vraisemblable.

Les 17 membres de l’Union européenne devraient alors s’accorder sur la possibilité pour la BCE d’intervenir. C’est une situation qui risque d’arriver en Grèce. Les Grecs retirent leur argent progressivement pour le placer à l’étranger. Les banques grecques se trouvent à cours de liquidité, ils doivent trouver 30 milliards. On n’est pas loin d’une faillite d’une banque grecque qui pourrait provoquer un effet domino. 

Les banques ont du mal à se refinancer sur les marchés financiers. Comment assurer leur recapitalisation ?

Les banques françaises sont déjà en train de vendre des actifs pour récupérer du cash, et diminuer la taille de leur bilan. Est-ce que cela sera suffisant ? Il faut savoir que le bilan de la BNP représente 2 000 milliards d’euros, soit autant que le PIB de la France…

Le scénario islandais d'un défaut quasi complet des banques du pays sans aucun remboursement de créances serait-il transposable en France ? 

Je ne pense pas. La plupart des dettes qu’avaient les banques islandaises portaient sur des épargnants anglais et hollandais. Ce sont des banques qui avaient développé des filiales dans ces pays-là, et qui avaient promis des taux d’intérêts très intéressants pour aguicher les épargnants. Lorsqu’elles se sont retrouvées en faillite, l'Etat islandais et les rares survivants du système bancaire du pays ont refusé de rembourser ces épargnants qui étaient à l'extérieur du pays.

Les dirigeants hollandais et anglais ont alors décidé de compenser eux-mêmes la perte des épargnants pour qu’ils ne soient pas ruinés. Ensuite, ils se sont retournés contre la capitale islandaise (Reykjavik), qui leur a finalement dit non. C’est à cette occasion-là qu’ils ont fait deux référendums, qui à chaque fois ont eu pour résultats un « non » massif.

On ne peut pas étendre cela aux autres pays européens. Déjà les volumes de dette sont plus importants, et puis il faut savoir que les deux tiers de notre dette sont détenus par des non-résidents. Si l’on fait défaut, on ne peut pas dire à ces deux tiers-là, « Débrouillez-vous, on ne veut rien entendre». Agir de la sorte, ce serait mettre en faillite de nombreuses banques européennes, des fonds d’investisseurs étrangers. Il y aura aussi des mesures de rétorsion commerciale à notre encontre, ce n’est pas possible.

Cela dit, faire face à la faillite d'une banque française est une chose, faire face à un scénario à l'islandaise d'effondrement simultané de l'ensemble du secteur financier du pays en serait une autre...

Propos recueillis par Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
shaolin
- 11/12/2011 - 16:56
Une fois de plus le titre de l'article est très provocateur....
L'accroche , l'accroche il n'y a que ça de vrai pour les médias !!
Le contenu de l'article n'a aucune importance.....l'internaute a déjà cliqué et le compteur a tourné !!
sobecq
- 11/12/2011 - 08:50
et si et si
ma tante en avait on l'appellerait mon oncle. ce qu'il faut pour le pays c'est des entreprises et des gens qui se lèvent le matin pour aller bosser. 600 milliards c'est le montant des aides aux ménages en france
PHILIPPEHERLIN
- 10/12/2011 - 18:35
@Demystificateur
La bourse monte parce qu'elle croit à la monétisation (espoir déçu) et que face au précipice, les Etats vont trouver des combines (FESF, MES) pour repousser l'échéance. Le marché interbancaire est à l'arrêt, les banques se financent auprès de la BCE, vous appelez ça une bonne nouvelle ??? La Société Générale est passée de 170 (avant la crise de 2008) à 17. Elle remonte à 19, nous sommes sauvés!!!