En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 14 min 25 sec
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 5 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 19 heures 33 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 21 heures 28 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 35 min 51 sec
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 2 heures 14 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 3 heures 43 sec
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 19 heures 47 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 20 heures 57 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 22 heures 7 min
© REUTERS/Sharif Karim
La Syrie est un pays historiquement composé de plusieurs groupes ethno-religieux - Sunnites, Alaouites, Chrétiens et Druzes.
© REUTERS/Sharif Karim
La Syrie est un pays historiquement composé de plusieurs groupes ethno-religieux - Sunnites, Alaouites, Chrétiens et Druzes.
Desiderata

Et pendant que le monde se penche sur leur cas, les Syriens, eux, ils veulent quoi (pas forcément ce que vous croyez…) ?

Publié le 30 octobre 2015
Alors que le monde entier s'affronte à propos de son présent et de son avenir, le peuple syrien semble exclu du débat. Point de situation sur la composition de la population syrienne et des tendances d'opinion qui la traversent.
Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et de sciences-politiques. Docteur en histoire contemporaine,  spécialiste de la Syrie et des minorités, il est chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours). Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Pichon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et de sciences-politiques. Docteur en histoire contemporaine,  spécialiste de la Syrie et des minorités, il est chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours). Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le monde entier s'affronte à propos de son présent et de son avenir, le peuple syrien semble exclu du débat. Point de situation sur la composition de la population syrienne et des tendances d'opinion qui la traversent.

Atlantico : La Syrie est un pays historiquement composé de plusieurs groupes ethno-religieux - Sunnites, Alaouites, Chrétiens et Druzes. Après quatre ans de guerre, comment a évolué cette composition de la société syrienne et comment se répartie-t-elle sur le territoire ?

Frédéric Pichon : La guerre a amené à des transferts de population très importants. La Syrie est le pays qui compte le plus de déplacés dans le monde : environ la moitié de sa population, aussi bien à l'intérieur des frontières du pays qu'à l'extérieur. L'essentiel des gens qui ont été déplacés sont des sunnites. Une partie d'entre eux a rejoint les zones gouvernementales : selon les estimations de Fabrice Balanche, sur les 60% de la population vivant dans les zones gouvernementales il y a une majorité de sunnites. Y compris dans les zones dites "alaouites" comme la province de Lattaquié qui compte plus d'un million de sunnites en raison de ces déplacements de population.

Pour ce qui est des quelques villages alaouites ou chrétiens qui se trouvent dans les zones tenues par l’État islamique ou le Front Al-Nosra, ces territoires ont été vidés de leurs populations minoritaires et seuls restent les sunnites.

Côté Kurde la situation est assez similaire, mais dans le sens inverse. Les sunnites ont en effet été chassés par les Kurdes, comme ces derniers l'ont fait en Irak, parfois sans ménagement.

Les Druzes sont au sud de la Syrie. Ils restent loyaux à Bachar Al-Assad - malgré quelques passages à vide - et ont repoussé toutes les attaques du Front Al-Nosra sur leur territoire. 

Les membres de ces groupes ethno-religieux sont-ils généralement unis dans leurs positions dans la guerre civile syrienne ? Où trouve-t-on les supporteurs et les opposants les plus fervents à Bachar Al-Assad ?

L'attitude générale des communautés minoritaires a été d'afficher un loyalisme bon teint envers Bachar Al-Assad, bien évidemment parce qu'elles n'ont pas d'autre possibilité. De leur côté, les Alaouites (dont sont issus les Bachar Al-Assad ndlr) font également front commun, ne provoquant pas le coup d’État contre Bachar Al-Assad que tout le monde attendait.

Par ailleurs, on voit se profiler la future fédéralisation de la Syrie d'après car ces communautés,  à part les Chrétiens, se sont organisés pour assurer leur propre défense, avec le soutien du gouvernement qui leur a distribué des armes. Les Druzes et Kurdes n'hésiteront donc pas à faire valoir ces arguments une fois la paix revenue pour obtenir plus d'autonomie, plus de fédéralisme. Dans le cas des Kurdes c'est une affaire déjà entendue. Ils auront à coup sûr une zone où ils s'administreront eux-mêmes avec un rapport un peu lâche au gouvernement central.

Concernant les sunnites, il faut se garder de les essentialiser en les pensant comme un bloc. Le Parti Baas par exemple est actuellement majoritairement composé de sunnites, notamment dans ses dirigeants. Les sunnites syriens sont extrêmement divisés. 

Comment se fait le clivage entre les Syriens qui soutiennent le régime, ceux qui soutiennent l'Etat islamique, et ceux qui soutiennent la rébellion modérée ? Se fait-il en fonction du milieu social, de la religion, de la géographie, du lieu de vie (ville ou campagne) ?

Je pense que le clivage essentiel est celui qui a été à l'origine du conflit : c'est un clivage géographique. C'est la Syrie périphérique, des petits bourgs ruraux, de la campagne, qui s'est révoltée et qui reste la plus farouche opposante à Damas. Cette partie de la Syrie est celle qui a le plus perdu des réformes plutôt libérales engagées dès les années 2000 qui ont survalorisé les grandes villes comme Damas ou Alep et qui ont conduit à un désengagement de l’État syrien dans les zones périphériques. C'est de là que sont parties les manifestations et la rébellion. Ce sont donc les territoires géographiques qui ont le plus perdu et qui n'ont plus rien à perdre qui restent les plus combatifs contre le pouvoir de Bachar Al-Assad. Parmi ces territoires, on trouve le nord de la Syrie, y compris les campagnes qui entourent Alep. Cependant il faut comprendre que la population sur laquelle règne l’État islamique ne représente qu'entre 2 ou 2,5 millions d'habitants, soit environ 10% de la population syrienne d'avant-guerre.

Par ailleurs, les clivages confessionnels existent également. La majorité des populations qui vivent dans les zones rebelles sont des populations sunnites. Cependant je crois que ce n'est pas le clivage essentiel dans la mesure où les populations qui vivent dans la zone gouvernementale sont également majoritairement sunnites. Pour moi le principal clivage est donc bel et bien le clivage géographique. Il faut recourir à ce qu'il y a de bon dans l'analyse marxiste pour comprendre cela.

La bourgeoisie sunnite commerçante a toujours été loyaliste. Cela explique pourquoi les grandes villes commerçantes qui avaient largement profité des ouvertures libérales du régime – y compris même depuis Bachar El Assad- sont tenues par la bourgeoisie commerçante sunnite. Il s’agit d’une des raisons pour lesquelles ces villes n’ont pas bougé. Elles ont tout à perdre. Pour le moment, les hommes d’affaires syriens sunnites restent loyaux.

Quelles sont les options politiques qui s'offrent aux Syriens pour l'avenir de leur pays ?

A vrai dire, il n’y a pas vraiment d’alternative. A ce propos, la répression de la rébellion par le pouvoir central a fait clairement comprendre qu’il n’y avait pas d’autre issue possible entre Bachar Al-Assad et le chaos.

Il est question d’organiser des élections législatives au printemps. D’après mes informations, les Russes - et même Bachar Al-Assad ! - seraient d’accord pour le faire sous supervision internationale. Cependant, il est bien évident que même avec des élections transparentes sans triche, le résultat sera le même. A partir du moment où des élections sont organisées dans les zones gouvernementales, les syriens voteront pour Bachar Al-Assad. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé lors des élections présidentielles de 2014. Un diplomate français sous couvert d’anonymat m’avait confié à ce sujet que de toute façon, même si les élections avaient été organisées de manière transparentes Bachar Al-Assad aurait remporté haut la main les élections. C’est exactement ce qu’espèrent les Russes derrière leur volonté d’avoir des élections transparentes.

Seulement, il n’y a jamais eu de réelle opposition. En réalité, les syriens n’ont pas le choix. Il y a certes quelques candidats qui se présentent, mais pour le moment ils n’ont pas de poids.

Quelle est celle qui semble remporter le plus de suffrages dans l'opinion ? 

Lorsque nous sommes dans un conflit en guerre, il est assez difficile de connaitre et de comprendre l’adhésion véritable de la société civile. Certains vous diront qu’ils sont des fervents supporter de Bachar Al-Assad. Qu’en est-il de la sincérité ? C’est assez compliqué à déterminer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 31/10/2015 - 12:26
Par le ventre des femmes...
L'Etat islamique nous avait prévenu il y a longtemps : Si vous ne vous soumettez pas nous vous enverrons des millions de migrants. Ils arrivent par légions. Musulmans d'abord, ils veulent s'incruster en Europe puis la conquérir "par le ventre des femmes" comme disait Ben Bella. Regardez les foules de misérables, ô bien pensants correct, elles sont toutes voilées...Un jour viendra où les petits blancs chercheront une terre d'asile. Qui les accueillera ? Alors il restera les armes...
Deneziere
- 31/10/2015 - 08:42
Le paradoxe du moralisme bobo-hollandien
Les quelques syriens que j'ai rencontré récemment disent peu ou prou ce que dit ce papier. Bon, ils appartiennent à la bourgeoisie commerçante qui a les moyens de voyager et la liberté de s'exprimer, c'est vrai. Mais en même temps, les Syriens qui sont le plus proches du mode de vie et de pensée occidental soutiennent Bachar... que l'occident veut faire tomber. Morâle de gôche et realpolitik...un monde d'écart.
Ganesha
- 30/10/2015 - 16:36
Analyse Marxiste
Au moins voilà un article qui n'essaie pas de nous présenter l'Orient comme ''compliqué'' ! En fait, ceux qui se réfugient dans l'Islamisme, chez les Frères Musulmans, que ce soit en Égypte, en Syrie.. ou dans les banlieues française, ce sont ''les pauvres et les défavorisés'' !