En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Le roi Salmane d'Arabie saoudite.
Game over
Alerte à la faillite de l’Arabie saoudite : le régime des Saoud pourrait-il résister au choc ?
Publié le 28 octobre 2015
Selon un rapport du FMI, les réserves de la trésorerie de l'Arabie saoudite sont en chute libre et le pays pourrait tenir maximum 5 ans à ce rythme. Une situation qui serait lourde de conséquence pour l'ensemble de la région.
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport du FMI, les réserves de la trésorerie de l'Arabie saoudite sont en chute libre et le pays pourrait tenir maximum 5 ans à ce rythme. Une situation qui serait lourde de conséquence pour l'ensemble de la région.

La situation est-elle grave ? Quelles seraient les conséquences d'une telle crise d'un point de vue international ?

Frédéric Encel : La situation n'est pas seulement grave, elle risque bien de devenir désastreuse ! Ce rapport tombe à point nommé pour rappeler non seulement que les réserves de brut saoudiennes ne sont pas inépuisables, mais aussi et surtout que la gestion de ses prodigieuses ressources par Riyad est de plus en plus erratique. Certes, les Saoud et autres princes de sang ne dilapident plus leur manne dans des dépenses aussi somptuaires que dans les fastes années 1970, mais les investissements infrastructurels demeurent souvent illogiques et, en l'espèce, insuffisants. On oublie trop souvent que le pétrole ne s'extrait ni ne s'écoule comme par magie une bonne fois pour toutes dès qu'on a assemblé un derrick et un pipeline... Et cela même si l'Arabian light est de bonne qualité. Il faut constamment investir dans de nouveaux "tuyaux" et cela coûte fort cher. 

Or avec un baril à 50 dollars, si l'équilibre budgétaire de l'Arabie saoudite est toujours largement assuré, ses capacités d'investissements et d'achat ne le sont plus ; je pense là aux chasseurs bombardiers et autres bâtiments de guerre français récemment acquis au profit de l'allié égyptien.  
Le comble, c'est que le pouvoir saoudien a lui même organisé cette fragilité, en continuant de produire des huiles en grande quantité, afin d'affaiblir la grande rivale et concurrente russe d'une part, de rendre moins rentable les schistes nord-américains d'autre part. Seulement, les Saoud se tirent ainsi une balle dans le pied (ils ont déjà rapatrié plus de 70 milliards !) et - entre nous soit dit - coulent littéralement des Etats mono-exportateurs comme l'Algérie et le Venezuela. Si l'on ajoute à cela le gouffre financier que représente la guerre (d'ores et déjà ratée) au Yémen, on en arrive effectivement à une odeur de fin de règne...
 

Pourquoi est-ce que cette crise annoncée pourrait remettre en cause l'influence Saoudienne sur tout le Moyen-Orient ? Qu'est ce que cela impliquerait ?

Vous savez, la puissance sinon l'existence même de l'Arabie saoudite ne tiennent qu'à deux éléments : le pétrole (les premières réserves prouvées de brut), et le statut de gardienne des Lieux saints de La Mecque et Médine pour la dynastie. Si les réserves s'épuisent plus vite que prévu, et si la montée en puissance des chiites entourant cet Etat sunnite radical se poursuit, que restera-t-il aux Saoud, une dynastie pas même descendante du Prophète contrairement aux dynasties chérifienne du Maroc et hachémite de Jordanie ? J'ajoute qu'au regard de la manière catastrophique dont est géré le hadj, le pèlerinage, avec encore récemment ces 1 300 morts à La Mecque, on peut douter de ce qui reste de l'aura des wahhabites intégristes au pouvoir à Riyad...  

C'est tout de même avec les pétrodollars que la famille régnante a pu s'offrir tant d'allégeances et d'influence, tant diplomatique que religieuse, à travers la planète. Idem du reste pour le petit confetti gazier et semi-esclavagiste voisin, le Qatar, lui aussi wahhabite. Alors avec une rente pétrolière plus modeste et sans la moindre valorisation du savoir éducatif, universitaire, technique et technologique par ailleurs, quelle serait l'alternative ?
 

Qui pourrait en tirer profit et s'en réjouir ?

L'Iran bien sûr. Intelligemment, la République islamique a renoncé à la bombe en contrepartie d'avantages conventionnels tout à fait considérables, et étend son influence pan-chiite sur l'ensemble de la région. Or les Iraniens, eux, produisent beaucoup d'ingénieurs ! Et ils ne compteront pas que sur le pétrole pour se développer, forts de plusieurs centaines de milliards de dollars que l'accord nucléaire du 14 juillet dernier leur procurera en quelques années...

A l'heure où les USA cherchent à prendre leurs distances avec l'Arabie Saoudite, les Saoudiens pourront-ils compter sur leur aide ?

Non, je crois que c'en est fini de la vieille alliance du Quincy de février 1945 entre Roosevelt et Ibn Saoud. Cela prendra du temps, se fera en douceur, mais la démarche américaine me paraît inéluctable. Déjà après le 11-Septembre des néo-conservateurs avaient tenté de convaincre George W Bush de se réorienter vers l'Iran. Mais, outre que le président était assez limité sinon inconséquent, son entourage proche demeurait très lié - y compris financièrement - au pétrole saoudien. Tout cela est terminé, et Obama est convaincu qu'au fond, une future alliance avec un Iran géographiquement, techniquement et peut-être même spirituellement plus intéressant pourra se substituer à l'alliance d'une Arabie saoudite devenue davantage un problème qu'une solution. 

Cette perspective, pour Riyad, est littéralement cauchemardesque, d'où les initiatives assez radicales prises sur les plans militaire (guerre au Yémen, armement des islamistes radicaux face à Assad), économique (baisse des cours du brut, rappel d'investissements lourds) et patrimonial (éviction de Nayef) du nouveau roi ; tout cela a un goût de panique... 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
04.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
05.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
06.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
06.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 02/11/2015 - 04:13
Analyse quelque peut aventureuse
Il me semble que l'auteur prenne ses désirs pour des réalités. Peut-on vraiment imaginer que les US vont laisser tomber les Saud - prenez une carte pour situer la position géo-stratégique de ce pays - pour miser entièrement sur leur nouvel "allié" iranien? La confiance vis-à-vis du régime des mollahs ne peut se baser uniquement sur des réserves de pétrole, ou sur leur rôle de supplétif dans le cofnflit syro-irakien. En outre, Israël va-t-il laisser faire? Le lobby pro-israélien aux US va reprendre son offensive interne vers les Républicains et les Saoudiens. Que l'auteur nous rappelle le montant des investissements saoudiens dans l'économie US, et les montants des marchés militaires. Je doute en outre que les Iraniens compensent la baisse des marchés militaires en Arabie Saoudite, pour 3 raisons: l'Iran développe sa propre industrie de défense, elle se fournit auprès des Russes et des Chinois, et la confiance qu'elle a dans la réelle volonté des US de leur donner les codes sources pour "iraniser" les matériels miltaires à ses besoins futurs est nulle.
de20
- 01/11/2015 - 22:36
Les Iraniens sont des Perses,
Les Iraniens sont des Perses, la est toute la difference.
Marie-E
- 30/10/2015 - 13:16
@Zouk
le problème de l'Iran c'est les ayatollahs. Moi j'ai une confiance limitée en eux qui passent leur temps à épier leur peuple, à condamner à la peins capitale, à soutenir et encourager des organisations terroristes (Hezbollah, Hamas).
Sinon c'est un grand peuple et une grande civilisation. S'ils arrivaient à se débarrasser de leurs vieux guides, ce serait parfait