En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 8 heures 24 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 16 heures 52 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 16 heures 15 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 16 heures 23 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 16 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 16 heures 57 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 2 heures
L'écriture de la civilisation de la vallée de l'Indus reste indéchiffrable.
L'écriture de la civilisation de la vallée de l'Indus reste indéchiffrable.
Rosetta

Indus, la civilisation antique engloutie : l’énigme de l’écriture harappéenne bientôt percée

Publié le 27 octobre 2015
Après près d'un siècle de tentatives infructueuses, des chercheurs seraient sur le point de déchiffrer les symboles laissés par la civilisation de la vallée de l'Indus, contemporaine de l'Egypte antique et de la Mésopotamie.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après près d'un siècle de tentatives infructueuses, des chercheurs seraient sur le point de déchiffrer les symboles laissés par la civilisation de la vallée de l'Indus, contemporaine de l'Egypte antique et de la Mésopotamie.

Oubliée par l’Histoire jusqu’à sa redécouverte dans les années 1920, la civilisation de l’Indus se range parmi les toutes premières civilisations, au même moment que la Mésopotamie et l’Égypte ancienne. Avec une superficie de 2,5 millions de kilomètres carrés, il s'agissait à l'époque de la civilisation la plus étendue au monde : elle regroupait cinq millions de personnes, soit 10% de la population mondiale de l'époque.

Cette civilisation, dite aussi civilisation harappéenne, qui s'étendait sur ce qui est aujourd'hui le Pakistan, l'Inde et l'Afghanistan, a subitement disparu vers 1900 av-JC, probablement victime d'un changement climatique. Puis a été oubliée, faute d'ouvrages monumentaux ayant traversé le temps comme les pyramides d'Egypte. On a simplement découvert, depuis les années 1920, plus d'un millier de sites : des maisons de briques séchées, des salles de bains, des puits, les premières toilettes au monde… Par contre, dans ses grandes villes divisées en quartiers, nuls temples, palais ou équipement militaire.

Un siècle après sa redécouverte fortuite par un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste, les mystères sont encore nombreux : nul ne connait son système de pouvoir, ni ses moyens de subsistance. 

Mais le plus grand mystère est son système d'écriture. Et celui-là pourrait bien succomber aux coups de butor des chercheurs, selon un article publié par l'historien Andrew Robinson dans Nature.

Malgré de nombreuses tentatives, les chercheurs n’ont pas été capables, pour l’instant, de déchiffrer l'écriture qui y était utilisée et dont certains pensent qu’elle transcrivait une langue proto-dravidienne.  "Les difficultés rencontrées par les personnes qui voudraient déchiffrer l'écriture d'Harappa semblent à première vue insurmontables : elles résultent en grande partie de l'usage limité de cette écriture", explique Walter Fairservis dans Pour La Science.

"Les textes retrouvés sont constitués presque uniquement de courtes inscriptions sur des sceaux et de quelques graffiti sur les poteries. Aucune inscription connue ne comporte plus de 21 signes et le nombre moyen de signes par texte n'est que de cinq ou six", précise-t-il. Au total, plus de 400 signes différents (dont l'un est appelé "la licorne") ont été répertoriés.

S'agissait-il donc vraiment d'un système d'écriture, ou bien d'un système d’identification des transactions économiques ou de signatures ? Impossible de le savoir pour l'instant. "Une minorité de chercheurs pensent que l'écriture Indus était capable d'exprimer un langage parlé", indique Andrew Robinson. Dans une contribution scientifique de 2004, Steve Farmer, Richard Sproat et Michael Witzel — respectivement un historien, un linguiste et un indianiste — offraient une démonstration selon laquelle les symboles n'étaient pas liés à une langue orale, ce qui expliquerait la brièveté des inscriptions.

Pour aider à la recherche, l'université technique de Berlin a créé un corpus public des textes indus. La technologie numérique a permis ces dernières années d'apprendre que les signes s'écrivaient de gauche à droite. Et les analyses menées par ordinateur devaient permettre d'aller plus loin.

Ainsi, l'informaticien Rajesh Rao, de l'Université de Washington à Seattle, a cherché à trouver des patterns dans les symboles. Grâce à un programme, son équipe a calculé le degré "d'aléatoire" dans les textes et ont découvert que l'écriture Indus se rapproche de l'écriture cunéiforme sumérienne.

Mais pour aller plus loin, notamment pour savoir si l'ensemble des signes découverts étaient utilisés aux mêmes époques, les chercheurs vont avoir besoin d'en découvrir de nouveau. Et sur ce point, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que "seulement 10% des sites Indus connus ont été explorés", explique Andrew Robinson. La mauvaise, c'est que l'instabilité politique de la région rend difficile toute mission archéologique.

Si ces sites renfermaient de nouvelles inscriptions – et pourquoi pas, des textes complets – le secret de l'écriture Indus pourrait peut-être être percé.

Source Wikipédia

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jlmr
- 27/10/2015 - 18:04
patterns
noster ? ou peut-être par terre. Je cherche dans le Littré et d'autres mais rien. Je devrait demander conseil à un archéologue pour trouver le temps reculé, futur ou passé ou cette formulation était ou sera populaire en Creuse. Pour ce qui est du futur, je me tarote et me taraude en perplexité ogre-manche… Le limousin rayé de la carte par le français qui s'estompe au gré d'un plan Marshall bien consommé