En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 11 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 12 heures 24 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 13 heures 15 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 9 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 10 heures 33 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 11 heures 44 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 12 heures 32 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 13 heures 2 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
Toujours plus d'inconvénients ?

Une étude tend à montrer que les antibiotiques renforcent le risque d’obésité infantile

Publié le 26 octobre 2015
Une nouvelle étude, publiée par des chercheurs de la John Hopkins Bloomberg school of public health, dans le International Journal of Obesity, montre que la prise régulière d'antibiotiques pendant l’enfance favoriserait la prise de poids.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude, publiée par des chercheurs de la John Hopkins Bloomberg school of public health, dans le International Journal of Obesity, montre que la prise régulière d'antibiotiques pendant l’enfance favoriserait la prise de poids.

Atlantico : Une nouvelle étude, publiée par des chercheurs de la John Hopkins Bloomberg school of public health dans le International Journal of Obesity, montre que la prise régulière d'antibiotiques pendant l’enfance favoriserait la prise de poids. Que pensez-vous de cette étude ? Peut-on réellement faire un lien entre la prise d'antibiotiques et la prise de poids plus tard ? Existe-t-il des études précédentes qui faisaient déjà ce lien ?

Stéphane Gayet : Cette étude menée par l'école de santé publique de Baltimore (Maryland) ne manque pas de puissance : ce sont plus de 160.000 dossiers médicaux d'enfants âgés de 3 à 18 ans qui ont été étudiés sur une période d'un peu plus de 10 ans. Son objet était essentiellement d'étudier le retentissement des prises d'antibiotiques sur l'état général des enfants. Étant donné qu'on disposait de leur taille et leur poids, on a pu calculer leur indice de masse corporelle ou IMC (indice reconnu par l'Organisation mondiale de la santé : poids en kg divisé par le carré de la taille en m2 ; surpoids à partir de 25, obésité à partir de 30). Cette étude rétrospective montre une corrélation entre des prises d'antibiotiques répétées et un surpoids. Si un enfant reçoit des antibiotiques deux à trois fois par an, le poids en excès régresse. S'il en reçoit plus de trois fois par an, il a tendance à persister. Or, certains enfants reçoivent jusqu'à sept fois par an des antibiotiques : à l'âge de 15 ans, ils ont presque 1,5 kg de plus que les autres n'en ayant pas reçu. Cette étude atteste bel et bien l'existence d'une corrélation entre des prises répétées d'antibiotiques et un surpoids modeste, mais bien réel. Il ne semble pas exister d'autres travaux similaires menés chez l'homme. Ce type d'étude est rendue possible aujourd'hui par la mise à disposition des chercheurs, de bases données énormes qui permettent de tenter de montrer des liens entre des indicateurs de santé. Ce n'était pas réalisable tant que les dossiers médicaux n'étaient pas aussi bien informatisés. De telles études statistiques rétrospectives vont dont se multiplier et produire des résultats parfois étonnants. Mais celui obtenu par ce travail n'est en réalité pas très surprenant.

Cette étude met-elle en lumière un effet nouveau ou bien celui-ci était déjà connu ?

Ce phénomène est en fait connu depuis des décennies dans l'élevage agricole. En 1952, un article intitulé "Les antibiotiques dans l'alimentation animale" et signé de J.P. VACHEL et R. FEVRIER paraissait dans "Les annales de zootechnie". Son contenu est stupéfiant. Dès les années 1950, on avait remarqué que les antibiotiques faisaient grossir les animaux destinés à la boucherie et on exploitait cette propriété. Pendant près de 60 ans, on a largement utilisé les antibiotiques pour engraisser les porcs, les veaux et les volailles d'élevage. Ils entraient dans la composition d'additifs facteurs de croissance ou AFC : les animaux de boucherie qui recevaient des AFC dans leur alimentation grossissaient plus vite tout en mangeant moins. Étant donc rentables, ils se sont généralisés mondialement et sans aucune réglementation. Ce n'est qu'à la fin des années 1990 que l'on a commencé à s'en préoccuper et l'Europe est aujourd'hui très en avance sur les autres continents en ce qui concerne l'instauration d'une réglementation sur l'utilisation d'antibiotiques comme facteurs de croissance des animaux de boucherie. Depuis la fin des années 2000, les antibiotiques sont interdits en tant qu'AFC dans l'élevage agricole, à l'exception de quatre molécules considérées comme nécessaires pour prévenir la coccidiose, parasitose due à un protozoaire et fréquente chez les animaux (car certains antibiotiques dont ces quatre substances agissent aussi sur les protozoaires). Ces quatre molécules ne sont pas utilisées chez l'homme. Cette exception mise à part, on ne doit plus trouver d'antibiotiques dans la nourriture des animaux d'élevage, du moins en tant que facteurs de croissance. Mais ils continuent évidemment à leur être administrés en tant que médicaments antibiotiques vétérinaires, dans un but soit prophylactique (préventif), soit métaphylactique (contrôle d'une épidémie débutante), soit encore curatif (animaux ayant une infection avérée). Cependant, les dégâts sont faits et les résistances des bactéries aux antibiotiques trouvent là une formidable explication, en comparaison du mauvais usage de ces médicaments en médecine humaine qui est martelé depuis une vingtaine d'années. La consommation annuelle d'antibiotiques en France est encore aujourd'hui estimée à environ 1300 tonnes pour la médecine vétérinaire, contre 600 tonnes pour la médecine humaine. Il y a de quoi frémir en évoquant ce que cette consommation devait être quand les antibiotiques étaient largement utilisés comme AFC, ce qui n'est légalement plus le cas en Europe (mais ils le restent très largement sur les autres continents, en particulier africain et américain).

Quels sont les autres effets liés à une prise trop régulière de ces médicaments pendant l'enfance ?

Nous en arrivons au mode d'action des antibiotiques en tant que facteurs de prise de poids. Dès les années 1950, on avait émis l'hypothèse selon laquelle les antibiotiques, lorsqu'ils étaient pris de façon régulière, favorisaient le développement de la masse grasse par une action sur la flore intestinale, appelée aujourd'hui le microbiote intestinal. Car c'est bien de la masse grasse dont il s'agit. Les antibiotiques n'ont aucun effet anabolisant, sans quoi cela se saurait dans les milieux sportifs. Chez l'animal, on parle bien d'engraissement. L'étude qui a été menée à Baltimore a montré que les enfants développaient de la graisse en excès. Chez l'animal, la graisse donne du volume et du poids, elle est considérée comme un atout. Chez l'enfant et chez l'homme en général, elle est délétère : c'est un facteur de risque de nombreuses maladies (diabète de type 2, hypertension artérielle, infarctus du myocarde…). C'est donc bien par le biais d'une perturbation du microbiote intestinal que les antibiotiques contribuent à ce l'organisme s'engraisse. Ce microbiote intestinal est d'une extrême diversité et complexité. Nous savons que son rôle dans la transformation des aliments en nutriments, dans la régulation de la faim et de la glycémie, entre autres, est en réalité très important. Ce sont seulement certains antibiotiques qui, en éliminant des bactéries utiles de ce microbiote et en favorisant à l'inverse (notion de spectre d'activité d'un antibiotique) le développement de bactéries néfastes de ce microbiote, perturbent la digestion et favorisent l'engraissement. Les antibiotiques les plus néfastes - dans ce domaine - sont ceux qui appartiennent à la famille des macrolides, précisément ceux que l'on donne fréquemment aux enfants atteints d'une infection des voies respiratoires. Citons la spiramycine (macrolide) et la virginiamycine (macrolide apparenté) qui sont des antibiotiques utilisés en médecine humaine et qui ont très longtemps fait partie des ATC, comme du reste l'avoparcine, mais appartient à la famille des glycopeptides (proche de la vancomycine à laquelle résistent les entérocoques résistant aux glycopeptides ou ERG). L'intimité précise des mécanismes expliquant pourquoi la prise de ces antibiotiques, en perturbant certaines bactéries du microbiote intestinal, favorise la production et le stockage de tissu adipeux reste à tirer au clair. Mais on admet que c'est là que se trouve l'explication du phénomène d'engraissement lié à certains antibiotiques.

Les effets autres que l'engraissement liés aux antibiotiques trouvent également là leur explication. Nous avons vu dans un précédent article que la prise répétée d'antibiotiques chez l'enfant favorisait également les allergies. C'est toujours par une action sur le microbiote intestinal. Décidément, on n'a pas fini d'en parler, de ce fameux microbiote. Il fait partie de nous-mêmes, c'est comme un organe supplémentaire. Alors, prenons soin de lui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires