En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Violences
L'IGPN ouvre une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant deux policiers frapper un manifestant à terre le 5 décembre
il y a 11 heures 10 min
pépites > International
Drame
Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois
il y a 12 heures 22 min
pépites > France
Autre mouvement de protestation
Prix du gazole : des blocages routiers organisés dans toute la France
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Léonard 2 Vinci" : Une étonnante fresque, qui magnifie le grand Léonard, et le "9ème art"

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

il y a 17 heures 8 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 20 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > People
Plus de peur que de mal
Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain
il y a 11 heures 37 min
pépites > Politique
Friends will be Friends
Mise en examen de François Bayrou : Emmanuel Macron continuera à échanger avec lui
il y a 13 heures 7 min
light > Société
Inégalités
Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'A-Démocratie. Volet 1: Elf, la pompe Afrique" : un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 18 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 20 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Guerre d’influence

Moyen-Orient : quand Vladimir Poutine trouve l'Arabie saoudite en travers de son chemin

Publié le 23 octobre 2015
Vladimir Poutine s'efforce depuis plusieurs années à redonner à la Russie sa place d'acteur majeur au Moyen-Orient, ce qui le conduit à s'opposer par procuration aux Etats-Unis et à l'Arabie saoudite en Syrie. Riyad dénonce "l'ingérence russe" en Syrie. Russie et Arabie saoudite sont en rivalité sur plusieurs terrains.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Michael Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vladimir Poutine s'efforce depuis plusieurs années à redonner à la Russie sa place d'acteur majeur au Moyen-Orient, ce qui le conduit à s'opposer par procuration aux Etats-Unis et à l'Arabie saoudite en Syrie. Riyad dénonce "l'ingérence russe" en Syrie. Russie et Arabie saoudite sont en rivalité sur plusieurs terrains.

Atlantico : Dernièrement l'entrée fracassante de l'Arabie saoudite sur le marché polonais a été perçue comme une véritable agression par les compagnies pétrolières russes. 

Florent Parmentier : Il est vrai que le patron de Rosneft, Igor Setchin, a perçu très négativement l’offensive commerciale des concurrents saoudiens dans un marché géographiquement proche de la Russie comme la Pologne. Cette offensive inquiète Moscou dans la mesure où près de 60% des exportations pétrolières russes se font aujourd’hui à destination de l’Europe.

Les Saoudiens s’adaptent ainsi à la nouvelle donne internationale. Pendant longtemps, les exportateurs saoudiens ont concentré leur attention sur les Etats-Unis et les pays asiatiques, et non sur les marchés européens ; si dans les années 1970 l’Arabie saoudite envoyait la moitié de son pétrole en Europe, cette destination ne représentait plus qu’à peine 6% de ses exportations en 2009. L’autosuffisance croissante des Etats-Unis contraint toutefois les Saoudiens à trouver de nouveaux débouchés. Russes comme Saoudiens ont maintenant intérêt à augmenter leur production afin de répondre à la demande de nombreux clients, et défendre ainsi leur part de marché.

Pour autant, si la démarche commerciale de l'Arabie Saoudite paraître très agressive, elle ne met pas encore l’Arabie saoudite en danger. Ainsi, il ne faut pas perdre de vue le fait qu’elle dispose d’importantes réserves, équivalentes à près d’une année de PIB. Ce pays semble donc moins affecté par la baisse du baril de pétrole que d’autres fournisseurs : la période des surplus fiscaux est peut-être terminée, les dépenses publiques vont ralentir, mais l’Arabie saoudite peut encore se permettre ce luxe.  

Dans le même temps, la concurrence sur les marchés du pétrole est mondiale et ne concerne pas seulement les marchés européens : la Russie vient ainsi de passer devant l'Arabie saoudite sur le marché chinois, et si l’Europe représente aujourd’hui les trois cinquièmes des exportations pétrolières russes, ce pourcentage a sensiblement baissé depuis 2000. Les intérêts commerciaux divergent clairement et vont amener à des reconfigurations commerciales qui devraient être au bénéfice des pays consommateurs.

Assistons-nous à la déclaration d'une guerre pétrolière de l'Arabie saoudite contre la Russie ?

Michaël Bret : Depuis cinq ans que les États-Unis ont réduit leurs importations de pétrole, on peut dire que c'est contre tous les producteurs de brut que l'Arabie saoudite mène une guerre d'usure, ne ménageant que ses alliés de l'OPEP, et encore. Et même si la Russie a tendance à attribuer à l’alliance entre Ryad et Washington la baisse drastique des prix des hydrocarbures de ces dernières années, la stratégie saoudienne vise d'abord à réduire ou même annihiler les marges des producteurs de pétrole de schiste américains. Ceci dit, le brut saoudien est en concurrence plus directe encore avec le pétrole russe, car les deux sont des pétroles lourds et à haute teneur en soufre, contrairement au pétrole léger et moins corrosif des champs pétrolifères du Texas et du Dakota. Ce qui rend la bataille longue et pleine de rebondissements comme celui auquel on assiste en Pologne, c'est qu'il s'agit d'une guerre de tranchée où tous les coups sont bons à prendre, car le marché du pétrole n'est pas structuré par des contrats de long terme comme peut l'être le gaz dont les livraisons sont prévues pour 20 ou 30 ans, pour plus de la moitié des livraisons internationales. Le seul moyen de s'assurer une certaine fidélité des clients est lorsque les livraisons peuvent être rapides ou que leurs équipements, par exemple de raffinage, correspondent à votre type de livraison. Et en Europe, les raffineurs, historiquement fournis à plus de 50 % par des livraisons de brut russe, sont habitués au brut lourd et parfois corrosif de celles-ci, donc adaptés également au brut saoudien. Au moment où l'Europe entière cherche à réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, la poussée saoudienne peut être vue comme un moyen de préempter l'arrivée  du brut iranien, beaucoup plus léger, en 2016 ou même après.

Également, en livrant plusieurs tankers en Pologne et en s'assurant de facilités de stockage à Gdansk, l'Arabie saoudite met un pied dans le pré carré russe en s'offre la possibilité de répondre très rapidement à des demandes d'autres clients d'Europe centrale ou occidentale, particulièrement l'Allemagne, en concurrençant les livraisons russes par oléoduc. C'est aussi pour s'acheter cette position concurrentielle que l'Arabie a livré son brut en Pologne à prix discount. La Russie n'est pas en reste dans cette bataille, puisqu'elle concurrence l'Arabie saoudite en Asie où celle-ci s'était taillée la part du lion. À nouveau, les stratégies commerciales y sont dépendantes des contraintes techniques des acteurs locaux. En Chine se sont développés depuis peu des raffineries de petite taille qui ont obtenu de Pékin de pouvoir s'approvisionner librement sur les marchés en temps réels, en dehors des livraisons à terme contractées par l'État. La Russie a mis à profit ses capacités d'export très réactives constituées de petits tankers au départ de ses terminaux sibériens sur le Pacifique, alimentés par oléoducs. Et les saoudiens ont été détrônés de leur place de premier fournisseur de la Chine. L'enjeu est majeur puisque malgré son ralentissement si commenté la demande chinoise devrait tirer à elle seule un quart de la croissance mondiale de consommation de brut en 2016. L'Arabie saoudite est entrée dans le territoire russe en Pologne, la Russie a marqué des points en Chine, mais ces victoires sont fragiles et la saga n'est pas prête d'être terminée.

Dans quelle mesure cette rivalité pétrolière entre la Russie et l'Arabie saoudite se manifeste-t-elle dans l'action de ces deux pays en Syrie ?

Florent Parmentier : La question posée est celle du primat du politique ou de l’économique : en d’autres termes, la guerre des ressources est-elle structurante ou contingente de la crise syrienne actuelle ?

On peut avancer que la Russie est intervenue en Syrie pour plusieurs raisons qui ne sont pas directement liées au pétrole ; la volonté de sortir de l’affaire ukrainienne, de reprendre pied au Moyen Orient en défendant un allié de longue date, ainsi des raisons internes également (lutte contre le djihadisme) expliquent plus largement la position russe. Quant aux Saoudiens, ils mettent en garde la Russie contre les conséquences d’une intervention dans un pays où la guerre civile sévit depuis quatre ans et demi… Et ce alors que l’Arabie Saoudite forme avec le Qatar et la Turquie un axe de pays favorables à l’opposition de Bachar Al-Assad.

Néanmoins, on peut remarquer que la concomitance de l’intervention russe en Syrie et de l’offensive commerciale saoudienne en Pologne n’est sans doute pas fortuite. Il faut le souligner tout en rappelant que le marché international du pétrole est également traversé par d’autres forces, notamment liées à l’évolution de la demande mondiale. La rivalité pétrolière russo-saoudienne existe, elle oppose deux grands producteurs mondiaux, elle influence les décideurs politiques, mais ne détermine pas pour autant leurs actions. Les deux superpuissances énergétiques n’ont pas le même poids sur la scène internationale : la Russie s’affirme comme une puissance qui compte en étant capable de montrer ses muscles, l’Arabie saoudite reste une puissance régionale par sa puissance économique.

Quelles sont les autres manifestations de cette rivalité entre la Russie et l'Arabie saoudite ?

Michaël Bret : Les tensions géopolitiques entre la Fédération de Russie et l’Arabie Saoudite sont structurelles et historiques. Tout d’abord, depuis le pacte du Quincy qui a scellé l’alliance entre les Etats-Unis de Roosevelt et la dynastie des Saouds en Arabie, l’URSS puis la Fédération de Russie ont été placée par l’axe Washington-Ryad en position d’outsider. Ainsi, l’URSS puis la Russie ont été amenées à développer un réseau de contre-alliance face à l’alliance occidentale dominante dans la région ainsi qu’à la puissante solidarité américano-israélienne : avec l’Egypte et la Syrie baasiste dans les années 1950 et avec la République islamique d’Iran à partir de 1979 ainsi qu’avec les pays en recherche d’alternative stratégique comme le Yémen.

La Russie reprend aujourd’hui, en Syrie et dans toute la région, l’héritage des alliances anti-américaines. Elle tente de préserver les débouchés de son complexe militaro-industriel en Syrie et en Iran comme l’a montré la tenue du grand salon aéronautique russe, le MAKS, à la fin août 2015. En effet, ce salon a été ponctué par les annonces concernant les projets de coopération militaire entre la République islamique d’Iran et la Fédération de Russie. L’essentiel est pour Moscou de proposer une source d’armement alternative aux industries européennes et américaines.

La Russie ajoute une dimension confessionnelle importante à son engagement dans la région et dans sa stratégie vis-à-vis de l’Arabie saoudite : en insistant sur la nécessité de lutter contre le fanatisme sunnite de l’Etat islamique de Al-Nosra en Syrie mais également contre les frères musulmans en Egypte, elle alimente la fracture entre puissances sunnites, au premier rang desquelles l’Arabie saoudite, et les alliés de l’axe chiite au Liban, en Syrie, en Irak et en Iran.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 24/10/2015 - 11:32
l'Europe entière cherche à
l'Europe entière cherche à réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Et elle ne trouve rien de mieux à faire que de dépendre de l'Arabie Saoudite dont le régime monstrueux n'envie rien à l'état islamique pour d'évidentes raisons. De là à dire que l'UE préfère encore l'état islamique à la Russie, il n'y a qu'un pas que je franchis allègrement. --------------- Un jour, les Chrétiens européens n'auront d'autre choix que de se réfugier en Russie.

Clarokési
- 23/10/2015 - 14:00
Pétrole, une arme comme une autre
Analyse fine et mesurée. Il faudrait cependant prendre en compte, concernant les prix du pétrole à la baisse, le brut livré par l'Irak et la Libye sur le marché international selon des modalités pas très claires depuis que ces deux pays sont la cible des mouvements djihadistes internationaux après les foudres de l'OTAN : ces ventes se font sur un marché parallèle par des groupes mafieux, mais les acheteurs sont des sociétés americaines ou européennes tout à fait identifiables. L'objectif des interventions irakiennes et libyennes etaient on le sait premièrement le contrôle de ces champs petrolifères, tres secondairement la démocratie... Le pétrole a toujours été un enjeu géo-politique majeur depuis le début du XXe siècle, il le reste toujours pour le plus grand malheur de notre environnement et de populations entières.

Et maintenant que de grandes réserves de gaz naturel ont été découvertes et sondées dans l'est de la Meditarrannée, Égypte en tête mais aussi Israël et Liban, Chypre )donc Turquie et Grèce) on comprendra comment la carte de ces nouvelles ressources en énergie se superpose à celle des conflits en cours dans cette région du monde, redevenue une poudrière.