En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
 Le nombre de personnes nées en France quittant le territoire est passé de 138 000 en 2006 à 197 000 en 2013. Soit 59 000 de plus en sept ans.
Partir un jour ...

Pays d’émigration en devenir : ces 200 000 personnes nées en France qui la quittent chaque année

Publié le 16 octobre 2015
Les derniers chiffres de l'Insee mettent en lumière l'augmentation du nombre de départ de personnes nées en France à l'étranger. Atlantico avait déjà observé lors d'un précédent sondage ce phénomène, en voici quelques explications.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les derniers chiffres de l'Insee mettent en lumière l'augmentation du nombre de départ de personnes nées en France à l'étranger. Atlantico avait déjà observé lors d'un précédent sondage ce phénomène, en voici quelques explications.

Le dernier bilan démographique sur les "populations française, étrangère et immigré en France depuis 2006" de l'Insee vient d'être publié.  Selon les chiffres de l'étude de plus en plus de Français émigrent. Le nombre de personnes nées en France quittant le territoire est passé de 138 000 en 2006 à 197 000 en 2013. Soit 59 000 de plus en sept ans.

A côté de cela, le retour de personnes nées en France sur le territoire reste quasiment stable : 78 000 en 2006 et  77 000 en 2013. En ce qui concerne les personnes nées en France, le solde migratoire est donc négatif, il est passé de – 60 000 en 2006 à – 20 000 en 2013. L'Insee ajoute que près 80% des départs intervient entre 18 et 29 ans.

Les chiffres de l'Insee corroborent un sondage que nous avions réalisé en septembre dernier avec l'Ifop sur l'expatriation des Français. Celui-ci a révélé que près de 43% des Français ont déjà envisagé d'aller s'installer ailleurs. 


Cliquez pour agrandir

Atlantico : Le sondage révèle que plus de la moitié des jeunes Français ont déjà songé à s'installer à l'étranger et qu'un sur dix y pensent sérieusement. Quel enseignement peut on tirer de ces résultats?

Jérôme Fourquet : Le premier élément à relever est qu'alors que l'actualité des dernières semaines est dominée par l'arrivée des migrants, la difficulté de nos gouvernements à gérer ce phénomène qui met en lumière la difficulté du rapport des Français à l'étrangers, on voit ici le pendant de cette migration : on a une part importante de la population française qui envisage le mouvement inverse, c'est-à-dire une France qui semble plongée dans le bain de la mondialisation, et qui n'est plus uniquement pays d'accueil mais aussi pays d'émigration. 10% des personnes interrogées envisagent sérieusement de quitter la France pour s'installer au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou au Canada, ce qui représente plus de 4 millions de personnes. Un tiers des personnes disent qu'ils y ont déjà pensé, et 57% seulement des Français n'y songent pas. Les Français qui étaient vus comme très sédentaires ont en réalité beaucoup évolué sur la problématique du départ.

Les responsables politiques ne s'y trompent d'ailleurs pas et on voit qu'ils essaient d'appuyer sur les leviers qui permettraient de faire rentrer en France les expatriés et notamment les jeunes talents. Les oppositions politiques se sont aussi emparées du sujet, s'inquiétant du départ des forces vives, notamment des porteurs d'entreprises : on parle de fuite des cerveaux vers Londres ou la Syllicon Valley, mais pas uniquement: c'est aussi le départ de publics importants, des cadres expérimentés ou des personnes disposant d'une fortune importante, qui peuvent choisir de quitter leur pays natal pour des raisons fiscales notamment.

Quel est le profil de ceux qui partent ?

Jérôme Fourquet : Ce qu'on constate c'est que la tentation du départ décline avec l'âge : à partir du moment où vous avez une famille, des enfants, que vous avez un avenir professionnel, alors les points d'attache sont plus importants. Quand les points d'attache sont moins installés, alors la propension, au départ est plus importante: 23% des jeunes pensent au départ.

On peut espérer que, du fait du système éducatif, et notamment de l'apprentissage des langues étrangères, l'anglais reste un obstacle important comparé à d'autres jeunesses européennes, mais tout de même, dans une génération internet et Erasmus, la tentation du départ est bien plus importante.

Il y a en réalité deux façons d'aborder la question : si on est positif on peut se réjouir d'une France appelée par le grand large et qui n'a pas peur d'aller conquérir le monde. De l'autre côté on peut se désoler de voir que la jeunesse ne trouve pas de place pour elle dans son pays, et notamment dans les entreprises puisque le taux de chômage est important. Au-delà du chômage, les conditions professionnelles de jeunes salariées ne semblent pas répondre à leurs attentes, soit d'un point de vue du niveau de responsabilité, soit par une absence de perspectives professionnelles attrayantes. Entre 25 et 50 ans on a encore entre 12 et 15% des personnes interrogées qui souhaitent partir, ce qui est très important.

Chaque profil de l'aspirant au départ est différent, mais on ne peut exclure ni l'aspect positif, ni le négatif de cette tentations au départ.

Enfin on a aussi une part de départ de personnes plus âgées, pour des raisons fiscales ou en raison des contraintes posées à la création d'activité par exemple. Enfin, et ce n'est pas facile de l'évaluer par sondage, on peut considérer que le climat ambiant de défiance à tous les étages favorise la considération du départ à l'étranger : ne pas vouloir faire grandir ses enfants dans cet environnement par exemple.

Est-ce qu'on voit une évolution dans ces chiffres ou une stagnation?

Jérôme Fourquet : Aujourd'hui le nombre de Français inscrits à l'étranger à énormément augmenté et n'est pas prêt de se tarir : on pourrait penser que le bataillon d'expatriés serait déjà parti mais en réalité les lignes de départ continuent de croître. Les freins, c'est-à-dire avoir un conjoint, des attaches familiales, mais aussi la barrière de la langue et les frais lié à l'installation à l'étranger permettent de limiter malgré tout le nombre de partants réels.

Mais on voit que les conditions économiques actuelles favorisent le départ. Plus de 100 000 Français vivent à Londres, et ce mouvement n'a fait qu'augmenter avec la mise en place de la taxe à 75%.

On voit aussi que les électeurs des partis centraux sont moins souvent tentés par le départ, tandis que dans les partis extrémistes, les proportions de ceux qui expriment le souhait de partir sont plus importantes : on a à la fois un effet de structure de l'électorat car les jeunes sont des électeurs de ces partis contestataires, mais aussi parce que l'aspiration au départ peut être la traduction d'un mal-être ou d'une insatisfaction représentatifs du pays.

Qu'en est-il du retour de ces Français ?

Jérôme Fourquet : Le gouvernement essaie de faire revenir les talents qui sont partis, par une politique fiscale d'une part, mais aussi par la compréhension des obstacles au retour. Récemment, des experts viennent de remettre un rapport avec des techniques pour convaincre au retour. Mais l'un des problèmes du retour en France est le manque de valorisation des expériences à l'étranger. Les entreprises françaises ne valorisent pas ces acquis, elles ne connaissent pas les entreprises et ne voient pas ce que ça peut leur apporter. Donc cela constitue aussi un frein au retour.

Quels sont les profils de ceux qui veulent partir ?

Jean-Luc Biacabe : Les difficultés des jeunes Français à s'insérer sur le marché du travail (plus de 20% de chômeurs pour cette catégorie de population), la généralisation des parcours internationaux dans l'enseignement supérieur (Grandes Ecoles, Universités) et la préférence des entreprises pour des profils de candidats ayant une ouverture internationale constituent une forte incitation pour les jeunes générations à faire des séjours à l'étranger.

En la matière, les questions sémantiques sont piégeuses : "départ" est un terme qui voisine avec "exil" et "fuite". Il faut éviter l'instrumentalisation d'un sujet lourd, et utiliser plutôt les thèmes de séjours, de parcours, d'expérience à l'international.

Une autre remarque : le premier pays récepteur d'expatrié français, avec 160 000 ressortissants, est la Suisse, suivi du Royaume-Uni avec 120 000 expatriés, et la Belgique, l'Allemagne et l'Espagne en 4 ème, 5ème et 6ème position, n'étant dépassées que de peu par les Etats-Unis. Si l'Europe est devenue le nouvel horizon des jeunes générations, de quel "départ" parle-t-on lorsqu'ils s'installent au Royaume-Uni, en Belgique ou en Suisse ? Est-ce que cela ne s'inscrit pas également dans le projet européen, qui favorise la mobilité de ses populations?

De plus, la situation d'un jeune issu d'une grande Ecole n'a rien à voir avec celle d'un jeune sorti du système scolaire sans diplôme. La propension au passage par l'international est directement corrélée au niveau d'éducation et les profils sont tout de même marqués par un haut niveau d'étude.

Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada… Quelles sont les destinations privilégiées des aspirants au départ ? Quelles sont les opportunités que les Français espèrent trouver là-bas qu'ils ne trouvent pas en France ?

Jean-Luc Biacabe : Je ne connais aucune enquête sur les aspirations de ceux qui veulent partir. Par contre, nous avons des chiffres officiels (répertoire des Français de l'étranger) sur les Français résidant à l'étranger : 1,6 millions d'entre-eux sont inscrits sur les registres consulaires, mais ces chiffres sont très probablement sous-estimés d'au moins 500 000 personnes qui ne feraient pas les démarches d'inscription, surtout dans le cas de séjour d'une durée limitée.

D'une façon générale, ceux qui partent pour étudier ou travailler à l'étranger y vont pour des questions de curiosité (ouverture à d'autres réalités culturelles, humaines), apprendre l'anglais, trouver un emploi, créer une entreprise dans des pays plus dynamiques ou offrant plus d'opportunités. Les raisons fiscales sont très secondaires sur les 30 à 40.000 français partant (en solde net) chaque année. Elles ne représenteraient qu'à peine 1% des départs. Les retours d'expatriés montrent aussi que la dictature du diplôme, de l'âge etc. sont moindres à l'étranger qu'en France où le marché du travail est très concurentiel.

Le sondage montre une forte différence entre les générations. Alors que 6 jeunes de moins de 25 ans sur 10 envisagent de partir, ce chiffre tombe à 3 sur 10 pour les plus de 65 ans. Comment expliquer ce décalage?

Jean-Luc Biacabe : Les jeunes sont en recherche d'opportunités professionnelles plus favorables et ont moins d'attaches qui les retiennent en France. C'est d'ailleurs très positif de voir qu'ils sont prêts à se lancer dans des projets à l'étranger, qu'ils ont des horizons larges. Pour les plus de 65 ans, pourquoi partir alors que la France offre un rapport qualité/prix en matière de santé sans équivalent au monde ? De plus, l'attachement familial, à son patrimoine n'incite pas au départ.

Peut-on considérer que ces départs sont aussi l'expression d'un désamour pour la France ?

Cette question n'a pas vraiment de sens : les statistiques montrent surtout que les Français ratrappent les autres pays européens en matière d'expatriation. Les Anglais, les Allemands ont une expatriation bien plus forte, qui contribue à les faire rayonner dans le monde. Si l'anglais est devenue la langue de communication à l'international, c'est aussi parce qu'ils se sont expatriés bien plus tôt et en bien plus grand nombre que nous. On ne peut donc pas considérer que le désamour pour la France soit la raison d'un départ de France. Lorsqu'on cherche un avenir professionnel, il est peu probable que l'amour de son pays fasse partie des considérations. On aurait d'ailleurs intérêt à mieux considérer ceux qui partent et qui vont faire la publicité de la France, des entreprises françaises à l'étranger, et qui ont un rôle d'ambassadeurs.

Le départ des Français peut-il être une bonne nouvelle pour la France, ou doit-on définir des politiques pour retenir les forces vives en France ?

Jean-Luc Biacabe : c'est une bonne nouvelle à condition de savoir créer un sentiment diasporique, de garder le lien avec eux, d'en faire des relais à l'international pour les entreprises françaises.

Retenir les forces vives n'aurait aucun sens dans une économie qui se mondialise : nous sommes aujourd'hui dans une compétition mondiale des talents. L'objectif est d'attirer les meilleurs en France. Que les jeunes footballeurs français trustent les places dans le championnat anglais empêche-t-il le PSG  d'attirer les meilleurs joueurs mondiaux ?

Enfin, les Français s'expatrient-ils définitivement? 

Jean-Luc Biacabe : Réponse dans 10 ans !  Y a-t-il quelque chose de "définitif" dans le monde d'aujourd'hui ? La véritable question est de savoir s'ils reviendront :

  • Pour profiter de notre système de protection sociale, de la gratuité de notre système de formation (20.000$ pour s'inscrire à la maternelle à la Nouvelle Orléans, ça fait voir les choses différemment) etc.
  • Ou parce que la croissance française sera redevenue suffisamment forte pour que notre pays crée les emplois nécessaires pour réduire le taux de chômage et offre des opportunités de développement à ceux qui ont des projets entrepreneuriaux.
 

Cette article est une mise à jour d'un article publié le 11 septembre 2015 : à lire ici 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 15/10/2015 - 21:11
La France est un pays push-pull
mais contrairement à une seringue, c'est le liquide qu'on chasse et les bulles d'air qui restent. Le remplacement par le vide économique.
tubixray
- 15/10/2015 - 17:08
pas parti
Il y a 25 ans je me posais la même question: partir ? Un diplôme négociable dans un pays ou j'avais déjà vécu deux ans mais je suis resté par amour pour mon pays. Même question aujourd'hui si j'avais toujours 25 ans = je dégage et vite.
2bout
- 15/10/2015 - 16:20
Le profil de ceux qui partent, Mr Fourquet ?
Trop de spontanéité dans votre réponse, ou est-elle incomplète ? Supprimons l'apprentissage des langues étrangères à l'école, est-ce cela la solution ?