En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 23 heures 18 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 10 heures 43 min
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 11 heures 52 min
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 17 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 23 heures 1 min
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
Les recrutements effectués via les réseaux sociaux représentent une part minime des embauches dans les entreprises, en général moins de 10% des recrutements.
© Reuters
Les recrutements effectués via les réseaux sociaux représentent une part minime des embauches dans les entreprises, en général moins de 10% des recrutements.
Le tweet de l'emploi

Trahis par Twitter… ou pas : les DRH ne font pas encore leur marché sur les réseaux sociaux

Publié le 07 octobre 2015
40% des recruteurs n'utilisent pas du tout les réseaux sociaux. Lorsqu'ils le font, c'est généralement en complément afin d'infirmer ou de confirmer un ressenti sur un candidat, bien qu'il existe effectivement de rares cas où les réseaux sociaux se sont avérés... rédhibitoires.
Fabrice Mazoir est chef de projet éditorial chez RegionsJob, après avoir été journaliste spécialisé sur les question d'emploi, carrière, de ressources humaines.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Mazoir
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Mazoir est chef de projet éditorial chez RegionsJob, après avoir été journaliste spécialisé sur les question d'emploi, carrière, de ressources humaines.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
40% des recruteurs n'utilisent pas du tout les réseaux sociaux. Lorsqu'ils le font, c'est généralement en complément afin d'infirmer ou de confirmer un ressenti sur un candidat, bien qu'il existe effectivement de rares cas où les réseaux sociaux se sont avérés... rédhibitoires.

Atlantico : L'utilisation des réseaux sociaux demeure une pratique complémentaire et non prioritaire lors des recrutements.  40%* des recruteurs n'utilisent même pas du tout ces réseaux. Dans quels objectifs est-ce vraiment utilisé? Par qui ?

Fabrice Mazoir : C’est effectivement un canal complémentaire, parmi d’autres. Les recrutements effectués via les réseaux sociaux représentent une part minime des embauches dans les entreprises, en général moins de 10% des recrutements. Alors que 50 à 75% des postes sont pourvus grâce aux sites emploi.
 
Les entreprises utilisent les réseaux sociaux de deux manières : d’abord pour chercher des profils pénuriques, en particulier des commerciaux, des ingénieurs ou des informaticiens, sans garantie que les personnes présentes sur ces réseaux soient prêtes à changer de poste à court terme. Ensuite, pour communiquer sur leurs postes à pourvoir, en diffusant leurs offres d’emploi et en s’affichant comme une entreprise qui recrute.
 

Parmi les recruteurs qui utilisent les réseaux sociaux dans le cadre de leur stratégie RH, une très large majorité est présente sur Viadeo (94%) et LinkedIn (77%), en revanche, ils sont seulement 44% sur Facebook et 31% sur Twitter. Comment expliquez-vous ce constat ?

La maturité dans l’usage des réseaux sociaux est très variable selon les entreprises. C’est surtout une question de taille et de moyens. Une petite entreprise n’aura pas forcément autant de temps et de ressources à consacrer à ses présences sur les réseaux sociaux qu’un grand groupe qui dispose d’équipes dédiées, avec une stratégie de marque employeur bien établie. Les objectifs ne sont pas les mêmes également. Une multinationale avec plusieurs milliers de postes à pourvoir, a forcément un intérêt à être active et présente sur les réseaux sociaux. Pour une PME qui aurait moins de dix postes ouverts chaque année, c’est trop chronophage par rapport au volume d’embauches. N’oublions pas que ces outils sont récents, les employeurs les expérimentent mais ne sont pas encore convaincus de leur efficacité.
 

Lorsqu'ils consultent des réseaux non professionnels, à quoi les responsables des ressources humaines sont-ils précisément attentifs?

D’abord ce n’est pas une pratique courante, d’après l’étude de RegionsJob sur les méthodes de recrutement, plus de deux tiers des professionnels des RH ne le font jamais. Ils privilégient la technique de prise de références auprès d’anciens employeurs.
En effet, si les recruteurs ont l’habitude de faire des recoupements entre des profils de réseaux sociaux professionnels et les CV qu’ils reçoivent, ils ont autre chose à faire que d’aller observer le compte Twitter ou le profil Facebook d’un candidat. Exception faite de certaines professions comme les métiers du web, de la communication, de la publicité ou des médias pour lesquelles une présence active sur un réseau comme Twitter peut jouer en faveur des candidats. Les recruteurs vont alors regarder si votre activité sur ces réseaux est cohérente avec votre profil, si vous les utilisez comme un vrai professionnel. Ils vont juste valider que votre présence en ligne confirme vos compétences.
 

L'usage des réseaux sociaux est donc fait pour confirmer ou infirmer une impression sur un candidat ayant retenu l'attention (avant ou après un entretien). Arrive-t-il souvent que ce que les recruteurs trouvent en surfant sur le Web soit rhédibitoire ? Ou s'agit-il de cas rares mais (sur)médiatisés ?

Il y a effectivement des cas, heureusement isolés, de personnes qui ont perdu leur emploi ou raté un poste à cause d’une déclaration maladroite sur un réseau social. Mais ces exemples extrêmes ne signifient pas que les recruteurs passent leur temps à scruter les réseaux sociaux. Ils ont bien d’autres choses à faire.
 
Cela ne doit pas vous empêchez appliquer un principe de précaution : même si vous fermez votre profil Facebook aux personnes extérieures à votre cercle d’amis, gardez à l’esprit que tout est potentiellement public. Pour rester « pro » sur les réseaux, il suffit de respecter les règles élémentaires de savoir-vivre, comme dans la vraie vie. Avant de poster un message ou une photo, il n’est pas inutile de se poser cette question élémentaire : « est-ce que ce message risque de nuire à mon image professionnelle ? »
 
Le web est un outil à double tranchant, il faut avoir conscience des risques pour éviter de commettre des erreurs stupides, mais aussi savoir l’utiliser intelligemment pour sortir du lot. 
 
Propos recueillis par Adeline Raynal
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires