En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 6 heures 5 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 8 heures 8 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 9 heures 6 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 12 heures 6 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 6 heures 51 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 8 heures 40 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 10 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 12 heures 49 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 15 heures 29 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
Consommer trop d'antibiotiques provoquerait des allergies.
© Reuters
Consommer trop d'antibiotiques provoquerait des allergies.
Santé en danger

Nouveau risque : avec les antibiotiques, les allergies ce n’est pas automatique mais ça risque de le devenir un peu plus…

Publié le 02 octobre 2015
Trop d’antibiotiques ne provoqueraient pas seulement une résistance accrue des bactéries mais aussi une recrudescence des allergies. Les jeunes enfants sont particulièrement concernés.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop d’antibiotiques ne provoqueraient pas seulement une résistance accrue des bactéries mais aussi une recrudescence des allergies. Les jeunes enfants sont particulièrement concernés.

Atlantico : De récentes études (évoquées ici), établissent un lien de cause à effet entre la prise d'antibiotiques et une recrudescence des allergies depuis une vingtaine d'années. On connaissait déjà le lien entre antibiotiques et résistance des bactéries, le lien établi avec les allergies vous surprend-t-il ? Des études allaient-elles déjà dans ce sens ? Comment expliquer ce lien d'un point de vue scientifique ?

Stéphane Gayet : Effectivement, on assiste à une importante recrudescence de maladies allergiques – ainsi que de maladies dites inflammatoires - depuis une vingtaine d'années, à tel point que certains parlent d'une véritable épidémie d'allergies. Parallèlement, toutefois depuis plus longtemps – environ une cinquantaine d'années -, la fréquence des maladies infectieuses diminue progressivement. Ces deux tendances inverses ont été bien montrées par plusieurs études. Plus récemment, des travaux ont établi qu'il y avait un lien entre la consommation d'antibiotiques et l'augmentation du nombre d'allergies. C'est surtout vrai chez les jeunes enfants. En réalité, la corrélation entre la prise d'antibiotiques chez le jeune enfant et les allergies avait déjà été avancée par d'autres travaux. Par ailleurs, des études ont montré que les enfants ayant grandi dans une ferme développaient moins d'allergies. Ces différents résultats tendent à suggérer l'existence d'une relation entre les bactéries de notre corps et les allergies. Cette découverte aurait été surprenante il y a 10 ou 15 ans, mais ne l'est pas aujourd'hui depuis tous les travaux portant sur le microbiote intestinal. Il est ce que l'on a longtemps appelé la flore intestinale : les études concernant ce "nouvel organe" sont à présent nombreuses. Au moins aussi pesante que notre cerveau, cette énorme quantité de bactéries intestinales s'avère fort importante pour notre état de santé. En particulier, ce microbiote se révèle être un acteur tout à fait déterminant dans la maturation de notre système immunitaire, parmi bien d'autres rôles essentiels. Or, l'allergie est liée à un dysfonctionnement du système immunitaire, qui nous agresse au lieu de nous protéger. Sachant que les antibiotiques altèrent notre microbiote, cela devient clair.

Certains antibiotiques sont-ils particulièrement montrés du doigt? Si oui, lesquels et dans quels cas sont-ils considérés comme allergènes ?

Les traitements antibiotiques en cause sont avant tout ceux qui s'adressent aux jeunes enfants. Ces derniers reçoivent un antibiotique le plus souvent pour une infection des voies respiratoires hautes (sphère ORL) ou basses (trachéites, bronchites, bronchiolites, pneumonies). Les études ne précisent pas en général le type d'antibiotique administré, mais l'on sait que dans ces situations ce sont surtout des macrolides (famille d'antibiotiques bien tolérés, que l'on donne par voie orale et qui ciblent préférentiellement les infections des voies aériennes) et des bêta-lactamines orales (amoxicilline, autres pénicillines orales et céphalosporines orales, données pour des infections semblables), ainsi que plus rarement de la vancomycine (antibiotique performant contre les staphylocoques, streptocoques et bactéries anaérobies). Pour qu'un antibiotique puisse altérer le microbiote intestinal, il faut qu'il soit présent à forte concentration dans la lumière de l'intestin et qu'il soit de plus efficace sur ces bactéries intestinales : ce sont essentiellement des bactéries anaérobies ; or, ces trois groupes d'antibiotiques agissent précisément sur les anaérobies. Ainsi, ce n'est pas en se comportant en allergènes, mais en perturbateurs immunitaires indirects, que les antibiotiques favorisent les allergies. Par le biais d'une altération du microbiote intestinal, alors que celui-ci est essentiel à la maturation du système immunitaire, les antibiotiques génèrent une perturbation de ce dernier qui est ensuite sujet aux dysfonctionnements, tels que les allergies. De plus, le microbiote intestinal intervient dans la régulation du système immunitaire mature : une régulation inefficace est un autre facteur favorisant les allergies.

Ces effets pervers obligent à reconsidérer la prescription des antibiotiques. À quels point ou prix pouvons-nous en passer ?

Les antibiotiques sont des médicaments qui ont énormément apporté à la médecine. Ils ont transformé radicalement l'évolution de maladies infectieuses meurtrières telles que la tuberculose, la fièvre typhoïde, la peste, le typhus, la diphtérie, la scarlatine, les méningites et les pneumonies bactériennes, la gangrène ou encore les septicémies. Il n'est pas question de les remettre en cause, ce sont des substances d'une immense utilité quand elles sont bien utilisées. Mais il est vrai que leur prescription est devenue trop facile, voire systématique, dans les infections des voies aériennes du jeune enfant. Ce qui importe - c'est cependant difficile - est de les prescrire avec discernement, en s'appuyant sur son expérience, des examens complémentaires et des recommandations d'experts. S'il existe indéniablement des prescriptions inutiles - et donc délétères en fonction de ce que nous avons vu -, il n'en reste pas moins vrai qu'ils sont irremplaçables pour permettre la guérison souvent sans séquelle d'un jeune enfant atteint d'infection bactérienne grave.

Propos recueillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 02/10/2015 - 15:27
Revenir à une alimentation plus naturelle
Bien sûr, une grande majorité de personnes y pense. Ce serait évidemment souhaitable. Mais dans notre monde industrialisé à haut niveau de vie, c'est la finance qui commande tout. La production d'une alimentation plus naturelle et plus saine n'est pas lucrative. Les puissances financières veulent à tout prix toujours plus de rendement et plus de profit. Il n'y a dès lors pas de place dans ce système économique et financier pour une production biologique et équitable. Qui pourra inverser cette tendance suicidaire et quand ?
zouk
- 02/10/2015 - 14:44
Allergies
Et si l'on cherchait à rétablir une alimentation plus naturelle, ne précisant mieux les techniques d'assainissement des cultures et traitement industriels, pour permettre uns survie des plus favorables des microorganismes naturels?
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 02/10/2015 - 11:14
Ce qu'il faut retenir de ces études
Toutes ces études ont permis de découvrir, essayer de cerner et de comprendre ce "nouvel organe" appelé "microbiote" ou parfois "microbiome" et constitué d'une masse énorme d'un à deux kilos de bactéries se trouvant dans notre intestin. Elles sont non seulement utiles à notre santé, mais se révèlent indispensables et tout particulièrement chez le petit enfant. Ces bactéries ont une influence que l'on ne soupçonnait pas sur le système immunitaire, le système nerveux, l'équilibre staturo-pondéral, la glycémie, la faim, le tonus, la prévention de cancers, etc. Or, ce microbiote est tout de même vulnérable. Tout ce qui le perturbe est néfaste à notre équilibre physiologique. Les antibiotiques médicaux sont pointés du doigt dans cette étude, mais il y a aussi les antibiotiques agro-alimentaires, la pollution physico-chimique et bien d'autres facteurs délétères à moyen et long termes. Et les enfants qui grandissent à la ferme, loin de la pollution et au contact de nombreux animaux, développent moins d'allergies, c'est un fait avéré.