En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 15 heures 16 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 16 heures 12 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 18 heures 37 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 22 heures 9 sec
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 22 heures 19 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 16 heures 40 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 22 heures 17 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 22 heures 19 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
 Les "Big data" débarquent dans le domaine des RH.
© Reuters
 Les "Big data" débarquent dans le domaine des RH.
Ressources humaines 2.0

Les DRH à l’heure du big data : comment ne pas s’empêcher d’être efficaces tout en en ne franchissant pas la ligne jaune

Publié le 10 septembre 2015
L'exploitation des données permet de réaliser des diagnostic et de valider des investissements RH. Les données aspirées proviennent parfois de profils de salariés sur les réseaux sociaux professionnels. Charge à chaque DRH de se fixer aussi des limites.
Philippe Burger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Burger est associé Capital Humain chez Deloitte France depuis 2008. Il a précédemment exercé au sein de l'entitée Calyon du Crédit Agricole CIB et de  l'entreprise Towers Perrin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'exploitation des données permet de réaliser des diagnostic et de valider des investissements RH. Les données aspirées proviennent parfois de profils de salariés sur les réseaux sociaux professionnels. Charge à chaque DRH de se fixer aussi des limites.

Atlantico : Le groupe France Télévisions a procédé à une "revue de personnel", attribuant des notes aux collaborateurs.  Les "Big data" débarquent dans le domaine des RH. Comment l'exploitation des données en grandes quantités permet-elle d'innover en matière de gestion des ressources humaines? Sur le plan du recrutement mais aussi du suivi de l'évolution des salariés en interne?

Philippe Burger : Parmi les informations disponibles, il y en a sur le parcours du salarié, son historique dans la société, sa formation, son historique de rémunération, sa notation ou son appréciation par ses pairs, ses compétences comportementales, etc. Il y a donc pléthore d'informations. Elles sont disponibles en interne et en externe, notamment sur les réseaux sociaux professionnels. Tout l'intérêt est de faire parler toutes ces informations entre elles. La question est: comment les traiter? A quelles fins? Dans l'analytique appliqué aux ressources humaines, il y a une multitude de possibilités. On pourra par exemple déterminer le risque de turn over en fonction des performances d'un salarié, de l'activité économique de son entité… Les "Big datas" seront aussi utiles pour identifier des parcours professionnels qui fonctionnent bien c'est-à-dire dans lesquels les collaborateurs sont efficaces et pour identifier des zones de compétences beaucoup plus importantes. Leurs exploitation peut éviter de tomber dans les idées reçues.

Ce type d'exploitation est particulièrement adapté dans les organisations globalisées, où le travail se fait en mode projet. Cela se combine avec la nécessité d'avoir des organisations liquides, transparentes, agiles, légères, où l'information circule dans et en dehors des murs de l'entreprise de manière extraordinaire.

Ne se risque-t-on pas à une uniformisation des profils recrutés? Au-delà, où placez-vous la limite de cet utilisation des données personnelles ? Autrement dit, le risque d'un Big Brother en entreprises est-il présent ?

En effet, le risque d'uniformisation est très important. On pourrait avoir l'impression qu'il ne peut y avoir qu'un seul type de parcours qui fonctionne bien en face d'une fiche de poste. Cela pourrait conduire à une perte d'occasion de ruptures dans les profils embauchés. Ceci dit, je pense que le Big Data ne fait pas spécifiquement apparaître ce risque, il peut simplement y concourir. Se focaliser sur un seul type d'école dans le cadre d'un recrutement existe déjà, sans qu'il soit question de Big Data.

D'autre part, on traite d'une matière où la réalité est parfois difficile à identifier, le lien de causalité n'est pas toujours systématique. C'est là une limite de l'application de ce type de méthode au cas des ressources humaines. 

Il existe en outre un enjeu de sécurité des données. Les directions des ressources humaines devront s'assurer qu'un collaborateur ne va pas avoir accès à de l'information cruciale en termes de compétence ou de talent. Cette question de la sécurité demande d'avoir des profils particuliers dans l'effectif RH, à même d'interagir avec les DSI et aussi de faire le lien entre les différentes zones d'information au sein de l'entreprise.

Comment ne pas s’empêcher d’être efficaces tout en en ne franchissant pas la ligne jaune ? Les DRH ont accès à beaucoup de données qui peuvent permettre d’améliorer l’efficacité de l’entreprise, mais quelles sont les limites à ne pas franchir ? Il y a-t-il des données qu'elles doivent s'abstenir d'exploiter ? Si oui lesquelles? Pourquoi?

Les responsables des ressources humaines ont l’habitude de traiter des données confidentielles puisqu’ils ont, par leur fonction même, déjà accès à vos données personnelles, ne serait-ce que la rémunération qu’ils vous accordent, votre situation de famille, etc. La façon la plus efficace consiste à traiter ces données de manière anonyme : ce que l’on recherche avant tout à travers le Big Data appliqué aux RH c’est de pouvoir identifier des parcours particuliers, d’obtenir des signaux d’alerte, etc. Les mêmes limites que celles qui s’appliquent sur la collecte de données personnelles sur le net doivent pouvoir être mises en place (e.g. ne pas utiliser ou transmettre d’information sur l’état de santé du collaborateur). Enfin des garde-fous existent, notamment à travers la loi informatique et liberté.

Quels sont les entreprises françaises les plus en pointe sur le sujet ? Qu'ont-elles mis en place?

Orange a par exemple beaucoup investi sur le sujet. L'entreprise s'est servie dans son système d'information RH de liens avec les réseaux sociaux professionnels pour aspirer de l'information sur les compétences, en accord avec les collaborateurs concernés.  Ces profils-là sont beaucoup plus mis à jour que les fiches internes des entreprises.

Pfizer a aussi fait des choses en la matière, ainsi que plusieurs groupes dans le secteur financier français.

En quoi l'exploitation des données peut-elle faire gagner en efficacité au sein des directions des ressources humaines ?

Nous sommes à l'aube d'une révolution dans l'utilisation des données dans les systèmes d'information RH, au même titre que s'est produite une révolution au sein des systèmes d'information financier au début des années 2000. On sort d'une approche où les systèmes étaient très indépendants les uns des autres (sur le plan géographique et des fonctions) pour aller vers des  systèmes qui communiquent entre eux. La différence est du même ordre que celle entre un ordinateur isolé et un ordinateur connecté à Internet.

Les entreprises peuvent valider certaines décisions d'investissements, c'est un outil de diagnostic pour orienter les décisions. Certains clients se sont par exemple rendu compte de l'impact de la diversité des profils sur leur rentabilité, des écarts de rémunération,  du plafond de verre.  Le Big Data permet aussi d'analyser la pertinence et le retour sur investissement d'un programme RH.

Avez-vous identifié des freins à utilisation de ces "Big data" dans le domaine des RH?

Le risque c'est de ne pas avoir la capacité à faire circuler correctement l'information. Idéalement une entreprise doit être capable d'apporter un certain nombre d'informations à ses managers (parcours de carrière et formations que l'on peut proposer, etc) afin qu'ils jouissent d'une réponse complète globale pour manager leurs collaborateurs. A ce jour, ces informations existent mais sont souvent très disséminées.

Il y a aussi des contraintes de coût, néanmoins aujourd'hui, les solutions commercialisées en Saas sont une réponse à ce problème.  Elles permettent de mutualiser, de gérer toutes les informations dans un seul système pour les différentes filiales. Elles sont aussi facilement adaptables, elles proposent par exemple des interfaces clés en main pour récolter des informations sur les réseaux sociaux professionnels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 10/09/2015 - 20:29
Le roi de la chiourme
Eh oui ! Le Dé rrr hache dirige des "ressources". Ce sont des choses, les "ressources" ! Quoi de plus banal que de les mettre en fiche ? Ah ? humaines me dites-vous ? Un adjectif ne change pas la chose, et l'on sait que, par définition de droit, une "chose humaine" est un "esclave". Donc nous voilà revenu loin en arrière. Que ne revient-on pas en arrière de seulement quelques décennies, où l'on avait affaire à des "Directeurs du Personnel"? Là, au moins, on savait que ce sont des hommes, les hommes qui, eux, sont les "créateurs" de ressources ! Et non pas des "ressources", pas "des unités de travail", pas des numéros en fin de compte. Alors, à quand le respect du travailleur ? Le mot "fiche" disparaîtrait alors ! Ben, pas complètement : il faut savoir qui "il" est...