En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 16 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 18 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 14 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 20 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 56 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 38 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 36 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 19 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 24 min
Dans son livre, Roger-Pol Droit insiste sur le "nous" que représente la famille.
Dans son livre, Roger-Pol Droit insiste sur le "nous" que représente la famille.
Entretien

Roger-Pol Droit, “Qu’est-ce qui nous unit” : on oublie la pluralité de “nous” qui habite chacun, alors qu’elle est vitale

Publié le 30 août 2015
Dans "Qu'est-ce qui nous unit ?" publié chez Plon, Roger-Pol Droit revient sur le "nous" et la capacité de "vivre ensemble", à travers plusieurs institutions que sont la famille, l'Etat ou le terroir. Entretien avec l'auteur.
Roger-Pol Droit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ecrivain, philosophe, chercheur au CNRS, enseignant à Sciences-Po, Roger-Pol Droit est l'auteur d'une vingtaine de livres, dont plusieurs traduits dans le monde entier. Il écrit régulièrement dans Le Monde, Le Point et Les Echos. Avec Petites...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Qu'est-ce qui nous unit ?" publié chez Plon, Roger-Pol Droit revient sur le "nous" et la capacité de "vivre ensemble", à travers plusieurs institutions que sont la famille, l'Etat ou le terroir. Entretien avec l'auteur.

Atlantico : Dans votre livre, vous explorez les "nous" qui nous permettent de nous retrouver et constituent notre lien humain. Comment en est-on arrivé à devoir se poser cette question de ce qui nous unit ? Qu'est-ce qui s'est dissout pour que la société ait du mal à y répondre d'elle-même ?

Roger Pol Droit : L’interrogation sur ce qui constitue les liens humains n’est pas évidemment pas récente. En fait, c’est fait la question du politique, de l’existence même des humains en société, tout autant que celle de l’amour et de l’amitié. Ces questions n’ont cessé d’être scrutées au cours de l’histoire de la pensée, depuis Platon et Aristote jusqu’à nos jours. Mais c’était, si j’ose dire, des questions froides, souvent coupées des réalités concrètes. Aujourd’hui, ce qui nous unit est devenu une question urgente, pour deux raisons principales.

D’abord la multiplication des conflits, des affrontements, des divisions. L’affichage permanent des tensions dans les flux d’informations nous fait oublier l’autre versant, celui des solidarités et des unions. J’ai donc voulu les remettre en lumière – non pas pour estomper la réalité des heurts, mais pour rééquilibrer le regard. Car je suis convaincu qu’on doit tenir ensemble les faces opposées de la réalité.

D’autre part, quantités d’identités - nationales, culturelles, sociales, individuelles... – sont entrées en crise sous les effets conjugués, notamment, de la mondialisation  et de la digitalisation des relations humaines. D’où cette impression partout présente de perte des repères, avec pour conséquence des crispations identitaires, des replis sur des « nous » figés, clos, essentialisés.

Lire aussi l'extrait de son ouvrage : "Qu'est-ce qui nous unit ?", de Roger-Pol Droit : cette confusion entre le terroir et l’Etat qui empêche la construction du "nous" national

Dans ce livre, je propose donc de réexaminer ce qu’on appelle « nous », de découvrir la diversité des liens humains, qui définissent plusieurs de grands types de « nous » (entre autres : famille, amis, amants, langue, terroir, Etat, humanité, ensemble des vivants). Chaque personne se rattache à des quantités de nous différents, mais on oublie la pluralité de nous qui habite chacun, alors qu’elle est vitale.

De quoi nous vient cette capacité à nous unir ? Vous évoquez le vivre-ensemble, quelle définition lui donnez-vous ?

Le ressort ultime de ce qui permet de constituer des « nous » est malaisé à cerner. Parmi les causes bien connues figurent la lenteur du développement d’un être humain, sa si longue enfance, le langage articulé, les échanges matrimoniaux, commerciaux, symboliques... Sans oublier l’immédiate solidarité qui pousse les humains à se secourir en cas de détresse, sans réfléchir et sans parler.

« Vivre ensemble » est autre chose. L’expression s’est affadie, elle est souvent devenue une sorte de potion magique consensuelle qui ne m’intéresse pas. A mes yeux, en parlant de « vivre ensemble », il n’est pas question de nier les tensions, mais de les prendre au contraire comme point de départ. « Vivre ensemble » n’est donc pas une réponse, mais une question : comment constituer un « nous » avec nos divisions, nos divergences et nos clivages ? Depuis cinq ans, j’ai élaboré en collaboration avec le CESE, à la demande de Jean-Paul Delevoye, une série de Forums sur le vivre ensemble, qui ont abouti à quatre volumes publiés aux PUF. Chaque année, depuis 2011, ces Forums réfléchissent sur des tensions à surmonter pour vivre ensemble, « entre confiance et défiance », « temps court et temps long », « richesse et pauvreté », « unité et diversités » etc.

En quoi la confusion entre le terroir et l'Etat est-elle une difficulté pour le "nous" national, et donc la question d'identité nationale ?

Le terroir et l’Etat sont deux formes de relations totalement distinctes. La première est affective, corporelle, sensible : on aime la terre de son enfance, ses odeurs, ses saveurs, la couleur des toits et des champs, les coutumes de chez soi... Ce qui est tout à fait légitime. Je ne vois pas au nom de quoi on devrait refuser à qui que ce soit cet attachement. Mais il n’a rien à voir avec l’Etat, qui instaure entre les citoyens une relation juridique, rationnelle et non pas charnelle. Un même Etat de droit englobe des régions dissemblables, des langues et des coutumes différentes, des terroirs disparates. Confondre la terre et la loi, c’est le point de départ de tous les fascismes.

Vous insistez beaucoup sur ce "nous" que représente la famille. Ce "nous" est-il mis en danger au fur et à mesure des années ?

J’y insiste tout simplement parce que le nous de la famille -  quelle que soit l’époque ou la civilisation considérée - est celui où tout être humain commence à  se construire, de manière plus ou moins conflictuelle mais toujours primordiale. Je n’ai pas le sentiment que ceci soit en danger. Des formes historiques de la famille sont évidemment en train d’évoluer, mais les liens eux-mêmes ne sont pas menacés.

Dans votre épilogue, vous concluez en disant que finalement, ce qui nous unit se résume en deux mots: corps-parlant. Comment expliquez-vous cette expression ?

C’est une antique définition de l’humain, qu’Aristote formulait en grec par les termes « zôon logikon », que l’on peut traduire aussi bien par « animal parlant », que par « animal doué de raison ». Je préfère corps-parlant, pour indiquer que l’humain possède un corps expressif, travaillé par le langage. C’est dans cette présence expressive et ces manifestations que s’ancre ce qui nous unit, que ce lien soit construit ou bien  spontané, qu’il soit réfléchi ou bien impulsif, qu’il soit restreint ou global. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JMAndré
- 31/08/2015 - 00:56
contradiction
Un si bel édifice de pensée se trouve ruiné selon moi par ces quelques mots : " Des formes historiques de la famille sont évidemment en train d’évoluer, mais les liens eux-mêmes ne sont pas menacés".

Or, c'est précisément la racine du mal. Devant la difficulté croissante des couples à s'engager et à durer ensemble on a préféré déconstruire la famille historique et encourager l'hédonisme pour tous.

On ne peut pas avoir créé l'individu roi, avoir miné et sapé tout ce qui fait la fondation d'une société, tout ce qui met en commun, ce qui rassemble et donne sens, et vouloir en même temps que les gens se rassemblent autour d'idéaux.

Quand l'héritage judéo-chrétien est déclaré ennemi de la Modernité, quand tout ce qui en découle: la famille, les traditions, la patrie, l'appartenance à une histoire plus grande que soi, la morale, quand tout est bon pour la poubelle, on invente alors ce pitoyable et mensonger "vivre ensemble" qui est bâti sur le sable et le vide de l'idéologie qui l'a enfanté. Cela ne peut pas réussir, car c'est un ersatz, une supercherie, une morale de substitution qui de fait aggrave la tendance au chacun pour soi.