En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 9 heures 46 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 41 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 16 heures 54 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 18 heures 18 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 21 heures 25 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 21 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 10 heures 49 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 13 heures 4 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 21 heures 42 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 22 heures 13 min
© Reuters
Il y a un an, le prix du baril de pétrole était d'environ 103$. Lundi 24 août, il se fixait autour de 42$.
© Reuters
Il y a un an, le prix du baril de pétrole était d'environ 103$. Lundi 24 août, il se fixait autour de 42$.
Fonds de commerce

Baisse des prix du pétrole : comment les pays exportateurs sont en train de connaître un grand bouleversement

Publié le 26 août 2015
Le pétrole est la pierre angulaire de nombreux pays, en particulier celle des pays exportateurs qui n’ont que très peu diversifié leur économie. Il y a un an, le prix du baril de pétrole était d'environ 103$. Lundi 24 août, il se fixait autour de 42$. Pour ces pays dépendants de l’or noir, les conséquences sociales et politiques ne se font pas attendre.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pétrole est la pierre angulaire de nombreux pays, en particulier celle des pays exportateurs qui n’ont que très peu diversifié leur économie. Il y a un an, le prix du baril de pétrole était d'environ 103$. Lundi 24 août, il se fixait autour de 42$. Pour ces pays dépendants de l’or noir, les conséquences sociales et politiques ne se font pas attendre.

Le pétrole est la pierre angulaire de nombreux pays, en particulier celle des pays exportateurs qui n’ont que très peu diversifié leur économie. Il y a un an, le prix du baril de pétrole était d'environ 103$. Lundi il se fixait autour de 42 $. Pour ces pays dépendants de l’or noir, des conséquences sociales et politiques ne se font pas attendre. Alors que 70% de son budget dépend du pétrole, l’Algérie a décidé de geler tous ses programmes d’investissements ce qui aura de graves conséquences sur les populations en matière d’emplois ou infrastructures par exemple. Pour la Russie, il s’agit de la plus forte contraction de son économie depuis 6 ans, et les sanctions internationales auxquelles elle doit faire face n’arrange en rien sa situation. Quant au Venezuela, dépendant à 95 % des exportations, la question d’une banqueroute se pose. Dans certaines villes d'Irak, il n'y a plus d'eau courante ni d'électricité suite à cette crise pétrolière. 

Atlantico : Les pays touchés par cette chute des prix du pétrole peuvent-ils assister à des révoltes populaires dans la rue, des soulèvements de la part de la population qui subit les conséquences de ces pertes colossales pour l’économie des pays ? 

Francis Perrin : C'est tout à fait possible malheureusement. Tous les pays producteurs et exportateurs de pétrole subissent des pertes considérables du fait de la chute des prix du pétrole brut mais, lorsqu'il s'agit de pays en développement ayant une économie très peu diversifiée et donc très dépendante du pétrole et une majeure partie de la population très pauvre, l'impact négatif peut être énorme. Un autre aspect clé est l'importance des réserves financières accumulées ou pas pendant les années de prix élevés du pétrole entre 2011 et la fin du premier semestre 2014. Les recettes pétrolières peuvent permettre d'acheter la paix sociale mais, avec un prix du Brent qui est passé de $115 par baril en juin 2014 à $43/b à présent, soit une chute de 63%, cela devient mission impossible pour de nombreux pays.

Quels sont les principaux pays touchés (de manière négative) par cette chute du prix du baril ?

Au sein de l'OPEP, le Venezuela vient immédiatement à l'esprit mais on peut aussi évoquer l'Equateur, la Libye, l'Irak ou le Nigeria et l'Angola. L'Iran subit à la fois l'impact de la chute des prix du pétrole et les sanctions occidentales même si la situation du pays devrait s'améliorer l'an prochain du fait de la mise en oeuvre de l'accord sur le programme nucléaire conclu le 14 juillet. L'Algérie a des réserves de change très importantes mais elles sont en train de diminuer rapidement puisqu'elles étaient de $160 milliards à la fin mars 2015, contre $195 milliards un an auparavant. Par contre, l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Koweit et le Qatar peuvent se permettre d'attendre. 

En dehors de l'OPEP, la Russie subit en quelque sorte une triple peine avec, outre la chute des cours du brut, les conséquences de cette baisse sur les prix du gaz naturel qui sont largement indexés sur ceux du brut ou des produits pétroliers (la Russie est le premier exportateur mondial de gaz) et les sanctions occidentales. Là encore, l'importance des réserves de change du pays le protège partiellement pendant un certain temps mais elles sont en trin de fondre.

Les gouvernements en place dans ces pays exportateurs peuvent-ils être mis en difficulté par leurs adversaires politiques, profitant de la situation et des difficultés économiques ?

C'est là aussi une possibilité. Dans n'importe quel pays, l'opposition tente de profiter des difficultés du pouvoir en place mais sa marge de manoeuvre dépend beaucoup de son importance et de sa représentativité, de la nature du régime, pas forcément démocratique, et du contrôle que celui-ci exerce sur la société et sur les forces de sécurité. Les facteurs en jeu ici ne sont pas seulement économiques, ils sont aussi sociaux et politiques.

Quelles raisons expliquent que certains Etats n’aient toujours pas diversifié leur économie ?

Il y en a plusieurs qui peuvent se cumuler ou pas : la pure incompétence, le court-termisme, la croyance que les prix du pétrole peuvent rester durablement élevés (un proverbe boursier dit pourtant que les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel), l'absence de prise en compte de l'intérêt national ou la volonté de privilégier certains intérêts privés et, parfois, tout simplement, la tentation de la facilité. Le pétrole génère beaucoup d'argent et il est moins compliqué de se reposer sur la rente pétrolière que de chercher à moderniser et à diversifier une économie, ce qui est un travail de longue haleine. Lorsque les prix du pétrole sont bas, certains gouvernements ont des velléités de changement mais ils se disent, à tort, que ce n'est pas le bon moment. Puis, quand les cours remontent, ces bonnes intentions sont rapidement oubliées jusqu'à la prochaine crise.

La constitution de réserves financières dans les périodes de vaches grasses, la bonne gestion de la rente pétrolière et l'utilisation d'une partie des revenus pétroliers (et gaziers) pour financer la diversification de l'économie devraient pourtant être des impératifs dans tous les pays en développement producteurs et exportateurs de brut. Il y a eu quelques progrès sur cette voie mais on est encore loin du compte.

Propos recueillis par Rachel Binhas

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 27/08/2015 - 06:33
A vangogo
Changez de disques svp, Giscart gauchiste, alors Philippot ultra gauchiste, pro Syriza. Si vous consultez la courbe de la dette vous verrez qu'elle a surtout augmenter grâce à Aubry, Mitterrand et les "avancées sociales des socialistes" comme la retraite à 60 ans, les aides RMI, CMU, ETC, ET LES CENTAINES D'AIDES de toutes sortes. Le creusement de 2009 est du au tarissement subit des rentrées fiscales ( -30%) sur cette année. La vérité est bien là, et le FN veut toujours une politique de gauche et le retour au franc, monnaie de singe, donc la ruine rapide à la grec.
vangog
- 26/08/2015 - 09:48
Crise de la baisse du pétrole...
Lors de la crise de la hausse du pétrole, le gauchiste Giscard nous avait vendu son regroupement familial, pour permettre la croissance résiduelle que la désindustrialisation ne permettait plus, et VGE nous a vendu son obligation pour l'état d'emprunter aux banquiers pour permettre l'explosion de la dette francaise...aujourd'hui que le pétrole baisse, on fait l'inverse?...