En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 46 min 13 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 12 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 30 min 47 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 29 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 45 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 9 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 49 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 31 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Petites histoires des animaux célèbres : Bucéphale, le cheval d’Alexandre le Grand

Publié le 22 août 2015
Au lendemain de la modification du Code Civil qui reconnaît enfin que les animaux sont des « êtres vivants doués de sensibilité », Marie-Hélène Baylac nous invite à une redécouverte inédite et jubilatoire du monde animal à travers ses figures de proue les plus célèbres. Extrait de "Histoire des animaux célèbres", publié chez Perrin (1/2).
Marie-Hélène Baylac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’histoire, Marie-Hélène Baylac a écrit sur la période révolutionnaire et l’Empire. Elle s’intéresse également à une approche transversale de l’histoire dont témoignent ses deux derniers ouvrages :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de la modification du Code Civil qui reconnaît enfin que les animaux sont des « êtres vivants doués de sensibilité », Marie-Hélène Baylac nous invite à une redécouverte inédite et jubilatoire du monde animal à travers ses figures de proue les plus célèbres. Extrait de "Histoire des animaux célèbres", publié chez Perrin (1/2).

Un jour de l’an 341 avant notre ère, un Thessalien, du nom de Philonicus, se présente devant Philippe, roi de Macédoine, pour lui vendre un cheval. L’historien romain Plutarque raconte : « On descendit dans la plaine pour essayer le cheval ; mais on le trouva difficile, et complètement rebours : il ne souffrait pas que personne le montât ; il ne pouvait supporter la voix d’aucun des écuyers de Philippe et se cabrait contre tous ceux qui voulaient l’approcher. » Philippe ordonne qu’on le renvoie. Mais son fils, un adolescent d’une quinzaine d’années, laisse échapper sa désapprobation : « Quel cheval ils perdent là ! s’écrie Alexandre, qui était présent ; c’est par inexpérience et timidité qu’ils n’en ont pu venir à bout. Son père, qui l’entendait, ne dit rien d’abord ; mais, Alexandre ayant répété plusieurs fois la même chose, et témoigné le chagrin qu’il éprouvait : “Tu blâmes des gens plus âgés que toi, dit enfin le souverain, comme si tu étais plus habile qu’eux, et que tu fusses plus capable de dompter un cheval. – Sans doute, reprit Alexandre, je viendrais mieux qu’un autre à bout de celui-là. – Mais si tu échoues, quelle peine porteras-tu pour ta présomption ? – Eh bien ! dit Alexandre, je paierai le prix du cheval.” Cette réponse fit rire tout le monde ; et Philippe convint avec son fils que celui qui perdrait paierait les treize talents. »

Si Alexandre est si sûr de lui, c’est parce qu’il a compris pourquoi le cheval est farouche : les mouvements de son ombre sur le sol l’effrayent. Il le place donc face au soleil, le flatte doucement de la voix et de la main jusqu’à ce qu’il se calme puis l’enfourche « et le lâche à toute bride, en lui parlant d’une voix plus rude, et en le frappant du talon. Philippe et tous les assistants regardaient d’abord avec une inquiétude mortelle, et dans un profond silence ; mais, quand Alexandre tourna bride, sans embarras, et revint la tête haute et tout fier de son exploit, tous les spectateurs le couvrirent de leurs applaudissements. Quant au père, il en versa, dit-on, des larmes de joie ; et, lorsque Alexandre fut descendu de cheval, il le baisa au front : “O mon fils ! dit-il, cherche un royaume qui soit digne de toi ; la Macédoine n’est pas à ta mesure.” » Désormais, le sort d’Alexandre et celui de Bucéphale sont liés.

Bucéphale n’est certes pas un cheval ordinaire. Il appartient à la meilleure race de Thessalie, cette région d’où sont originaires les mythiques centaures, des chevaux dotés d’un buste d’homme, tout un symbole… Son origine est marquée au fer rouge sur une de ses cuisses : l’empreinte d’une tête de boeuf. D’où probablement son nom, qui signifie littéralement « tête de boeuf », parfois aussi attribué à l’aspect de sa tête : un front large et des naseaux courts et écartés. Ce beau et fort cheval a trouvé un maître à sa mesure et Alexandre un cheval à la hauteur de ses ambitions.

Quand Philippe meurt en - 336, Alexandre, devenu roi de Macédoine, décide de se lancer à la conquête du monde. Il conforte son emprise sur les cités grecques puis, au printemps de l’an - 334, s’engage en Asie. Dans les années qui suivent, il constitue un immense empire, qui s’étend de la Grèce et de l’Egypte jusqu’à l’Inde. Dans tous les combats, c’est Bucéphale qui le porte. Plutarque raconte qu’un jour, aux abords de la mer Caspienne, des « barbares ayant rencontré ceux qui conduisaient son cheval Bucéphale, le lui enlevèrent ». Et il ajoute : « cette perte l’affecta vivement », au point qu’Alexandre dépêche un homme pour annoncer aux ravisseurs que s’ils ne rendent pas le cheval, il les fera tous passer au fil de l’épée, eux, leurs femmes et leurs enfants. Bien sûr, Bucéphale lui est rendu.

Cet attachement, Bucéphale le rend bien à son maître, au point de le porter jusqu’à la limite de ses forces. En - 326, Alexandre affronte le raja Porus, sur les bords de l’Hydaspe, au Pendjab, dans l’actuel Etat du Pakistan. La bataille est d’une grande violence. Les chevaux de la cavalerie macédonienne sont effrayés par les deux cents éléphants caparaçonnés qu’aligne le raja… sauf Bucéphale : sur une pièce de monnaie frappée trois années plus tard, on voit Porus juché sur un éléphant brandir une lance vers Alexandre qui le poursuit à cheval. La victoire reste à Alexandre. Mais Bucéphale, blessé, âgé de trente ans – un âge respectable pour un cheval –, meurt peu de temps après. Plutarque dit le chagrin de son maître qui « crut avoir perdu un ami, un compagnon fidèle », le fit enterrer sur le bord de l’Hydaspe et fonda sur cet emplacement une ville qu’il appela Bucéphalie (aujourd’hui Jhelum).

Extrait de "Histoire des animaux célèbres", de Marie-Hélène Baylac, publié chez Perrin, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires