En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 21 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 50 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 29 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 47 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 59 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 52 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 56 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 52 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Petites histoires des animaux célèbres : Bucéphale, le cheval d’Alexandre le Grand

Publié le 22 août 2015
Au lendemain de la modification du Code Civil qui reconnaît enfin que les animaux sont des « êtres vivants doués de sensibilité », Marie-Hélène Baylac nous invite à une redécouverte inédite et jubilatoire du monde animal à travers ses figures de proue les plus célèbres. Extrait de "Histoire des animaux célèbres", publié chez Perrin (1/2).
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’histoire, Marie-Hélène Baylac a écrit sur la période révolutionnaire et l’Empire. Elle s’intéresse également à une approche transversale de l’histoire dont témoignent ses deux derniers ouvrages :...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Hélène Baylac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’histoire, Marie-Hélène Baylac a écrit sur la période révolutionnaire et l’Empire. Elle s’intéresse également à une approche transversale de l’histoire dont témoignent ses deux derniers ouvrages :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de la modification du Code Civil qui reconnaît enfin que les animaux sont des « êtres vivants doués de sensibilité », Marie-Hélène Baylac nous invite à une redécouverte inédite et jubilatoire du monde animal à travers ses figures de proue les plus célèbres. Extrait de "Histoire des animaux célèbres", publié chez Perrin (1/2).

Un jour de l’an 341 avant notre ère, un Thessalien, du nom de Philonicus, se présente devant Philippe, roi de Macédoine, pour lui vendre un cheval. L’historien romain Plutarque raconte : « On descendit dans la plaine pour essayer le cheval ; mais on le trouva difficile, et complètement rebours : il ne souffrait pas que personne le montât ; il ne pouvait supporter la voix d’aucun des écuyers de Philippe et se cabrait contre tous ceux qui voulaient l’approcher. » Philippe ordonne qu’on le renvoie. Mais son fils, un adolescent d’une quinzaine d’années, laisse échapper sa désapprobation : « Quel cheval ils perdent là ! s’écrie Alexandre, qui était présent ; c’est par inexpérience et timidité qu’ils n’en ont pu venir à bout. Son père, qui l’entendait, ne dit rien d’abord ; mais, Alexandre ayant répété plusieurs fois la même chose, et témoigné le chagrin qu’il éprouvait : “Tu blâmes des gens plus âgés que toi, dit enfin le souverain, comme si tu étais plus habile qu’eux, et que tu fusses plus capable de dompter un cheval. – Sans doute, reprit Alexandre, je viendrais mieux qu’un autre à bout de celui-là. – Mais si tu échoues, quelle peine porteras-tu pour ta présomption ? – Eh bien ! dit Alexandre, je paierai le prix du cheval.” Cette réponse fit rire tout le monde ; et Philippe convint avec son fils que celui qui perdrait paierait les treize talents. »

Si Alexandre est si sûr de lui, c’est parce qu’il a compris pourquoi le cheval est farouche : les mouvements de son ombre sur le sol l’effrayent. Il le place donc face au soleil, le flatte doucement de la voix et de la main jusqu’à ce qu’il se calme puis l’enfourche « et le lâche à toute bride, en lui parlant d’une voix plus rude, et en le frappant du talon. Philippe et tous les assistants regardaient d’abord avec une inquiétude mortelle, et dans un profond silence ; mais, quand Alexandre tourna bride, sans embarras, et revint la tête haute et tout fier de son exploit, tous les spectateurs le couvrirent de leurs applaudissements. Quant au père, il en versa, dit-on, des larmes de joie ; et, lorsque Alexandre fut descendu de cheval, il le baisa au front : “O mon fils ! dit-il, cherche un royaume qui soit digne de toi ; la Macédoine n’est pas à ta mesure.” » Désormais, le sort d’Alexandre et celui de Bucéphale sont liés.

Bucéphale n’est certes pas un cheval ordinaire. Il appartient à la meilleure race de Thessalie, cette région d’où sont originaires les mythiques centaures, des chevaux dotés d’un buste d’homme, tout un symbole… Son origine est marquée au fer rouge sur une de ses cuisses : l’empreinte d’une tête de boeuf. D’où probablement son nom, qui signifie littéralement « tête de boeuf », parfois aussi attribué à l’aspect de sa tête : un front large et des naseaux courts et écartés. Ce beau et fort cheval a trouvé un maître à sa mesure et Alexandre un cheval à la hauteur de ses ambitions.

Quand Philippe meurt en - 336, Alexandre, devenu roi de Macédoine, décide de se lancer à la conquête du monde. Il conforte son emprise sur les cités grecques puis, au printemps de l’an - 334, s’engage en Asie. Dans les années qui suivent, il constitue un immense empire, qui s’étend de la Grèce et de l’Egypte jusqu’à l’Inde. Dans tous les combats, c’est Bucéphale qui le porte. Plutarque raconte qu’un jour, aux abords de la mer Caspienne, des « barbares ayant rencontré ceux qui conduisaient son cheval Bucéphale, le lui enlevèrent ». Et il ajoute : « cette perte l’affecta vivement », au point qu’Alexandre dépêche un homme pour annoncer aux ravisseurs que s’ils ne rendent pas le cheval, il les fera tous passer au fil de l’épée, eux, leurs femmes et leurs enfants. Bien sûr, Bucéphale lui est rendu.

Cet attachement, Bucéphale le rend bien à son maître, au point de le porter jusqu’à la limite de ses forces. En - 326, Alexandre affronte le raja Porus, sur les bords de l’Hydaspe, au Pendjab, dans l’actuel Etat du Pakistan. La bataille est d’une grande violence. Les chevaux de la cavalerie macédonienne sont effrayés par les deux cents éléphants caparaçonnés qu’aligne le raja… sauf Bucéphale : sur une pièce de monnaie frappée trois années plus tard, on voit Porus juché sur un éléphant brandir une lance vers Alexandre qui le poursuit à cheval. La victoire reste à Alexandre. Mais Bucéphale, blessé, âgé de trente ans – un âge respectable pour un cheval –, meurt peu de temps après. Plutarque dit le chagrin de son maître qui « crut avoir perdu un ami, un compagnon fidèle », le fit enterrer sur le bord de l’Hydaspe et fonda sur cet emplacement une ville qu’il appela Bucéphalie (aujourd’hui Jhelum).

Extrait de "Histoire des animaux célèbres", de Marie-Hélène Baylac, publié chez Perrin, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires