En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 min 41 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 1 heure 3 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 4 heures 35 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 4 heures 47 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 6 heures 35 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 6 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 21 min 45 sec
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 2 heures 31 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 4 heures 45 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 5 heures 17 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 7 heures 17 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 8 heures 1 min
© Reuters
 Facebook, Twitter ou encore les jeux de rôle en ligne multijoueurs semblent même essentiels au bon déroulement de la socialisation de la jeunesse.
© Reuters
 Facebook, Twitter ou encore les jeux de rôle en ligne multijoueurs semblent même essentiels au bon déroulement de la socialisation de la jeunesse.
# # #

Les réseaux sociaux meilleurs que ce qu'on imaginait pour la vie sociale réelle des ados

Publié le 10 août 2015
Loin d'être aussi néfastes pour la socialisation de nos jeunes qu'on le croyait, les réseaux sociaux seraient d'incroyables outils pour les aider à mener leur vie sociale. D'après une récente étude, Facebook, Twitter ou encore les jeux de rôle en ligne multijoueurs semblent même essentiels au bon déroulement de la socialisation de la jeunesse.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loin d'être aussi néfastes pour la socialisation de nos jeunes qu'on le croyait, les réseaux sociaux seraient d'incroyables outils pour les aider à mener leur vie sociale. D'après une récente étude, Facebook, Twitter ou encore les jeux de rôle en ligne multijoueurs semblent même essentiels au bon déroulement de la socialisation de la jeunesse.

Atlantico : D'après le Pew Research Center, les réseaux sociaux n'auraient pas autant d'inconvénients qu'on pourrait le croire, pour la vie sociale des adolescents. L'étude menée par le Pew Research Center fait état du constat inverse : internet et ses plateformes sociales (forums, Facebook, etc) auraient de nombreux effets bénéfiques. Internet permet-il réellement de consolider des relations existantes ? Comment ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Les réseaux sociaux fonctionnent comme des intensificateurs de la socialisation existante. En effet, cela permet d’être ensemble même quand on est séparé par la distance physique. C’est-à-dire que les différentes plateformes sociales permettent de communiquer à son réseau ce que l’on vit, au moment où on le vit, et d’obtenir des réponses en temps réel. Les échanges et le partage d’expérience sont donc intensifiés. Qu’il s’agisse d’événements importants dans la vie des ados ou nettement plus anodins. En effet, l’activité sur les réseaux sociaux peut se limiter à « traîner ensemble », c’est-à-dire à passer du temps ensemble en partageant des éléments de vécu et de ressenti anodins, ou à partager des moments plus importants comme ce qui entoure le résultat d’un examen par exemple.
 
Ce vivre ensemble à distance n’était pas possible avant Internet. En effet, il y avait le téléphone, mais il ne permettait pas de garder le contact en permanence, car on ne pouvait pas appeler sans cesse. Tout d’abord, parce que cela revenait cher. Ensuite, parce que cela dérangeait les familles en occupant les lignes des deux domiciles. Egalement parce que les règles de savoir-vivre interdisent de téléphoner chez quelqu’un au-delà d’une certaine heure. Ou encore parce que le téléphone peut manquer d’intimité : un tiers peut toujours entendre ce qui se dit au cours d’une conversation à haute voix alors qu’il est plus difficile de suivre des échanges s’effectuant par écrit, comme sur Internet. Actuellement, les ados peuvent donc se livrer plus facilement sur les plateformes sociales que ceux des générations précédentes qui avaient au mieux le téléphone à leur disposition. Cette communication plus aisée contribue à renforcer les liens existants.
 

Un des mérites qui est mis en avant est la possibilité de créer de nouvelles relations au travers des réseaux sociaux. Néanmoins, sans avoir jamais rencontré quelqu'un, est-il possible de construire une relation, ou un lien durable ? 

Construire une relation durable avec une personne que l’on rencontre via les réseaux sociaux est tout à fait possible. Cela procède par étapes.
 
Souvent le premier contact se fait par le biais d’un centre d’intérêt commun qui fédère une communauté numérique. Les échanges commencent en ligne. Puis, percevant qu’elles ont des affinités dépassant l’intérêt commun, les personnes vont passer aux échanges privés. Si elles constatent qu’elles s’apprécient réellement, elles vont échanger leurs numéros de portable. Puis, viendra la première rencontre IRL (« in real life »). Parfois, elle se révèle rédhibitoire parce que les personnes avaient imaginé l’autre différemment que ce qu’il est. Parfois, elle s’avère fructueuse. Si les deux personnes résident suffisamment près l’une de l’autre pour se voir régulièrement, on se retrouve alors dans la même situation qu’une rencontre qui se serait effectuée sans les réseaux sociaux. Il y a de belles relations d’amitié ou parfois d’amour qui se créent ainsi. En fonction des degrés d’affinité avec les différents membres de la communauté numérique fédérée par un centre d’intérêt, elles décideront ou non de leur faire part de leur degré de leur intimité. Souvent, cela se fait au cas par cas, car il y a différents cercles  de proximité sur les plateformes numériques.
 

Quelles sont les raisons qui peuvent pousser les jeunes à passer par internet plutôt que par des méthodes de socialisation plus traditionnelles ? L'arrivée seule de ce nouvel outil a-t-elle suffit à tout changer ou fait-on face à d'autres pressions (financières, sociales, géographiques, familiales) en parallèle ?

En fait, Internet permet de passer outre certaines contraintes qui empêchent les ados de se rencontrer physiquement. Il peut s’agir de contraintes géographiques. Par exemple, deux amies n’habitant pas dans la même région ou le même pays ne peuvent pas se voir physiquement tous les jours, mais les réseaux sociaux leur permettent de rester en contact quotidiennement, ce qui était impossible avant Internet puisque seuls les échanges par téléphone et par courrier étaient possibles.
 
Les contraintes financières entrent également en ligne de compte. Je reprends l’exemple des deux amies vivant dans des zones géographiques éloignées. Se rencontrer physiquement implique de voyager, ce qui a un coût financier et donc limite inévitablement les rencontres. Les réseaux sociaux permettent de maintenir le lien entre les moments où elles vont se voir IRL.
 
Il existe également des contraintes sociales et familiales au sens où les parents actuels vont être plus inquiets que les parents des générations précédentes de savoir leurs enfants dehors. Ils ont davantage le sentiment que l’environnement dans lequel ils vivent n’est pas sûr, de sorte qu’ils craignent ce qui peut arriver sur le trajet (accident ou attaque) et limitent davantage les sorties de leurs enfants.
 

Finalement, faut-il voir la socialisation au travers des réseaux sociaux comme le futur des relations sociales ou plutôt comme un complément à des méthodes plus traditionnelles ? Pourquoi ?

Je pense qu’il s’agit davantage d’un complément de socialisation que d'un substitut, et ce pour plusieurs raisons. La première tient au fait que si l’on pousse jusqu’au bout l’hypothèse de relations sociales s'effectuant uniquement via les réseaux sociaux, on aurait un monde où soit les personnes ne sortiraient plus de chez elles, soit elles ne se parleraient plus de visu. Cela ressemble bien plus à un scénario de science-fiction qu’à quelque chose de plausible. Car les jeunes se rencontrent physiquement tous les jours, ne serait-ce que parce qu’ils vont au collège ou au lycée ou à la fac.  
 
La seconde raison concerne le fait que les relations via les réseaux sociaux entraînent une perception différente de ce que sont les personnes dans la vie quotidienne. D’une part, parce que, consciemment ou non, sur les plateformes numériques chacun procède à une mise en scène de soi. D’autre part, parce que chacun fait une sorte de projection sur l’autre en complétant par l’imagination certaines informations non communiquées. Par conséquent, lorsque deux personnes qui se connaissent par le biais de réseaux sociaux se rencontrent physiquement, la première impression est souvent un sentiment de décalage. C’est pourquoi, pour nouer un lien durable et capable de s’enrichir avec le temps, il est préférable que la rencontre IRL ne se fasse pas trop attendre, sinon le sentiment de décalage est trop fort et constitue un frein à la relation.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires