En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 10 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
info atlantico
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont toujours les favoris de la primaire à droite et au centre.
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont toujours les favoris de la primaire à droite et au centre.
Les paris sont ouverts

Match Sarkozy Juppé pour 2017 : léger tassement pour l’ancien Premier ministre qui reste le candidat préféré des sympathisants de droite et du centre (mais l’ancien président résiste chez les Républicains)

Publié le 26 juillet 2015
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, les sympathisants de droite restent dans leur grande majorité attachés au candidat Nicolas Sarkozy dans le cadre de la primaire de 2016. Alain Juppé continue son opération de séduction, et le centre n'est pas en reste.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, les sympathisants de droite restent dans leur grande majorité attachés au candidat Nicolas Sarkozy dans le cadre de la primaire de 2016. Alain Juppé continue son opération de séduction, et le centre n'est pas en reste.

Atlantico : Comment se positionnent les sympathisants de droite et du centre dans l’optique de la primaire des Républicains ?

Jérôme Fourquet : Auprès de l’ensemble de cette population de droite et du centre, Alain Juppé est en tête avec 41% et Nicolas Sarkozy est à 35% ; il n’y a que 6 points d’écart. Viennent ensuite Burno Le maire avec 12 et François Fillon avec 7, les 3 autres obtenant des scores marginaux. Il y a donc une légère avance pour le maire de Bordeaux, Bruno Le Maire est le 3ème homme et François Fillon apparait toujours en grande difficulté.

La hiérarchie s’inverse néanmoins quand on ne considère pas l’ensemble des électeurs de la droite et du centre mais uniquement les sympathisants des Républicains . Ces derniers sont ceux qui pèsent le plus lourd dans l’ensemble de l’électorat défini précédemment, et c'est en ce sens qu'il s'agit d'un électorat stratégique, qui pèse, et c’est lui qui va principalement aller voter à cette primaire.

Les résultats s’inversent du tout au tout lorsque l'on se focalise sur cette partie des électeurs de droite : Nicolas Sarkozy reprend le leadership avec  53% suivi par Alain Juppé, qui est assez loin, à 30% seulement. Puis Bruno Le Maire. Cette hiérarchie auprès des sympathisants des Républicains est plutôt stable par rapport à ce que l’on observait depuis quelques semaines, et ce, même si on avait une avance un peu plus forte pour Nicolas Sarkozy avant le Congrès des Républicains, mais le matelas demeure encore important.

Ces différences entre les 2 populations s’expliquent par les préférences des sympathisants des formations centristes. Ils penchent majoritairement pour Alain Juppé : 63% pour les électeurs du MoDem et 57% pour ceux de l’UDI, contre respectivement 5 et 8% pour Nicolas Sarkozy. On voit tout l’enjeu qu’il y a à savoir si l’électorat du centre par un biais ou un autre consent à s'associer, et donc à participer ou pas à cette primaire.

Ce sondage peut apparaitre en contradiction avec une autre enquête de l’IFOP publiée il y a une quinzaine de jours où l’on donnait au coude à coude Juppé et Sarkozy. En réalité, la différence est de taille entre ces deux enquêtes, dans la première publiée par Paris Match, on était dans une configuration de duel puisque le choix proposé était Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé. L’électorat de l’ex-UMP se partageait en part quasiment égale. Dans cette enquête-ci on ouvre les possibilités de choix. Aujourd’hui, Sarkozy a environ le soutien de la moitié de l’électorat Républicains mais l’autre moitié de ces sympathisants ne souhaite pas qu’il soit candidat. Cette moitié penche vers Juppé dans une proportion d’environ un tiers, mais elle s’éparpille aussi vers d’autres protagonistes comme François Fillon ou Bruno Le Maire.

Nicolas Sarkozy bénéficie d’un socle très solide, il ne bouge pas aux alentours de 50 points quel que soit l’offre de candidats en face. La multiplication des candidatures pourraient paradoxalement servir Sarkozy. Sa base de soutien n’est pas entamée par ses adversaires. Elle se fait au détriment d’Alain Juppé.

Ce qui avantagerait aussi Nicolas Sarkozy est que le corps électoral des votants à la primaire soit le plus homogène possible avec une très forte représentation de l’électorat du parti Républicain et non pas de l’électorat centriste. Si ces deux conditions sont réunies, à ce jour, Sarkozy pourrait éventuellement être qualifié dès le premier tour. Mais cela serait plus dur si un second tour était caractérisé par un tête à tête avec Alain Juppé.

Entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, quelles sont les préférences des électeurs selon leur appartenance socio professionnelle ?

Jérôme Fourquet : Nicolas Sarkozy creuse l’écart avec Alain Juppé dans les milieux populaires, 54% sur les employés ouvriers en moyenne pour Sarkozy, contre 29 points pour Juppé.

Ce dernier prend l’ascendant sur les professions intermédiaires mais de peu (41 contre 34). L’écart est bien plus important pour Juppé chez les professions libérales et les cadres supérieurs (38 contre 26). Cet élément montre bien les différences de positionnements : Juppé avec un discours plus modéré parle davantage à la droite d’en haut, et Sarkozy avec des propos plus virulents et décomplexés parle à la droite populaires, la droite d’en bas.

 

L’électorat des Républicains semble divisé en deux catégories : les soutiens quasi inconditionnels de Nicolas Sarkozy et les autres, qui préfèrent voir Alain Juppé candidat aux élections présidentielles en 2017. Qu’en est-il sur le terrain ?

Bruno Jeudy : Il est difficile d’avoir une vision d’ensemble s’agissant de la perception sur le terrain des sympathisants républicains vis-à-vis d’Alain Juppé et Nicolas Sarkozy dans la perspective de la primaire 2016. A travers les sondages, on observe un soutien plus fort pour Nicolas Sarkozy dans le noyau dur des Républicains. Alain Juppé est en train de remonter petit à petit au sein de cet électorat. Il comble le retard qu’il avait sur l’ancien chef de l’Etat, tout en restant derrière lui dans toutes les enquêtes s’agissant des seuls sympathisants du parti Les Républicains. Si l’on élargit au peuple de droite en général, cela est plus difficile à analyser. Plus on élargit aux centristes, plus le maire de Bordeaux  se rapproche de Nicolas Sarkozy.

Si la primaire avait lieu la semaine prochaine, sans doute Nicolas Sarkozy l’emporterait-il, mais il n’est pas du tout certain que l’on reste dans cette situation. Alain Juppé est en train de réduire l’écart avec Nicolas Sarkozy. La primaire est loin d’être pliée contrairement à ce qu’on pouvait penser lors du retour de l’ancien président de la République. Le bulldozer Sarkozy allait tout emporter sur son passage si l’on écoutait des cadres du parti. Un an plus tard, les choses sont plus compliquées que prévu. Nicolas Sarkozy réunit du monde dans ses réunions, l’atmosphère y est souvent plus passionnée. Même si Alain Juppé réunit moins, il y a une curiosité grandissante de l’électorat du centre et de la droite autour de sa personne sur le terrain. On veut savoir s’il a changé, s’il est libéré des contraintes du passé etc. On est curieux du Juppé nouveau, peut-être plus à l’écoute.
A défaut d’une énorme opposition sur le fond des dossiers, une hostilité se remarque donc sur le terrain. C’est surtout une question de tempérament, d’affinité en fonction de la personne.

Si l’ancien chef d’Etat semble séduire davantage que son principal adversaire, ce dernier serait en tête si les sympathisants du centre participaient aussi au choix du candidat. Comment se dessine l’enjeu de l’électorat centriste pour Alain Juppé et Nicolas Sarozy ?

Bruno Jeudy : Les 2 hommes sont partis d’ un constat différent. Alain Juppé part de l’idée que pour gagner en 2016 et peut-être en 2017, il faudra réunir toute la droite et tous les centres. Il l’affirme depuis le début jusqu’à faire alliance avec François Bayrou qui est loin d’être apprécié : les sarkozystes lui reprochent, autant qu’à Marine Le Pen, d’avoir fait perdre leur champion en 2012.

Nicolas Sarkozy ne veut toujours pas pardonner à François Bayrou et il refuse toute alliance avec le Modem. Pourtant, dans les faits, il agit de manière contraire : il tente de réunir tous les centres. La plupart des têtes de listes régionales sont en train de réaliser une alliance avec l’UDI et avec le MoDem. Les deux se rejoignent donc sur la stratégie, mais ils ne le disent pas de la même manière.

C’est un enjeu central car pour gagner la primaire ouverte, il faudra séduire une partie du centre. Alain Juppé s’emploie à ce que cette primaire soit ouverte afin de favoriser son accès aux électeurs centristes. Nicolas Sarkozy essaye de marquer un clivage avec Alain Juppé sur la droite, il espère que les leaders de l’UDI à qui il aura offert des régions lui renverront l’ascenseur. Il pourrait ainsi montrer à l’électorat de droite que son accord avec l’UDI était le bon, tout en s’affichant comme l’artisan du projet. L’ancien chef de l’Etat mise aussi sur l’électorat le plus à droite, dans son entourage certains pensent que des électeurs frontistes voteraient à la primaire, de possibles électeurs pour Nicolas Sarkozy.

Est-ce que la tendance peut s’inverser quant au candidat favori des sympathisants du parti les Républicains ?

Bruno Jeudy : Encore une fois, je crois que la primaire n’est pas pliée. Alain Juppé progresse davantage que Nicolas Sarkozy après avoir été très en retard au début de l’année. Cela prouve que les choses peuvent s’inverser puisqu’un rééquilibrage s’observe dans l’électorat de droite. Nicolas Sarkozy a perdu l’avance dont il disposait. Les jeux ne sont pas faits. La campagne des derniers mois sera sans doute déterminante : il y aura les thèmes, la capacité des hommes à marquer les esprits dans les débats télévisés et à ce jeu-là, l’ancien président de la République est souvent plus performant que le maire de Bordeaux par exemple.

Méthodologie 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mandataire
- 27/07/2015 - 16:16
Pour voir le Ponctionnaire JUPPÉ—retraité à 57 ans…
…se faire moucher par un Communiste pragmatique, c'est par ici: http://www.dreuz.info/2014/09/23/video-alain-juppe-se-prend-une-lecon-de-morale-de-lambassadeur-de-chine/#sthash.cxmu3ltA.dpbs
Mandataire
- 27/07/2015 - 16:16
JUPPÉ suite…
2007 et suivantes, sa politique économique bordelaise "panem et circenses" ; ses déclarations de ne briguer que le Mandat de Maire!?__2011 sa décision d'aller en guerre en LYBIE pour le résultat que nous connaissons.__2013 ses 794€/hab. d’impôts locaux, +36,7% depuis 2001__2014 son projet bordelais de Centre islamiste de 12 000m2 ; son refus de livrer les Mistral, Contrat signé en 2011… par lui-même!?__2014 ses dépenses courantes bordelaises 1.417€/hab.__2015 son augmentation de 5% des impôts locaux bordelais._ 2017 Président à 72 ans après 15 ans de retraite? Cherchez l'erreur, place aux Jeunes !__Sans compter qu’il n’a jamais créé un seul Emploi avec ses deniers, sauf peut-être un Emploi ménager ; son ambition exclusivement pour lui-même… et non le Pays !__Un homme n’est pas malheureux parce qu’il a de l’ambition, mais parce qu’il en est dévoré.—Charles-Loudu BOUSCAT is de SECONDAT__Encore un "responsable mais pas coupable", et encore moins redevable de ses actes.__Nous Citoyens limitons les Mandats pour que la Politique soit au Service du Bien commun et non un Métier. Et destituons les condamnés de leur/s Mandat/s avec remboursement des sommes perçues à ce/s titre/s.
Mandataire
- 27/07/2015 - 16:14
JUPPÉ le meilleur…
… des impayables Thrombonnards®—sauf avec l’argent du Contribuable—qui sévissent dans les fromages du Pays de l’escargot lancé au galop contre le mur économique !
Comme leur bilan : lamentables !__Responsable pour partie de l'état du Pays car… le bien qu’il fit, il le fit mal, le mal qu’il fit, il le fit bien. Pour donner des leçons, il se pose là !__
1995 ses arrangements locatifs pour lui et son Fils à la Mairie de PARIS ; sa capitulation devant les Ponctionnaires.__1996 sa maîtrise économique : Thomson un franc symbolique ; ses augmentations d’impôts sans réformes.__1997 sa dissolution de la Chambre.__1999 sa mise en examen pour "abus de confiance, recel d'abus de biens sociaux, et prise illégale d'intérêt".__2002 retraité de la Fonction Publique à 57 ans avec ±15 000€ mensuels. Soit 3 600 000€ placés à 5% par an… sans payer l'ISF, comme tout bon Thrombonnard® !__2004 sa condamnation en 1ère instance à 18 mois de prison avec sursis et à 10 ans d'inéligibilité, réduite en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité.