En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 12 heures 40 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 13 heures 41 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 19 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 20 heures 23 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 20 heures 40 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 13 heures 25 sec
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 16 heures 42 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 20 heures 54 min
© wikipedia.org
Un billet de 5000 francs de 1934.
© wikipedia.org
Un billet de 5000 francs de 1934.
Bonnes feuilles

Quand John Law introduisait les premiers billets de banque en France mais ne souhaitait surtout pas les destiner au grand public

Publié le 25 juillet 2015
John Law a certes introduit en France le billet de banque, mais son Système relevait aussi et surtout d’une vision macroéconomique avant la lettre. Plombées par vingt-cinq ans de guerre (1689-1714), les finances publiques de l'Ancien Régime sont exsangues. Comme par miracle, le Système proposait un changement de paradigme. Premier banquier central de l’histoire de France, Law se brûla les ailes en actionnant les leviers tout neufs de la création monétaire et du soutien à l’économie. Extraits de "John Law la dette ou comment s'en débarrasser" de Nicolas Buat, aux éditions Les belles lettres, (1/2)
Archiviste paléographe, conservateur en chef aux Archives de Paris, Nicolas Buat s’intéresse plus particulièrement à l’histoire économique et sociale de l’Ancien Régime. Il est également coauteur d’un Dictionnaire de paléographie française.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Buat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Archiviste paléographe, conservateur en chef aux Archives de Paris, Nicolas Buat s’intéresse plus particulièrement à l’histoire économique et sociale de l’Ancien Régime. Il est également coauteur d’un Dictionnaire de paléographie française.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
John Law a certes introduit en France le billet de banque, mais son Système relevait aussi et surtout d’une vision macroéconomique avant la lettre. Plombées par vingt-cinq ans de guerre (1689-1714), les finances publiques de l'Ancien Régime sont exsangues. Comme par miracle, le Système proposait un changement de paradigme. Premier banquier central de l’histoire de France, Law se brûla les ailes en actionnant les leviers tout neufs de la création monétaire et du soutien à l’économie. Extraits de "John Law la dette ou comment s'en débarrasser" de Nicolas Buat, aux éditions Les belles lettres, (1/2)

Au départ, Law ne souhaitait pas étendre la circulation monétaire au grand public. Les billets de banque étaient uniquement distribués sous forme de grosses coupures faites pour servir de véhicule à l’investissement et faciliter le placement des actions de la Compagnie des Indes. Ils devaient assurer une certaine liquidité au marché des capitaux, depuis longtemps grippé par la crise de l’économie et par la thésaurisation des espèces. Tant que la hausse des actions alimenta la demande de billets, la bulle put gonfler en donnant l’impression d’une prospérité générale.

Quand les premières fuites apparurent, empêchant le cantonnement des billets de banque au sein du Système, il fallut leur trouver un exutoire. L’esprit de réalisation conduisit à la conversion des actions en billets, puis en actifs réels. C’est ainsi que les billets de banque commencèrent à se répandre au-delà de la rue Quincampoix, et d’autant plus loin que ceux qui étaient obligés de les recevoir en règlement étaient enclins à s’en débarrasser à leur tour.

La circulation accélérée de ces grosses coupures n’atteignait pas directement le menu peuple. Elles servirent d’abord d’instrument de désendettement, permettant des transferts de propriété à une échelle toutefois moindre que ceux que devaient autoriser, soixante-dix ans plus tard, l’émission des assignats et la mise en vente des biens nationaux. L’étude des actes notariés permet de dater du mois de février 1720 cette diffusion généralisée des billets de banque à travers l’espace français.

Tandis que les millionnaires achetaient hôtels et seigneuries, les propriétaires de moindre envergure en profitaient pour libérer leurs biens-fonds des rentes dont ils étaient grevés. Il ne s’agissait pas d’un simple désendettement, mais d’une révolution plus profonde. Au-delà de l’affaiblissement de la confiance envers le billet de banque, la rente était si bien ancrée dans la culture de l’Ancien Régime qu’elle était considérée juridiquement comme un immeuble, et que le remboursement du capital prêté, laissé à l’initiative du débirentier, était le plus souvent mal vu. C’est avec horreur que le marquis de Mirabeau voit le frère rembourser sa soeur, et le fils sa mère !

Désemparé par ses effets dévastateurs pour l’ordre social, Montesquieu décrit la phase terminale du Système en usant de registres bien différents, l’humour et l’imprécation, le reportage et le conte, qu’il entremêle à plaisir. Si la lettre CXLII, où le dieu Éole personnifie Law tient de la farce mythologique, les lettres CXXXII et CXLVI font d’une autre manière le bilan social du Système. La première est faite de croquis pris sur le vif : « À qui se fier désormais ? » s’écrie un passant. « Il y a un traître que je croyais si fort de mes amis que je lui avais prêté mon argent : et il me l’a rendu ! Quelle perfidie horrible ! Il a beau faire ; dans mon esprit il sera toujours déshonoré. » La seconde, qui nous emmène dans une Inde de fantaisie, tyrannisée par un ministre habile, rend un son beaucoup plus lugubre : « J’ai vu la foi des contrats bannie, les plus saintes conventions anéanties, toutes les lois des familles renversées. J’ai vu des débiteurs avares, fiers d’une insolente pauvreté, instruments indignes de la fureur des lois et de la rigueur des temps, feindre un paiement au lieu de le faire, et porter le couteau dans le sein de leurs bienfaiteurs. »

Law se réjouissait au contraire du désendettement de l’économie, qui coupait court à bien des procès et ne mettait au chômage que les avoués et les procureurs. Dans sa troisième lettre parue au Mercure de mai 1720, il annonçait avoir une liste de trois cent soixante terres ou maisons menacées d’être saisies, mais que le Système avait dégagées à la satisfaction commune des débiteurs et des créanciers.

Extraits de "John Law la dette ou comment s'en débarrasser" de Nicolas Buat, aux éditions Les belles lettres, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
dette, billets
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

03.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires