En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 17 heures 42 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 17 heures 8 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 17 heures 52 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 15 heures 10 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 16 heures 21 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 17 heures 9 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 17 heures 38 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
Les toilettes sont un sujet tabou dans le monde de l’entreprise.
© Reuters
Les toilettes sont un sujet tabou dans le monde de l’entreprise.
Tirez la chasse !

Pourquoi les toilettes sont un sujet tabou dans le monde de l’entreprise alors qu’en réalité il faut vraiment s’en préoccuper

Publié le 14 août 2015
Le bruit et l'odeur. Sans oublier le manque d'intimité. Au bureau, les toilettes restent un sujet de gêne, vis-à-vis du patron et des collègues. Cet endroit occupe pourtant un rôle central dans la vie des employés et fait partie des grands oubliés des politiques managériales.
Denis Monneuse est sociologue, directeur du cabinet Poil à gratter et chercheur à l’UQAM (l’Université du Québec à Montréal). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse est sociologue, directeur du cabinet Poil à gratter et chercheur à l’UQAM (l’Université du Québec à Montréal). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le bruit et l'odeur. Sans oublier le manque d'intimité. Au bureau, les toilettes restent un sujet de gêne, vis-à-vis du patron et des collègues. Cet endroit occupe pourtant un rôle central dans la vie des employés et fait partie des grands oubliés des politiques managériales.

Atlantico : L'usage des toilettes sur le lieu de travail est-il le dernier sujet de gêne dans le monde professionnel, d'autant plus gênant qu'il s'agit d'un sujet dont on ne parle pas, ou peu ?

Denis Monneuse : Effectivement, les toilettes au travail représentent une sorte de tabou. Il s’agit d’un lieu indispensable, où tout le monde va plusieurs fois par jour, mais on n’en parle pas. Ou alors de manière très discrète. Dans les entretiens que je mène dans les entreprises sur la qualité de vie au travail, certains salariés s’en plaignent car ils sont souvent bouchés par exemple. Mais généralement dans des entretiens en tête à tête et avec un peu de honte de mettre un sujet aussi prosaïque sur la table. Or la qualité des toilettes est un vrai facteur de qualité de vie au travail. Il n’y a rien de pire que de devoir se retenir ou d’hésiter à deux fois avant d’y aller parce qu’ils sont sales, malodorants, etc. Cela donne l’impression que l’entreprise ne se préoccupe pas des conditions de travail. Les salariés se sentent alors en manque de reconnaissance.

Comment expliquer que le problème des toilettes soit si peu pris en compte par les entreprises ? Y a-t-il (toujours) une forme de gêne ?

La gêne à l’égard des toilettes existe dans l’ensemble de la société car il s’agit d’un lieu tout sauf romantique. Dans Belle du Seigneur, le roman d’Albert Cohen, Ariane et Solal, malgré leur amour, décident de vivre chacun dans leur appartement. Pourquoi ? Parce que Ariane estime qu’entendre l’homme qu’elle aime tirer la chasse d’eau constituerait un véritable tue-l'amour. Plus globalement, il y a un mélange de pudeur et de honte à dire que l’on va aux toilettes. Certaines personnes préfèrent dire "je reviens dans 2 minutes" ou "je vais me laver les mains", etc. La gêne est encore plus forte sur le lieu de travail où l’on se doit d’être sérieux. S’abaisser à parler d’un lieu si prosaïque fait mauvais genre. Autant on peut organiser un groupe de travail pour réfléchir à la décoration des bureaux ou à l’élaboration d’une charte de l’open space, autant on imagine mal se réunir entre collègues pour penser à l’aménagement des toilettes et établir une charte de l’utilisation de ceux-ci. Alors que ce serait pas totalement inutile parfois de rappeler les règles de savoir-vivre !

Que prévoit la législation à ce sujet dans le monde du travail ?

Rien d’extraordinaire. Elle n'est pas en attente d’un lieu luxueux mais fonctionnel. Les toilettes hyper sophistiquées, avec de nombreuses options, comme on en trouve couramment au Japon, ne sont pas considérées comme nécessaires. Il faut déjà qu’elles soient suffisamment nombreuses pour éviter d’avoir à faire la queue : c’est toujours gênant d’attendre devant la porte qu’un collègue ait fini ses besoins pour prendre sa place. Ensuite, il faut qu’elles soient propres, bien éclairées, sans mauvaise odeur, spacieuses. Pour la discrétion, les salariés préfèrent des toilettes un peu à l’écart, avec des portes totalement fermés, sans laisser voir par en-dessous grâce aux chaussures par qui ils sont occupés. L’épaisseur des murs compte aussi pour garantir l’insonorisation.

Que faudrait-il faire pour supprimer - ou seulement limiter - les aspects désagréables liés à l'utilisation des toilettes au travail (absence d'intimité, bruits désagrables,...) ?

Il faudrait que la direction ose briser ce tabou. Comment le faire ? Quand on discute de l’aménagement de nouveaux bureaux par exemple. L’entreprise s’intéresse généralement à tout sauf à l’aménagement des toilettes. Plutôt que de faire une réunion spécifique à ce sujet (ce qui ferait sourire et engendrerait des moqueries du style : il n’y a rien de plus important que de traiter ce sujet ?), en parler tout simplement entre l’aménagement d’une salle de réunion et d’une salle de pause semblerait assez légitime et naturel. En l’absence de discussion sur l’aménagement des bureaux, des questions sur la qualité des toilettes peuvent être posées lors d’un baromètre sur la qualité de vie au travail. Aborder pour la première fois le sujet par écrit passe mieux que par oral, cela permet de briser le tabou et de délier les langues. Les entreprises seraient alors sans doute surprises du nombre de commentaires sérieux (en sus des plaisanteries de rigueur) qu’elles recevront à ce sujet. Elles verront qu’elles ont tort de sous-estimer l’importance des toilettes !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MichelSaintJean
- 14/08/2015 - 15:03
Sujet de chiotte
Sans commentaires!
tubixray
- 14/08/2015 - 09:07
C'est "ben" français ça !
Quant on lit "sans laisser voir par en-dessous grâce aux chaussures par qui ils sont occupés. L’épaisseur des murs compte aussi pour garantir l’insonorisation" on peut en déduire que l'auteur de ces lignes n'a pas beaucoup voyagé..... La plupart des pays d'Europe idem aux USA et Canada cloisonnent les WC individuels par des panneaux fixé à 20 cm du sol et de 2 m de haut. Bien plus facile à nettoyer et l'absence d'intimité limité toute activité illicite (sexe, drogue par exemple).