En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Les fiascos militaires de la Seconde guerre mondiale : la bataille de Stalingrad

Publié le 15 juillet 2015
Le récit de ces batailles, sabotages et autres attentats, soit en tout 30 opérations, met en lumière les causes de ces ratages, parfois insolites, parfois dramatiques et permet de mieux comprendre certains tournants de la Seconde Guerre mondiale. Extrait de "Les fiascos militaires de la 2e Guerre mondiale", de Laurent Tirone, publié chez Ixelles éditions (1/2).
Historien et journaliste, Laurent Tirone collabore aux éditions Caraktère, spécialisées dans l’histoire militaire et leader sur son marché. Il est le rédacteur en chef de la revue Trucks & Tanks Magazine, un magazine historique et technique dédié aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Tirone
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, Laurent Tirone collabore aux éditions Caraktère, spécialisées dans l’histoire militaire et leader sur son marché. Il est le rédacteur en chef de la revue Trucks & Tanks Magazine, un magazine historique et technique dédié aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le récit de ces batailles, sabotages et autres attentats, soit en tout 30 opérations, met en lumière les causes de ces ratages, parfois insolites, parfois dramatiques et permet de mieux comprendre certains tournants de la Seconde Guerre mondiale. Extrait de "Les fiascos militaires de la 2e Guerre mondiale", de Laurent Tirone, publié chez Ixelles éditions (1/2).

Les affrontements se transforment en une véritable boucherie. La 62e Armée parvient à contenir la 6e Armée allemande à un prix qui aurait été insupportable pour toute autre nation que l’Union soviétique. Stalingrad se transforme alors en une fournaise qui engloutit les divisions d’infanterie russes les unes après les autres. Contenir l’avance de l’assaillant oblige Moscou à envoyer continuellement de nouvelles unités qui voient leurs effectifs fondre en quelques heures. La bataille est si violente que la durée de vie d’un soldat fraîchement débarqué et envoyé sur la ligne de front n’excède pas la journée. Des formations entières sont annihilées en moins de trois semaines, et certaines divisions perdent jusqu’à 95 % de leurs hommes en seulement trois jours ! Le rapport de pertes s’établit à huit à dix fantassins neutralisés pour un Allemand, ce qui prouve au passage que les assaillants ne font pas que subir.

Le 1er novembre 1942, 90 % de la ville est aux mains de la 6e Armée. Pourtant, les tactiques de Tchouikov finissent par payer. Les divisions allemandes sont épuisées, physiquement et moralement. La résistance opiniâtre des fusiliers leur fait perdre 50 % de leur capacité dès les premières heures des assauts. L’usure des matériels et des hommes amène beaucoup d’unités à être considérées comme inaptes au combat. Chaque usine, chaque gare, chaque wagon, chaque maison, chaque étage fait l’objet d’affrontements acharnés pendant lesquels les lois de la guerre sont bafouées des deux côtés. La pression est constante, aucun repos n’est possible dans une cité en ruines ; et les renforts qui permettraient de faire tourner les unités n’arrivent qu’au compte-gouttes. Pour sa part, Tchouikov tient depuis septembre grâce à l’arrivée régulière de formations fraîches venant combler les pertes. Mais, depuis novembre, la Volga charrie des glaces dérivantes qui bloquent de ce fait les bateaux de ravitaillement. Avec des unités aux effectifs squelettiques, sans munitions, sans renforts, l’officier n’a plus les moyens d’arrêter la progression inexorable de la Wehrmacht. Seules les batteries d’artillerie continuent de la contenir. Les troupes enfermées dans Stalingrad ne pourront plus s’accrocher encore longtemps. Mais, en réalité, Tchouikov a rempli sa mission : tenir. Tenir pendant suffisamment longtemps pour que Moscou planifie l’opération Uranus. Le 19 novembre 1942, soigneusement et secrètement préparée depuis deux mois, une attaque en tenaille est lancée par l’Armée rouge. En quatre jours, la pince se referme, et les décombres de l’agglomération sacrifiée se transforment en piège. Les assaillants endossent le rôle de défenseurs. Un retournement de conjoncture qui a pour conséquence de prolonger une des batailles urbaines les plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au 2 février 1943.

Une victoire difficile

L’opération Uranus scelle le sort de la 6e Armée. Les événements s’inversent radicalement par rapport au mois de septembre 1942. Les Soviétiques disposent maintenant de la supériorité numérique et de stocks de munitions conséquents. L’ennemi est affaibli par de longs mois d’une guerre de haute intensité, et pourtant les divisions russes vont buter sur les mêmes obstacles que les troupes de Paulus quelques semaines auparavant. La progression se fait à coups d’armes lourdes face à un adversaire qui ne lâche rien. Toutefois, la stratégie d’attrition mise en oeuvre par Moscou finit par obliger la 6e Armée à se rendre début février 1943, signant là l’échec le plus retentissant de la Wehrmacht à l’Est. Cette dernière n’est toutefois pas encore vaincue et conserve l’initiative stratégique.

Extrait de "Les fiascos militaires de la 2e Guerre mondiale", de Laurent Tirone, publié chez Ixelles éditions, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 15/07/2015 - 23:59
Pas un mot sur les erreurs et
Pas un mot sur les erreurs et tergiversations de Hitler pour empecher l' encerclement, sur le mode de fonctionnement sovietique des assauts, sur l' attitude de Von Paulus, sur la luftwaffe en echec, etc..mais ce n'est qu' un extrait et il est certain que l' auteur a du traiter ces sujets, les editions Carakete sortant des revues qui fouillent des sujets tres peu traites a un tel niveau...
Y a-t-il le sabordage de la flotte a Toulon ? sabordee sans avoir combattu, ce n'est pas le plus grand desastre possible cela??Quelle honte..malheureusement indelebile..
LouisArmandCremet
- 15/07/2015 - 11:48
Attrition de la 6eme Armée
Jean Lopez a montré dans son livre sur le sujet, que la 6eme armée avait déjà atteint un niveaud 'attrition élevée, avant même d'atteindre Stalingrad, et ce en raison de l'étirement déraisonnable des lignes de ravitaillement.
Avant même d'atteindre les faubourg de la ville, les hommes de la 6eme armée, commençaient à souffrir de sous nutrition. Ce qu'on oublie également, c'est qu'à Stalingrad, l'essentiel des combats eurent lieu aux alentours de la ville ou dans ses faubourgs. Le terrain était loin d'être plat et la ville elle même était traversée de vallons étroits. Quant aux hauteurs, comme celle où se dresse aujourd'hui le mémorial avec cette statue géante, elles furent l'objet de très âpres combats.
Je pense que le film qui restitue le mieux le quotidien des soldats allemands est le film Stalingrad de Joseph Vilsmaier qui date de 1993. Celui de 2001 est quant à lui une version hollywoodienne de la bataille, sans trop de rapport avec la réalité...