En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 13 heures 33 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 15 heures 26 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 17 heures 15 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 17 heures 48 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 18 heures 8 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 19 heures 2 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 13 heures 24 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 15 heures 21 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 17 heures 57 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 19 heures 49 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
l’OCDE ne comprend pas les spécificités du cas français en matière d'intégration.
© Reuters
l’OCDE ne comprend pas les spécificités du cas français en matière d'intégration.
Erreur de diagnostic

Intégration des immigrés sur le marché du travail : pourquoi l’OCDE ne comprend pas les spécificités du cas français

Publié le 10 juillet 2015
Dans son rapport publié jeudi 2 juillet dernier sur les indicateurs de l'intégration des immigrés, l'OCDE ne mâche pas ses mots : "En dépit d'une longue expérience en matière d'accueil des immigrés, la situation est comparable à celle observée dans certains pays d'immigration récente". Un constat qui omet le fait que l'immigration en France est principalement issue du regroupement familial, donc moins qualifiée.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son rapport publié jeudi 2 juillet dernier sur les indicateurs de l'intégration des immigrés, l'OCDE ne mâche pas ses mots : "En dépit d'une longue expérience en matière d'accueil des immigrés, la situation est comparable à celle observée dans certains pays d'immigration récente". Un constat qui omet le fait que l'immigration en France est principalement issue du regroupement familial, donc moins qualifiée.

Atlantico : En quoi la nature de l'immigration en France permet-elle d'expliquer ce résultat comparativement à des pays comme la Grande-Bretagne, ou encore l'Allemagne ?

Laurent Chalard : La France se caractérise par la spécificité de son immigration légale par rapport aux autres pays européens, dans le sens que l’immigration liée au regroupement familial est le motif dominant d’arrivée sur notre territoire. En effet, ce dernier concerne près de la moitié des permis de séjour accordés ces dernières années selon les données du Ministère de l’Intérieur, mais près des 2/3 si l’on enlève les étudiants, qui ne sont pas censés travailler et dont la majorité reparte dans leur pays d’origine une fois finies leurs études. A contrario, l’immigration de travail, stoppée à la fin des Trente Glorieuses, est très faible, en l’occurrence quasi constamment inférieure à 10 % des permis de séjour délivrés chaque année. Or, chez nos voisins européens, même si les méthodes de comptages sont différentes et non comparables, l’immigration de travail est beaucoup plus importante. Par exemple, en Allemagne, en-dehors des demandeurs d’asile (de plus en plus nombreux il est vrai), les nouvelles arrivées concernent principalement des jeunes diplômés des pays d’Europe orientale et méridionale, qui viennent travailler dans un pays qui a besoin de main d’œuvre du fait de la faiblesse de sa démographie endogène.   

Le rapport souligne que la situation est particulièrement alarmante pour les "primo-arrivants". En sachant que la crise économique en France touche particulièrement les travailleurs les moins qualifiés, les structures d'intégration professionnelles sont-elles efficaces ?

Dans un pays tel que la France, où les petits boulots sont beaucoup moins répandus que dans les Etats anglo-saxons (par ailleurs un des facteurs explicatifs du taux de chômage plus élevé constaté dans l’hexagone), les primo-arrivants ont beaucoup plus de difficultés à entrer sur le marché du travail. Donc, effectivement, les structures d’intégration professionnelles ne sont pas efficaces, mais pour la bonne raison qu’elles sont quasiment inexistantes pour les populations issues du regroupement familial. En effet, lorsque ces personnes arrivent en France, elles ne sont nullement prises en charge et accompagnées dans leur recherche d’emploi, l’Etat partant du principe que la présence d’un membre de leur famille sur notre territoire sera suffisante pour s’insérer. Or, cela ne fonctionne pas dans un contexte de crise économique et de marché du travail fermé à la française. Au contraire, ces populations sont laissées à elles-mêmes et ont plutôt tendance à se replier sur les aides sociales qu’à engager une démarche proactive d’insertion sur le marché de l’emploi. D’une certaine façon, ce ne sont pas tant les immigrés arrivés dans le cadre de la procédure du regroupement familial qui ne veulent pas travailler que le système qui ne les incitent pas à le faire.

Après avoir mentionné que la France avait la plus grande part de sa population issue de l'immigration, l'OCDE affirme que "les défis de l'intégration n'augmentent pas avec la part des immigrés au sein de la population. [...] Le cas échéant, les pays qui accueillent le plus d'immigrés en proportion de leur population sont aussi ceux où ces derniers affichent les meilleurs résultats en comparaisons internationales." Quelles pourraient être les solutions à long-terme, mais également immédiates pour améliorer cet écart avec les natifs ?

Il n’est pas toujours facile de proposer des solutions lorsque la situation apparaît extrêmement complexe, voire ubuesque, ce qui est malheureusement le cas de la France, pays qui accueille une immigration familiale importante, mais qui ne l’assume pas. Cependant, à première vue, l’Etat français pourrait agir dans deux domaines différents. Le premier concernerait la mise en place d’une politique de gestion des entrées d’immigrés arrivant par la procédure du regroupement familial. Elle reposerait sur un changement de paradigme conduisant à considérer que les personnes qui entrent en France pour ce motif se retrouvent dans la même situation que l’immigration de travail, dans le sens que la majorité d’entre elles sont en âge de travailler. Il s’agirait donc de revoir totalement la procédure d’encadrement de ces populations, en engageant des politiques considérant l’obtention d’un contrat de travail en France comme un élément primordial, à défaut d’indispensable, de l’acceptation de leur arrivée sur notre territoire. Le second domaine d’intervention concernerait le marché du travail français, à travers une amélioration de la flexibilité de ce dernier, qui permettrait l’émergence de nouveaux emplois peu qualifiés, comme dans  les pays anglo-saxons, ce qui fait débat cependant, les français étant attachés à une certaine sécurité de l’emploi. Résoudre les problèmes, n’apparaît donc pas évident.

Que faut-il également retenir du rapport de l'OCDE ?

Un des principaux enseignements du rapport de l’OCDE est que les immigrés ont toujours une situation sur le marché de l’emploi et un taux de pauvreté moins bons que la population autochtone, ce qui est, somme toute, assez logique puisque les nouveaux arrivants ne peuvent prétendre au même statut social que les populations déjà présentes dans un pays donné, et ce quel que soit leur niveau de diplômes. Il convient de rappeler que si un pays comme le Canada accueille beaucoup d’immigrés qualifiés, cependant, ces derniers exercent, bien souvent, des emplois inférieurs à leur niveau de diplôme. En conséquence, il ne faut pas se leurrer, quelle que soit la politique mise en place, la situation des immigrés sera toujours moins bonne que celle des autochtones. Une bonne politique ne doit consécutivement pas viser à supprimer les écarts au nom d’un égalitarisme utopique, très en vogue chez une partie de l’extrême-gauche française, mais à les atténuer, objectif réalisable à moyen-terme si l’Etat s’en donne les moyens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cadi67
- 07/07/2015 - 07:05
intégration
Contrairement à ce que l'on croit, l'intégration est en marche. Dans les campagnes alsaciennes par exemple, de petits Alsaciens de souche commencent à s'exprimer en turc...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 06/07/2015 - 21:13
Suite
J'en veux pour preuve ce qui se passe au Canada ou il y a une forte immigration Marocaine. Les plus entreprenants, ceux qui ont la volonté de s'en sortir, qui créent des emplois vont s'installer au Canada mais jamais en France. Ici les 26% de la population fonctionnarisée n'a qu'un seul but : torpiller les entreprises. alors on récupère les moins courageux au travail, et les moins bien formés. Pourtant le Canada, comme les États Unis sont des pays d'immigration. Mais chez eux, si tu n'a pas d'emploi, tu rentres chez toi....alors que chez nous......ou....ou.....
Paulquiroulenamassepasmousse
- 06/07/2015 - 18:33
Les personnes qui émigrent
Les personnes qui émigrent le font pour deux raisons : pour leur sécurité, pour une vie meilleure. Dans ces deux groupes on retrouve une même proportion de travailleurs et de faignasses.
Les travailleurs et les plus qualifies choisissent les pays anglo-saxons car ils ont plus de chance de trouver du travail. Les faignasses la France car elle seule distribue l'argent braguette et les aides multiples aux chômeurs. Alors , fallait pas poser la question ...........!