En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 14 min 16 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 22 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 12 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 25 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 heures 2 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 21 heures 1 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 56 min 32 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 22 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 48 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 37 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 22 heures 2 min
Has been

Pourquoi les robots ne font plus rêver

Publié le 22 novembre 2011
L'entreprise Honda a présenté ce mercredi à Tokyo une nouvelle version de son robot Asimo, capable désormais d'ouvrir une bouteille et de servir un verre. Mais la robotique, si elle incite toujours à la curiosité, fait moins rêver...
Patrick J. Gyger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick J. Gyger est historien, auteur et curateur suisse. Il est directeur du Lieu Unique à Nantes. Il a écrit notamment "Les voitures volantes : souvenirs d'un futur rêvé" (Favre - 2005). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'entreprise Honda a présenté ce mercredi à Tokyo une nouvelle version de son robot Asimo, capable désormais d'ouvrir une bouteille et de servir un verre. Mais la robotique, si elle incite toujours à la curiosité, fait moins rêver...

Atlantico : La firme Honda vient de présenter un robot androïde multitâches. La robotique passionne-t-elle encore les foules ?

Patrick Gyger : Ils appartiennent au passé de la science-fiction, ou plutôt à un futur antérieur. Dans le monde de la fiction c’est une thématique ancienne, voire éculée, qui a connu diverses réincarnations dans la culture, notamment cinématographique. Ce n’est pas pour rien que les trois lois de la robotique d’Isaac Asimov ont été imaginées : dans la science-fiction on ne parlait que de robots se rebellant et échappant à leurs créateurs, à l’instar du monstre de Frankenstein. Isaac Azimov, avec cette éthique du robot, a surtout permis aux littéraires et scénaristes de sortir de ces poncifs.

Aujourd’hui les robots ne sont pas forcément perçus sous l’angle habituel que leur réservait la science-fiction. Les dernières réflexions autour de l’androïde imaginent plutôt le robot comme miroir de l’homme. C’est la vraie pierre d’achoppement. La vraie question c'est  pourquoi le robot se rapproche tant de la morphologie et de la gestuelle humaine.

 

Le fait qu’ils aient notre taille et se déplacent comme nous est logique : ils évoluent dans un environnement bâti à l’échelle de l’homme. Mais d'où provient cette envie constante de créer des machines à notre propre image ? L’être artificiel est là pour nous présenter un miroir de l’humanité et de nous-mêmes. La façon dont on se projette dans l’être artificiel est celle dont nous nous voyons. C’est la vision de l’homme sur l’homme, en quelque sorte.

 

Mais comment cette utopie du robot, telle qu’elle a été, a pu générer autant de fascination ?

Cette fascination pour les êtres artificiels est ancienne, elle date de la mythologie. Héphaïstos créait déjà des êtres à l’image de l’homme, le mythe de Pygmalion est dans la même veine, dans la culture hébraïque c’était le Golem...

C’est le mythe de l’être humain en tant que démiurge de son propre univers. L’homme a été créé à l’image de Dieu, donc lui-même devient, en créant un être à sa propre image, une sorte de divinité. Dans le livre de Frankenstein, la raison de l’échec, selon Mary Shelley, c’est la transgression. L’homme se prend pour Dieu. Cette idée-là est prédominante.

 

Le but de la création robotique n’est pas une amélioration pratique ?

Pas nécessairement, parce qu’à partir du moment où l’on crée un robot qui remplace l’homme, dans le monde de l’industrie, on est dans une autre problématique. C’est une question d’automatisation de la société.

Quant aux robots qui ressemblent à l’homme, ou même à un animal, la question est celle du transfert d’émotion de notre part. Par exemple le robot Paro, en forme de petit phoque, est utilisé pour accompagner et distraire les personnes âgées.

 

Justement, comment peut-on arriver à remplacer dans notre esprit la compagnie d’un animal par celle d’un robot en forme d’animal ?

Avoir un animal de compagnie est déjà un transfert d’émotion ! Après c’est à chacun de déterminer où se trouve la limite. Les créatures de l’homme appartiennent à l’univers humain. Nous ne pouvons dissocier les deux. Lorsque l’on fait une créature artificielle, c’est une extension de notre sphère d’activité. En quoi est-elle moins « valable » qu’une créature dite naturelle ? On peut légitimement s’interroger.

 

Pourquoi ce mythe, cette utopie du robot androïde, de l’humain de substitution, est-il éculé, presque « has been » ?

Je ne pense pas que ça ne fasse plus rêver. Quand on voit des chercheurs comme Hiroshi Ishiguro, qui a créé d’abord un androïde à l’image de sa fille puis un autre à sa propre image, c’est tout de même très impressionnant. La science-fiction, à travers la littérature et le cinéma, nous ayant habitués à ces images-là, elles nous impressionnent sans doute moins, mais la confrontation avec un robot humanoïde reste imprévisible.

Freud appelait cela « l’inquiétante étrangeté qui se met en place », et il utilisait ces termes pour les androïdes. Ils sont comme les automates du 18ème siècle, le canard de Vaucanson ou les automates de Jacquet-Droz. Ces derniers dessinent, écrivent, jouent du piano. Il y a une suspension d’incrédulité : on adhère au propos, même si on sait que c’est un être artificiel.

C’est la notion d’illusion qui est primordiale, l’ « uncanny valley » (la « vallée dérangeante »), une réaction psychologique que l’être humain développe en présence de robots humanoïdes. C’est le moment où l’on ne sait plus si le robot est un être d’artifice ou non, et dès lors l’incrédulité est à son apogée.

 

Les auteurs s’en sont aujourd'hui désintéressés ?

Quelque part c’est le rôle de la littérature imaginaire. A partir du moment où une idée se réalise, beaucoup d’auteurs cessent de s’y intéresser. Le thème a été tellement développé, on a tant extrapolé dessus, qu’il est difficile de trouver des motifs originaux de s’y atteler.

On peut observer le même mouvement pour la conquête spatiale : une partie de la science-fiction sur ce sujet disparait en 1969 quand Armstrong pose le pied sur la Lune. La concrétisation d’une partie des rêves les tue.

 

Quels sont les rêves qui les remplacent aujourd’hui ?

Les réflexions autour de la biotechnologie et les nanotechnologies, le clonage, sont encore des thématiques récurrentes de la science-fiction actuelle.

 

Propos recueillis par Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Natchack
- 13/11/2011 - 18:49
Robotique, poupées et androïdes
Depuis le mouvement cyberpunk, ou même depuis Phillip K. Dick, le robot est passé du simulacre d'être humain a des rôles plus troubles. On petx citer les poupées humaines déconnectées de leurs corps par la cybernétique chez William Gibson ou les androïdes de plaisir chez K. Dick. Le robot a disparu de la littérature pour fusionner avec l'humain et est devenu l'explorateur de son inconscient.
jlm
- 13/11/2011 - 16:28
désillusion
L'accident de Fukushima a produit un dur retour à la réalité : on s'attendait à ce que les japonais dégainent immédiatement des systèmes autonomes capables d'aller inspecter la centrale, voire d'effectuer quelques réparations d'urgence. Et rien. Alors les robots qui ouvrent des bouteilles paraissent finalement bien futiles, pour ne pas dire infantiles.
zelectron
- 13/11/2011 - 15:16
Heureusement qu'il y a des millions d'autres imaginaires
... tout simplement parce que le rêve est devenu la réalité sauf en France...
nombre de robots en France: absence au classement des 20 plus puissantes nations.