En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 7 min 18 sec
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 3 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 28 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 3 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 41 min
Has been

Pourquoi les robots ne font plus rêver

Publié le 22 novembre 2011
L'entreprise Honda a présenté ce mercredi à Tokyo une nouvelle version de son robot Asimo, capable désormais d'ouvrir une bouteille et de servir un verre. Mais la robotique, si elle incite toujours à la curiosité, fait moins rêver...
Patrick J. Gyger est historien, auteur et curateur suisse. Il est directeur du Lieu Unique à Nantes. Il a écrit notamment "Les voitures volantes : souvenirs d'un futur rêvé" (Favre - 2005). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick J. Gyger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick J. Gyger est historien, auteur et curateur suisse. Il est directeur du Lieu Unique à Nantes. Il a écrit notamment "Les voitures volantes : souvenirs d'un futur rêvé" (Favre - 2005). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'entreprise Honda a présenté ce mercredi à Tokyo une nouvelle version de son robot Asimo, capable désormais d'ouvrir une bouteille et de servir un verre. Mais la robotique, si elle incite toujours à la curiosité, fait moins rêver...

Atlantico : La firme Honda vient de présenter un robot androïde multitâches. La robotique passionne-t-elle encore les foules ?

Patrick Gyger : Ils appartiennent au passé de la science-fiction, ou plutôt à un futur antérieur. Dans le monde de la fiction c’est une thématique ancienne, voire éculée, qui a connu diverses réincarnations dans la culture, notamment cinématographique. Ce n’est pas pour rien que les trois lois de la robotique d’Isaac Asimov ont été imaginées : dans la science-fiction on ne parlait que de robots se rebellant et échappant à leurs créateurs, à l’instar du monstre de Frankenstein. Isaac Azimov, avec cette éthique du robot, a surtout permis aux littéraires et scénaristes de sortir de ces poncifs.

Aujourd’hui les robots ne sont pas forcément perçus sous l’angle habituel que leur réservait la science-fiction. Les dernières réflexions autour de l’androïde imaginent plutôt le robot comme miroir de l’homme. C’est la vraie pierre d’achoppement. La vraie question c'est  pourquoi le robot se rapproche tant de la morphologie et de la gestuelle humaine.

 

Le fait qu’ils aient notre taille et se déplacent comme nous est logique : ils évoluent dans un environnement bâti à l’échelle de l’homme. Mais d'où provient cette envie constante de créer des machines à notre propre image ? L’être artificiel est là pour nous présenter un miroir de l’humanité et de nous-mêmes. La façon dont on se projette dans l’être artificiel est celle dont nous nous voyons. C’est la vision de l’homme sur l’homme, en quelque sorte.

 

Mais comment cette utopie du robot, telle qu’elle a été, a pu générer autant de fascination ?

Cette fascination pour les êtres artificiels est ancienne, elle date de la mythologie. Héphaïstos créait déjà des êtres à l’image de l’homme, le mythe de Pygmalion est dans la même veine, dans la culture hébraïque c’était le Golem...

C’est le mythe de l’être humain en tant que démiurge de son propre univers. L’homme a été créé à l’image de Dieu, donc lui-même devient, en créant un être à sa propre image, une sorte de divinité. Dans le livre de Frankenstein, la raison de l’échec, selon Mary Shelley, c’est la transgression. L’homme se prend pour Dieu. Cette idée-là est prédominante.

 

Le but de la création robotique n’est pas une amélioration pratique ?

Pas nécessairement, parce qu’à partir du moment où l’on crée un robot qui remplace l’homme, dans le monde de l’industrie, on est dans une autre problématique. C’est une question d’automatisation de la société.

Quant aux robots qui ressemblent à l’homme, ou même à un animal, la question est celle du transfert d’émotion de notre part. Par exemple le robot Paro, en forme de petit phoque, est utilisé pour accompagner et distraire les personnes âgées.

 

Justement, comment peut-on arriver à remplacer dans notre esprit la compagnie d’un animal par celle d’un robot en forme d’animal ?

Avoir un animal de compagnie est déjà un transfert d’émotion ! Après c’est à chacun de déterminer où se trouve la limite. Les créatures de l’homme appartiennent à l’univers humain. Nous ne pouvons dissocier les deux. Lorsque l’on fait une créature artificielle, c’est une extension de notre sphère d’activité. En quoi est-elle moins « valable » qu’une créature dite naturelle ? On peut légitimement s’interroger.

 

Pourquoi ce mythe, cette utopie du robot androïde, de l’humain de substitution, est-il éculé, presque « has been » ?

Je ne pense pas que ça ne fasse plus rêver. Quand on voit des chercheurs comme Hiroshi Ishiguro, qui a créé d’abord un androïde à l’image de sa fille puis un autre à sa propre image, c’est tout de même très impressionnant. La science-fiction, à travers la littérature et le cinéma, nous ayant habitués à ces images-là, elles nous impressionnent sans doute moins, mais la confrontation avec un robot humanoïde reste imprévisible.

Freud appelait cela « l’inquiétante étrangeté qui se met en place », et il utilisait ces termes pour les androïdes. Ils sont comme les automates du 18ème siècle, le canard de Vaucanson ou les automates de Jacquet-Droz. Ces derniers dessinent, écrivent, jouent du piano. Il y a une suspension d’incrédulité : on adhère au propos, même si on sait que c’est un être artificiel.

C’est la notion d’illusion qui est primordiale, l’ « uncanny valley » (la « vallée dérangeante »), une réaction psychologique que l’être humain développe en présence de robots humanoïdes. C’est le moment où l’on ne sait plus si le robot est un être d’artifice ou non, et dès lors l’incrédulité est à son apogée.

 

Les auteurs s’en sont aujourd'hui désintéressés ?

Quelque part c’est le rôle de la littérature imaginaire. A partir du moment où une idée se réalise, beaucoup d’auteurs cessent de s’y intéresser. Le thème a été tellement développé, on a tant extrapolé dessus, qu’il est difficile de trouver des motifs originaux de s’y atteler.

On peut observer le même mouvement pour la conquête spatiale : une partie de la science-fiction sur ce sujet disparait en 1969 quand Armstrong pose le pied sur la Lune. La concrétisation d’une partie des rêves les tue.

 

Quels sont les rêves qui les remplacent aujourd’hui ?

Les réflexions autour de la biotechnologie et les nanotechnologies, le clonage, sont encore des thématiques récurrentes de la science-fiction actuelle.

 

Propos recueillis par Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Natchack
- 13/11/2011 - 18:49
Robotique, poupées et androïdes
Depuis le mouvement cyberpunk, ou même depuis Phillip K. Dick, le robot est passé du simulacre d'être humain a des rôles plus troubles. On petx citer les poupées humaines déconnectées de leurs corps par la cybernétique chez William Gibson ou les androïdes de plaisir chez K. Dick. Le robot a disparu de la littérature pour fusionner avec l'humain et est devenu l'explorateur de son inconscient.
jlm
- 13/11/2011 - 16:28
désillusion
L'accident de Fukushima a produit un dur retour à la réalité : on s'attendait à ce que les japonais dégainent immédiatement des systèmes autonomes capables d'aller inspecter la centrale, voire d'effectuer quelques réparations d'urgence. Et rien. Alors les robots qui ouvrent des bouteilles paraissent finalement bien futiles, pour ne pas dire infantiles.
zelectron
- 13/11/2011 - 15:16
Heureusement qu'il y a des millions d'autres imaginaires
... tout simplement parce que le rêve est devenu la réalité sauf en France...
nombre de robots en France: absence au classement des 20 plus puissantes nations.