En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Amen

Le paradoxe de François, le pape qui fascine à l’extérieur du Vatican mais qui n’arrive pas à convaincre à l’intérieur

Publié le 03 juillet 2015
Le pape défraie souvent la chronique, son encyclique en est la dernière preuve. Ses déclarations et ses prises de positions progressistes agacent le Vatican mais ont un écho formidable à l'extérieur. Pour autant il n'est pas sur que les intentions du pape soient bien comprises.
Bernard Lecomte est un journaliste qui a été chef de service étranger à La Croix. Grand reporter à l'Express et rédacteur en chef du Figaro Magazine, il vit aujourd'hui en Bourgogne où il se consacre à l'écriture et à l'édition. Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lecomte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lecomte est un journaliste qui a été chef de service étranger à La Croix. Grand reporter à l'Express et rédacteur en chef du Figaro Magazine, il vit aujourd'hui en Bourgogne où il se consacre à l'écriture et à l'édition. Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pape défraie souvent la chronique, son encyclique en est la dernière preuve. Ses déclarations et ses prises de positions progressistes agacent le Vatican mais ont un écho formidable à l'extérieur. Pour autant il n'est pas sur que les intentions du pape soient bien comprises.

Atlantico : L'encyclique du pape François sur l'environnement a récemment beaucoup fait parler. Si l'immense majorité de l'opinion publique souligne un pas en avant et salue le progressisme du pape, le Vatican lui ne partage pas cet enthousiasme. Le pape François est-il seul contre tous au sein de la Curie ?

Bernard Lecomte : Certes non ! Même si l’on observe quelques tensions dans les milieux les plus conservateurs de l’Eglise, le pape n’est en aucune façon « seul contre tous » ! D’ailleurs, concernant l’encyclique Laudato si, les grincements ne se font pas entendre du côté de la Curie, mais dans certains milieux catholiques conservateurs, libéraux ou « climatosceptiques », notamment aux Etats-Unis. C’est Jed Bush, candidat républicain à la Maison Blanche, qui a expliqué « qu’il n’allait pas à la messe pour y entendre parler économie ou politique ». C’est l’ineffable Greg Guffeld, le chroniqueur de Fox News, qui a considéré le pape François comme « l’homme le plus dangereux du monde ». Enfoncés, Daech, Al Quaïda, Poutine et Kim Jong-Un !  On s’étonne que la chaîne n’ait pas préconisé, pour sauver l’Amérique, quelque raid aérien sur la Cité du Vatican !

Plus sérieusement, l’accueil de l’encyclique papale a été extraordinairement positif dans le monde entier – y compris, ce qui n’est pas fréquent, dans les milieux intellectuels français. Nul doute que cette intervention magistrale du Saint Père dans le débat public concernant la préservation de l’environnement restera une date importante dans l’histoire de l’Eglise, un peu comme le fut l’encyclique Pacem in terris de Jean XXIII en 1963. Des remarques, des réserves se sont fait entendre, par exemple sur la « décroissance » ? Tant mieux ! Un tel texte, par les exigences qu’il suggère, ne pouvait pas plaire à tout le monde.

Quels sont les sujets qui posent problème, et auprès de quelles mouvances précisément au sein du Vatican ?

Au sein du Vatican, c’est plutôt la réforme interne qui prête à contestation, et aussi la seconde session du Synode qui se réunira en octobre. La réforme avance : la nouvelle manière de gérer les finances du Vatican est quasiment au point, et les changements structurels au sein de la Curie s’organisent. En la matière, toute réforme bouscule les habitudes et, par conséquent, suscite quelques inévitables mécontentements. Quant au Synode sur la famille, on a bien perçu, à la fin de la première session, en 2014, qu’il avait provoqué quelques débats virulents, y compris entre tel ou tel cardinal. Notamment sur l’attitude plus ou moins ouverte de l’Eglise envers les homosexuels ou les divorcés remariés. Je crois qu’on aurait tort de se plaindre de ces tensions, qui ont réintroduit au cœur de l’Eglise une certaine culture du débat qui lui fait du bien. Le XXIè siècle ne prédispose aucune institution, fût-elle la plus ancienne et la plus grande de la planète, à des certitudes définitives ou des interdits péremptoires.

Plus que jamais le pape doit arbitrer entre son positionnement progressiste inédit au Vatican et les dogmes de l'Eglise catholique. Quelles sont ses marges de manœuvres ? Le pape François ne risque-t-il pas de s'isoler de plus en plus ?

Vous employez le mot « progressiste » comme certains journaux français ont qualifié le pape François de « révolutionnaire » ou « de gauche ». Ces mots-là conviennent sans doute sur la scène politique, mais ils sont décidément inadaptés au domaine religieux. Le pape François est sans doute audacieux, dynamique, volontaire, inspiré, généreux, habile, courageux, etc, mais il n’est ni « de gauche » ni « de droite » ! Dans quel camp allez-vous situer un pape qui dénonce le capitalisme destructeur de l’environnement, qui appelle à une vraie solidarité avec les migrants, mais qui condamne toujours aussi vertement le mariage gay et l’avortement ? Tout pape est à la fois « progressiste » et « conservateur », selon qu’il appelle à un sursaut moral ou qu’il se fasse l’héritier de la doctrine évangélique !

De manière générale, comprend-on réellement son message ? Ses positions paraissent parfois très tranchées pour un pape...

On comprend son message quand on fait l’effort de l’écouter, de le lire et, j’ajoute, de le méditer un peu. On comprend notamment, à lire les 192 pages de son encyclique Laudato si, qu’aux yeux des chrétiens qu’il représente, tout soit « lié », comme il dit, et que la protection de l’environnement ne puisse être dissociée de la protection de l’homme et de la vie. La « conversion écologique » à laquelle le pape appelle tous les hommes est forcément « intégrale », contrairement à bien des engagements partiels, manipulateurs ou politiciens, sans parler de ceux qui finissent par diviniser la nature, oubliant que c’est l’homme qui mérite qu’on se bouge, et non la planète en tant que telle !

Vous dites que ses positions sont « tranchées », et vous avez raison. Pour reprendre le mot de l’Evangile, le pape François n’est pas un « tiède ». Nous autres Européens allons devoir nous habituer à ce pontife venu du sud qui considère que l’Europe est d’abord un continent riche et égoïste ! De même que les catholiques de nos vieux pays commencent à comprendre que le pape argentin n’attend pas d’eux qu’ils entretiennent leur patrimoine religieux, mais qu’ils se fassent missionnaires et sortent de leur vieilles églises pour aller annoncer la Bonne nouvelle aux « périphéries ». 

Qu'est-ce que cette situation présage du synode à venir à l'automne prochain ?

Il y aura deux rendez-vous importants, cet automne. Le grand rendez-vous écologique de Paris où l’encyclique du pape sera souvent citée – peut-être pas par les Français, mais par beaucoup d’autres délégations, vous verrez ! Et le grand rendez-vous du Synode sur la famille, à Rome, qui verra les cardinaux et les évêques présents osciller entre le respect méticuleux d’une doctrine évidemment immuable et la référence vertigineuse à l’immensité de la « miséricorde » de Dieu, à laquelle le pape a voulu dédier la prochaine Année sainte.

Entre ces deux tendances, il y aura des échanges parfois musclés, on le sent bien, notamment sur le sujet de l’accession des divorcés remariés à l’eucharistie – ce sujet apparemment anodin, mais qui touche au plus profond du dogme catholique : ce que Dieu a uni, l’homme peut-il le désunir ? La réponse devrait être négative, mais correspond-elle alors à l’infini de la miséricorde divine ? Quand ces questions – qui sont parfois douloureuses – touchent à l’histoire bimillénaire d’une Eglise comprenant plus d’un milliard de fidèles, on comprend qu’on ne puisse y répondre, vite fait, par oui ou par non !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Agnès Saal, condamnée pour des frais de taxi, a été suspendue de sa Légion d'honneur

07.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 29/06/2015 - 21:14
@Deudeuche
Merci pour votre commentaire. Il reste que, même si les évangéliques sont très proches, ils restent séparés du Pape. C'est dommage.
Deudeuche
- 28/06/2015 - 22:16
@Le gorille
Le mot clé dans protestant évangélique est EVANGELIQUE; protestant c'est l'appellation historique chrétienne différente de catholique, pour les niais des médias français qui ne connaissent de leur inculture religieuse que les bouffeurs de curés ...ou les curés.
Protestant veut dire tout (fidélité biblique)... et son contraire (bénir la sodomie), en fonction des églises. Ce n'est pas le cas des évangéliques (là il ne s'agit que de la fidélité aux évangiles).
En fait vis à vis des "camarades" (sourire crispé et très tendu) protestants je préfère l'appellation de chrétien évangélique, pour bien expliquer la différence vis à vis des minoritaires libéraux parisiens qui ont toute la considération des médias "mainstream".
Les uns sont dans la Fédération Protestante de France (base biblique/élite libérale sociétale) et les autres dans le Conseil National des Evangéliques (vision sociétale quasi identique à l'Eglise de Rome). D'où CQFD Vive le Pape François!
Protestants et Evangéliques, des frères ennemis en quelque sorte!
Le gorille
- 28/06/2015 - 21:50
Ben Deudeuche...
Pourquoi continuer à être protestant alors ? Si vous ne "protestez" plus...
(Je sais, "protester" veut dire "confesser sa foi", mais là vous me faites sourire quand même !)