En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Pixabay
Parler une langue étrangère aurait donc un impact plus important qu'on ne le pense.
Pragmatisme sans frontière
Parler une langue étrangère rend plus immoral mais plus rationnel
Publié le 24 juin 2015
Une étude publié en juin 2015 montre qu'il existe un lien entre les décisions difficiles que l'on prend et la langue dans laquelle nous communiquons. Parler une langue étrangère aurait donc un impact plus important qu'on ne le pense.
Florian Cova est diplômé de l'ENS, doctorant en philosophie et sciences sociales de l'EHESS
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florian Cova
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florian Cova est diplômé de l'ENS, doctorant en philosophie et sciences sociales de l'EHESS
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publié en juin 2015 montre qu'il existe un lien entre les décisions difficiles que l'on prend et la langue dans laquelle nous communiquons. Parler une langue étrangère aurait donc un impact plus important qu'on ne le pense.

Atlantico. Une étude publiée en juin 2015 suggère que lorsque l'on présente à des personnes des dilemmes moraux dans une langue étrangère, leurs décisions seraient moins affectées par l'émotion que dans leur langue maternelle. En clair, l'usage d'une langue étrangère aurait un impact sur les décisions que l'on prend, les rendant plus rationnelles et moins soumises à nos émotions. Comment ce processus fonctionne-t-il ? 

Florian Cova : Ces dernières années, la psychologie morale s'est en effet concentrée sur l'étude des dilemmes moraux. Imaginez par exemple qu'un train dont les freins ont lâché se dirige tout droit vers cinq personnes, menaçant de les écraser; Vous vous trouvez sur un pont au-dessus de la voie, près d'un homme si corpulent que le jeter du pont sous les roues du train suffirait à arrêter le train et sauver les cinq personnes. Dans cette situation, pousseriez-vous l'homme corpulent sous le train ? Est-ce même moralement acceptable ? Ce type de problème est censé provoquer un conflit entre deux types de réponses : une réponse automatique et émotionnelle, selon laquelle il est horrible et inacceptable de sacrifier une personne, et une réponse plus raisonnée, calculatrice, selon laquelle sacrifier une personne pour en sauver cinq est, tout compte fait, le meilleur choix. Puisque notre réponse dans de tels cas dépend du processus qui sort vainqueur de ce conflit, il est possible de l'influencer en renforçant ou atténuant l'un ou l'autre de ces processus. Or, un certain nombre d'études suggèrent qu'une même histoire suscite des émotions moins intenses quand elle est présentée dans une langue qui n'est pas notre langue maternelle. On peut donc s'attendre à ce que présenter les dilemmes moraux dans une langue qui n'est pas la langue maternelle du lecteur, en atténuant le poids des processus émotionnels, augmente le poids des processus rationnels. Et c'est ce qui a été observé : les participants tendent à trouver plus acceptable de sacrifier une personne pour en sauver plusieurs quand le dilemme leur est présentée dans une langue qui n'est pas une langue étrangère.
 

Nous devenons donc plus calculateurs et plus rationnels quand nous communiquons dans une langue étrangère ? Sommes nous pour autant dénués de toute émotion ? 

Non, bien entendu : ce que montrent ces études, c'est que les réactions émotionnelles sont atténuées par le filtre de la langue étrangère, mais pas qu'elles sont inexistantes, bien au contraire. De plus, les psychologues qui défendent l'idée selon laquelle la décision de sacrifier une personne pour en sauver cinq serait la plus rationnelle pensent tout de même que cette décision se fonde ultimement dans nos émotions (même si ce sont des émotions moins violentes). En effet, juger qu'il est au final moralement acceptable de sacrifier une personne pour en sauver cinq suppose que l'on attribue une valeur à la vie humaine, et ce jugement serait ultimement fondé dans nos émotions (comme l'empathie). Etre rationnel, ce n'est pas nécessairement être un psychopathe.

 

Pour autant, quelle est la langue qui nous rend le plus juste. Notre langue maternelle ou bien les langues étrangères que l'on pratique ? 

C'est une question à laquelle la psychologie seule ne saurait répondre à elle seule, car elle suppose une prise de position philosophique. Est-il plus juste de refuser de sacrifier un innocent, qu'importent les conséquences ? Ou est-il plus juste de prendre en compte le bonheur de tous ? C'est une question sur laquelle s'écharpent chaque jour les philosophes déontologistes (pour lesquels la mort d'un innocent ne saurait être justifiée par les bonnes conséquences qui en découle) et les philosophes utilitaristes (pour lesquels l'action juste se juge à l'aune de ses conséquences). Les premiers recommanderont plutôt de se cantonner à sa langue maternelle, tandis que les seconds vont diront d'y penser à deux fois (et dans plusieurs
langues). Dans un autre domaine, ces études montrent aussi que penser dans une langue étrangère rend plus permissifs envers les crimes sans victimes de nature sexuelle, c'est-à-dire les actes sexuels jugés immoraux par certains alors même qu'ils ne font de mal à personne (comme l'inceste
entre adultes consentants). Là encore, ces résultats sont cohérents avec d'autres résultats dans la littérature et suggèrent que les personnes qui ont un penchant pour l'abstraction et le goût du raisonnement condamnent moins souvent ce type d'actions. Mais là encore, savoir s'il faut penser en langue étrangère dépend de votre position sur de telles questions.

 

L'emploi d'une langue étrangère est-elle l'unique moyen de créer une barrière de ce type diminuant la portée de nos émotions sur les décisions que l'on prend ? 

Non. Certaines études montrent que prendre son temps avant de répondre, ou répondre après s'être entraîné sur des problèmes de raisonnement un peu "piégeux" produit le même type d'effets.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
papinet
- 24/06/2015 - 23:34
Émotion?
Sauf à posséder cette langue étrangère au point d'en faire l'égale de la langue maternelle, la compréhension d'une langue étrangère demande plus d'attention, plus d'effort, plus de concentration que celle de la langue maternelle. Ce surcroît d'effort intellectuel se fait sans doute aux dépends d'autres fonctions comme par exemple la sensibilité ou l'émotivité, simple hypothèse d'un pratiquant d'une langue étrangère...