En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 12 min 44 sec
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 4 heures 20 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 5 heures 8 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 47 min 50 sec
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 4 heures 51 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 6 heures 10 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 7 heures 50 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 8 heures 32 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 13 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
La vallée des surhommes

Esprit de rupture, non respect des lois et égoïsme forcené : l’Europe est-elle capable de s’adapter à la mentalité qui alimente la réussite de la Silicon Valley ?

Publié le 26 juin 2015
Travis Kalanick, le richissime patron d'Uber, comme un grand nombre des entrepreneurs de la Silicon Valley, est un amateur de la philosophe objectiviste Ayn Rand. Au menu : glorification de soi-même et culte de la liberté personnelle. Des idées qui alimentent un microcosme favorable à l'innovation et aux start-up, mais difficilement transposables en Europe.
Frédéric Fréry est professeur à ESCP Europe où il dirige le European Executive MBA.Il est membre de l'équipe académique de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité I7.Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont Stratégique, le manuel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Babinet est Digital Champion. Il a co-fondé l'entreprise Captain Dash,entreprise chargée de développer son expertise sur l'analyse de "Big Data", et y est en charge de la stratégie, du marketing et de la communication. Il est l’auteur de ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Fréry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Fréry est professeur à ESCP Europe où il dirige le European Executive MBA.Il est membre de l'équipe académique de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité I7.Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, dont Stratégique, le manuel...
Voir la bio
Gilles Babinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Babinet est Digital Champion. Il a co-fondé l'entreprise Captain Dash,entreprise chargée de développer son expertise sur l'analyse de "Big Data", et y est en charge de la stratégie, du marketing et de la communication. Il est l’auteur de ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Travis Kalanick, le richissime patron d'Uber, comme un grand nombre des entrepreneurs de la Silicon Valley, est un amateur de la philosophe objectiviste Ayn Rand. Au menu : glorification de soi-même et culte de la liberté personnelle. Des idées qui alimentent un microcosme favorable à l'innovation et aux start-up, mais difficilement transposables en Europe.

Atlantico : Pour quelles raisons Travis Kalanick, le patron d'Uber, cite-t-il si souvent les oeuvres de la philsophe Ayn Rand, à commencer par "La Source vive" ? Et avec lui, qu'est-ce qui pousse un grand nombre d'entrepreneurs de la Silicon Valley à révérer ses écrits ?

Frédéric Fréry : La philosophie d'Ayn Rand est très caractéristique des Etats-Unis et très éloignée de ce à quoi nous sommes, nous, habitués, en Europe, et particulièrement en France. On pourrait qualifier cela, en quelque sorte, d'anarchisme de droite. C'est une idée dans laquelle la liberté individuelle est au-dessus de toute autre chose et n'est pas négociable. La philosophie "objectiviste", c'est le terme utilisé par Ayn Rand, est apparentée au "libertarianisme", c'est-à-dire l'idée selon laquelle la liberté individuelle n'est pas négociable. L'exemple d'illustration typique est celle du motard libertarien : il ne porte pas de casque, mais par contre il porte sur lui un petit papier établissant qu'en cas d'accident il ne faudra pas dépenser d'argent pour essayer de le sauver, parce que c'était sa liberté individuelle de rouler sans casque.

Certains entrepreneurs de la Silicon Valley, une partie assez importante même, se reconnaissent là-dedans car il y l'aspect "si j'ai réussi, c'est que je le mérite", c'est-à-dire la défense d'un mérite personnel lié au fait d'avoir fait quelque chose que les autres n'ont pas fait, l'action donnant une forme de justification. La deuxième raison est que beaucoup de leurs modèles économiques, Uber en particulier, s'attaquent à des business réglementés, qui sont donc anti-libertariens par nature, la réglementation ayant tendance, par définition, à quelque peu encadrer la liberté individuelle. Lorsque Kalanick dit qu'il se reconnaît dans Ayn Rand et qu'il souhaite être libertarien, Uber étant le moyen de l'être, il montre qu'il veut s'attaquer à des business protégés par l'Etat, l'Etat étant l'antithèse d'une société telle que les libertariens la souhaiteraient.

Dans "La Source vive" d'Ayn Rand, il est question d'un architecte qui a un talent particulier, qui est à contre-courant de ce qui se fait autour de lui, qui va bouleverser son environnement. Cela l'entraînera dans un procès, qu'il va finir par gagner, cela parce qu'il est une "force", il y a un côté un peu nietzschéen derrière tout cela, on retrouve l'idée du surhomme. D'ailleurs, il y a un autre livre d'Ayn Rand qui a pour titre "Atlas humilié", traduit en français par "La Grève", où l'on retrouve cette idée du surhomme qui porte le monde sur ses épaules. Il y est question des conséquences d'une grève des patrons sur le monde. L'idée est que tout s'effondrerait beaucoup plus vite que quand ce sont les ouvriers qui font la grève car ce sont les patrons qui construisent l'économie. C'est une idée assez particulière, mais qui est liée à l'histoire d'Ayn Rand, immigrée russe qui a passé sa jeunesse au début de l'URSS léninienne puis stalinienne. Elle a été profondément marquée et a été, après avoir immigré, violemment anti-communiste, allant jusqu'à témoigner contre les accusés dans les procès du MacCarthysme, à dénoncer des gens pour communisme etc.

Les livres d'Ayn Rand font partie des plus lus aujourd'hui aux Etats-Unis, leurs idées sont très fréquentes. D'ailleurs, le parti libertarien est le troisième aux Etats-Unis, on entend toujours parler des républicains et des démocrates, mais les libertariens arrivent juste derrière, toujours troisième dans les élections, même si on ne les voit pas au second tour. Il y a des personnalités connues qui sont ouvertement libertariennes, l'une des plus influentes étant Alan Greenspan, l'ancien président de la FED. Ronald Reagan, affirmait aussi clairement que ces idées l'avaient beaucoup intéressé. Clint Eastwood, et même Brad Pitt, pensent que la liberté individuelle est ce qu'il y a de plus précieux au monde.

Pour nous Européens, cette position a des conséquences compliquées sur le plan philosophique car cela signifie que l'égoïsme peut être tout à fait défendable. Cela s'oppose à toute une ligne de pensée qui, chez nous, a tendance à privilégier dans les valeurs cardinales, dans notre devise "liberté, égalité, fraternité", plus souvent l'égalité à la liberté. Aux Etats-Unis, sans même parler des libertariens, on va plutôt privilégier la liberté par rapport à l'égalité.

Ce qui est certain c'est que pour Ayn Rand, le modèle économique qui doit s'imposer est nécessairement l'économie de marché, parce qu'elle laisse à chacun la liberté de s'exprimer, elle ne peut concevoir sa philosophie qu'au travers du capitalisme. Tout cela est un ensemble de réflexions que partagent un nombre non-négligeable d'entrepreneurs de la Silicon Valley, Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, on en trouve aussi chez Google, chez Jeff Bezos le patron d'Amazon … Ces gens-là sont proches de ces idées, peut-être parce que cela justifie leur succès, en affirmant qu'ils ont tenté, qu'ils ont réussi et point-barre. C'est une réponse assez simple et qui écarte l'importance de la chance dans le succès. Le fait est qu'il n'est pas non plus obligatoire d'appliquer cette philosophie pour pouvoir monter des start-up. Il y a tout de même beaucoup de start-up en Europe, et en France, qui n'ont rien à avoir avec la philosophie libertarienne.

Les règles du jeu qui règnent dans la Silicon Valley semblent être marquées par un puissant individualisme, une certaine aversion pour les contraintes étatiques et une attirance pour la rupture… En quoi cette mentalité explique-t-elle le succès de ce modèle économique ? 

Frédéric Fréry : Il y a d'abord des racines purement américaines : la conquête, la réussite de celui qui entreprend… D'ailleurs on peut même remonter plus loin, à Max Weber, qui montre l'influence du protestantisme : ceux qui réussissent sont marqués par la grâce divine. Et cela par opposition aux pays catholiques où, par opposition, ceux qui réussissent sont toujours considérés de travers, car "les premiers seront les derniers". Tout cela se mélange, l'aspect pionnier et l'aspect protestant, mêlés d'anticommunisme et de la philosophie des pères fondateurs comme Thomas Jefferson. Thomas Jefferson était en faveur de la liberté personnelle au-dessus du reste, et est parfois considéré comme l'un des premiers libertariens. Avec ce mélange général, amplifié par l'excellence des universités qui attirent les start-upers potentiels du monde entier et des capitaux considérables, on obtient une machine de guerre économique tout à fait impressionnante : la Silicon Valley. Il y a, à la fois, l'économique, le sociologique et le philosophique, et même éventuellement le religieux. Tout est réuni pour donner une force qui avance.

Pourquoi la Silion Valley est-elle particulièrement favorable à l'innovation ?

Frédéric Fréry : C'est un milieu favorable à la rupture et à la contestation. La destruction des structures existantes y est vue comme une bonne chose, à condition que celles-ci soient considérées comme des entraves à la liberté. Cela peut être les lois, les reglementations, par exemple celles qui concernent les taxis dans le cas d'Uber. Elles sont clairement présentées comme des entraves à la liberté d'entreprendre : s'attaquer à cela c'est aussi faire acte du partage des idées libertariennes.

Le problème est qu'en théorie, sur le papier, tout cela est très bien. En pratique, dans une société il ne peut y avoir que des surhommes. Le modèle atteint là ses limites car on ne sait pas ce que deviennent les gens qui ne sont pas des surhommes. Tout cela devient rapidement irréel et trop éloigné des contingences pratiques.

Comment l'Etat fédéral américain arrive-t-il à composer avec un développement économique qui se construit en opposition avec lui ?

Frédéric Fréry : Cela fait partie des grands paradoxes des Etats-Unis d'Amérique. Une chose qu'on a du mal à comprendre en Europe, c'est qu'aux USA, Washington est vu comme quelque chose de très loin, encore plus loin que Bruxelles pour nous. Pour les Américains, ce sont surtout des bureaucrates qui inventent des lois pour embêter le peuple qui est sur le terrain et fait les choses. Ce n'est pas partagé par tous les Etats, mais cela revient dès qu'on va vers l'Ouest ou vers le Sud, cette idée-là domine. Le gouvernement fédéral est souvent vu comme une entité extérieure qui n'est pas forcément bienveillante. C'est d'ailleurs de là que vient le 2e amendement de la Constitution sur le droit de posséder des armes, afin de se prémunir contre un pouvoir central devenu malveillant et menaçant la liberté, c'est une question d'équilibre des pouvoirs. L'Etat fédéral, comme les médias, sont vus comme ceux qui entravent les "makers", ceux qui font, qui profitent d'eux.

Une telle mentalité est-elle adaptable en Europe ? Quels en sont les principaux obstacles ?

Frédéric Fréry : J'ai de gros doutes à ce sujet-là. En Europe, il y a une tradition d'Etat fort, de rois, de centralisme, de réglementation. Et en particulier en France, où s'ajoute également une tradition de révolutions, de révoltes et de jacqueries qui fait que, dans une certaine mesure, la population a peur du peuple et que le gouvernement est justement là pour protéger la population d'elle-même. L'Etat est vu comme un rempart qui permettra d'empêcher le désordre et le chaos. On a connu suffisamment d'épreuves de chaos pour penser qu'une force telle que l'Etat permet d'y échapper. Les Etats-Unis ont beaucoup moins connu de périodes de chaos, bien qu'ils aient eu leur guerre civile, qui était d'ailleurs plus le Nord contre le Sud que le peuple contre le peuple. Il n'y a pas eu de mouvements récurrents tels que celui que nous avons eu pendant tout le XIXème siècle.

Cela rejaillit sur notre conception de l'économie du numérique. En cas de crise, on voit bien que la France ralentit beaucoup plus lentement et rédemare beaucoup plus lentement, là où les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne s'arrêtent brutalement et repartent brutalement. L'absence de filet de sécurité, qui fait d'une catastrophe une vraie catastrophe et d'une reprise une vraie reprise, est une caractéristique américaine. Après, il ne faut pas caricaturer, il y a aussi des systèmes sociaux aux Etats-Unis, même s'ils sont moins développés que chez nous. Mais cela fait que le système est infiniment plus réactif, vers le bas comme vers le haut.

Il y a également la mentalité américaine qui fait que les gens sont beaucoup plus mobiles, ils n'hésiteront pas à aller vivre de l'autre côté du continent si c'est là que se trouvent les jobs. Chez nous déplacer quelqu'un de ne serait-ce que 30 kilomètres est déjà très compliqué. Au-delà de la philosophie libertarienne, il y a l'identité même des Etats-Unis, un pays d'immigrants et de gens qui n'hésitent pas à se déplacer pour aller où se trouve la prospérité.

Après ce n'est pas pour cela que nous n'aurons jamais de Silicon Valley européenne, je ne ferai pas ce type de raccourci. Il ne faut pas oublier que nous avons aussi créé des géants, mais grâce aux Etats. Prenons l'exemple d'Airbus, c'est un cas intéressant. Le numérique est-il tellement différent qu'il ne peut pas permettre à un Etat de piloter la création d'un champion ? Je ne peux pas le dire, car nous sommes très jeunes, avec seulement 15 ou 20 ans d'expérience. La philosophie de contestation générale, d'égoïsme à peine éclairé mais autojustifié, la croyance en des surhommes, me semblent très peu probables chez nous, en Europe et en France. Bien-sûr que cette pensée est un moteur et se justifie sur le plan philosophique, mais ça ne me paraît pas une condition fondamentale.

Qu'en est-il particulièrement en France ? Que nous révèle à cet égard l'esprit du plan numérique dévoilé par le gouvernement ?

Gilles Babinet : Notons au préalable que l’évolution en matière de culture de l'innovation en France est plutôt positive. Entre 2000 et 2010, le nombre de créateurs d’entreprise a été pour ainsi dire multiplié par deux. Aucun autre pays de l’OCDE n’observe un tel phénomène. De même, dans les études qualitatives, l’image des entrepreneurs a connu un bon remarquable. 

Pour autant, notre pays a conservé une forte défiance à l’égard du risque : l’introduction du principe de précaution dans la Constitution en est l’exemple absolu à mon sens. Sans doute le fait d’avoir une proportion importante de la population travaillant dans la fonction publique n’y est pas étranger. Mais plus encore, le décalage qui existe entre les compétences du corps politique (structuré pour répondre aux enjeux du XXeme siècle) et la réalité du monde contemporain est probablement à l’origine d’une diffusion d’une culture de la précaution et finalement de la peur de l’avenir. 

Au sein du numérique se trouvent, quoi qu’on en dise, d’importants gains de productivité. Or, aussi pour ce qui concerne un outil productif qui perd en compétitivité par rapport aux autres nations, qu’en ce qui concerne une fonction publique dont les missions sont de plus en plus limitées et dont les coûts sont en croissance continue, le numérique peut être d’une aide considérable. Une politique publique qui mettrait le numérique, pour ainsi dire, en son coeur permettrait de mon point de vue de résoudre les principaux problèmes de ce pays. Ca ne signifie pas qu’il ne faudrait pas beaucoup de courage sur de nombreux plans.

Il y a de nombreux travers dans le modèle californien. Pour autant, il célèbre la Société de la Connaissance et la puissance des plateformes. Des notions que les acteurs politiques devraient avoir plus à l’esprit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 22/06/2015 - 06:42
libéralisme ...
Le libéralisme avant d'être une doctrine économique, est d'abord une philosophie de la liberté de la responsabilité individuel.
J.F.REVEL dans le magasine Le POint dans les années .....80
et la France en 2015 est toujours socialiste toujours avec 5millions et demis de fonctionnaires et autant de chômeurs ...
l'enclume
- 21/06/2015 - 13:05
Pourquoi pas !
""libertarianisme", c'est-à-dire l'idée selon laquelle la liberté individuelle n'est pas négociable." Liberté de posséder des armes à feu par exemple. On voit le MAGNIFIQUE résultat à Charleston et ailleurs. Personnellement, je préfère cette "vieille Europe", qui est tout à fait capable de s'adapter à la mentalité qui alimente la réussite de la Silicon Valley, sans les inconvénients que l'on constate jour après jour aux States. Pour cela il suffirait que l'on élise des dirigeants qui en ont dans la culotte.
vangog
- 21/06/2015 - 12:11
Et pourquoi pas "Libéraux", tout simplement?
Cet abus de qualificatifs tordus et de caricatures faciles est un aveu même de soumission à la pensée unique terrorisante! "Dans une société libertarienne, il ne peut y avoir que des surhommes!" C'est oublier bien vite que le surhomme est un mythe, et que Nietzsche ne l'a pas développé uniquement sur la vertu cardinale de la Liberté, mais sur les quartes vertus humaines, qui constituent le panel mêlé de tous les idéaux. En Amour aussi, "der mensch ist etwas das uberwunden werden sol!", comme en Vie et en Possession...Les penseurs archaïques, formatés par une pensée unique de combat, assimilent trop la Liberté à un idéal antinomique de l'amour et de toutes les déclinaisons qui s'y rattachent plus ou moins, solidarité, générosité, redistribution étatique...dans la vieille tradition gauchiste française de caricature et d'amalgame, les concepts ont été jugés contraire et celui de Liberté, habilement dévalorisé dans les enseignements et le processus sélectif, au profit de tout ce qui contribue au paternalisme étatique infantilisant. Il y est assimilé à de l'égoïsme et farouchement banni par les penseurs uniques. Mais la Nature humaine reprend vite ses droits et balaye les vieilles lunes