En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 44 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 58 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 35 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 33 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 49 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 13 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 48 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 9 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 10 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 48 min
© Reuters
Les salaires augmentent au Royaume-Uni.
© Reuters
Les salaires augmentent au Royaume-Uni.
Trompe the eye

Pourquoi les salaires augmentent en France et au Royaume-Uni pour des raisons diamétralement opposées (et le cercle vertueux n’est pas chez nous…)

Publié le 19 juin 2015
Après que le Royaume-Uni a atteint un taux de chômage de 5,5%, les salaires britanniques commencent à progresser de façon sensible, soit de 3,2% pour le secteur privé. Et si la France bénéficie également d'une croissance de ses salaires, c'est uniquement à cause de la dégradation de la situation des travailleurs les moins qualifiés.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après que le Royaume-Uni a atteint un taux de chômage de 5,5%, les salaires britanniques commencent à progresser de façon sensible, soit de 3,2% pour le secteur privé. Et si la France bénéficie également d'une croissance de ses salaires, c'est uniquement à cause de la dégradation de la situation des travailleurs les moins qualifiés.

Ce 17 juin,  l’Office national de statistiques du Royaume Uni publiait les chiffres relatifs au marché du travail pour ce dernier trimestre, c’est-à-dire de février à avril 2015. Le premier enseignement de ce début d’année est que l’économie britannique continue de créer des emplois à un rythme élevé ; soit 114 000 postes au cours de ces trois mois, ou 424 000 durant l’année passée, pour en arriver à un total de 31.05 millions d’emplois.

Parallèlement le nombre de chômeurs du pays continue de se rétracter de 43 000 personnes au cours de cette même période, ou 349 000 pendant les douze derniers mois, pour un total de 1.81 millions à la fin de ce mois d’avril. De plus, l’attractivité du marché de l’emploi permet d’attirer plus de monde parmi les actifs, permettant une baisse du nombre de personnes classées hors statistiques, c’est-à-dire en dehors de la population active. En raison de ces multiples facteurs, le taux de chômage reste stable, à un niveau de 5.5% de la population active, soit à peu près la moitié du taux de chômage français qui continue de culminer à 10.3%.

Mais le point le plus déterminant de ce rapport sur l’emploi britannique est à chercher du côté des salaires. Ainsi, selon l'ONS, le salaire hebdomadaire moyen progresse de 2.7% (en base annuelle) sur la période considérée, entre février et avril 2015. En tenant compte du seul secteur privé, et en excluant les bonus, la hausse atteint 3.2% sur les trois derniers mois :

Salaires du secteur public. (Hors bonus). 3 mois glissants. %. UK. Source : ONS

Et cette hausse était attendue depuis un long moment. En effet, de nombreuses critiques avaient pu être adressées à la reprise économique britannique, et ce, en plusieurs temps. Tout d’abord, la reprise de la croissance était considérée comme une reprise sans emploi. Ce point a été rapidement démenti par les faits. Puis, la seconde attaque a consisté à déplorer une reprise économique sans reprise des salaires. Mais une telle situation n’est que pure logique.

En effet, les salaires sont soumis à une double pression lors d’une reprise économique. D’une part, puisque les chômeurs sont en majorité des personnes non qualifiées, leur intégration dans le marché de l’emploi produit un effet négatif sur la moyenne des salaires. D’autre part, si une reprise économique se produit lorsque le chômage est encore élevé, il n’y a aucune raison pour que les salariés puissent déjà profiter d’un pouvoir de négociation sur leurs salaires. Voilà pourquoi la sensible hausse des salaires que connait le secteur privé britannique est importante. Elle signifie que le pays est proche du plein emploi. Lorsqu’un employeur ne trouve plus de main d’œuvre disponible immédiatement, typiquement, un chômeur, il ne lui reste qu’un moyen d’attirer un salarié, ou même, d’éviter de le perdre : une augmentation. Et c’est dans ce cercle vertueux que l’économie britannique est aujourd’hui engagée.

De ce point de vue, la situation de la France est troublante, puisque les salaires n’ont cessé de progresser en France depuis la survenance de la crise de 2008. Mais cette réalité est à l’opposé du cas britannique. Ainsi, dans une étude réalisée par la Banque de France, l’économiste Gregory Verdugo indique :

« Les séries de salaire moyen étant calculées à partir de la population employée, elles sont affectées non seulement par les évolutions de salaires mais également par les changements de composition de la population en emploi. Or, lors des périodes de ralentissement, la hausse du chômage a historiquement toujours eu tendance à se répercuter de manière plus importante sur les salariés les plus jeunes, les moins qualifiés et, plus généralement, sur ceux ayant un salaire moins élevé."

Ce qui signifie que la hausse des salaires en France n’est rien d’autre que la conséquence d’un changement de structure de l’emploi des salariés français. Puisque les moins qualifiés sortent des statistiques pour cause de chômage, le salaire moyen à tendance à augmenter. Et si les salaires augmentent en apparence,  la réalité est un peu différente. Car en appliquant la structure de l’emploi de 2008 à la situation actuelle, le résultat s’inverse :

« Nous trouvons que les effets de composition expliquent la totalité de la hausse du salaire réel moyen observée : le salaire moyen à composition constante augmente de moins d’un point entre 2008 et 2009 et diminue par la suite, baissant de 0,8 % entre 2009 et 2011".

Si les salaires britanniques et français progressent de conserve, ils ne traduisent en rien une même situation. La hausse des salaires français n’est que le résultat d’une dégradation de l’emploi des moins qualifiés. Et la hausse des salaires britanniques indique une situation de plein emploi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 19/06/2015 - 18:59
Salaires français et britanniques
Le différence est le plein emploi en GB, le chômage par bêtise idéologique en France, syndicats en tête, plus les charges salariales. En situation de plein emploi, l'entreprise a le plus grand intérêt à ne pas perdre ses employés, ils peuvent partir à tout moment, et cela sans risque, pour aller voir si le pré est plus vert ailleurs
crobard007
- 19/06/2015 - 12:47
Deux éléments à prendre en compte
- Le secteur public bénéficie statutairement d'une augmentation automatique des salaires.
- Les augmentations dans le secteur privé, lorsqu'elles ont eu lieu, n'ont permis que le maintient du salaire net en raison d'une énième augmentation des charges salariales.
Nous assistons donc pour le secteur marchand à une stagnation, au mieux, et plus surement, à une régression salariale
Pig
- 19/06/2015 - 11:59
Il n'y a pas de hausse des salaires en France
Contrairement à ce qu'annonce le titre de cet article, les salaires n'augmentent pas en France. C'est seulement le salaire moyen qui augmente, pour les raisons indiquées dans le corps de l'article. Il est dommage que titre et corps se contredisent ainsi.