En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Beaucoup de chômeurs sortent des statistiques de pôle emploi.
Recette gagnante

La baisse du chômage qui cachait une baisse du nombre de Français qui ont un travail : dans le détail des statistiques de l'Insee

Publié le 05 juin 2015
Annoncée le 4 juin 2015 par l’INSEE, la baisse du taux de chômage est principalement la conséquence de la hausse du nombre de personnes découragées face à l’emploi, et qui sortent des statistiques.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annoncée le 4 juin 2015 par l’INSEE, la baisse du taux de chômage est principalement la conséquence de la hausse du nombre de personnes découragées face à l’emploi, et qui sortent des statistiques.

Après la publication des chiffres du Pôle Emploi, ce lundi 1er juin, c’était au tour de l’INSEE de publier les chiffres du taux de chômage français pour le 1er trimestre 2015, selon les standards du Bureau International du Travail (BIT). Et ces chiffres semblent à priori s’opposer; entre une forte hausse mensuelle du nombre de chômeurs pour le Pôle emploi et une légère baisse pour l’INSEE (en ce qui concerne le premier trimestre 2015). Au-delà de cette contradiction, l’interrogation porte surtout sur la réalité de la baisse du chômage au sens du BIT. Pourtant, celle-ci peut très bien se justifier. Car l’évolution d’un taux de chômage est soumise à plusieurs variables qui permettent de comprendre le phénomène. Et ce n’est pas une bonne nouvelle.

Taux de chômage France. INSEE. T1 2005 – T1 2015. En %.

Pour l’INSEE, comme cela est visible dans le graphique ci-dessus, le taux de chômage est en légère baisse pour le premier trimestre 2015, passant de 10.1% à 10%, soit une baisse de 38 000 personnes. En observant cette situation, une réaction logique revient à considérer que la baisse du nombre de chômeurs s’est traduite par une hausse du nombre de personnes qui ont un travail. Parce que la baisse du chômage ne peut être une bonne nouvelle que si celle-ci se traduit par une hausse du nombre de personnes en emploi.

Malheureusement, cela n’a pas été le cas lors de ce premier trimestre 2015. 64.3% des personnes en âge de travailler avaient un emploi au T4 2014, ils ne sont plus que 64.1% au T1 2015, soit une baisse de 0.2 point du taux d’emploi. En affinant le chiffre, il ressort que ce sont les 25-49 ans qui sont les plus touchés par ce phénomène ; leur taux d’emploi baisse de 80.2% à 79.8% en un seul trimestre. Ainsi, la baisse du chômage de ce début d’année est concomitante avec une baisse de l’emploi de la classe d’âge « base », ce qui apparait encore une fois totalement contradictoire. Mais il existe une explication.

En effet, le taux de chômage ne se mesure par rapport à l’ensemble de la population en âge de travailler, mais par rapport aux actifs. C’est-à-dire à ceux qui ont ou qui veulent un emploi. Et c’est cette mesure qui a évolué le plus fortement. 71.6% des personnes en âge de travailler étaient actives au dernier trimestre 2014, elles ne sont plus que 71.3% pour le premier trimestre 2015. Cette baisse du taux d’activité s’explique principalement par l’impact d’une seule classe d’âge ; toujours la même : celle des 25-49 ans. 88.6% des 25-49 ans étaient actifs au dernier trimestre 2014, ils ne sont plus que 88.1% pour le premier trimestre 2015. Soit une baisse de 0.5 point en un seul trimestre. Ce qui correspond à environ 100 000 personnes, et ce qui signifie que la baisse du chômage intervient en parallèle d’une baisse de la population active. Bonne piste.

Mais que sont devenues ces personnes qui sont sorties des statistiques de la population active? Elles sont venues gonfler une autre catégorie recensée par l’INSEE : « les personnes inactives dans le halo du chômage ». C’est-à-dire les décrocheurs, qui sont principalement divisés en trois catégories : les personnes qui sont à la « recherche active d'un emploi dans le mois précédent mais non disponibles pour travailler dans les deux semaines », celles qui sont « disponibles pour travailler dans les deux semaines mais sans recherche active d'un emploi dans le mois précédent » et les « personnes inactives, souhaitant un emploi mais n'ayant pas effectué de démarches de recherche active, et non disponibles pour travailler dans les deux semaines ». Et en un trimestre, le nombre de personnes figurant dans ce « halo du chômage » a augmenté de 71 000 personnes.

Personnes inactives dans le halo du chômage. En milliers

La conclusion de cette situation est que la cause de la baisse du chômage est plus inquiétante qu’encourageante. Parce que si les chômeurs sortent des statistiques, ce n’est pas en raison de leur retour dans le monde du travail, mais en raison de leur disparition des chiffres de la population active, et ce, principalement parce qu’ils ne cherchent plus d’emploi. Ce sont, pour la plupart, des personnes découragées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 05/06/2015 - 10:19
TRAFIC DE STATISTIQUES
Deux rappels . Disraêli" il y a par ordre de gravité croissante le mensonge, le parjure et la statistique", puis Churchill: "je n'accorde fois qu'aux chiffres que je trafique".Plus sérieusement, concernant l'emploi la seule méthode sérieuse et qui ne peut être dévoyée, sauf à altérer les chiffres eux-mêmes, consiste à décliner à partir de la population active, toutes les différentes catégories d'emplois (en distinguant les emplois à statut privé ou assimilé des emplois publics permanents qui ne sont pas exposés au chômage) ou d'inactivité , de telle manière que le total des analyses sectorielles recoupe le total de la population active. Bien trop compliqué pour la plupart de nos journalistes, dont la culture économique, ni la rigueur comptable ne sont pas les point forts. Sans intérêt apparent pour des citoyens dont, grâce à l'Education Nationale, la moitié ne savent combien d'intérêt annuel produit un capital de 100 placé pendant un an. Alors après, tout un chacun peut jongler avec les chiffres tel un prestidigitateur, soutenir tout et son contraire (voir "Moi,je"), alors pourtant que la solution, l'information sérieuse sont là à portée de main. Très français, trop français!