En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 12 heures 18 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 12 heures 18 min
© Reuters
La reine d'Angleterre s'entretient toutes le semaines avec le Premier ministre britannique
© Reuters
La reine d'Angleterre s'entretient toutes le semaines avec le Premier ministre britannique
God save the Queen

Elizabeth II peut conduire sans permis et possède tous les dauphins du royaume : les curieux privilèges de la reine d'Angleterre

Publié le 28 mai 2015
Potiche pour les uns, symbole indispensable de l'identité britannique pour les autres, la souveraine peut en tout cas profiter d'étranges régimes de faveur.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Potiche pour les uns, symbole indispensable de l'identité britannique pour les autres, la souveraine peut en tout cas profiter d'étranges régimes de faveur.

En Angleterre, le pouvoir de la reine est avant tout symbolique. L'exécutif de cette monarchie constitutionnelle est assuré par le Premier ministre, en l'occurrence David Cameron. Cependant, dans les textes, Elisabeth II, dispose d'un certain nombre de privilèges parfois insolites.

Tout d'abord, "techniquement, la totalité des cygnes de la Tamise appartiennent à la reine. Cependant, elle n'exerce son droit de propriété qu'à certaines occasions", rapporte Business Insider. A titre d'exemple, le "Swan Upping" (levée de cygnes) est un événement annuel où les cygnes sont attrapés, marqués, pesés puis relâchés. Une tradition qui remonte au XIIe siècle et qui fut formalisée par Edouard IV en 1482.

La reine est également propriétaire des dauphins et baleines. "En 1324, sous le règne Edward II, une loi proclame 'poissons royaux', les esturgeons, marsouins, dauphins et baleines du royaume. Une loi qui n'a jamais été abolie comme le précise le site officiel de la couronne. Interrogé sur le sujet il y a quelques années, Buckingham a fait savoir que cela ne concernait pas les poissons d'élevage. Mais ramassez un dauphin sur la côte britannique, et vous verrez la reine débarquer pour réclamer ce qui lui appartient", explique Paris Match.

Autre privilège d'un genre différent mais tout aussi insolite : "la reine peut conduire sans permis ni plaque d'immatriculation", souligne le Time. Mais Elisabeth II n'a que faire de se passe-droit. Elle a appris à conduire durant la Seconde Guerre mondiale. De plus, "elle n'a pas peur de montrer ses talents de pilote. En 1998, elle a surpris le roi Abdallah d'Arabie saoudite en lui faisant faire un tour de Balmoral en voiture", rappelle Business Insider. Dans la même veine, la reine n'a pas besoin de passeport ni de payer des taxes. Cependant, elle  a choisi de le faire en 1992.

La reine risque également de faire des envieux puisqu'elle célèbre deux anniversaires dans l'année. Le premier en tant que personne privée, le second en tant que reine d'Angleterre. "Les célébrations officielles de couronnement se tiennent souvent un autre jour que l'anniversaire réel, particulièrement quand cet anniversaire n'a pas lieu l'été", précise le Royal Mint.

Si tous ces exemples relèvent de l'anecdote et du folklore, le pouvoir de la reine est sur le papier bel et bien réel. "Comme notre président de la République, la reine est chef des armées et elle nomme le Premier ministre issu de la majorité parlementaire. Elle est également chef de l'Église anglicane et entérine la nomination des prélats. Elle peut s'opposer à des lois, accepter ou refuser la dissolution du Parlement. Donc en théorie bloquer ou influer la vie politique du pays, ce qui n'arrive jamais car Élisabeth II tient à son impartialité politique", souligne le Point.

"Légalement, rien ne l’empêche de faire entrer son pays en guerre, de lever de nouveaux impôts, ou de reconnaître officiellement la supériorité française au rugby. Évidemment, Elizabeth serait déchue de son trône du jour au lendemain par les citoyens de la démocratie britannique. Ce serait légitime, car selon la tradition britannique de la monarchie constitutionnelle, le souverain laisse l’exercice de son pouvoir au parlement", ajoute Paris Match.

Elle possède également un pouvoir sur les pays du Commonwealth : Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, Jamaïque… "En 1975, le représentant de la reine de l'époque, le gouverneur général sir John Kerr, renvoya le Premier ministre en réponse à la paralysie totale dans lequel le pays était plongé", raconte Business Insider.

Rappelons également que la reine s'entretien de manière hebdomadaire avec le Premier ministre. "A ce titre, Elizabeth reçoit chaque mercredi, sauf à Noël, le Premier ministre britannique. Aucun conseiller, aucun aide, mais un simple tête à tête entre la souveraine et son Premier ministre. Ce sont les fameuses «weekly audiences» durant lequel elle a, selon le site officiel de la monarchie, «le droit et le devoir de faire part de ses vues sur les affaires du pays», explique Paris Match. Des séances discussions qui sont prises très au sérieux. Au début de son règne, entre 1952 et 1955, Elisabeth n'avait d'autre interlocuteur que Winston Churchill. Une bonne manière de se former à la politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 28/05/2015 - 11:21
La Reine Elizabeth II: ses messages discrets.
Le fait qu'elle conduise elle même la voiture pour faire visiter le domaine de Balmoral au Roi Abdallah d'Arabie est un message politique discret: elle entendait rappeler au Roi Abdallah l'iniquité de l'interdiction faite aux femmes de conduire en Arabie Saoudite
zouk
- 28/05/2015 - 11:15
La Reine Elizabeth II
Pour amusants que soient ces détails, nous ne devons certainement pas négliger deux facteurs: 1. elle dispose d'un pouvoir réel important même si elle ne l'exerce qu'avec discrétion 2. l'amour des Britanniques pour elle est très profond, et comme symbole du Royaume et de sa souveraineté et pour elle même.