En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 32 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 14 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 54 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 54 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 9 heures 24 sec
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 31 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 53 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 27 min
© Reuters
Le 20 et 21 mai se déroule à Paris le Sommet des entreprises pour le climat.
© Reuters
Le 20 et 21 mai se déroule à Paris le Sommet des entreprises pour le climat.
Chaud bouillant

Sommet des entreprises pour le climat : et si la solution au dérèglement climatique était en fait entre les mains du privé ?

Publié le 21 mai 2015
Le 20 et 21 mai se déroule à Paris le Sommet des entreprises pour le climat. Et elles sont déjà nombreuses à avoir développé des solutions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 20 et 21 mai se déroule à Paris le Sommet des entreprises pour le climat. Et elles sont déjà nombreuses à avoir développé des solutions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Atlantico. Libérées d'un bon nombre de contraintes étatiques (frontière, législation), comment les multinationales peuvent-elles agir sur le dérèglement climatique ou au moins réduire leur pollution ? A -t-on des exemples de mesures prises par les entreprises pour elles-mêmes ?

Myriam Maestroni : Le sujet du dérèglement climatique est clairement devenu un enjeu planétaire et partagé par le grand public. C’est ce que l’on pourrait appeler "l’effet post-Al Gore". En effet, cette prise de conscience globale semble vraiment être passé de la logique du groupe de travail composé d’experts (GIEC) aux citoyens suite au documentaire américain de Davis Guggenheim : Une vérité qui dérange, dans lequel l’ancien vice-président américain présente, en 2006, de façon didactique et accessible à tous, une véritable campagne de sensibilisation sur le réchauffement planétaire. Cela lui a d’ailleurs valu le Prix Nobel de la Paix en 2007. Yann Arthus-Bertand, déclarait alors sur ce film : "C'est un film très bien fait, à l'américaine, avec de l'humour, des applaudissements… En deux heures, il en fait plus pour l'environnement que moi en dix ans !". Cela s’est traduit par de nombreuses règlementations locales visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (1), et notamment de CO2, reconnus comme principaux responsables du réchauffement climatique, et par la mobilisation de la société civile de plus en plus sensibilisée.

Cette double dimension est venue consolider une démarche entreprises par les multinationales en matière de développement durable, ayant vocation "à répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins", pour reprendre la définition du rapport Brundtland en 1987. Concrètement, cela s’est traduit par différents types d’actions allant de la publication de rapports sur le développement durable, dans lesquels les entreprises affichaient leurs engagements et résultats à la fois sur le plan économique, sociétal et environnemental, jusqu’à la transformation des modèles économiques, en passant par le lancement de nouveaux produits éco-conçus, le recyclage, la sensibilisation des salariés aux éco-gestes ou encore l’efficacité énergétique. Au départ vécue comme une série de contraintes, cette nouvelle donne est aujourd’hui vue par les entreprises ayant vocation à durer, comme une plateforme d’opportunités pour enclencher une dynamique vertueuse d’innovations et trouver de nouveaux relais de croissance. Certaines initiatives et postures deviennent emblématiques, qu’il s’agisse de repenser des produits très anciens -Levis calcule l’empreinte environnementale de son fameux Jeans 501[2]-, de repenser l’organisation pour la rendre plus frugale -Mark & Spencer s’est engagé sur plus de 180 points au travers de son Plan A-, de diminuer les consommations d’eau -Unilever repense ses lessives-, de calculer et réduire le bilan CO2 des produits (grande distribution…) pour ne vraiment citer que quelques exemples parmi des milliers, issus de la contrainte ou de la créativité. Dans la partie immergée de l’iceberg on trouve certes, aussi, des entreprises fortement mobilisées contre une réglementation de plus en plus exigeante, avec un lobbying soigneusement orchestré, ou des pratiques d’éco-blanchiment (de l’anglais "green washing") plus basées sur des effets d’affichage que sur de vraies actions responsables en faveur de l’environnement.

Parfois il est difficile de savoir à quoi s’en tenir… charge au consomm’acteur" de mieux en mieux informé de faire preuve de discernement… et il n’hésite pas à le faire.

Quel(s) est/sont l'intérêt des multinationales à s'engager en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique ?

Je pense qu’il s’agit de plus en plus d’une question de "durabilité"… Au sens où il me semble de plus en plus difficile d’imaginer le futur sans prendre réellement acte de la Responsabilité Sociétale de ces Entreprises (RSE), c’est-à-dire de leur contribution effective et mesurée au fil du temps aux enjeux du développement durable. Cela est vrai que leurs engagements soient liés à la contrainte ou pris de façon volontaire, et quelles que soient les actions prises sur l’ensemble des 3 volets : économique, environnemental et sociétal. Ainsi pour une entreprise, gérer ses approvisionnements, ses modes de production, sa distribution, ses nouveaux produits, ses prix de revient, sa profitabilité, etc, est devenu condition certes toujours nécessaire mais plus suffisante. Désormais l’ensemble des dimensions sous jacentes au management doivent être revues, repensées, corrigées à l’aune de l’empreinte environnementale et de la perception de ce fameux "consomm’acteur" qui, directement, ou indirectement au travers d’associations, joue un rôle croissant, aidé par les relais de plus en plus rapides d’informations au travers d’internet et autres réseaux sociaux.

Par ailleurs, au-delà de la responsabilité vis-à-vis de ses clients-consommateurs, la RSE a accru les responsabilités des entreprises à l’égard des autres parties prenantes : ses actionnaires, plus exigeants en terme de garantie de leurs investissements, les pouvoirs publics qui réglementent et contrôlent, la société civile ou encore ses propres employés, avec des jeunes générations plus  sensibilisées et regardantes. Cette logique, même si elle est encore à géométrie variable se vérifie au niveau mondial.

L'innovation et les nouvelles technologies sont au coeur de la recherche et du développement de ces multinationales. Dans quelle mesure cela pourrait permettre à ces grandes entreprises de mettre en place des technologies vertes ?

A la Malraux on pourrait presque répondre l’innovation et les nouvelles technologies seront vertes ou ne seront pas… Il me semble de plus en plus difficile d’imaginer innover sans intégrer la dimension économique, sociétale ou environnementale, et ce qu’il s’agisse de technologies, de produits ou de services. On pourrait même dire que cette dimension devient un moteur de l’innovation. Ainsi, innover doit désormais rimer avec croissance verte, c’est-à-dire durable. Qui imaginerait aujourd’hui acheter un véhicule qui consomme et pollue plus ou des appareils électroménagers plus énergivores de son plein gré…?, et quand bien même par esprit de provocation ou par ignorance on souhaiterait le faire, la réglementation en vigueur filtrerait les produits, biens et services désormais éco-conçus. Cela ne veut pas dire que tout ce que nous pouvons acquérir aujourd’hui librement soit parfait… D’où l’innovation qui permet de repenser avec nos connaissances et nos exigences actuelles nos modes de consommation.

Il faut d’ailleurs bien intégrer l’idée qu’il y a un véritable espoir de croissance parce qu’il existe aujourd’hui de nouveaux produits, biens et services qui améliorent notre quotidien, notre confort en diminuant notre budget et notre empreinte environnementale. Les trois bémols à cet optimisme sont sans doute la libre circulation de biens conçus dans des pays moins soucieux que les nôtres du développement durable et parfois moins chers, d’un manque d’informations et de repères encore insuffisamment clairs sur les produits ou biens consommés, et enfin du manque de prise de conscience ou du décalage entre le moment où l’on prend de conscience d’un sujet et le moment où on décide d’agir. Prenons le cas de la rénovation énergétique, qui illustre bien ce dernier point. Aujourd’hui, en France on sait, au niveau global, qu’il y a un logement sur 2 qui consomme 6 à 9 fois plus d’énergie qu’un logement construit neuf et qui donc doit respecter les réglementations thermiques en vigueur (RT 2012). Cela représente 15 millions de logements. Pour autant on ne voit pas un décollage massif du secteur de la rénovation énergétique. Néanmoins on sent une vraie dynamique d’innovation se dégager sur le sujet avec le lancement de nouveaux produits, services ou encore d’outils numériques d’accompagnement de la rénovation énergétique, qu’on aurait pas pu imaginer il y a, à peine, 10 ans. Des sujets qui  nous obligent à aller au delà du raisonnement circulaire de la poule et de l’œuf. Une démarche qui relève aussi de cette logique d’innovation et de croissance durable.

Face aux grands défis environnementaux, les multinationales ont un rôle essentiel à jouer. Les Etats sont-ils en mesure de faire pression sur les entreprises privées de manière à se diriger vers la dépollution ?  

Cette année, la France accueillera et présidera la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, plus connue sous le terme de COP 21, qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Il s’agit là d’une échéance particulièrement importante, puisque "Paris 2015" a vocation à aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

Le défi sera, de projeter, de façon claire, une série d’objectifs dans un nouvel horizon temporel qui permettra de dépasser ceux actuellement poursuivis pour 2020 et contenus dans la désormais célèbre équation du 3X20 établie en 2008 dans le paquet énergie-climat : 20% de réduction des émissions de Gaz à effet de Serre, 20% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique et 20% de réduction des consommations d’énergie.

La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations Unies mais aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe, historiquement, une place importante dans les négociations sur le climat. 25 ans après la publication du premier rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), en 1990, les connaissances scientifiques sur les changements climatiques et leurs possibles répercussions sur l’environnement, l’économie et la société ont bien évolué. Les enjeux sont désormais largement diffusés et connus. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour limiter le changement climatique et sa myriade de conséquences analysées par des scientifiques de tous horizons et disciplines - géologues, atmosphériciens, océanographes, géographes, palynologues, glaciologues - en réduisant les émissions de gaz à effet de serre en général, et celles du CO2 en particulier.

Si le consensus existe sur les fins poursuivies, les divergences sont encore grandes sur les moyens à mettre en œuvre et les façons de les planifier dans le temps et par pays. C’est fondamentalement à ces questions que seront confrontées les différentes parties qui assisteront à la COP 21, et ce sont ces sujets qui mobiliseront l’attention de tous sur les mois à venir, dont celui, en tout état de cause des grandes entreprises, notamment multinationales qui seront bien sûr, directement parties prenantes des réflexions. Ces dernières sont intéressées à double titre, soit parce qu’elles considèrent qu’elles font directement ou indirectement partie de la solution de part leurs propres activités (construction d’usines de désalinisation de l’eau dans des zones menacées de stress hydrique, production  d’énergies renouvelables, construction de villes intelligentes, solutions d’éco-mobilité…), soit parce que leurs activités seront plus ou moins fortement affectées par les décisions qui émergeront des discussions.

Quelle évolution peut-on noter ces dernières années concernant la responsabilisation des entreprises sur ces enjeux ?

Beaucoup de chemin a été parcouru depuis la loi sur les nouvelles régulations économiques (NRE) de 2001, qui prévoyait dans son article 116 l'obligation pour les sociétés françaises, cotées sur un marché réglementé́, de rendre compte dans leur rapport annuel de leur gestion sociale et environnementale au travers de leur activité. Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises se retrouvent au cœur d’une dynamique complexe qui les oblige à prendre en compte les effets d’une réglementation de plus en plus exigeante, d’une pression concurrentielle qui se double d’une capacité de transformation plus ou moins rapide, des attentes de clients devenus consomm’acteurs, et d’un contexte global qui a divisé le monde en deux : d’un côté les économies d’équipement, qui commencent à ralentir, et de l’autre les économies de rénovation encore à inventer. De lourds défis à relever… à la vitesse de l’ère du numérique.


[1] Le phénomène de de l’ "effet de serre" a d’ailleurs été décrit pour la première fois, en 1824, par un physicien français Jean-Baptiste Joseph Fourier, en ayant recours à l’analogie de la serre pour caractériser le phénomène naturel de rétention partielles des radiations solaires par l’atmosphère.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Pourquoi Mourinho n'a pas choisi le PSG

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 22/05/2015 - 01:58
Faux dérèglement, vrai marché!
Il y a une douzaine de types de "climats" recensés,plus les subdivisions variées. Et on prétend à un "réchauffement global" (soi-disant 0,7° au XXème siècle, à répartir suivant les types de climat, donc!) qui s'est transformé en "dérèglement", ce qui ne veut rien dire à l'échelle du temps. Mais il est vrai qu'il y a des milliards de dollars d'enjeu en créant ce faux problème qui se révèle un vrai marché.
Pour les amateurs de sérieux, ce site
http://www.pensee-unique.fr/
qui pulvérise les "réchauffistes"
MONEO98
- 21/05/2015 - 11:51
Enfin la vérité sort lentement du puits
et oui cette affaire de pseudo réchauffement "AlGorien" il y a un capitalisme qui manœuvre dans l'ombre pour nous conditionner , accepter et pour les plus influençables réclamer de payer + ,de subventionner pour sauver la Planète, alors que celle ci ne fait que vivre sa vie habituelle en se moquant bien des microbes humains que nous sommes .Se réclamer d'Al Gore fallait le faire lui qui a créé une société pour spéculer sur le co2
Atlantica
- 21/05/2015 - 10:22
Stop
Le climat change naturellement comme il l'a toujours fait. Le reste n'est que ne l'enfumage pour nous imposer tout et n'importe quoi au nom du sauvetage de la planète.
je vous conseille la lecture de ce site:
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/