En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
La nouvelle drogue
Le danger des purple drank, ces mélanges explosifs à base de médicaments en vente libre grâce auxquels les ados se font planer
Publié le 17 mai 2015
Apparus aux Etats-Unis, ces cocktails médicamenteux à base de sirop pour la toux inquiètent désormais les services de santé français.
Le Docteur Dan Véléa est psychiatre addictologue à Paris.Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les addictions, dont Toxicomanie et conduites addictives (Heures-de-France). Avec Michel Hautefeuille, il a co-écrit Les addictions à Internet (Payot)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dan Véléa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Docteur Dan Véléa est psychiatre addictologue à Paris.Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les addictions, dont Toxicomanie et conduites addictives (Heures-de-France). Avec Michel Hautefeuille, il a co-écrit Les addictions à Internet (Payot)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Apparus aux Etats-Unis, ces cocktails médicamenteux à base de sirop pour la toux inquiètent désormais les services de santé français.

Atlantico. Le phénomène des "purple drank", dont la pratique vient des États-Unis où les sirops pour la toux ont le plus souvent une teinte violette, et apparu en France en 2013, est assez visible chez les jeunes pour que l'Ordre national des pharmaciens lance un signal d'alerte dans son journal interne du mois de mai. Parlez-nous de ce phénomène !

Dan Véléa : Le récent phénomène des "purple drank" représente la consommation par des jeunes dans les milieux festifs d'un mélange associant un sirop pour la toux à base de codéine, avec un antihistaminique et du Sprite ; le mélange contient en plus un colorant violet, qui est à l'origine de sa dénomination. Phénomène récent comme médiatisation en Europe, mais datant du début des années 90, utilisé et valorisé par les milieux du rap nord-américains, le purple drank est devenu depuis le début des années 2000 un produit festif utilisé par des milliers de jeunes lors des soirées clubbing mais aussi privées.

Depuis son arrivée en France, au début très confidentiel, il connaît un énorme essor depuis quelques années. La base de la préparation est représenté par le syrop de néo-codion - un opiacé faible, dans le même type de mélange avec l'antihistaminique (censé adoucir les effets secondaire de l'opiacé), plus le Sprite.

Parmi les effets recherchés, on dénombre les effets connus des opiacés - anesthésie affective, morale et psychique, sentiment d'euphorie et de décontraction totale. Les usagers ont le sentiment de planer, d'être complètement détachés de la réalité. Sur un plan physique, les usagers décrivent une forte chaleur envahissante au niveau du visage et cuir chevelu avec des démangeaisons (d'ou l'utilisation de l'antihistaminique comme prévention et solution face au prurit qui peut devenir pénible).

Quels risques existe-t-il vraiment pour la santé, notamment en terme d'addiction ? Ce cocktail peut-il entraîner la mort ?

Le risque majeur à court terme est l'overdose opiacée OD (par surconsommation du produit opiacé, mais aussi du fait des mélanges avec l'alcool et autres produits psychoactifs). Le tableau d'une OD est celui d'une insuffisance respiratoire massive, avec une défaillance cardiaque. Le risque vital est très élevé face à ce type de tableau, les traitements à base d'antidote de type Narcan devront être appliqués immédiatement. Il faut préciser que les service médicaux américains dénombre des victimes, dont certaines célèbres dans le milieu du rap.

A long terme, le risque addictif est très important, beaucoup plus que celui du cannabis, tant décrié comme produit le plus consommé par les jeunes. en terme de dangerosité des drogues, les opiacés apparaissent en premier rang, à côté de la cocaïne et du crack par exemple, de l'alcoo, et du tabac, tandis que le cannabis est derrière ces produits. Ce constat doit être pris en compte dans les campagne de prévention et d'information des jeunes, à un niveau plus important que la répression. Sur un plan clinique, l'addiction aux opiacés se manifeste par des signes de dépendance physique (signes de manque comme les frissons, douleurs ostéo-articulaires, troubles du transit intestinal) mais surtout de dépendance psychique (en cas de manque, irritabilité, agressivité, tristesse et troubles de l'humeur avec parfois l'apparition d'un véritable syndrome anxio-dépressif).  

Pourquoi les jeunes ressentent-ils le besoin de se droguer à ce point pour se sentir bien ?

L'usage des substances psychoactives - pas seulement addictif mais surtout l'usage festif et récréatif, voir le mésusage - font partie d'une constante chez les jeunes. Sont souvent invoqués, le stress quotidien, l'anxiété de la performance, la recherche des sensations, situations qui nous permettent de dire que pour beaucoup de ces jeunes l'usage des substances psychoactives revêt une dimension autothérapeutique - la gestion allostasique des situations de stress. Il existe une autre catégorie de jeunes qui sont dans une recherche de situations à risque, dans une véritable dimension addictive face au risque, une dimension souvent ordalique. Les rites d'initiation, de passage et les transgressions font partie depuis l'humanité de notre manière de franchir des pas vers la maturation, mais dans la situation présente, nous devrons être vigilants et informer les jeunes sur les risques encourus.

Comment mettre un terme à ce fléau ? Peut-on interdire la vente de ce sirop sans ordonnance ? Et si oui, y-a-t-il un risque que les adeptes se tournent vers un autre produit ? 

Comme souvent l'interdiction d'une substance s'accompagne de la recherche d'autres substances plus fortes et encore non-prohibées, donc cette mesure semble efficace à très court terme. La meilleure solution reste la prévention et l'information des jeunes, mais surtout un accompagnement - par les parents, les profs, le corps médico-social - afin de reconnaître rapidement les éventuels signes d'une détresse émotionnelle, d'une mauvaise adaptation au stress, d'une mauvaise image de soi.

Méfions nous aussi d'une récupération du sujets par des industriel (aux USA) qui mettent sur le marché des boissons similaires (sans codéine ou antihistaminique) mais contenant des herbes et d'autres ingrédients. Ces produits, vendus sous le nom de drank, facilitent souvent l'escalade vers les produits censés procurer des effets plus forts- comme le purple drank.

Le plus paradoxal reste l'appellation industrielle et aussi dans les milieux festifs des drank - en tant que anti-energy - en totale complémentarité avec les boissons de type burn contenant de la taurine, qui elles sont vendues comme produits énergisants. Comme on dit, il y a pour tous les goûts!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires