En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

04.

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

05.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

06.

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

07.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Gestion de la crise
Covid-19 : les premières auditions devraient être menées en septembre dans le cadre de l'enquête contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn
il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Blanquer écarté de l'Intérieur à cause de son attachement à la laïcité ; Dupond-Moretti séduit autant qu'il affole les hebdos, Bachelot enchante Match mais retarde ses mémoires ; Macron congelé jusqu'en 2022 ; La CGT employeur voyou
il y a 3 heures 43 min
pépites > Santé
Barrière contre le virus
Covid-19 : Jean Castex annonce que le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics clos "dès la semaine prochaine"
il y a 5 heures 45 min
décryptage > High-tech
Conseil national du numérique

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Culture

"Je me retournerai souvent" de Michel Lambert : le peintre des replis de l’âme à l'écriture cristalline

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Société
Sélection naturelle

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Nouveau Premier ministre

Le style Castex : interprète ou auteur-compositeur ?

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Sport
Révolution

Utilisez l'IA à la gym pour vous maintenir en forme dès cet été

il y a 9 heures
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean Castex se présente surtout comme la voiture-balai du précédent gouvernement chargée de dégager la route pour les deux ans qui viennent

il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
"600 jours pour rebâtir la France"
Retrouvez l'analyse de Jean-Sébastien Ferjou sur le discours de politique générale de Jean Castex
il y a 3 heures 12 min
pépites > Justice
Enquête
Mort de Cédric Chouviat : trois policiers ont été mis en examen pour homicide involontaire
il y a 4 heures 32 min
pépite vidéo > Santé
Limiter les contaminations
Coronavirus : Olivier Véran considère que la situation en Mayenne est "problématique"
il y a 6 heures 2 min
décryptage > France
Restaurer l'autorité de l'Etat

Insécurité : les Premiers ministres changent, Macron et son manque de détermination restent

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Défense
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

Victoires militaires versus défaites politiques ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Europe
Cour de justice européenne

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
Discours de politique générale

Jean Castex, l'anti-Edouard Philippe...

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise économique

Jean Castex remet l’État sur tous les fronts, mais esquive l’efficacité des milliards investis

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Nouveau visage du macronisme

Jean Castex : un bon discours d’intention, mais combien de divisions ?

il y a 10 heures 23 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 22 heures 44 min
© Reuters
La classe moyenne se sentirait déclassée.
© Reuters
La classe moyenne se sentirait déclassée.
Signes intérieurs de richesse

Cette raison insoupçonnée mais bien réelle qui explique le sentiment de déclassement des classes moyennes

Publié le 15 mai 2015
Aujourd'hui la règle selon laquelle les personnes les plus aisées possèdent forcément beaucoup de biens, et les classes moyennes, beaucoup moins, ne se vérifie plus. Le vrai luxe, c'est le temps. D'où un profond mal-être chez ceux qui ne peuvent se l'offrir.
Patrice Duchemin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue de la consommation, enseignant au Celsa et à l'Iscom, rédacteur de l'Oeil LaSer:  www.oeil-laser.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui la règle selon laquelle les personnes les plus aisées possèdent forcément beaucoup de biens, et les classes moyennes, beaucoup moins, ne se vérifie plus. Le vrai luxe, c'est le temps. D'où un profond mal-être chez ceux qui ne peuvent se l'offrir.

Atlantico : La classe moyenne se sentirait déclassée (lire ici). Qu’en est-il réellement, et pouvez-vous nous rappeler quelle population cette appellation désigne : s'agit-il d'une tranche de revenu ou d’un sentiment d’appartenance ?

Patrice Duchemin : Ce n'est pas un sentiment mais plutôt une réalité. La classe moyenne, par définition, n'est pas un état dans lequel on est appelé à rester. Historiquement et depuis l'après-guerre, la classe moyenne n'a qu'une seule aspiration : appartenir à une classe supérieure. Par exemple un commerçant aspirera à gérer son propre magasin, un employé souhaitera créer son entreprise, etc. C'est donc un lieu de transition.

Or aujourd'hui la classe moyenne est devenue un état stationnaire. C'est le drame de notre époque. Leur consommation est bloquée par l'absence de perspective : les gens ne vendent pas leur appartement par esprit de précaution, par peur de la précarité ; ils ne changent pas de voiture pour les mêmes raisons… La dynamique de consommation autrefois motivée par des perspectives est aujourd'hui minée.

Il y a une vingtaine d'années, les jeunes savaient qu'ils trouveraient du travail. Aujourd'hui, ils peinent à trouver des stages.

Pendant longtemps la possession de certains biens était un marqueur social. Avec le développement de la société de consommation, il semblerait que cela ne soit plus le cas. Quels sont les marqueurs sociaux aujourd’hui ?

Effectivement. La télévision, les ordinateurs, les voyages et tout ce qui était considéré comme des signes de réussite sont aujourd'hui devenus des signes de modernité. Il y a vingt ans, partir à Barcelone évoquait quelque chose de formidable. Aujourd'hui, n'importe quel individu peut y aller avec Easyjet. Tous les marqueurs sociaux qui autrefois exprimaient publiquement un succès sont devenus accessibles. Quand vous prenez en compte ces deux dynamiques de l'état d'esprit et des marqueurs sociaux, que reste-t-il pour montrer un certain succès ?

Que reste-t-il, justement ?

La grande différence est le temps. Aujourd'hui, le temps est la vraie richesse. Je suis conscient que cette idée est caricaturale, mais la classe laborieuse court après le temps. On le voit avec l'augmentation significative du nombre de Burn-out et des suicides… Les gens riches ont le temps, le temps de flâner, de réfléchir.

L'élite intellectuelle ne court d'ailleurs plus après les signes extérieurs de richesse. Les montres deviennent des marqueurs de vulgarité, il est de bon ton de ne pas en mettre le samedi soir. Que font les riches aujourd'hui en France ? Matthieu Pigasse, Xavier Niel le montrent : ils financent l'économie, ils permettent à des projets de voir le jour, ils préparent le futur, ils inventent, ils voyagent… Ils achètent du temps.  Mais ils ne courent pas après les voitures de luxe. D'ailleurs, dans une vingtaine d'années, le comble du luxe ne sera probablement pas d'avoir trois voitures, au contraire ce sera sans doute de ne pas en avoir du tout.

Comment la classe moyenne peut-elle se démarquer des autres classes ?

Les classes moyennes cherchent quant à elles à acheter une voiture plus grosse, un appartement doté d'une pièce supplémentaire, à avoir une résidence secondaire… Mais pas de l'immatériel, car ils n'en ont pas le temps.

Quels processus nous ont-ils amenés à cette évolution ?

Il y a un sentiment de trop-plein, de défiance et de recul. La société de consommation est amusante dans un premier temps, après une époque de pénurie en 1945. La consommation est alors assimilée au progrès.

Ensuite, toutes les nouvelles technologies et notamment les réseaux sociaux ont amplifié le bruit de cette consommation. Pendant très longtemps, l'acte d'achat consistait à demander l'avis sur un produit autour de soi, de consulter éventuellement un catalogue, de rentrer dans un magasin et de faire un chèque. Aujourd'hui c'est tout un flan. Il faut en parler, se renseigner sur des blogs, chercher l'histoire de la marque et du produit… La consommation est alors devenue une culture, laquelle a pris une place énorme.

Les blogs de cosmétique sur les énièmes différences entre les rouges à lèvre, les vernis à ongle, les crèmes de jour… Si Jean de la Fontaine était de retour, il en ferait probablement une fable car c'est un exemple éclairant de commentaire fondé sur rien, le vide. Les médias pour hommes ne sont pas en reste : les magazines comme GQ qui se demandent s'il faut mettre une cravate, comment faire un ourlet à son pantalon, s'il faut acheter des Paul Smith… Au secours ! La consommation est devenue une conversation. L'offre étant devenue une hyper-offre, il y a un rejet de la société de consommation.

C'est pour cela que l'on regarde la classe moyenne avec un mauvais angle de départ : les preuves de réussite ne sont plus fondées sur l'accumulation de signes de richesse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 11/05/2015 - 12:31
Classe moyenne
Ou l'art de disséquer le fonctionnement de quelque chose qui n'existe pas...