En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 7 heures 33 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 4 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 14 heures 38 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 1 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 13 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 14 heures 38 min
© Pixabay
Le Champagne de 170 ans était bien plus sucré que celui d'aujourd'hui.
© Pixabay
Le Champagne de 170 ans était bien plus sucré que celui d'aujourd'hui.
Série : l'évolution des goûts

Grosse surprise en ouvrant une bouteille de champagne de 170 ans : petite histoire de l’évolution du goût de nos boissons

Publié le 05 mai 2015
En 2010, des plongeurs ont retrouvé des vieux alcools âgés de 170 ans dans les cales d'un bateaux ayant fait naufrage. Selon les résultats, ils étaient bien plus sucrés que ceux que nous connaissons aujourd'hui. Premier épisode de notre série sur l'évolution des goûts.
Matthieu Lecoutre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Lecoutre est docteur et agrégé d'histoire et chercheur associé en histoire moderne. Il est rattaché à l'Equipe Alimentation de l'Université François-Rabelais de Tours.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2010, des plongeurs ont retrouvé des vieux alcools âgés de 170 ans dans les cales d'un bateaux ayant fait naufrage. Selon les résultats, ils étaient bien plus sucrés que ceux que nous connaissons aujourd'hui. Premier épisode de notre série sur l'évolution des goûts.

Atlantico : Le champagne trouvé en 2010 dans les cales d'un navire était contrairement à aujourd'hui sucré. Il y a deux siècles, le goût pour les boissons sucrées était-il plus prononcé ?

Matthieu Lecoutre : Vins liquoreux et vins plus forts ont toujours existés. Pensez aujourd'hui aux vins du sud-ouest.

>>>>>>>>>> A lire également : Obélix mangerait-il nos Steak-frites ? Petite histoire de l’évolution du goût de nos aliments

Pour autant, la grande époque des vins sucrés se situe au Moyen Âge :  les vins sucrés plaisaient, mais sans excès de sucre car ils étaient sinon associés au plaisir excessif et à la luxure. Existait aussi l'hypocras, une boisson à base de vin, de miel et d'épices. En fait, tout type de vin existait alors (sucré ou amer). On choisissait celui que l'on souhaitait consommer en fonction d'un savoir médical hérité de l'Antiquité et abandonné au 18e siècle : la médecine humorale. Toute consommation d'aliment liquide ou solide devait permettre de rééquilibrer les humeurs (la bile noire, la bile jaune, le sang et le flegme) en excès ou en défaut dans chaque organisme. Certains aliments sucrés étaient recommandés à certains buveurs alors que des aliments plus amers étaient recommandés à d'autres.

Au 17ème et 18ème sont apparus les premiers champagnes. Boire un vin gazeux était un moyen pour la noblesse de se démarquer, de s'établir en buveurs éclairés. Voltaire l'illustre ici : "De ce vin frais l’écume pétillante de nos Français est l’image brillante" (Le Mondain, 1736).  Sucrés ou non, contenant des bulles on ne pouvait les couper avec de l'eau -sous peine de faire disparaître les bulles-, ils étaient donc plus forts.

Quels types de boisson étaient prisés par nos ancêtres ?

Les Gaulois étaient traditionnellement des buveurs de cervoise. Mais la conquête romaine a été un moment d’intense diffusion du vin romain en Gaule. De 120 avant J.-C. à 50 avant J.-C, 120 000 hectolitres de vin par an ont été exportés d’Italie centrale vers la Gaule Les monnaies frappées pour Vercingétorix portaient d’ailleurs au revers une amphore de vin : symbole de l’importance économique et culturelle de la boisson.

Au Moyen Âge, le plus souvent les vins étaient consommés jeunes. Mais les goûts variaient selon les territoires : le vin blanc léger et aigu de la région parisienne et de la Champagne ont longtemps été préférés par les Français tandis que les Bordelais de la Guyenne anglaise diffusaient leur vin clairet outre-Manche. Mais le goût a évolué en France à partir du 14e siècle au temps de "l’offensive des vins forts" symbolisée par l’apparition du pinot noir (Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France, 1959).

Au 16e siècle, existaient déjà des nectars de qualité : du vin de Beaune au Saint-Pourçain, des graves de Guyenne au muscat de Frontignan. Mais les vignobles français sont entrés dans une nouvelle ère aux 17e  et 18e siècles. Des grands crus sont créés en Bourgogne ou dans le Bordelais. De nouveaux vins naissent comme le Champagne pétillant ou le vin liquoreux de Sauternes.

Certains alcools ont-ils complètement disparu ?

Les vins, par exemple, ont beaucoup évolués. Grâce aux témoignages écrits, on sait que les vins romains très appréciés des gaulois étaient réputés, mais leur goût a disparu à jamais. Certains pouvaient même être des vins de garde, c'est à dire qu'ils étaient contenus dans des amphores  scellées de manière à ce que les échanges gazeux puissent se poursuivre (la garde pouvait durer 20 à 25 ans).

Les techniques ont aussi bien évoluées, le vin n'est plus obtenue de la même façon aujourd'hui. Par exemple, le premier "grand cru" de l’histoire françaçise est le vin de Massalia (Marseille) à l’époque des Romains. Selon le Banquet des Sophistes d’Athénée de Naucratis (IIIe siècle après J.C), ce vin réputé était épais, charnu et charpenté. Les spécialistes de la vigne antique tels que Thibaut Boulay pensent que ce type de vin était obtenu grâce au passerillage : avant d’être foulés, les raisins étaient disposés sur des claies au soleil en attendant qu’ils se gorgent de sucre.

Le vin n'est plus non plus dégusté de la même façon, on l'a longtemps bu coupé avec de l'eau. Les Grecs et les Romains  pendant l'Antiquité, buvaient leur vin coupé d’eau (le plus souvent de l’eau froide pour les Grecs, de l’eau chaude pour les Romain) malgré l'existence de grands vins!Cela reflétait leur capacité à respecter la bonne mesure (la sôphrosùnê). Cette habitude de boire du vin coupé d’eau a été conservée en France jusqu’au 18e siècle, sauf si le vin était de faible puissance. Au 16e siècle, Montaigne avait par exemple pour coutume de couper son vin parfois à moitié, souvent au tiers d’eau. Cet usage public était nommé, non sans une pointe d’humour, "baptiser le vin". Les plus pauvres des sujets du roi de France buvaient même de la piquette, c’est-à-dire de l’eau mélangée au marc du vin.

La consommation ressemblait-elle à celle d'aujourd'hui ? Quand a-t-on commencé à prendre conscience des dangers de l'alcool ?

L'abus d'alcool a toujours existé! Déjà durant l'Antiquité on coupait de vin avec de l'eau pour "calmer les ardeurs de Bacchus par le commerce des nymphes". C'était une pratique fort utile pour tenter de limiter les risques d’ivresse cela n’empêchait pas de s’enivrer. Les débordements étaient fréquents des banquets grecs aux cabarets romains, des tavernes médiévales aux repas du 18e siècle.

La première prise de conscience politique dans le pays des dangers de l’ivresse date de 1536 (Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne, PUR/PUFR, Rennes, 2011). Pour limiter l’ivrognerie dans le royaume, François Ier a tenté d’imposer un édit très strict. Quatre sentences étaient prévues pour les ivrognes qui ne pouvaient apaiser leur soif : la prison au pain et à l’eau pour le premier écart, puis pour les récidivistes successivement le fouet ou la bastonnade en prison, la même chose publiquement, enfin l’essorillement et le bannissement. Ces peines paraissent

évidemment excessives en 2015 mais elles n’étaient pas si dures que cela pour l’époque. À l’aune des peines prévues, François Ier considère finalement l’ivrognerie comme moyennement dangereuse. Cet édit représente dans tous les cas la première offensive du pouvoir politique en France contre l’excès de boissons enivrantes, et c’est son premier échec car cet édit n’est jamais appliqué de 1536 jusqu’à la Révolution française. L’existence de cet édit permet de relativiser l’importance que les historiens de l’alcoolisme accordent traditionnellement au 19e siècle, même si le mot "alcoolisme" est inventé en 1849 par le médecin suédois Magnus Huss (pour désigner toutes les affections gastro-entérologiques, neurologiques, psychiatriques, cardiologiques liées à l’absorption d’alcool) et que c’est à partir de la seconde moitié du 19e siècle que l’alcoolisme est de plus en plus perçu comme une maladie et comme un fléau social associés à la "dangereuse" classe ouvrière.

Quels sont les alcools relativement récents ? A quoi est lié leur apparition ?

Aujourd’hui les derniers alcools apparus sont les "prémix" : des boissons alcoolisées déjà coupées avec des sodas. Leur succès s’explique par la mondialisation, l’américanisation des manières de boire et le succès d’un marketing ciblant essentiellement le public jeune. L’Organisation Mondiale de la Santé considère "l’alcoolo-dépendance" comme un problème mondial à l’origine de 2,5 millions de décès/an et de "nombreux problèmes sociaux et développementaux graves : violence, maltraitance ou négligence des enfants, et absentéisme sur le lieu de travail". En France, environ 40 000 morts sont liées à la consommation d’alcool et environ 8 millions de personnes sont des buveurs dépendants et/ou exposés à des difficultés médicales, psychologiques, sociales liées à l’alcool.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires