En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 38 min 55 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 40 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 9 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 3 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 6 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 32 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 1 min
Bonnes feuilles

La notion de "zone d’acceptabilité", ou comment les universitaires en viennent à ostraciser ceux qui osent s'affranchir de la pensée dominante

Publié le 27 avril 2015
L’idéologie contemporaine, "migratoire", mondialiste, antiraciste, multi-culturaliste, présente comme des vérités ce qu’on imaginait être des "positions", empêche le débat d’idées et fausse la compétition démocratique. Elle stigmatise tout individu qui oserait mettre en doute ce qui apparaît comme un dogme incontestable. Extrait de "Face au discours intimidant", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan (1/2).
Laurent Fidès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Fidès est ancien élève de l'Ecole Normale Supérieur et agrégé de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’idéologie contemporaine, "migratoire", mondialiste, antiraciste, multi-culturaliste, présente comme des vérités ce qu’on imaginait être des "positions", empêche le débat d’idées et fausse la compétition démocratique. Elle stigmatise tout individu qui oserait mettre en doute ce qui apparaît comme un dogme incontestable. Extrait de "Face au discours intimidant", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan (1/2).

La notion de « zone d’acceptabilité »

Très révélatrice, l’affaire Gouguenheim déclenchée en avril 2008 par un ouvrage de vulgarisation dans lequel l’historien médiéviste soutenait la thèse d’une filière occidentale dans la transmission de l’héritage grec. Pour avoir osé contester une vérité officielle, Gouguenheim subit la pression d’un certain nombre d’universitaires qui l’accusèrent d’islamophobie et de racisme et organisèrent contre lui des pétitions. Face à cette réaction déchaînée et totalement disproportionnée s’agissant d’un sujet académique, des spécialistes de la question prirent sa défense, ainsi que des historiens polonais qui reconnurent dans ces méthodes d’intimidation les pratiques de l’époque soviétique.

>>>>> A lire également : Discours intimidants : ces "mots-pièges" qui formatent insidieusement nos esprits à l'ère du mondialisme

Sylvain Gouguenheim, Renaud Camus, Maurice Dantec, Richard Millet… font figure d’« intellectuels dissidents », parce qu’ils ont eu l’audace d’exprimer un point de vue personnel distinct des croyances obligatoires ou de s’exprimer dans des termes qui avaient été mis à l’index par les forces bien-pensantes, ce qui s’appelle, dans la phraséologie du discours intimidant : « franchir la ligne rouge » ou « commettre un dérapage ». Retenons ces métaphores : elles sont intéressantes parce qu’elles révèlent sans la moindre ambiguïté l’existence d’une « zone d’acceptabilité », autrement dit d’un espace discursif normalisé à fonction intimidante.

La délimitation d’un périmètre d’acceptabilité est un phénomène que Tocqueville repérait déjà dans la démocratie américaine : « En Amérique, la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée. Au-dedans de ces limites, l’écrivain est libre ; mais malheur à lui s’il ose en sortir. » L’intimidation n’est pas ici menace de mort, mais menace de rejet : « Vous êtes libre de ne point penser ainsi que moi ; votre vie, vos biens, tout vous reste ; mais de ce jour vous êtes un étranger parmi nous. » Dans ces conditions, les écrivains et intellectuels ont tendance à s’autocensurer : « L’Inquisition n’a jamais pu empêcher qu’il ne circulât en Espagne des livres contraires à la religion du plus grand nombre. L’empire de la majorité fait mieux aux États-Unis : elle a ôté jusqu’à la pensée d’en publier. » Le citoyen intimidé craint donc d’être blâmé, conspué, jugé infréquentable et rejeté (parfois simplement par le groupe de ses collègues).

La zone d’acceptabilité correspond à ce qu’un groupe peut consentir à critiquer, à mettre en doute, à soumettre à la discussion. Au-delà, l’individu transgresse un interdit et s’expose donc à une exclusion symbolique, à une condamnation judiciaire, ou au lynchage médiatique, le risque étant ici de se retrouver exposé, pour avoir pensé quelque chose, à une foule qui, par définition, ne pense pas.

Sans se réclamer de Tocqueville, mais en s’y référant volontiers, Renaud Camus indexe le lynchage médiatique qu’il a lui-même subi sur ce qu’il appelle « la dictature de la petite bourgeoisie », c’est-à-dire le pouvoir de nivellement normatif d’une classe moyenne intégrationniste qui aime l’étranger comme un autre « soi-même » assimilable, mais refuse toute extériorité et cherche à suturer toutes les failles, à réduire toutes les fractures et à autocélébrer sans cesse « sa globalité, sa massivité, son unicité symbolique ».

J’appelle donc « discours intimidant » ces actes de langage qui ont pour fonction de contenir l’individu ou le citoyen dans la « zone d’acceptabilité ». Un tel discours présente trois caractéristiques essentielles : la menace d’exclusion, la culpabilisation, le chantage compassionnel

Extrait de "Face au discours intimidant - Essai sur le formatage des esprits à l'ère du mondialisme", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 26/04/2015 - 13:11
@ Anguerrand - c'est la lutte finale
Debout, les damnés de la terre
Debout, les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère,
C'est l'éruption de la faim.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout.

C'est la lutte finale ;
Groupons nous et demain
L'Internationale
Sera le genre humain.

hymne du Front National version trotskiste (Mélanchon)

et pour vous un point Godwin avec mention pour avoir fait apparaître le moustachu suicidé en 1945 dans le paysage politique français de 2015.
Est ce gâtisme du au grand âge ?
Anguerrand
- 26/04/2015 - 06:31
Vangog est responsable du FN
Et dénonce le national-socialisme, décidément il faut se retenir pour ne pas rire. Ne vous êtes vous pas rendu compte que le parti à laquelle vous appartenez l'est ? Vous dénoncez tous les partis, mais votre parti tout de même...pas bien! National contre l'immigration, et la on vous suit, et socialiste car le programme économique est un copié- collé de celui de Mélanchon. Vous admiriez Hitler?
vangog
- 25/04/2015 - 16:51
Dictature de la pensée unique...
Étonnant que certains commencent à se pencher sur ses effets malfaisants, seulement aujourd'hui? Peut-être finiront-ils par trouver ce que nous avons toujours dénoncé? Cette dictature utilise les mêmes méthodes que celles de toutes les dictatures, conceptualisées par le socialisme et le national-socialisme, au siècle dernier: annexion du système éducatif, première pierre de l'édifice ideologique, colonisation des organes de pouvoir par la sélection en amont, organisation du système propagandiste greffé aux médias, syndicats et associations traditionnels, vecteurs fidèles du système de pensée unique...lorsque cet édifice est en place, ne reste plus qu'à accomplir la tâche ultime de tous les socialismes: la fameuse "régénération de la pensée" chère aux marxistes...nous sommes bien loin de "l'intimidation"...mais c'est un premier pas vers la prise de conscience de notre abrutissement collectif par le gauchisme...