En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 57 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 7 heures 1 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 30 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 36 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 12 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 41 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 8 heures 8 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 35 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Discours intimidants : ces "mots-pièges" qui formatent insidieusement nos esprits à l'ère du mondialisme

Publié le 27 avril 2015
L’idéologie contemporaine, "migratoire", mondialiste, antiraciste, multi-culturaliste, présente comme des vérités ce qu’on imaginait être des "positions", empêche le débat d’idées et fausse la compétition démocratique. Elle stigmatise tout individu qui oserait mettre en doute ce qui apparaît comme un dogme incontestable. Extrait de "Face au discours intimidant", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan (2/2).
Laurent Fidès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Fidès est ancien élève de l'Ecole Normale Supérieur et agrégé de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’idéologie contemporaine, "migratoire", mondialiste, antiraciste, multi-culturaliste, présente comme des vérités ce qu’on imaginait être des "positions", empêche le débat d’idées et fausse la compétition démocratique. Elle stigmatise tout individu qui oserait mettre en doute ce qui apparaît comme un dogme incontestable. Extrait de "Face au discours intimidant", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan (2/2).

Les mots sont des pièges. Prenons l’exemple du mot « extrémisme » dans le discours politique contemporain. Est « extrémiste » celui qui se positionne à l’extrémité de l’échiquier politique. Mais qu’est-ce qu’un échiquier politique ? C’est un espace orienté, avec un centre, des extrêmes, et des zones intermédiaires. Définition circulaire. La topographie parlementaire nous est familière et nous empêche, sous peine d’oxymore, de parler d’un extrémisme de centre-droit ou d’un extrémisme de centre-gauche. Nous ne sommes donc pas tentés d’envisager sous l’angle de l’extrémisme les programmes d’action émanant de ces formations politiques. Et pourtant certains de ces programmes produisent des ruptures radicales et irréversibles, engagent le pays dans une voie sans issue ou vont à contre-courant de la volonté du peuple. Nos manières de parler occultent l’aspect « extrême » de telles décisions, parce que l’usage conventionnel du mot « extrémiste » est réservé à d’autres courants, représentés en d’autres points de l’hémicycle. En utilisant le langage qui tient à la topographie parlementaire, on détourne l’attention du public des solutions extrêmes décidées par la classe politique dite « légitime ». La terminologie fonctionne ici comme un piège, puisque le citoyen est incité automatiquement à considérer comme raisonnable et modéré ce qui se rapproche du « centre ». À l’inverse l’imputation d’extrémisme est infamante. Elle est rarement objective, elle relève généralement d’une tactique partisane et peut servir d’alibi pour se donner une posture moralisatrice. Rien ne nous empêche cependant de donner au mot « extrémisme » une autre interprétation : rien, sauf justement l’usage établi, et c’est là, en résumé, tout le problème. On voit ici comment le langage agit pour dessiner une zone d’acceptabilité qui est finalement fictive puisqu’elle ne correspond pas à ce que le citoyen ordinaire serait prêt à accepter si on lui laissait réellement le choix. Cette réflexion n’a pas pour but de banaliser les partis extrémistes. Elle vise plutôt à faire remarquer ceci : dans une démocratie qui fonctionnerait à peu près normalement, la question « qu’est-ce qui est extrême ? » devrait être constamment posée et non jugée d’avance.

>>>>> A lire également : La notion de "zone d’acceptabilité", ou comment les universitaires en viennent à ostraciser ceux qui osent s'affranchir de la pensée dominante

 

Les mots entrés dans notre vocabulaire orientent de l’intérieur notre vision des choses. Pour celui qui s’intéresse aux mécanismes de l’idéologie il y a là un phénomène à étudier attentivement. Ce qui est étonnant, ce n’est pas qu’on puisse manipuler l’opinion des gens au moyen de procédés rhétoriques, c’est plutôt que les gens puissent s’abuser eux-mêmes en faisant des phrases qui énoncent réellement ce qu’ils souhaitent exprimer.

Ce phénomène s’explique notamment par la tendance à essentialiser ce qui ne devrait pas l’être si l’on s’en tenait à une version conventionnaliste et instrumentale du langage. Il est frappant de constater que les gens sont plus enclins à objectiver ce qu’ils disent qu’à considérer que « ce ne sont que des mots », comme s’il suffisait de tenir des propos qui ont un sens pour que quelque chose soit montré (alors qu’un mot peut avoir un « sens » bien qu’il n’ait pas de « référence »). L’explication qu’on propose est la suivante : la présence d’un mot appelle une représentation ; or il est difficile de ne pas croire en la réalité de ce qu’on se représente.

La première partie de ce chapitre s’applique à analyser sur des exemples précis les mécanismes du processus essentialiste. En deuxième partie, on montre que le penchant essentialiste est renforcé par l’isomorphisme entre nos manières de parler et nos manières de penser, lesquelles ont en commun leur rapport aux structures de l’expérience et au contexte environnemental des sociétés (Henri Bergson, Pierre Janet). La logique de l’action et des conduites sociales est un principe qui non seulement permet de rendre compte du relativisme linguistique étudié par l’anthropologie cognitive (Benjamin L. Whorf), mais explique également le verrouillage du sens inhérent aux contraintes du langage (dans ses aspects formels et pragmatiques). En s’appuyant sur des modèles de pensée critique aujourd’hui marginalisés (Marcuse et Illich) on montrera (en troisième partie) qu’en amont des stratégies discursives calculées, la langue commune enferme nos manières de parler et nos manières de penser dans des schémas standardisés.

Pour annoncer schématiquement notre propos, disons que l’adaptation du langage aux évolutions de la société restreint le champ des possibilités d’expression pertinentes et oriente tendancieusement les usages de la langue. La dernière partie indique les conséquences de ce verrouillage idéologique sur nos représentations et notre perception de la réalité, ainsi que les enjeux politiques qui en découlent. L’objet de ce chapitre (un peu plus technique que le précédent) sera de montrer comment les individus deviennent à leur insu les vecteurs du système des idées dominantes sans avoir été positivement endoctrinés.

Extrait de "Face au discours intimidant - Essai sur le formatage des esprits à l'ère du mondialisme", de Laurent Fidès, aux éditions du Toucan, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 26/04/2015 - 18:52
Extrêmement extrémiste
L'extrémisme ne se définit pas par rapport aux autres, mais par rapport aux idées exprimées : vouloir 0 % ou 100% de quelque chose est extrémiste, même si tout le monde est d'accord.
Comme le terme l'indique, l'extrémiste est aux extrêmes, alors qu'en toute chose, politique ou autre, la mesure et la modération doivent s'imposer.
Accepter tous les migrants ou les refuser tous est extrémiste; vouloir une économie entièrement étatique ou entièrement privée est extrémiste, etc.
Il faut toujours rejeter l'extrémisme, sur tout sujet; il est souvent difficile de savoir a priori si telle idée est bonne ou pas, mais si elle est extrémiste, elle est forcément mauvaise.