En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Cocasse
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 11 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 1 heure 20 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 41 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 1 heure 16 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 6 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 28 min
© Reuters
La chanteuse Rihanna.
© Reuters
La chanteuse Rihanna.
Impossible est parfois français

American Oxygen : peut-on imaginer une star française signant une ode à la France comme celle de Rihanna pour les Etats-Unis ?

Publié le 19 avril 2015
Dans son dernier tube, la star chante un véritable hymne au rêve américain : chant nationaliste, vidéo retraçant l'émouvant histoire de l’Amérique... Au point que des journalistes ont même proposé d’en faire le nouvel hymne américain. Après American Sniper qui célèbre ses héros, c’est une nouvelle preuve du succès des objets culturels patriotiques outre-Atlantique, engouement qu’il nous est bien difficile de comprendre en France.
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier tube, la star chante un véritable hymne au rêve américain : chant nationaliste, vidéo retraçant l'émouvant histoire de l’Amérique... Au point que des journalistes ont même proposé d’en faire le nouvel hymne américain. Après American Sniper qui célèbre ses héros, c’est une nouvelle preuve du succès des objets culturels patriotiques outre-Atlantique, engouement qu’il nous est bien difficile de comprendre en France.

Atlantico: Un tel phénomène est-il envisageable en France ?

François Durpaire: C'est presque impossible de voir un tel phénomène apparaître en France, pour deux raisons : tout d'abord, les artistes français sont beaucoup moins engagés qu'aux Etats-Unis. Traditionnellement, les artistes américains ont un engagement civique fort. Par exemple, Hillary Clinton vient de présenter sa candidature à l'investiture démocrate et elle a reçu spontanément le soutien d'artistes comme Katy Perry. Tandis qu'en France, les artistes se cantonnent le plus souvent à un engagement humanitaire. C'est très difficile de les mobiliser autour d'un engagement civique et politique.

Deuxième raison : c'est que le patriotisme est beaucoup plus présente dans la société américaine, et ce dans toutes les couches sociales. N'oublions pas qu'Obama a demandé à Beyonce, symbole de la culture populaire, de chanter l'hymne national lors de son investitutre en 2013.

En France, les artistes ne préfèrent pas parler de la nation ou de l'intégration : ce sont des sujets trop délicats à traiter. 

Comment comprendre l’enthousiasme des Etats-Unis pour des produits culturels qui célèbrent leur nation, à la différence de la France ?

Pour les Américains, le patriotisme est beaucoup plus affiché : le drapeau américain est fièrement dressé à l'entrée du domicile,   quelle que soit l'origine ethnique ou sociale des habitants ou leur ancienneté sur le territoire. En France, le drapeau est réservé aux mairies. Il pénètre très peu l'espace privé.

Cela tient tout d'abord à la volonté d'assimiler, présente dans la devise originelle: "e pluribus unum" (de la diversité, faisons l'unité). Les migrations successives ont toujours été intégrées dans un Etat qui fédère. C'est le rôle des institutions, de l'école en particulier, de créer cette unité : les enfants font le Pledge of Allegiance. Il y a un jour pour célébrer le drapeau :  le Flag Day.  En plus de ce volontarisme, il semble que les Américains aient trouver la formule d'une bonne intégration :  concilier assimilation et le respect des identités multiples. La fierté nationale (nation pride) coexiste avec la fierté ethnique (ethnic pride).

En France,  il semble n'y avoir ni démarche volontariste d'assimilation, ni respect des particularismes : ou plutôt si les discours sont là, les politiques publiques ne suivent pas. Le problème ne vient pas des migrants eux-mêmes (car les mêmes peuples se déplacent en France et aux Etats-Unis) mais de la société qui les reçoit. La France n'est pas un pays d'accueil mais un pays de réception. C'est dommage car c'est un pays généreux (que l'on pense à la sécurité sociale) mais qui ne sait pas mettre du symbole et de la vie dans l'accueil des nouveaux arrivants. C'est une une réception administrative un peu froide. On devient français au terme d'un parcours du combattant et, une fois français, on continue à être vu avec suspicion. Il y aurait mieux à faire.

Depuis quand la France a pris ses distances avec son patriotisme ?

Il y a eu trois grands moments de rupture. 

Le premier remonte à la fin du XIXème siècle : alors que la "nation" était originellement une idée de gauche, venue du Tiers-Etat et de la Révolution, elle passe à droite à la faveur de l'idée de revanche contre l'Empire allemand. 

Le deuxième moment suit le ravage des deux guerres mondiales. La nation subit la critique dans sa forme extrême, celle du nationalisme vu comme responsable des déchirures et des haines qui viennent de diviser l'Europe. Tous les pays européens ont connu alors une crise du patriotisme et du nationalisme très forte. L'école change aussi sa façon d'enseigner l'histoire du pays : il ne s'agit pas de délivrer un récit national, fait de victoires et de guerres, mais d'enseigner l'esprit critique. 

Enfin, le troisième moment est celui de la montée du Front National : quand un parti incorpore dans son titre le mot "nation", et a dans son logo les couleurs du drapeau français, il y a une captation partisane des symboles nationaux. Ce qui a des conséquences nocives pour l'ensemble de la nation. On se souvient d'une affiche qui disait "Ni de droite, ni de gauche: Français", ce qui revenait à dire que si l'on votait à droite ou à gauche, dans le système, on mettait son attachement partisan au dessus de son attachement à la nation... 

Nous en sommes là.

Qu’est ce qui rassemble les Français aujourd’hui ? Autour de quelles valeurs se retrouvent-ils ?

C'est l'un des problèmes majeurs de notre société, c'est le manque de clarté dans les valeurs qui nous rassemblent. On a d'un côté une France vue comme éternelle, héritée des Celtes puis fille aînée de l'Eglise. C'est une vision chrétienne et blanche de la France. A cette vision s'oppose une conception civique de notre nation, issue de la révolution. La France est un désir d'être ensemble : l'identité, dans sa dimension ethno-culturelle, passe au second plan. Ce qui permet l'intégration. 

La ruse du Front National est de camoufler qu'il défend une vision "identitaire" de la nation. Par exemple, quand les sympathisants du FN scandent "on est chez nous", il n'est plus dit explicitement que le "on" sont les "Blancs chrétiens" et que ceux qui ne sont pas chez eux sont les "Noirs" et les  "Arabes". Mais on se comprend... Aimé Césaire disait : "une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde"... Et bien il me semble qu'aujourd'hui, on est en plein dans cette ruse ! 

Le bloc identitaire, qui a un poids idéologique fort sur l'extrême droite, dit l'inverse dans son slogan : "Etre français, c'est une identité. Pas des papiers !" Ce slogan, apparemment fondé sur le bon sens, en en fait la ruine de l'Etat de droit, qui garantit contre l'arbitraire. Aux Etats-Unis, les partisans d'une conception identitaire de la nation, comme les suprémacistes du Ku Klux Klan, ont historiquement perdu. En Europe, la peur de la mondialisation leur donne un nouvel élan.

Régulièrement, l’hymne français est remis en cause pour son discours nationaliste et guerrier, mais au-delà du discours, n’est-ce pas l’idée de rassemblement du peuple sous une même bannière qui est dénoncée ?

Je viens de mener une enquête dans les écoles sur l'enseignement de la Marseillaise. Depuis les années 1980, les gouvernements de gauche comme de droite ont rappelé l'obligation d'enseigner l'hymne national à l'école.  Mais son enseignement se fait comme toute connaissance, un hymne que l'on replace dans un contexte historique, qui évolue au fil du temps. On enseigne en France l'hymne français comme on enseignerait l'hymne de n'importe quel autre pays. Il ne s'agit pas d'instaurer un rapport particulier à ce qui constitue l'un des symboles de notre communauté. 

Aujourd'hui, la question est de savoir si l'école doit avoir une mission de socialisation dans laquelle la nation a encore une modernité : celle d'une communauté qui ne s'oppose pas, mais qui enrichit et s'enrichit des autres identités : de la région au monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 18/04/2015 - 18:00
Ernest
Renan n'était pas né en 1789...
plazbovo
- 18/04/2015 - 10:50
outre manche
si ca c'est pas un lapsus révélateur ...
Deudeuche
- 18/04/2015 - 09:53
Outre manche, heueu outre atlantique
à moins que le UK soit le 51eme Etat US, ce qui serait une supposition potentiellement vérifiable.