En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 26 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 28 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 56 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 45 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 29 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 5 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 45 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 28 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 33 min
© Reuters
La chanteuse Rihanna.
© Reuters
La chanteuse Rihanna.
Impossible est parfois français

American Oxygen : peut-on imaginer une star française signant une ode à la France comme celle de Rihanna pour les Etats-Unis ?

Publié le 19 avril 2015
Dans son dernier tube, la star chante un véritable hymne au rêve américain : chant nationaliste, vidéo retraçant l'émouvant histoire de l’Amérique... Au point que des journalistes ont même proposé d’en faire le nouvel hymne américain. Après American Sniper qui célèbre ses héros, c’est une nouvelle preuve du succès des objets culturels patriotiques outre-Atlantique, engouement qu’il nous est bien difficile de comprendre en France.
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier tube, la star chante un véritable hymne au rêve américain : chant nationaliste, vidéo retraçant l'émouvant histoire de l’Amérique... Au point que des journalistes ont même proposé d’en faire le nouvel hymne américain. Après American Sniper qui célèbre ses héros, c’est une nouvelle preuve du succès des objets culturels patriotiques outre-Atlantique, engouement qu’il nous est bien difficile de comprendre en France.

Atlantico: Un tel phénomène est-il envisageable en France ?

François Durpaire: C'est presque impossible de voir un tel phénomène apparaître en France, pour deux raisons : tout d'abord, les artistes français sont beaucoup moins engagés qu'aux Etats-Unis. Traditionnellement, les artistes américains ont un engagement civique fort. Par exemple, Hillary Clinton vient de présenter sa candidature à l'investiture démocrate et elle a reçu spontanément le soutien d'artistes comme Katy Perry. Tandis qu'en France, les artistes se cantonnent le plus souvent à un engagement humanitaire. C'est très difficile de les mobiliser autour d'un engagement civique et politique.

Deuxième raison : c'est que le patriotisme est beaucoup plus présente dans la société américaine, et ce dans toutes les couches sociales. N'oublions pas qu'Obama a demandé à Beyonce, symbole de la culture populaire, de chanter l'hymne national lors de son investitutre en 2013.

En France, les artistes ne préfèrent pas parler de la nation ou de l'intégration : ce sont des sujets trop délicats à traiter. 

Comment comprendre l’enthousiasme des Etats-Unis pour des produits culturels qui célèbrent leur nation, à la différence de la France ?

Pour les Américains, le patriotisme est beaucoup plus affiché : le drapeau américain est fièrement dressé à l'entrée du domicile,   quelle que soit l'origine ethnique ou sociale des habitants ou leur ancienneté sur le territoire. En France, le drapeau est réservé aux mairies. Il pénètre très peu l'espace privé.

Cela tient tout d'abord à la volonté d'assimiler, présente dans la devise originelle: "e pluribus unum" (de la diversité, faisons l'unité). Les migrations successives ont toujours été intégrées dans un Etat qui fédère. C'est le rôle des institutions, de l'école en particulier, de créer cette unité : les enfants font le Pledge of Allegiance. Il y a un jour pour célébrer le drapeau :  le Flag Day.  En plus de ce volontarisme, il semble que les Américains aient trouver la formule d'une bonne intégration :  concilier assimilation et le respect des identités multiples. La fierté nationale (nation pride) coexiste avec la fierté ethnique (ethnic pride).

En France,  il semble n'y avoir ni démarche volontariste d'assimilation, ni respect des particularismes : ou plutôt si les discours sont là, les politiques publiques ne suivent pas. Le problème ne vient pas des migrants eux-mêmes (car les mêmes peuples se déplacent en France et aux Etats-Unis) mais de la société qui les reçoit. La France n'est pas un pays d'accueil mais un pays de réception. C'est dommage car c'est un pays généreux (que l'on pense à la sécurité sociale) mais qui ne sait pas mettre du symbole et de la vie dans l'accueil des nouveaux arrivants. C'est une une réception administrative un peu froide. On devient français au terme d'un parcours du combattant et, une fois français, on continue à être vu avec suspicion. Il y aurait mieux à faire.

Depuis quand la France a pris ses distances avec son patriotisme ?

Il y a eu trois grands moments de rupture. 

Le premier remonte à la fin du XIXème siècle : alors que la "nation" était originellement une idée de gauche, venue du Tiers-Etat et de la Révolution, elle passe à droite à la faveur de l'idée de revanche contre l'Empire allemand. 

Le deuxième moment suit le ravage des deux guerres mondiales. La nation subit la critique dans sa forme extrême, celle du nationalisme vu comme responsable des déchirures et des haines qui viennent de diviser l'Europe. Tous les pays européens ont connu alors une crise du patriotisme et du nationalisme très forte. L'école change aussi sa façon d'enseigner l'histoire du pays : il ne s'agit pas de délivrer un récit national, fait de victoires et de guerres, mais d'enseigner l'esprit critique. 

Enfin, le troisième moment est celui de la montée du Front National : quand un parti incorpore dans son titre le mot "nation", et a dans son logo les couleurs du drapeau français, il y a une captation partisane des symboles nationaux. Ce qui a des conséquences nocives pour l'ensemble de la nation. On se souvient d'une affiche qui disait "Ni de droite, ni de gauche: Français", ce qui revenait à dire que si l'on votait à droite ou à gauche, dans le système, on mettait son attachement partisan au dessus de son attachement à la nation... 

Nous en sommes là.

Qu’est ce qui rassemble les Français aujourd’hui ? Autour de quelles valeurs se retrouvent-ils ?

C'est l'un des problèmes majeurs de notre société, c'est le manque de clarté dans les valeurs qui nous rassemblent. On a d'un côté une France vue comme éternelle, héritée des Celtes puis fille aînée de l'Eglise. C'est une vision chrétienne et blanche de la France. A cette vision s'oppose une conception civique de notre nation, issue de la révolution. La France est un désir d'être ensemble : l'identité, dans sa dimension ethno-culturelle, passe au second plan. Ce qui permet l'intégration. 

La ruse du Front National est de camoufler qu'il défend une vision "identitaire" de la nation. Par exemple, quand les sympathisants du FN scandent "on est chez nous", il n'est plus dit explicitement que le "on" sont les "Blancs chrétiens" et que ceux qui ne sont pas chez eux sont les "Noirs" et les  "Arabes". Mais on se comprend... Aimé Césaire disait : "une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde"... Et bien il me semble qu'aujourd'hui, on est en plein dans cette ruse ! 

Le bloc identitaire, qui a un poids idéologique fort sur l'extrême droite, dit l'inverse dans son slogan : "Etre français, c'est une identité. Pas des papiers !" Ce slogan, apparemment fondé sur le bon sens, en en fait la ruine de l'Etat de droit, qui garantit contre l'arbitraire. Aux Etats-Unis, les partisans d'une conception identitaire de la nation, comme les suprémacistes du Ku Klux Klan, ont historiquement perdu. En Europe, la peur de la mondialisation leur donne un nouvel élan.

Régulièrement, l’hymne français est remis en cause pour son discours nationaliste et guerrier, mais au-delà du discours, n’est-ce pas l’idée de rassemblement du peuple sous une même bannière qui est dénoncée ?

Je viens de mener une enquête dans les écoles sur l'enseignement de la Marseillaise. Depuis les années 1980, les gouvernements de gauche comme de droite ont rappelé l'obligation d'enseigner l'hymne national à l'école.  Mais son enseignement se fait comme toute connaissance, un hymne que l'on replace dans un contexte historique, qui évolue au fil du temps. On enseigne en France l'hymne français comme on enseignerait l'hymne de n'importe quel autre pays. Il ne s'agit pas d'instaurer un rapport particulier à ce qui constitue l'un des symboles de notre communauté. 

Aujourd'hui, la question est de savoir si l'école doit avoir une mission de socialisation dans laquelle la nation a encore une modernité : celle d'une communauté qui ne s'oppose pas, mais qui enrichit et s'enrichit des autres identités : de la région au monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 18/04/2015 - 18:00
Ernest
Renan n'était pas né en 1789...
plazbovo
- 18/04/2015 - 10:50
outre manche
si ca c'est pas un lapsus révélateur ...
Deudeuche
- 18/04/2015 - 09:53
Outre manche, heueu outre atlantique
à moins que le UK soit le 51eme Etat US, ce qui serait une supposition potentiellement vérifiable.