En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters Pictures
Les homicides représentent 6% des décès prématurés sur l'ensemble de l'étude.
Et toi tu choisis quel instrument ?
Etouffés dans leur vomi, abattus dans la rue ou décédés dans leur lit : petit guide des morts les plus courantes par univers musical
Publié le 23 avril 2015
L'espérance de vie des musiciens de R&B est légèrement inférieure à la moyenne, et celle des musiciens de rock, de techno, de punk, de métal, de rap ou de hip hop est significativement plus réduite. C'est ce qui ressort d'une étude qui fera réfléchir plus d'un parent...
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'espérance de vie des musiciens de R&B est légèrement inférieure à la moyenne, et celle des musiciens de rock, de techno, de punk, de métal, de rap ou de hip hop est significativement plus réduite. C'est ce qui ressort d'une étude qui fera réfléchir plus d'un parent...

Du jazz au rap, en passant par la musique Folk, les causes de décès des artistes peuvent varier radicalement, mais non sans une certaine cohérence. D'après une récente étude, celles-ci ne sont pas tant liées à l'âge ou au sexe d'un artiste, mais plutôt au genre musical dans lequel il se réalise, le style de musique pratiqué ayant souvent une très forte influence sur les choix à long terme et l'hygiène de vie. 

Professeur de psychologie et de musique à l'université de Sydney en Australie, Dianna Theadora Kenny a mené une étude statistique sur les causes de décès prématurés de nombreux musiciens du 20e siècle.

Selon ses conclusions, les artistes pratiquant des genres musicaux déjà considérés comme anciens, tels que le blues, le jazz, la country et le gospel, ont des parcours de vie comparables à ceux des citoyens américains du même âge, et succombent à une mort plutôt naturelle.

A l'inverse, l'espérance de vie des musiciens de R&B est légèrement inférieure à la moyenne, et celle des musiciens de rock, de techno, de punk, de métal, de rap ou de hip hop est significativement plus réduite. Toutes ces informations corrélées ont été représentées par le biais d'un tableau.

De manière assez peu surprenante, Kenny affirme que les accidents (dont les accidents de voiture et les overdoses) constituent la cause principale de décès prématuré chez de nombreux musiciens. Ils représentent en effet 20% des décès, tous genres musicaux confondus. Toutefois, les accidents semblent frapper particulièrement les musiciens de Rock, de métal et de Punk. 

Cette observation prend tout son sens à l'évocation du tristement célèbre "club des 27", qui a regroupé malgré eux plusieurs musiciens de rock et de pop au cours du 20e sicèle, dont le point commun est d'avoir trouvé la mort à 27 ans. Brian Jones, guitariste et fondateur des Rolling Stones, est mort accidentellement dans la piscine de sa villa en 1969, dans des circonstances qui restent encore floues aujourd'hui. Jimi Hendrix est mort au même âge, un an plus tard, en s'étouffant dans son vomi à la suite d'une overdose de médicaments et de drogue.

Idem pour Jim Morrison, chanteur emblématique des Doors, décédé d'une crise cardiaque à Paris dans des circonstances tout aussi troubles. Plus récemment, le suicide de Kurt Cobain (Nirvana) en 1994, et la mort de la sulfureuse Amy Winehouse en 2011 après une overdose ne font qu'accréditer les conclusions du professeur Kenny.

Enfin, les musiciens de punk et de métal semblent surtout sujets au suicide, alors que les chanteurs de gospel (certainement animés par une foi et une espérance à toute épreuve) comptent le plus bas taux de suicide de tout le tableau. Les homicides représentent 6% des décès prématurés sur l'ensemble de l'étude, mais causent clairement des ravages chez les artistes de rap et de hip hop (50%).

De manière générale, plus de 17% des musiciens sont décédés pour des raisons cardiaques, et cette cause de mortalité atteint 28% pour les musiciens de blues. De la même façon, environ 23% des musiciens recensés dans cette étude ont succombé à un cancer, mais celui-ci frappe surtout les musiciens de folk (32,3%) et de jazz (30,6%).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires