En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Marine Le Pen réussira-t-elle là où Bruno Mégret s'est cassé les dents ?
Cible
Opération élimination de Jean-Marie Le Pen : la méthode Marine comparée à la méthode Bruno Mégret 98
Publié le 17 avril 2015
Décembre 1998 : lors d'un conseil national du FN, Jean-Marie Le Pen est hué et sifflé par les partisans de son bras droit de l'époque, Bruno Mégret, qui l'accusent de se complaire dans des provocations stériles. Cette crise mène à la scission du parti, Bruno Mégret quittant le mouvement pour fonder le MNR.
Valérie Igounet est historienne, chercheuse associée à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Valérie Igounet est l’auteure d’Histoire du Front national. Le parti, les hommes, les idées (éditions du Seuil, 2014) et anime le blog...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorrain de Saint Affrique est un ancien journaliste.Proche du Front national, conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen de 1984 à 1994, secrétaire départemental du FN dans le Gard et conseiller régional du Languedoc-Roussillon, de 1992 à 1998. Il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Igounet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Igounet est historienne, chercheuse associée à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS). Valérie Igounet est l’auteure d’Histoire du Front national. Le parti, les hommes, les idées (éditions du Seuil, 2014) et anime le blog...
Voir la bio
Lorrain de Saint Affrique
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorrain de Saint Affrique est un ancien journaliste.Proche du Front national, conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen de 1984 à 1994, secrétaire départemental du FN dans le Gard et conseiller régional du Languedoc-Roussillon, de 1992 à 1998. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Décembre 1998 : lors d'un conseil national du FN, Jean-Marie Le Pen est hué et sifflé par les partisans de son bras droit de l'époque, Bruno Mégret, qui l'accusent de se complaire dans des provocations stériles. Cette crise mène à la scission du parti, Bruno Mégret quittant le mouvement pour fonder le MNR.

Atlantico : En 1998, Bruno Mégret et ses partisans accusaient le fondateur du FN de se complaire dans des provocations stériles et de ne pas ambitionner d'accéder au pouvoir en recherchant des alliances avec le RPR et l'UDF. Refuse tout compromis avec Mégret, Jean-Marie Le Pen a poussé son bras-droit à la scission. Pourquoi ce que Bruno Mégret a tenté en 1998 n'a-t-il pas fonctionné ?

Valérie Igounet : Plusieurs raisons expliquent l’échec de Bruno Mégret. Tout d’abord son nom : Mégret. La crise qu’a traversé le FN en 1998 a confirmé l’attachement au patronyme Le Pen et la pertinence de la marque éponyme dans l’histoire du FN. Le Front national est le seul parti politique français rattaché à un nom.

Ensuite, il faut souligner que le FN était, à ce moment-là aussi, dans une certaine dynamique (plusieurs municipalités, des résultats électoraux porteurs, 42000 adhérents). Nous sommes après les régionales de 1998 pendant lesquelles l’alliance RPR-UDF s’est défaite dans quatre régions pour se recomposer avec le FN. En interne, le président du FN s’apparente pour beaucoup de cadres à un handicap… à la fin des années 90, le président du FN représente un obstacle pour permettre au FN de progresser électoralement. En 2015, il l’est avant tout pour la stratégie de « dédiabolisation » du parti.

Autre chose : peut-être parce qu’il sent le danger, Jean-Marie Le Pen use particulièrement de son arme favorite, la provocation,  peu avant la scission et aujourd’hui : en 1997, il est l’auteur de plusieurs « sorties verbales » dont une récidive du « détail » comme en 2015.

La personnalité des deux hommes était également très différente, pour ne pas dire opposée. Jean-Marie Le Pen qui, pour beaucoup, était l’homme politique par excellence, le provocateur né, le tribun, le fondateur du FN, la « bête » médiatique. A l’opposé, Bruno Mégret, l’idéologue discret, à qui on reproche son manque de charisme.

Voici ce que l’ancien délégué général du FN (1988-1998) me disait en 2013 à propos de la scission et de la conception mégrétiste et lepéniste de la politique : « deux conceptions du parti se sont affrontées : celle d’un parti potiche, purement utilitaire pour servir la personnalité Le Pen symbolisée par l’attitude de Le Pen lors des élections : la photo du candidat n’a aucune intérêt. Il faut mettre celle de Le Pen ; un mépris pour le travail des cadres, des candidats, des militants. Et puis l’autre qui consistait à faire du FN un grand parti come les autres : des leaders, des locaux, une structure qui existe indépendamment de son président qui est capable de lui survivre ».

Lorrain de Saint Affrique : Bruno Mégret, transfuge de la Nouvelle Droite et des cabinets ministériels RPR, pensait que depuis 1987 et « l’affaire du détail », la figure de Jean-Marie Le Pen, aussi charismatique soit-il, serait un obstacle permanent à toute stratégie d’alliance. Dans son esprit, en 1995, ce devait être la dernière fois que le fondateur du Front National  concourrait à l’élection présidentielle.  Tout en promouvant dans son proche entourage des personnalités représentatives de l’extrême-droite la plus dure, Mégret se construisait méthodiquement une image plus consensuelle, moins « segmentante » que celle de la vieille garde lepéniste. La mort accidentelle de Jean-Pierre Stirbois, en novembre1988, lui avait laissé le champ libre pour étendre son emprise sur l’appareil. Comme Marine LE PEN aujourd’hui, ses équipes fournissaient un important travail idéologique et sémantique afin d’équilibrer puis d’étouffer les saillies verbales jugées contre-productives et surtout incontrôlables du « Menhir ». Comme Marine Le Pen aujourd’hui, il considérait que « l’Islam n’avait pas d’avenir en France comme fait de civilisation ». Distinctement de Marine Le Pen et de Florian Philippot cependant, sa vision européenne, « boréale », lui faisait concevoir des propositions moins en rupture. Cette semaine, Mégret regrette de n’avoir pu « se débarrasser de toute la famille ». Il voit bien que c’est plus ou moins sa stratégie à lui qui installe Marine Le Pen dans une position électorale élevée. Seulement voilà : il était un Mégret, pas un Le Pen.
 

Quelles sont les différences dans les stratégies, si l'on devait comparer cette méthode avec celle de Marine Le Pen ?

Valérie Igounet : Les stratégies sont totalement différentes. Bruno Mégret a voulu s’emparer d’une machine, d’un parti politique alors qu’il n’en était « que » le numéro deux. Pour se l’approprier, il devait donc être, non seulement suivi par une majorité d’adhérents, de cadres mais en plus, il devait le subtiliser au père fondateur.

Marine Le Pen est présidente du parti. Outre les questions juridiques inhérentes à une éventuelle exclusion de son père, elle ne s’empare pas d’un parti. Elle le préserve tout en le faisant « évoluer » sans le père. Aujourd’hui, c’est une sorte de mise à mort et de reniement politiques. En 1998, le second aspect était absent.

Qu'est-ce qui explique qu'elle ait réussi là ou il a échoué ? Méthode, ligne, contexte, personnalité ?

Valérie Igounet : A-t-elle réussi où Bruno Mégret a échoué ? Marine Le Pen prolonge simplement une stratégie inaugurée au début des années 2000. Rappelons qu’elle est entrée au FN en 1998 comme conseillère juridique. Et que, justement, après la crise mégrétiste et l’élection présidentielle de 2002, elle a commencé et confirmé sa stratégie d’infiltration au sein du FN. Présidente de l’association Générations Le Pen, elle a composé et imposé peu à peu sa matrice idéologique. Mais surtout, son père a imposé sa fille à tous et à toutes. Beaucoup sont partis ou ont été exclus du FN parce qu’ils s’opposaient à Marine Le Pen.

En 2015, les choses sont totalement différentes. Le FN se trouve dans une dynamique inédite que ce soit sur le plan de ses résultats électoraux, le nombre d’élus et d’adhérents, etc. Ensuite, la situation s’est inversée… tout simplement. Nous sommes en présence d’un duel inédit : fille contre père ; une quadra contre un octogénaire ; une présidente contre un président d’honneur.

Marine Le Pen se considère comme l’héritière du FN, ceci à tous les sens du terme.

Est-ce qu''elle y arrive parce que ce qu'elle propose pour le FN correspond davantage aux attentes du FN aujourd'hui ? Une offre qui plaît au contexte ?

Valérie Igounet : Marine le Pen et les hommes et femmes du FN sont parvenus à détourner la matrice originelle du FN en s’adaptant certes à un contexte et des attentes. Aujourd’hui, le parti d’extrême droite préserve son marqueur principal : la haine anti-immigré avec l’islamophobie. Mais elle a surtout voulu « dédiaboliser » un parti, notamment en s’affranchissant du marqueur antisémitisme-négationnisme, et affirmer une nouvelle stratégie qui s’oppose en de nombreux points au FN lepéniste. La ligne politique  affichée par Marine Le Pen est de faire le FN de son père sans les provocations. Mais ce n’est pas exactement ce qu’elle a fait ! Bruno Mégret, par contre, aspirait à cela.

Lorrain de Saint Affrique : Le Front National est devenu un parti de la demande, et non de l’offre. Les concepteurs du programme font preuve d’une souplesse intellectuelle digne de la plus cynique des agences de communication. Ils reniflent les souffrances et comblent les manques. Le contexte les sert : le Front monte sur les Français qui descendent. On entend le vol noir des corbeaux sur la plaine… Et ça marche !

Mais si cette offre là avait été faite en 98, est-ce que cela aurait pu marcher ?

Valérie Igounet : Le FN de 1998 ne pouvait pas proposer cette « offre ». Bruno Mégret ne voulait en aucun cas s’affranchir des marqueurs principaux du FN. Cette logique de « normalisation » affichée par Marine Le Pen la conduit inéluctablement à une disparition du FN de Jean-Marie Le Pen.

Lorrain de Saint Affrique : Aussi méthodique et appliquée soit il, il manquait à Mégret de nombreux atouts de séduction pour animer un courant populiste ; en revanche, s’agissant de passer des accords avec la droite républicaine, puis de la noyauter sournoisement et patiemment, peut-être aurait-il été l’homme de la situation. Le baroque Jean-Marie Le Pen a eu sa peau, comme il aura celle de sa fille Marine si la crise actuelle perdure et si l’escalade se poursuit.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/04/2015 - 15:39
"spoliation de leurs terres par des multinationales" @l'enclume?
Vous semblez avoir plein la bouche de slogans du passé, appris par coeur dans les écoles de la pensée unique gauchiste...et ça, c'etait de la bonne M... pour naïfs tels que vous...lorsque nous stopperons les pompes aspirantes de l'immigration, les benêts dans votre genre, à l'égal des Mimi Mati, Noah, Arthur, Anthony Delon, Bruel, Arditi, auront tout loisir de fuir le pays qu'ils exècrent et qui les nourrissait abondamment... Ils pourront soigner leurs bourrelets et leur graisse dans ces pays d'émigration, où leur copinage gauchiste ne leur servira plus à rien et où ils devront gagner leur argent à la sueur de leur front! Tant mieux pour leur cholestérol!
l'enclume
- 12/04/2015 - 10:03
Toujours aussi nul !
vangog - 11/04/2015 - 20:43 - Vous êtes un pauvre type aveuglé par les niaiseries de la mafia Le Pen. Comme on dit chez moi "elle vous chierait dans la bouche, vous avaleriez pour dire merci Marine". Maintenant quand arrêterez vous vos conneries sur l'immigration. Que nous le voulions ou non, cette dernière ne fera qu'augmenter, parce que les vagues qui déferlent sur l'Europe sont composées de personnes qui fuient les guerres, la misère et la spoliation de leurs terres par des multinationales. vous ÊTES DES MONSTRES AVEUGLES ET EGOÏSTES.
vangog
- 11/04/2015 - 20:43
@bjorn borg "faire la synthèse" comme Flamby?...
"présenter des motions" comme le vieux PS?..."ratisser large", comme l'UMPUDIMODEM? Non! Le FN est au dessus de ça... Il doit se concentrer sur çe qui rassemblera les Francais, l'arrêt des pompes aspirantes de l'immigration, le patriotisme économique, l'arret de la culture UMPS du chomage et de la dette, la régénération des valeurs judéo-chrétiennes, la fin de l'enfer fiscal, la restauration d'une Justice impartiale, d'une Éducation desidéologisée, le sauvetage de notre système de société...il existe suffisamment de raisons de se rassembler, pour ne pas aller chercher des détails qui nous opposent...remarquez que ceux qui parlent le plus abondamment des écarts de conduite du vieux sage, sont nos adversaires, avides de la moindre fêlure dans l'armure du Front National...