En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 heures 59 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 24 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 37 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 14 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 13 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 28 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 52 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 27 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 49 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 49 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 28 min
© AFP
Le visionnage de sites porno peut avoir de serieuses conséquences pour les utilisateurs.
© AFP
Le visionnage de sites porno peut avoir de serieuses conséquences pour les utilisateurs.
Big Porn is watching you

Pourquoi les amateurs de porno en ligne feraient bien de se préoccuper sérieusement du risque d’étalage de leurs habitudes en place publique

Publié le 10 avril 2015
Les systèmes de tracking mis en place par les sites porno et les navigateurs ne permettent plus aux usagers de protéger leur anonymat, même lorsque ces derniers visionnent des vidéos en navigation privée.
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Frédéric Mouffle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les systèmes de tracking mis en place par les sites porno et les navigateurs ne permettent plus aux usagers de protéger leur anonymat, même lorsque ces derniers visionnent des vidéos en navigation privée.

Atlantico : Un ingénieur américain, Brett Thomas a estimé sur son blog que "si vous regardez du porno en 2015, même en navigation privée, vous devez vous attendre, à un moment donné, à ce que l'historique de vos vidéos soit rendu public et rattaché à votre nom". Quel est le raisonnement à l'origine de cette affirmation ? 

Franck DeCloquement : Les prédictions d’Orwell restent plus que jamais d’actualité. Nous le vérifions chaque jour un peu plus. Après l’œil inquisiteur de son emblématique « Big Brother », voici venir les affres du « Your Porn Is Watching You » pourrait-on dire ! Et ceci, bien entendu, en raison d’une multitude d’informations personnelles qui sont collectées à tout moment à partir d’un cycle de navigation sur la toile, par les sites incriminés, puis renvoyées dans la foulée à de très grandes entreprises consommatrices de « BIG DATA » à haute valeur ajoutée. A l’image de Tumblr, AddThis ou Google.

Ainsi, dans son article en ligne publié sur MotherBoard, l’un des sites de Vice Magazine, Brett Thomas – développeur de logiciel de son état – nous explique que les sites pornographiques parmi les plus visités de la planète (à l’image de XHamster, Pornhub, YouPorn, Redtube, Xvideos, XXNX, etc.), utilisent tous des outils de « tracking », afin de transmettre les données collectées à un nombre significatif de sociétés destinatrices. Selon les estimations du même Brett Thomas, 88% des 500 sites pornographiques les plus visités auraient des éléments de suivi installés permettant en outre de révéler les détails obscènes de chaque vidéo visionnée... Aimable perspective !

Frédéric Mouffle : Nous n’apprenons rien de nouveau quand à la commercialisation des données de navigation. En revanche, ce qui est intéressant dans les affirmations de Brett Thomas c’est qu’elles semblent un peu fantaisistes, dans la mesure où aucun nom d’utilisateur n’a jamais été associé à des données de navigation.

Si les sites pornographiques, comme d'autres, utilisent des outils de suivi et envoient certaines données collectées à des organismes tiers, identifier l'utilisateur nommément peut-il se faire aussi aisément que le sous-entend Brett Thomas ?

Frédéric Mouffle : Les sites internet dit "commerciaux" fonctionnent à peu près tous sur le même modèle. Les données collectées sur les sites pornographiques sont revendues à des régies publicitaires en vue de générer de la "publicité ciblée". A aucun moment Brett Thomas nous explique comment l’identité d’une personne peut être dévoilée à partir de ses données de navigation ! C’est légalement impossible, les deux informations ne sont tout simplement pas liées. Il faudrait pour cela utiliser des méthodes de "hacking" pour déterminer l’identité des utilisateurs.

Franck DeCloquement : Nul ne pourrait dire qu’il n’était prévenu. Comme chacun le sait, la majorité de nos gestes en ligne sont épiés, captés, classés puis stockés dans l’attente d’être revendus à des organismes tiers, en effet. Et vos historiques d’affichages ou de visites à caractère pornographique, sont attachés à votre nom dés lors que vous vous y adonnez. Certaines études neuroscientifiques nous révèlent même, que consommer très régulièrement de la pornographie en ligne augmenterait substantiellement nos appétits sexuels. Mais l’aficionado avide de spectacles pornographiques filmés craint par-dessus toute chose, l’humiliation publique qui consisterait à voir fuiter la nature de ses inclinaisons intimes, à l’extérieur de sa sphère privée. Car certaines pratiques sexuelles sont aussi passibles de très graves sanctions – et parfois même de sévices insoutenables – pouvant aller jusqu’à la peine de mort sous d’autres latitudes. Et ceci, compte tenu des mœurs parfois rétrogrades en vigueur dans de très nombreux pays du globe, où le respect des droits humains fondamentaux ne pèse pas lourd. En conséquence, les données personnelles qui pourraient être exposées sur la place publique dans un tel contexte, pourraient également mettre en danger la vie d’autrui. Et cela très concrètement… 

Le fait d'être en navigation privée peut-il protéger les utilisateurs de ce tracking ?

Frédéric Mouffle : La navigation privée protège correctement l’utilisateur même si certaines données sont collectées, dans un but de fonctionnalité (dialogue "machine-machine"). Votre adresse "IP" permet une localisation de l’utilisateur afin d’optimiser les requêtes vers le site internet visité.

 

Néanmoins, dès lors que vous naviguez sur un site "X", un certain nombre de fenêtres publicitaires s’ouvrent automatiquement, et parfois en mode "non privé". Ce qui peut avoir pour conséquence l’accès à plus d’information qu’en navigation en "mode privatif". L’utilisation d’un bloqueur de Pop-up tel que "Adblocck"  limite drastiquement l’ouverture des Pop-up indésirables. Quand le dispositif est de surcroît couplé à une connexion VPM, votre niveau de sécurité sera d’autant plus important.

 

Franck DeCloquement : Comme chacun le sait, les moteurs de recherches sont ainsi capables de guider individuellement chaque utilisateur dans ses recherches – et corrélativement de le pister en retour – afin de le mener tout droit vers ses préférences personnelles,  en fonction de ses inclinaisons sexuelles propres. Les habitudes de navigation des amateurs de pornographie en ligne ne sont donc pas aussi secrètes qu’ils peuvent le penser. Et de très nombreux experts en sécurité informatique s‘accordent à le dire, même si par ailleurs leurs conclusions ne sont pas toutes en accord avec les propos tenus par Thomas dans son billet. Dés lors, Et même si l’amateur éclairé à eu la présence d’esprit de se mettre préalablement en mode « navigation privée »… Peine perdue. Il sera tout de même tracé. Sans compter qu’en cliquant le plus simplement du monde sur une vidéo X lambda, un internaute envoie des données qui peuvent être utilisées pour identifier très classiquement son ordinateur, comme son adresse IP. Même si certains sites assurent publiquement qu’ils n’enregistrent pas leurs utilisateurs « non-inscrits » pour des raisons évidents de marketing commercial, ils partagent tout de même leurs données – ainsi que les URL des vidéos que leurs visiteurs ont visionnées – à d’autres entreprises tierces, pourvoyeuses de subsides.

Les sites pornographiques n'ont-ils pas intérêt à bien/mieux protéger les données de leurs utilisateurs ?  

Franck DeCloquement : Si l’on en croit les statistiques que l’IFOP publia en 2014, 26% des Français admettaient avoir visionné un film pornographique au cours des trois derniers mois qui précédaient cette étude. Aux Etats-Unis, 30 millions d’américains regarderaient régulièrement des films pornographiques en ligne, selon une autre enquête citée par le célèbre Wall Street Journal. Mais seulement 12% d’entre eux admettaient le faire en 2013. Pudeur oblige… Eu égard à cette formidable manne financière virtuelle, il semble évident  que les sites pornographiques ont tout intérêt à garantir la confiance, à singer la confidentialité et à bichonner leurs visiteurs épisodiques. Très souvent, les plus soupçonneux. L’objectif  manifeste étant  de ne pas trop effrayer le chaland et le détourner de ses habitudes de consommation compulsive. C’est aussi le prix à payer pour sécuriser les âmes en peine, et profiter allègrement des subsides qu’offrent – à qui sait s’en emparer discrètement pour les faire fructifier – leurs vices privés.

Frédéric Mouffle : Le marché de la pornographie – et notamment aux Etats-Unis – représente 12 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2006. Les sites internet n’ont aucun intérêt à mettre dans l’embarras leurs utilisateurs au risque de perdre des parts de marché, en effet.

Qui pourrait vouloir diffuser ce genre de données et à quelles fins ? 

Franck DeCloquement : On peut aisément imaginer que des hackers à leur propre solde, ou employés par des puissances étrangères, ou des groupes criminels organisés, pourraient aisément mettre à profits certaines collectes de données confidentielles à caractère pornographique, ou certains trackings individuels, pour profiter de la situation. Mais aussi pour retourner des individus ciblés, ou en déconsidérer d’autres afin de les rendre plus vulnérables, plus malléables. Et ceci, quel que soit l’effet final recherché en définitive (chantage, compromission, discrédit, défection, retournement, etc.). Dans ce registre, l'imagination criminelle est sans limites comme chacun le sait. 

Frédéric Mouffle : Si les données existent bien, il y a beaucoup de personnes, de groupes politiques ou religieux activistes qui seraient très intéressés par la diffusion sauvage de ces informations ciblées. Et ceci dans le but évident de conforter leurs idéologies en faisant pression. Il faut aussi se rappeler qu’aux Etats-Unis où le puritanisme est toujours très prégnant, plusieurs organismes très actifs luttent frontalement – et avec des moyens très offensifs – contre l’industrie de la pornographie. Pour mémoire, l’homme d’affaires Larry Flint en avait fait les frais ; dés 1978 ; en se faisant tirer dessus à bout portant par un extrémiste… Le risque de manœuvre politique est donc bien réel et relativement élevé, et reste une valeur sûre pour discréditer un éventuel candidat, éligible à un poste important.

Le scénario de Brett Thomas est-il alarmiste ? Comment se prémunir afin de ne pas voir de telles donnés révélées sur la place publique ?

Frédéric Mouffle : Ces données n’existent pas dans la forme évoquée, c’est-à-dire un "historique lié" à l’identité d’une personne en propre. Le scénario est évidement alarmiste mais aucune preuve ni démonstration n’a été faite à ce jour. Ces spéculations n’engagent donc que leur auteur. Mais le "buzz" généré par cette affaire a d’ores et déjà réussi.

Franck DeCloquement : Très schématiquement, il faut bien considérer que les propos tenus par Brett Thomas le sont dans un contexte américain. Les normes comportementales, mais surtout les conditions du respect de la vie privée ne sont pas les mêmes en Amérique qu’en Europe. Le modèle Google en a d’ailleurs fait les frais, compte tenu de son obligation à procéder à l’effacement de certaines données personnelles qui seraient jugées peu gratifiantes par un utilisateur lambda, mais ressortissant de l’Union européenne. Ceci fut strictement stipulé au géant américain dans le récent arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) depuis la publication de sa décision en date du 13 mai 2014. Occasionnant dans la foulée de profondes répercussions pour les moteurs de recherche en Europe. Nous savons tous par ailleurs que les accords TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) de libre échange « euro-atlantique » en cours de négociation, ambitionnent sur le fond d’harmoniser par d’autres moyens (que d’aucuns qualifieraient de détournés), certains modèles de comportement en matière de consommation, sur celui de nos voisins anglo-saxons. Pour autant, les européens ne semble pas disposés à se laisser faire à l’heure ou ces lignes sont écrites. Et plus spécifiquement encore, sur le respect de la vie privée. Rien ne semble joué, donc.

Dés lors, qui vivra verra !

Propos recueillis par Carole Dieterich

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 12/04/2015 - 20:49
Pourquoi autant de lecteurs se sont-ils fait avoir ?
Article le plus lu !!! Pourtant il devait être évident que, d'une part Atlantico sachant ce que vous lisez, d'autre part que si vous vous inquiétez de la question de l'article c'est que vous êtes consommateur de porno en ligne, il suffit maintenant de pirater les disques durs d'Atlantico pour étaler sur la place publique votre inclination pour le porno en ligne !