En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Edward Reid, le nouveau Susan Boyle

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 5 min 10 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 23 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 24 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 34 min 16 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 35 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 31 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 48 min
© Reuters
Pour guérir le cancer, les oncologues et les vétérinaires ont tout intérêt à coopérer.
© Reuters
Pour guérir le cancer, les oncologues et les vétérinaires ont tout intérêt à coopérer.
Pas si différents

Ce que les cancers des chats et des chiens ont à nous apprendre sur ceux qui touchent les humains

Publié le 30 avril 2015
Selon les spécialistes en oncologie, les chats et les chiens sont les animaux qui ont les cancers plus proches des pathologies humaines.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les spécialistes en oncologie, les chats et les chiens sont les animaux qui ont les cancers plus proches des pathologies humaines.

Et si les cancers des animaux permettaient de mieux guérir les cancers des hommes ? Aux Etats-Unis, une vingtaine de centres académiques conduisent actuellement des essais cliniques sur des animaux domestiques cancéreux et étudient dans quelles mesures leurs trouvailles pourraient s'appliquer aux humains. Et au mois de juin, vétérinaires et oncologues se réuniront à Washington afin de réfléchir à plus de coopération entre leurs recherches sur le cancer.

En France, il y a également un "un gros effort de l’Institut National du Cancer (INCa) depuis deux ans pour rapprocher les vétérinaires des oncologues", explique à Atlantico Patrick Mehlen, directeur de recherche au CNRS, co-directeur du Pôle des Sciences Cliniques au Centre Léon Bérard et directeur adjoint du Centre de recherche en cancérologie de Lyon. Mettant en avant les similitudes entre les cancers des animaux domestiques et ceux des humains, il déclare : "on a toujours utilisé des petits animaux comme les souris pour tester des drogues mais il faudrait utiliser des modèles plus proches de l’homme. La souris ne représente pas le moyen le plus pertinent pour traiter les cancers humains. Les chats et les chiens ont des cancers plus proches des pathologies humaines. Ils ont des lymphomes par exemple".

Disposant de huit glandes mammaires, quatre de chaque côté de leur ventre, les chats peuvent par exemple souffrir de tumeurs mammaires, eux aussi. D'ailleurs, même s’ils ne détectent qu’un léger problème lors d’une biopsie, les vétérinaires recommandent pour plus de sécurité de retirer toutes les glandes mammaires se trouvant du côté atteint. Car ces dernières sont connectées aux vaisseaux lymphatiques par lesquels les cellules cancéreuses peuvent se répandre dans le reste corps. Pour éviter de prendre le moindre risque, certains vétérinaires vont même jusqu'à pratiquer une mastectomie sur l’ensemble des glandes mammaires.

Photo Maxime Spony

"Le cancer du sein est plus courant chez les femelles fertiles", explique la vétérinaire spécialisée en cancérologie Karin Sorenmo de l'Université de Pennsylvanie au Smithonian. En effet, "le risque de développer des cancers du sein est dépendant de l'exposition aux hormones", détaille-t-elle, ajoutant : "Il y a sept fois plus de risques chez les chats qui n'ont pas été stérilisés et il est préférable de castrer son chat très jeune". Si le risque est plus rare pour les mâles, ces derniers peuvent également être atteints de tumeurs mammaires, auquel cas elles sont malignes dans 86% des cas. "Quand les chats développent des cancers du sein, c'est beaucoup plus malin, similaire à des double ou triple cancers négatifs chez les femmes" explique Rodney Page du Flint Animal Cancer Center de l’Université du Colorado au Smithonian. Aussi, il reste encore beaucoup à faire pour guérir les tumeurs mammaires chez les chats... 

Chez les humains, en revanche, cette pathologie est de mieux en mieux traitée. Aux Etats-Unis, entre 2002 et 2011, le nombre de morts de cette maladie a diminué en moyenne de 1,9% par an, selon l'Institut national du cancer. Les médecins arrivent à repérer les tumeurs plus tôt , alors qu’elles sont encore localisées, et les opérations chirurgicales et les médicaments sont de plus en plus performants. Ainsi, à l'heure actuelle 98,5% des gens qui sont diagnostiqués avec un cancer du sein localisé sont encore vivants au moins cinq ans plus tard. Toutefois, la situation est plus compliquée chez les malades souffrant d'un cancer du sein à un stade plus avancé ou plus grave (double négatif ou triple négatif).

En général, pour soigner les cancers humains, les chercheurs introduisent des tumeurs sur des petits animaux pour développer de nouveaux médicaments. "Jusque-là on testait de la souris directement à l’homme, il faudrait passer par des animaux domestiques entre les deux", explique Patrick Mehlen. "Les souris son trop petites et elles vieillissent trop vite, le développement du cancer est trop rapide, cela prend 15 jours seulement chez elles quand chez l'homme cela prend des années. Les fonctionnements des chats et chiens sont plus similaires". Par ailleurs, "les animaux domestiques vivent dans les mêmes demeures que leurs propriétaires et sont exposés aux mêmes composants volatiles organiques et autres", fait valoir Rodney Page.

Photo Lali Masriera

Mais passer par les animaux domestiques pour soigner les humains seraient également bénéfiques aux bêtes. "A l'heure actuelle, pour traiter les pathologies cancéreuses chez les animaux, on se contente de prendre ce qui marche chez l'homme. Sur les chiens, par exemple, on utilise beaucoup de chimiothérapies dérivés de chimios humaines. De façon pragmatique on donne aux chiens ce qu’on donne aux hommes en changeant les doses en fonction de leur taille... Mais cela n'est pas très efficace et les animaux ne bénéficient pas ou peu des nouvelles thérapies testées par les laboratoires", déclare Patrick Mehlen.

Mais pour pouvoir tester les traitements pour humains sur les chats ou les chiens il faudrait faire communiquer les vétérinaires et les oncologues plus entre eux. "Jusqu’à présent ils avaient trop peu de contacts, les premiers faisant partie du ministère de l’Agriculture et les seconds de la Santé", déplore Mehlen. Aussi, "Afin de créer des liens entre eux, nous avons mis en place à Lyon un master d’oncologie dans lequel on inclut des désormais des chercheurs de l’école vétérinaires qui ont tendance à être très isolés des recherches menées dans les services d’oncologies proches des hôpitaux".

Reste également à convaincre les sociétés pharmaceutiques de tester des nouveaux traitements sur les chats et les chiens. "Pour l’instant, elles ont peu inclu dans leur voie de développement des animaux comme les chats et les chiens. Mais cela va changer car cette technique pourrait permettre de développer la recherche qui pourrait en partie être développée par les maîtres des animaux, prêts à payer pour qu’ils guérissent. Aussi, les sociétés commencent à y penser", conclut Patrick Mehlen.  

 

                                                                                                                                                                                              Raphaëlle de Tappie

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires