En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 23 min 24 sec
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 1 heure 52 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 3 heures 14 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 5 heures 12 min
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 16 heures 5 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 19 heures 25 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 2 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 5 heures 22 sec
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 5 heures 22 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 21 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Décodage

Crise au Yémen : ces raisons qui expliquent vraiment l’intervention militaire saoudienne

Publié le 31 mars 2015
Dans la nuit du 25 au 26 mars dernier, une coalition de dix pays de la région (les principales puissances sunnites), menée par l’Arabie saoudite, a lancé des frappes aériennes au Yémen (pays le plus pauvre de la péninsule arabique) afin de freiner l’avancée des rebelles houthis qui avaient pris le contrôle, au cours de ces derniers mois, de plusieurs grandes villes du pays, dont la capitale Sanaa, et de l’aéroport d’Aden le 25 mars.
Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la nuit du 25 au 26 mars dernier, une coalition de dix pays de la région (les principales puissances sunnites), menée par l’Arabie saoudite, a lancé des frappes aériennes au Yémen (pays le plus pauvre de la péninsule arabique) afin de freiner l’avancée des rebelles houthis qui avaient pris le contrôle, au cours de ces derniers mois, de plusieurs grandes villes du pays, dont la capitale Sanaa, et de l’aéroport d’Aden le 25 mars.

Atlantico : Qui sont les houthis ?

Roland Lombardi : Ne représentant qu’un tiers de la population yéménite, majoritairement sunnite, ces miliciens sont les héritiers directs d’une partie de la communauté zaydite du nord, une minorité de confession chiite et qui a constitué durant plus de mille ans l’aristocratie politique et religieuse régnante.

Le nom de cette milice vient de son fondateur, Hussein al-Houthi, qui était le député du parti Hizb al-Haq revendiquant le droit de se réclamer et de défendre l’identité zaydite après la révolution républicaine de 1962. Un temps obligé du président Ali Abdallah Saleh, Al-Houthi se brouille avec ce dernier (à cause des exigences sécuritaires américaines imposées au pouvoir yéménite après le 11 septembre) au début des années 2000. Il trouve la mort en 2004 dans les combats qui opposèrent alors les rebelles huthis et les forces gouvernementales.

Avec le "printemps yéménite" et la révolte contre le pouvoir de Saleh (en poste depuis 33 ans), celui-ci, face au rapprochement de la jeunesse révolutionnaire avec le parti islamiste de l’Islah (proche des Frères musulmans), décide de renverser les alliances pour se tourner vers la milice "zaydite". C’est la raison pour laquelle, malgré le départ de Saleh début 2012, les houthis bénéficient depuis, du soutien discret de l’ex-président, toujours très influent dans l’armée et parmi certaines tribus…

Les houthis se sont toujours considérés comme marginalisés sur le plan religieux mais aussi politique économique et social. Ils militent contre la corruption au sein de la sphère politique mais surtout pour le retour de l’imamat, une monarchie théocratique qui remplacerait la République arabe du Yémen et où le pouvoir spirituel et politique serait inspiré par des imams chiites.

D’abord favorables à un projet de Constitution fédéraliste, renforçant leur région Nord, les houthistes, exaltés par leurs succès sur le terrain, ont finalement adopté l’option centralisatrice tout en souhaitant succéder au président Mansour Hadi…

Pour lire une autre analyse : Offensive armée sur le Yémen : l’Arabie saoudite enclenche un engrenage à haut-risque

Pourquoi l’intervention saoudienne ?

Depuis ces derniers mois, les houthistes ont étendu leur influence vers l’ouest, où ils ont pris le port stratégique de Hodeida sur la mer Rouge, des zones du centre et du sud du pays, où se trouvent des régions pétrolières.

Jusqu’ici, ni l’Arabie saoudite ni les autres monarchies du Golfe n’avaient rien entrepris pour contrecarrer la progression des houthis "chiites". Au contraire, les Saoudiens semblaient se satisfaire en secret des victoires de leurs rivaux chiites traditionnels qui affaiblissaient finalement les deux principales menaces pour leur propre trône, à savoir les Frères musulmans (parti Islah) et même Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa) dont beaucoup de membres ont par ailleurs rejoint les rangs de l’EI…

Quelles sont alors les raisons qui ont poussé les Saoudiens à venir en aide à leur allié, le président Hadi, qui s’est révélé être faible, isolé, sans aucun réseau de pouvoir, et dont l’élection en 2012 (il était le seul candidat), ne lui a donné qu’une très faible et très relative légitimité populaire ?

Au premier abord, cette intervention a des raisons strictement géostratégiques et sécuritaires : les Saoudiens et leurs alliés ne pouvaient en aucun cas laisser les rebelles chiites, soutenus par l’Iran, menacer le Golfe d’Aden et surtout le détroit de Bab el-Mandeb, situé entre Djibouti et le Yémen, par lequel transitent près de trois millions de barils de brut par jour.

De plus en frappant les houthis, l’Arabie saoudite, frontalière du Yémen et qui craint une contagion d’une rébellion chiite, lançait un signal fort auprès de la minorité chiite vivant dans les provinces orientales du royaume…

Mais en définitive, il semblerait aussi que ce soit le contexte d’imbrications d’évènements internationaux et régionaux qui ait poussé les puissances sunnites à intervenir dans ce conflit qui ne manque pas de complexité et qui s’est confessionnalisé peu à peu.

En effet, les frappes "sunnites" interviennent tel un coup dans la grande partie d’échec qui est en train de se jouer dans la région, entre sunnites et chiites mais aussi entre l’Iran et les Etats-Unis. Ce grand échiquier a pour toile de fond la lutte contre l'EI et la lutte contre le terrorisme (auxquelles les puissances sunnites participent plus ou moins activement), les "succès" iraniens sur plusieurs fronts dans la région et par-dessus tout les négociations nucléaires entre l'Iran et les 5+1.

Car ce n’est pas sans raison que l’action saoudienne ait été déclenchée à quelques jours de la conclusion (ou pas) d’un accord sur le nucléaire iranien. Véritablement, le royaume saoudien (conseillé sûrement par le président égyptien Sissi dont le leadership est prégnant) adresse un message clair aux Etats-Unis[1] (qui a donné son feu vert et qui apportent, sans y participer directement, un appui logistique et en renseignement à l’opération). Ainsi, face à des Américains (comme des Israéliens d’ailleurs[2]) devenus frileux devant l’anarchisme, les divisions d’un « monde sunnite » incontrôlable et par ailleurs, de plus en plus séduits par le pragmatisme, la discipline et l’autorité de « l’axe chiite », Riyad réaffirme son rôle de puissance régionale capable de prendre ses responsabilités tout en ralliant derrière elle un important bloc sunnite pour défendre ses intérêts.

Quelles conséquences sur les négociations  sur le nucléaire iranien… et pour le Yémen ?

Le Hezbollah (dont certains conseillers seraient présents aux côtés des houthis) a fermement condamné l’intervention saoudienne au Yémen. L’Iran a quant à lui réagi officiellement en dénonçant "une démarche dangereuse". Téhéran continuera certainement à soutenir diplomatiquement, financièrement et logistiquement les rebelles houthis. Mais très impliqués sur les fronts syriens et irakiens et en pleines négociations avec les 5+1, les Iraniens n’iront pas plus loin (ce que savent très bien les Saoudiens).

Mais eux aussi adressent des messages aux Américains : dès le lendemain de l’intervention saoudienne, les milices chiites se sont retirées de l’offensive sur la ville irakienne de Tikrit…

Pour autant, les dirigeants iraniens risquent de garder la tête froide sachant très bien que malgré la présence de plus de 100 000 soldats saoudiens à la frontière yéménite, la coalition sunnite ne s’hasardera pas à lancer une intervention terrestre (du moins de grande envergure) : celle-ci pourrait réveiller le nationalisme et l’anti-saoudisme de la population yéménite, qui soit dit en passant est la plus armée au monde, les houthis sont devenus des experts en guérilla surtout sur leur terrain, dans le nord du Yémen et les Egyptiens ont des souvenirs douloureux de leur interventions dans les années 1960…

Au final, selon l’issue des négociations entre Iraniens et les 5+1, Washington risque fort de revenir dans la danse et imposer une solution politique à la crise yéménite. Pour le Yémen, cela signifierait sûrement une nouvelle partition et un triste retour au passé…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 01/04/2015 - 02:58
Et les tribus?
Un spécialiste qui réussit à faire une "analyse" des conflits au Yemen sans citer aucune tribu (Hâchid, Bakil,Yâfi,etc...), sans prendre en compte la grande complexité qui les unit ou les oppose, en dehors de l'appartenance à une mouvance religieuse ou/et politique ( par exemple, cf. Paul Dresh) traduit une vision occidentale simpliste.
assougoudrel
- 31/03/2015 - 18:39
Ce que dit Ganesha est vrai
Ils sont en train de "qater". Le qat est une herbe (sorte de drogue) que les djiboutiens et les yéménites mâchouillent à longueur de temps; beaucoup de crachats au mètre carré.
assougoudrel
- 31/03/2015 - 18:34
Personne ne laissera ce point stratégique
à l'EI. Le golfe d'Aden est l'entrée de la mer rouge. De l'autre côté, il y a Djibouti, avec la présence française. Si l'Arabie Saoudite s'en mêle, c'est que sa frontière (d'une longueur d'une centaine de km) n'est pas loin. Les militaires appellent ce genre de lieu stratégique le "point précieux".