En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 8 min 38 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 29 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 11 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 4 heures 45 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 13 min 10 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 6 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 4 heures 45 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 20 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Virusskofs

Les services de renseignement russes infiltrés au coeur de nos réseaux informatiques au moyen d’anti-virus que nous utilisons tous

Publié le 21 mars 2015
Après le scandale de la surveillance des communications par la NSA, il semblerait que la Russie ferait de même. Les services de renseignements, le FSB, espionnerait plus de 400 millions d'internautes grâce à un fournisseur d'antivirus.
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le scandale de la surveillance des communications par la NSA, il semblerait que la Russie ferait de même. Les services de renseignements, le FSB, espionnerait plus de 400 millions d'internautes grâce à un fournisseur d'antivirus.

Atlantico : Le fournisseur d'antivirus russe Kaspersky Lab collaborerait de très près avec le FSB, successeur du KGB, selon un article publié dans BloombergBusiness. 400 millions d'internautes pourraient ainsi être potentiellement espionnés par les services de renseignement russe. Quelle est la pertinence de cette assertion ?

Franck DeCloquement : Cette remarque a tous les attraits du bon sens. Le contraire eu été parfaitement étonnant de la part de tels spécialistes. A l'image de ce qui se passe avec les très célèbres agences américaines de renseignement, qui collaborent quotidiennement avec ceux que l'on nomme communément : le "GAFA" (Google, Apple, Facebook, Amazon). Mais aussi avec bien d'autres entreprises de haute technologie. 

Les services de sécurités fédéraux de la Fédération de Russie et les experts du FSB ne seraient pas très professionnels, s'ils n'étaient pas eux aussi en pointe dans le registre de l'observation et de l'action par les moyens "cyber" dédiés. Et cela passe nécessairement par de discrets partenariats avec leurs grandes entreprises nationales d'expertises, leader sur le marché de la cyber-protection et des attaques de nature virale ou intrusive. Ne serait-ce que pour être renseigné à tout moment sur ce qui se passe dans le reste du monde, et qui risque de contaminer en retour - par effet de propagation à travers les réseaux - les entreprises nationales et les dispositifs de défense de la Fédération de Russie.

Toujours selon cet article, Kaspersky Lab a publié un certain nombre de rapports de qualité mettant en évidence des opérations d'espionnage menées par les Etats-Unis, Israël et le Royaume-Uni. La Russie n'a pas été mentionnée, alors que parallèlement la société américaine FireEye a montré que le pays avait mené des opérations équivalentes avec le logiciel espion Sofacy. De la même manière que les entreprises du web américaines sont très liées à la NSA, pourquoi leurs concurrentes russes ne le seraient-elles pas vis-à-vis des services de renseignement russes ?

Il est normal que Kaspersky Lab ne communique pas spécifiquement sur les agissements des autorités Russe de la Fédération de Russie en matière de cyber-attaques, si l'entreprise participe par ailleurs ; et en toute discrétion ; au dispositif national d'action et de protection dans ce registre, au profit des intérêts stratégiques du pays. Comme vous l'induisez également, et fort justement dans votre question, les services américains dédiés à la surveillance planétaire de leurs concurrents - mais aussi de leurs alliés - font de même. Et sans la moindre retenue, malgré les déclarations diplomatiques de façade de la présidence. 

Les Etats Unis restent bel et bien en pointe sur ce sujet technologique fondamental, dans le cadre d'une politique de puissance parfaitement assumée. Et ceci dans des proportions techniques et budgétaires inégalées dans l'histoire humaine, en matière de stockages et d'analyse de données sensibles.

Pour les consommateurs lambda, quelles sont les implications de cette étroite connexion entre un fournisseur d'antivirus et un Etat ?

Pour les consommateurs que nous sommes tous, rien ne change fondamentalement. Cette réalité très abrupte pour certains, ne peut être combattue autrement que par l'adoption de bonnes pratiques numériques individuelles et de règles de vie simple. Nous ne pouvons que nous en accommoder et recourir à une prophylaxie personnelle judicieuse en matière de "signature" numérique. Cela devrait même faire l'objet d'enseignements spécifiques ou de sensibilisations dédiées, à destination de nos jeunes générations, puisqu'elles sont nées dans la sphère numérique et n'ont bien souvent pas conscience des dangers que ces NTIC recouvrent,  compte tenue de leur facilitée d'emploi. Et ceci dès l'école primaire. 

Par ailleurs, Kaspersky Lab est une entreprise très innovante et de réputation internationale, qui a mis en évidence énormément de problématiques de malveillances virales, d'intrusions numériques déloyales et de failles de sécurité de grande ampleur, qui font d'elle l'un des leaders sur le marché de la protection. Au même titre que certaines firmes concurrentes américaines. Kaspersky Lab a d'ailleurs publié une série de rapports cette année, sur la détection d'une famille d'outils de piratages très spécifiques, doublés d'équations très élaborées, et pouvant laissé entendre que ceux-ci portaient bien la marque d'une possible élaboration par des équipes d'experts sans doute liés à la très puissante NSA américaine. Les anxieux pourront toujours se fournir de part et d'autre, en logiciels de protections virales. Cumulant ainsi les avantages offerts par les uns et les possibilités de détections des malveillances offertes par les autres. 

Ceci est bien entendue une boutade...

En matière de cybersécurité et de fourniture d'accès, se dirige-t-on vers une nationalisation qui ne dit pas son nom ? Ou est-ce déjà le cas, compte tenu des accointances déjà prouvées entre secteur privé américain et NSA ?

"Nationalisation" est un terme impropre. "Partenariats stratégiques" ou "accords de confidentialité" au profit d'une politique régalienne de sécurité nationale me semble une terminologie bien plus adapté. Pourquoi nationaliser des leaders très performants du secteur privé, alors qu'il est beaucoup plus profitable de s'associer au bénéfice de chacune des parties ? Et ceci dans un objectif de puissance évident sur le plan international. 

Historiquement, les accointances des grandes firmes américaines avec leurs services de renseignement est une tradition ancienne. Il n'y a qu'à identifier l'identité de certains membres de directions à la tête des grandes multinationales ou de leurs filiales à l'étranger, pour se rendre compte qu'un grand nombre d'entre eux intègrent dans leurs rangs d'anciens hauts responsables des agences de renseignement ou du Département d'Etat. On nomme communément cette pratique le "pantouflage". Ceci, je le répète, procède d'une stratégie de puissance totalement formalisée et parfaitement assumée par l'administration américaine, qui stipule que "les Etats Unis n'ont pas d'alliés, que des cibles et des vassaux", selon l'excellente formule du Président de la Commission des lois Jean Jacques Urvoas, qui siège par ailleurs à la délégation parlementaire au renseignement.

Dans ces conditions - réciprocité et proportionnalité oblige - pourquoi les Russes ou nous même ne procéderions pas à l'identique, comme vous le suggérez habilement dans votre question ? C'est tout l’intérêt que recoupe la notion de "puissance" qui me semble être "la grille de lecture" essentielle dans ces affaires de surveillances régaliennes, à l'échelle planétaire.

Et la France fait-elle vraiment exception ?

Les américains, les Chinois et les Russes ont de ce point de vue, infiniment moins de complexes et de retenue que nous pour défendre massivement leurs intérêts stratégiques et économiques, et à lutter becs et ongles dans un contexte concurrentiel et international durci, pour ce faire. La démesure des écoutes auxquelles procèdent les Etats-Unis par exemple, est proportionnelle aux moyens qu'ils y consacrent. La communauté du renseignement américain bénéficie d'un budget annuel qui avoisine les 75 milliards de dollars, et se compose de 16 services qui emploient respectivement près de 110 000 agents, et recourt par ailleurs à de très nombreux sous-traitants. Il s'agit donc d'un rouleau compresseur sans égal.

En comparaison, les moyens de la France, en matière de renseignement tournent autour de 10 milliards d'euros au profit de 6 services spécialisés. Une lutte technologique de même nature à ce niveau d'excellence, s’avérerait totalement vaine et ruineuse. En son temps, l'ex URSS avait trébuché sur de semblables considérations. De notre côté, nous ne pouvons donc nous battre à armes égales, en comparaison de la détermination et des moyens records consentis par ces grandes puissances. Par manque de courage politique aussi, et parce que nous adoptons trop souvent une posture de relative soumission aux injonctions de l'adversité, en nous interdisant de lutter sur le terrain de la polémologie ou pourtant nous excellons historiquement.

D’où notre relatif déclassement sur la scène internationale. Mais ceci est une autre histoire... 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 23/03/2015 - 13:58
Nicolas V
Vous avez raison , les troskos sont à la CIA , c'est tout à fait exact !
bjorn borg
- 22/03/2015 - 20:04
vangog
est incorrigible! Qu'a donc fait Vladimir Poutine pour être ridiculisé à ce point ?? Influence écolo-trotskystes subventionnés par la Russie..., n'Est-ce pas plutôt par Marine Le PEN ?
Nicolas V
- 21/03/2015 - 16:27
Écolos trotskistes
Les trostkos sont plutôt CIA. Les écolos-trotskistes ça doit être pareil. Quels écolos connus ont été invités Bilderberg ? Cherchez