En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Black-out

Quand une éclipse menace de couper le courant : l'énergie solaire face à ses limites

Publié le 20 mars 2015
Les capacités de production en Europe en 1999, lors de la précédente éclipse solaire, étaient 100 fois moins importantes qu’aujourd’hui. Parti de rien, cette énergie représente près de 80 GW sur le continent. Le risque de black-out existe tout de même.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les capacités de production en Europe en 1999, lors de la précédente éclipse solaire, étaient 100 fois moins importantes qu’aujourd’hui. Parti de rien, cette énergie représente près de 80 GW sur le continent. Le risque de black-out existe tout de même.

Atlantico : Quel est le coût de production moyen de l'électricité solaire ? Et comment la rendre l'énergie plus compétitive ?

Florent Detroy : Le coût de production moyen de l’électricité solaire dépend bien évidemment du lieu où les panneaux sont installés. C’est dans les régions du sud que cette énergie a été privilégiée, comme le sud des Etats-Unis, en Californie, ou l’Espagne et l’Italie pour l’Europe, même si l’Allemagne a également lourdement investi dessus. Le pays a été responsable de la moitié des capacités photovolatiques installées en 2014. Plusieurs innovations permettraient de la rendre plus compétitive cette technologie, mais il faut garder à l’esprit que le solaire est déjà compétitif dans certaines régions, c’est à dire a atteint la parité réseau (coût de production inférieur au coût d'achat sur le réseau).

Ainsi aux Etats-Unis on a vu récemment des projets afficher un coût de 42 euros par MWh. Elle est également compétitive dans des pays où les prix de l’électricité sont plutôt hauts. Par exemple en France le solaire peine à se développer parce que le cout du MWh tourne déjà autour de 40€, ce qui est relativement bas en Europe. Les pistes d’amélioration sont assez simples, il faut baisser le cout des équipements et si possibles des installations. Mais l’industrie est déjà sur cette voie, puisque le cout des modules a été divisé par 6 depuis 10 ans en France.

Vendredi 20 mars, l'Europe pourra profiter d'une éclipse solaire jusqu'à 80% à certains endroits. Alors que la part de l'énergie produite est beaucoup plus importante qu'en 1999, ce phénomène pourrait-il faire défaut ?

Florent Detroy : Effectivement les capacités de production en Europe en 1999, lors de la précédente éclipse solaire, étaient 100 fois moins importantes qu’aujourd’hui. Parti de rien, cette énergie représente près de 80 GW sur le continent (chiffres 2013). L’éclipse pourrait faire baisser les capacités disponibles de 35 000 MW au maximum sur notre continent, selon l’association des gestionnaires de réseau européen (entsoe). Mais le risque de black-out est faible. D’abord parce que la perturbation du réseau par un phénomène climatique n’est pas inédite. Il suffit d’un temps nuageux pour réduire les capacités disponibles. Les pays sont donc habitués à jongler avec les différentes sources énergétiques pour compenser les évolutions et équilibrer le réseau.

Par exemple, la France a augmenté de 50% sa capacité à produire de l’énergie, en utilisant notamment ses ressources hydrauliques, afin de répondre à la baisse de production. D’ailleurs, plusieurs pays sont en surcapacité énergétique, et trouveront facilement d’autres sources d’énergie pour compenser. C’est le cas de l’Allemagne notamment. Là où l’éclipse va poser problème, c’est dans l’ampleur du changement puisque tout le territoire européen va être concerné en même temps. Les capacités photovoltaïques vont diminuer en une poignée de minutes, et réapparaitre dans le même temps. C’est 4 à 6 fois plus rapide qu’un lever et un coucher de soleil. Ensuite, l’importance des capacités retirées va demander une synchronisation de tous les opérateurs de réseau européens. Cette fois encore, c’est relativement inédit, mais le réseau européen est plutôt bien intégré pour répartir les capacités thermiques à l’ensemble du réseau en Europe.

Les technologies qu'elle utilise, les cellules photovoltaïques par exemple, mériteraient-elles d'être également améliorées ?

Florent Detroy : Oui bien entendu. Chaque jour des laboratoires annoncent un record de productivité d’une cellule.  Mais il n’est pas sur que dans 10 ans ce soit le même types de cellules qui dominent le paysage photovoltaïque. La recherche travaille de plus en plus sur des cellules plus économes en matières alors que les ressources en silicium, provenant majoritairement de l’industrie électroniques, commencent à être limitées. Une des technologies d’avenir est le solaire à concentration. Elle n’utilise pas de silicium. 

D’autres technologies en devenir concernent la production de cellule par dépôt sur ruban (2 fois moins de silicium) ou la production de panneaux à couche fine, utilisant notamment du sélénium, de l’indium et du cuivre. Et à plus long terme les matériaux organiques constituent un autre axe de recherche et d’innovation future. Ces technologies ont également l’avantage d’être plus performantes. Le taux de conversion de l’énergie en électricité des cellules en silicium oscille entre 10 et 20%. Avec le solaire à concentration, on peut atteindre les 40%.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

06.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

07.

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

01.

La Justice à la barre

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires