En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Tout le monde descend

Christiane Taubira, les procureurs et l'estrade de Fort de France : cette fronde que préparent les magistrats contre la garde des Sceaux

Publié le 19 mars 2015
Les magistrats soupçonnent Christiane Taubira de vouloir supprimer, dans les Palais de justice, l’estrade réservée aux procureurs. Ils se retrouveraient alors au même niveau que les avocats. Une expérience de ce type existe au Tribunal de Fort-de-France. Va-t-elle s’étendre dans l’ensemble des Tribunaux et Cours d’appel du pays ?
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les magistrats soupçonnent Christiane Taubira de vouloir supprimer, dans les Palais de justice, l’estrade réservée aux procureurs. Ils se retrouveraient alors au même niveau que les avocats. Une expérience de ce type existe au Tribunal de Fort-de-France. Va-t-elle s’étendre dans l’ensemble des Tribunaux et Cours d’appel du pays ?

De prime abord, on se croirait chez Courteline… Pourtant, a priori, pas de quoi fouetter un chat si désormais, dans les salles d’audience, le représentant du Ministère public se trouve au même niveau que les avocats. C’est -à-dire au ras du sol. Dépossédé de l’estrade à laquelle a droit depuis des lustres le Procureur de la République. Au même titre que le président du Tribunal. Eh bien, cela n’est pas anodin. 

Depuis les années 2002-2003, au Tribunal de Grande Instance de Fort-de-France existent deux salles d’audiences où a lieu cette expérience. A l’époque,  personne n’avait rien dit. C’est ainsi que le bâtonnier de Fort-de-France, avait pu annoncer, dans un climat empreint de tensions entre avocats et magistrats, la mise au rencart des estrades… 

Aujourd’hui, avec l’inauguration prochaine de la Cour d’appel de Fort-de-France, les magistrats redoutent une nouvelle offensive. Avec raison. Lors de la rentrée solennelle de janvier, ils ont appris de la bouche même du bâtonnier, visiblement averti par Christiane Taubira, que le représentant du ministère public, lors des audiences de la Cour, se trouverait… à ras du sol comme les avocats.

La nouvelle a fait d’autant plus de bruit que ni le premier président de la Cour d’appel, ni le procureur général, pas plus que le président du tribunal ou le procureur n’avaient été informés de ce nouveau coup d’éclat. Lequel a évidemment les faveurs de la garde des Sceaux. Une telle désinvolture, pour ne pas dire plus, a irrité la Conférence des procureurs généraux présidée par Catherine Pignon, actuelle procureure générale à Angers et la conférence des procureurs de la République présidée par Danielle Drouy-Ayral, procureure à Draguignan.

Du coup, ces dernières ont manifesté, dans une lettre, leur total désaccord auprès de la Ministre. Dans ce courrier, les deux présidentes écrivent : « Outre que cette décision fait fi du statut d’autorité judiciaire de rang constitutionnel du ministère public, ce dernier ne peut être réduit à la fonction d’accusateur public mais dispose de missions essentielles  de protection des libertés individuelles et de gardien de l’application des lois. »  Et de poursuivre : « Le ministère public ne saurait être ramené au niveau de ceux qui n’incarnent que des intérêts particuliers. »

Les syndicats de magistrats, l’USM-majoritaire- et FO Magistrats sont sur la même longueur d’onde. Cette affaire, en effet, n’a rien d’anecdotique. Le Parquet ne peut être considéré comme une partie comme une autre dans un procès. Il est une autorité poursuivante, symbole dans notre droit, de la procédure inquisitoire avec comme clé de voute le juge d’instruction. Remettre en cause son statut, même par le biais de la suppression de cette fameuse estrade, revient,  par ricochet, à remettre en cause la procédure inquisitoire au profit de la procédure accusatoire inspirée des pays anglo-saxons. Sur le plan pratique, la suppression de l’estrade rend les audiences aussi difficiles que surréalistes.

Au Tribunal de Fort-de-France, un parquetier nous a raconté que les avocats tournent le dos au représentant du Ministère public et quand ils échangent avec le président, c’est à  peine si son représentant entend quelque chose. Ajoutez à cela les facilités qu’ont les avocats à jeter un coup d’œil sur les dossiers en cours du procureur ou du substitut, et on mesure mieux l’absurdité de la suppression de cette soit- disant encombrante estrade. Mais comme nous l’a indiqué Béatrice Brugère, secrétaire générale de FO-Magistrats, « on commence par dire que l’abandon de la dite estrade est le fruit d’une coutume, puis on estime que c’est une tradition pour affirmer enfin que c’est un dogme ».

La garde des Sceaux ne peut ignorer que la République est une et indivisible. Et que l’argument de « la tradition locale » - celle de la Martinique- à laquelle s’est référée Anne Berriat, sa directrice du cabinet, lorsqu’elle a reçu fin février les deux présidentes des conférences, y porte atteinte. Que Christiane Taubira souhaite introduire, dans notre pays une procédure accusatoire de type anglo-saxon, en faisant du procureur, une partie comme les autres au procès, c’est son droit.  Mais elle ne doit pas oublier que le Conseil constitutionnel, dans une décision du 11 août 1993, jamais remise en cause, a jugé  que « l’Autorité judiciaire […] comprend à la fois les magistrats du siège et ceux du Parquet. » Et que, au cours de sa carrière, le magistrat peut passer du siège au Parquet et inversement.

Pourquoi, dans ces conditions, trouver quelques astuces de menuiserie pour mettre le Ministère public au même niveau que l’avocat ? A moins que la prochaine étape envisagée par la garde des Sceaux soit de placer au ras du sol, président du tribunal, procureur et avocat… Et un haut magistrat de lancer, avec un zeste d’humour : « C’est pour quand, des énarques dans les Tribunaux, chargés de requérir ? » 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 20/03/2015 - 12:13
Mélange des genres.
A force de voir des séries américaines, les gens, y compris les politiques, en arrivent à confondre les deux systèmes, inquisitoire et accusatoire, et à vouloir introduire dans notre système des pratiques de l'autre, comme par exemple la présence de l'avocat durant la garde à vue (qui n'existe pas dans le système accusatoire, c'est une mise en accusation).
Dans notre système, le procureur est magistrat et dirige la police judiciaire. Dans le système accusatoire, il n'y a pas de procureur ni de juge d'instruction d'ailleurs. L'accusation publique est portée par la Police qui passe le relai, au tribunal, à un avocat en charge de la soutenir. A la différence du procureur français, l'avocat public appelé "prosecutor" (anglais) ou "attorney" (américain, attorney signifiant avocat en général, de l'accusation et de la défense), n'a pas autorité sur la Police.
Le seul magistrat dans le système anglo-américain est le juge.
Police, juge et avocats publics font partie du Pouvoir Judiciaire (qui n'existe pas en France) dévolue à la Reine (UK) ou au Peuple (USA). Aux US, le peuple élit ses chefs de police et ceux qui ont autorité sur les juges et les avocats publics.
Texas
- 20/03/2015 - 10:24
Encore ...
....une Reforme Structurelle , après les menus de substitution , le mariage Gay , les réseaux de bus et l' impunité des délinquants . Mr Macron confirme : en 2017 , La France sera transformée .
winnie
- 20/03/2015 - 07:58
Encore une atteinte a l'autorite de l'etat ,
Ce n'est pas pour rien si le ministère public qui représente l'état est sur une estrade, en hauteur, c'est pour signifier que l'état est au dessus de tout,comme les costumes et la barre qui permet de mettre une distance entre la justice et le justiciable.
supprimer ces rites n'est pas anodin, c'est juste une énième attaque pour affaiblir l'état, et la Mme Taubira excelle. Ah peut être que ce que je viens de dire est raciste, odieu,digne du fond des poubelles de mon cerveau