En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© REUTERS/Ahmed Saad
Diplomatie
Nuit des témoins pour les chrétiens persécutés : les difficultés de l’Eglise dans ses efforts pour les protéger
Publié le 13 mars 2015
Le Vatican est aussi une force diplomatique. L'un de ses rôles est de venir en aide aux chrétiens dans les zones où ils sont inquiétés pour leur foi. Mais cette mission se heurte à la complexité des terrains d'opération, et à un Saint-Siège qui peine à appréhender toutes les données du contexte sur les zones à risques.
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Vatican est aussi une force diplomatique. L'un de ses rôles est de venir en aide aux chrétiens dans les zones où ils sont inquiétés pour leur foi. Mais cette mission se heurte à la complexité des terrains d'opération, et à un Saint-Siège qui peine à appréhender toutes les données du contexte sur les zones à risques.

Atlantico : L'Aide à l'Eglise en détresse organise le vendredi 13 mars la 7e Nuit des témoins, qui sera consacrée aux victimes des persécutions commises par l'Etat islamique. Sur le plan diplomatique, que fait l'Eglise pour venir en aide à ces populations ?

Christophe Dickès : Le premier objectif de la diplomatie du Saint-Siège est de défendre la liberté des catholiques et des chrétiens là où ils se trouvent. Elle a plusieurs moyens d’action à sa disposition. Le premier d’entre eux est la parole du pape lui-même. On sait que le Saint-Père intervient publiquement afin de sensibiliser les Etats et les institutions internationales sur le sujet. Mais le Vatican possède aussi son propre appareil diplomatique qu’il forme au sein de l’Académie pontificale ecclésiastique, une sorte de grande école chargée de préparer les futurs diplomates. Plusieurs papes dans l’histoire (Léon XIII, Benoît XV, Paul VI) sont sortis de cette prestigieuse institution.

Mais cette diplomatie agit le plus souvent dans l’ombre, à l’abri de la scène médiatique afin de ne pas mettre en péril des négociations souvent difficiles. La diplomatie secrète du Saint-Siège, par définition, est donc mal connue. A la différence des hommes politiques, elle ne se vante jamais de ses propres résultats. Elle est au service d’une conception chrétienne de l’homme et de sa dignité. Parfois, comme dans le cas du rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis où son intervention a été décisive, son action est médiatisée. Mais cela reste une exception... Ainsi, il est extrêmement difficile de connaître la réalité de l’action des services diplomatiques du Saint-Siège au Moyen-Orient.

Le cas du Moyen-Orient n’est-il pas aussi un cas spécifique ?

Vous avez tout à fait raison. Chaque partie du monde possède ses propres particularités géopolitique et historique. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, nous savons que le Moyen-Orient mais aussi l’Afrique sont d’une grande complexité politique. Ils le sont aussi sur le plan religieux. Les communautés chrétiennes elles-mêmes sont multiples, très souvent divisées par des traditions et des cultes différents. Un copte n’est pas un orthodoxe... Or, aujourd’hui, le Saint-Siège semble bien plus familier des affaires d’Amérique latine que de celles du Moyen-Orient. Ce qui est tout à fait normal dans la mesure où le pape est argentin. Son action en Amérique du Sud est beaucoup plus décisive dans la mesure où cette partie du monde lui est familière, tout comme, en son temps, Jean-Paul II avait une connaissance parfaite de l’Europe de l’Est.

Le Moyen-Orient ne semble pas bénéficier de la même expertise. Mais le pape actionne malgré tout des leviers diplomatiques. Il l’a fait par un voyage en Turquie et son intervention au Parlement européen en novembre dernier mais aussi – on l’imagine aisément – par les relations privilégiées que le Saint-Siège entretient avec la Russie, grâce à Benoît XVI. Le géant russe, nous avons tendance à l’oublier, possède la même tradition diplomatique que la France au Moyen-Orient : celle de protéger les minorités chrétiennes. On peut imaginer que la diplomatie vaticane essaie de promouvoir un axe Bruxelles, Ankara, Moscou sur la question moyen-orientale en général et syrienne en particulier.

Quelles sont limites de l'action du Vatican ?

Nous ne sommes plus à l’époque du pape saint Pie V qui, en 1571, a été à la tête d’une coalition des rois et des princes afin de battre les Turcs à Lépante… Depuis la fin du XIXe siècle, le Souverain pontife s’érige simplement en "puissance morale" dans un monde de "puissances relatives". Il ne possède qu’une seule arme : celle de la parole. A plusieurs reprises, même s’il l’a fait de façon assez embarrassée, le pape François a rappelé la licéité de la guerre. Qu’est-ce que cela signifie ? Simplement qu’il existe, selon la tradition de l’Eglise, des guerres justes. Par exemple, Jean-Paul II estimait l’intervention en Yougoslavie nécessaire.

François fait de même à propos du conflit en Irak et en Syrie au cœur duquel se trouve l’Etat islamiste, totalitaire et meurtrier. Pourquoi le fait-il ? Parce que la doctrine d’une guerre juste est fondée sur le principe de la légitime défense. Trois conditions sont nécessaires pour qu’une guerre soit juste du point de vue de l’Eglise : une guerre doit être décidée par une autorité légale et/ou légitime ; l’adversaire doit avoir commis une faute qui mérite une intervention ; enfin la guerre doit promouvoir le bien. Ces trois conditions, posées par la philosophie de Saint Thomas d’Aquin, sont réunis depuis bien longtemps. Saint Augustin, bien avant saint Thomas, avait ajouté deux autres conditions: la légitime défense donc et la réponse à l’agression par des moyens proportionnels.

Que fait l'Eglise pour venir en aide sur le plan humanitaire aux chrétiens d'orient persécutés ?

L’action humanitaire et la défense d’un droit humanitaire est un des fondements de la politique du Saint-Siège. Des associations et des institutions sont directement ou indirectement rattachées à l'Eglise, comme Caritas, l'Aide à l'Eglise en détresse, l'Ordre de Malte, etc… Je rappelle que l’Eglise est la première "ONG" d’Afrique, même si le pape récuse le terme qui est évidemment laïc et n’indique absolument pas la réalité profondément religieuse de cette action humanitaire. Comme toute action humanitaire, elle vise à protéger les civils des guerres de toutes natures. Dans le cas du Moyen-Orient ou de l’Afrique, cette action est entravée par l’impossibilité d’accéder aux zones de conflits. Leur marge de manœuvre ne peut donc être que périphérique, c’est-à-dire qu’elle est essentiellement destinée aux camps de réfugiés qui fuient les zones contrôlées par l’Etat islamique. Ce qui est déjà énorme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
1 million d'euros pour des actes de torture
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 13/03/2015 - 17:14
@vangog
"Si quelqu'un me frappe, je tends l'autre joue". Evidemment, si vous prenez ça au pied de la lettre, je conçois votre étonnement. Mais enfin, si je vous dis "je suis resté cloué au lit toute la semaine", vous saurez que j'étais malade comme un chien et non pas masochiste. ---------- En fait, cette expression veut dire, même si tu dois encore être rejeté, essaie de renouer le lien avec celui qui t'a blessé (au sens figuré). En bref, pardonne. Et si on TE frappe. Pas si on frappe ton voisin. ------------------ Vous saisissez ?

assougoudrel
- 13/03/2015 - 15:41
Pardon
Lire BTB
assougoudrel
- 13/03/2015 - 15:40
Comme le dit Cloette et Anguerrand,
il y suffisamment de place chez nous (en Europe) pour les chrétiens d'Orient, qui ont un tout autre esprit que nos nuisibles. Seulement, il ne faut pas compter sur l'Eglise pour organiser les faire venir, mais les Etats occidentaux, car le premiers cité n'a pas d'Armée, à part les gardes suisses et leurs hallebardes. Tout le long du parcours, ils auraient besoin de protection, à cause des islamistes et il n'y a que les militaires qui puissent le faire. Ils faudrait des navires affrétés, des avions, des trains, enfin beaucoup de moyens de transport et beaucoup de personnels pour la logistique. Il faudrait deux générations pour 's'acclimater", car ils seront déracinés. Et cela nous serait bénéfique, car certains sont trop nombreux; ils ne connaissent les "BTP" (bouchons de tir à blanc") pour mettre au bout de leur "canons" et nous fait des enfants par rafale. Mais, pour le moment, nos dirigeants louchent du coté de l'Arabie Saoudite et du Qatar.