En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 55 min 29 sec
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 2 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 16 heures 29 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 18 heures 24 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 19 heures 35 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 22 heures 50 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 16 heures 43 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 53 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 20 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 23 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Point d'ancrage

Quand le Maroc se réforme à son rythme en tentant d’éviter les travers des printemps arabes

Publié le 13 mars 2015
Le Maroc représente une zone de stabilité dans une Afrique du Nord au cœur du tumulte depuis les "printemps arabes". Le pays peut même constituer un véritable point d'appui pour la France et l'Europe dans la région.
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Maroc représente une zone de stabilité dans une Afrique du Nord au cœur du tumulte depuis les "printemps arabes". Le pays peut même constituer un véritable point d'appui pour la France et l'Europe dans la région.

Le monde change rapidement. Au cours de la dernière décennie, le Machrek a vu les petro-monarchies du Golfe Persique, décidées à en finir avec la "malédiction du pétrole", se lancer enfin dans une modernisation à marche forcée de leurs économies, afin de sortir de l’impasse à laquelle tôt ou tard se trouve confrontée une économie basée sur la rente. Aujourd’hui, alors que le printemps arabe n’en finit pas de produire ses secousses, il n’est pas inutile de se tourner cette fois vers le Maghreb, où un pays se distingue par sa stabilité politique et par son désir affiché d’entrer dans une phase nouvelle de développement économique et social : le Maroc.

C’est tout d’abord un profond et méconnu bouleversement institutionnel qui nous y pousse. La constitution adoptée en 2011 a signé une évolution radicale qui dirige la royauté chérifienne vers une monarchie constitutionnelle plus moderne. Bien sûr, au-delà des textes, la réalité politique, culturelle, sociale impose un tempo différent. Les esprits vont moins vite que l’écrit dans un pays où l’adoubement royal conserve autorité, prestige et caractère religieux. Il reste qu’incontestablement cette évolution institutionnelle marque une étape dans la volonté du Maroc de moderniser son système politique, et d’éviter de tomber dans les travers de printemps arabes qui déchantent.

L’actualité économique marocaine est, elle aussi, marquée par des changements certes plus subtils mais tout autant significatifs pour les observateurs. Ainsi, l’arrivée d’un nouveau Président à la tête de la Société Nationale d’Investissement (SNI), bras armé de la holding royale (SIGER), marque la fin d’un cycle de reconstruction. Commençons par SIGER. Sous l’impulsion de Mohamed Mounir el Majidi, Président de SIGER – comprendre le Monsieur Colbert de Mohammed VI – c’est toute la puissance financière de Mohamed VI qui a été réorientée vers des secteurs de croissance avec la volonté très gaullienne de faire naître des champions nationaux. Et de fait, 10 ans plus tard, SIGER et SNI ont accompli leur mission et les deux structures jouent aujourd’hui un véritable rôle de fonds souverain. Une capacité d’investissement qui accompagne Mohammed VI et le Maroc dans leurs nouvelles ambitions en Afrique subsaharienne.

Une telle évolution correspond à des enjeux essentiels, qui vont bien au-delà du seul Maroc et de son économie. A cet égard, rappelons que le Maroc, comme la plupart des économies émergentes, a connu une croissance importante au cours de la dernière décennie. Son économie s’est fortifiée, permettant de réduire la pauvreté, même si elle connaît des faiblesses, au premier rang desquelles un taux d’activité inférieur à 50%, parmi les plus faibles des pays émergents.

Premier enjeu, la consolidation d’un pôle de stabilité au Maghreb. Ce point est tout à fait essentiel, pour la France et pour l’Europe, compte tenu des difficultés importantes que connaissent l’Algérie, la Lybie et dans une mesure moindre, la Tunisie, incapables, de fait, de jouer un tel rôle.

Deuxième enjeu, dans la continuité logique du précédent, le rôle essentiel que le Maroc peut et doit jouer pour favoriser, en lien avec l’Europe, le développement africain. Il est clair que l’Europe, contrairement aux BRICS, Chine en tête, n’a que très insuffisamment pris acte de la montée en puissance de l'Afrique, trait majeur du siècle qui commence. Rappelons à cet égard quelques chiffres (en dollars) : des besoins en infrastructures évalués à 100 milliards par an couverts à 50%, un marché de la consommation de 600 milliards en 2013 (estimé à 1000 milliards en 2020), des investissements directs étrangers en forte croissance et atteignant 43 milliards en 2013 (144 milliards en 2020), une population d'un milliard d'habitants (2 milliards prévus en 2050). Pour toutes ces raisons, l'Afrique est à l’évidence, un enjeu majeur pour des économies européennes matures et confrontées à une baisse du sentier de croissance potentielle.

Troisième enjeu, plus profondément, le rapport entre développement politique et développement économique. Chacun comprend que le monde émergent, à rebours d’une certaine naïveté qui a prévalu après la chute du mur de Berlin et qui a nourri l’idée d’un modèle unique calqué sur la démocratie de marché nord américaine, est à la recherche d’une voie médiane : concilier le développement économique accéléré et une évolution vers plus de liberté qui demeure respectueuse de structures politiques, démographiques et sociales délicates et anciennes. Le printemps arabe et son lot de désillusions, contre-révolutions ou échecs économiques, ont montré, si besoin en était, qu’un tel équilibre est difficile à trouver. C’est tout l’enjeu de l’évolution actuelle du Maroc, une évolution positive, que la France doit accueillir favorablement et soutenir fermement.

Au total, il est clair que le Maroc se place plus que jamais au cœur du développement de l’Afrique. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la 9ème session du Forum pour le développement de l’Afrique, s’y est tenu au mois d’octobre dernier, et ce, pour la première fois, en dehors de son siège à Addis-Abeba.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires