En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Benjamin Netanyahu
Diplomatie
Que peut espérer Benjamin Netanyahu de sa tournée américaine pour préciser la relation entre Israël et les Etats-Unis ?
Publié le 03 mars 2015
Benjamin Netanyahu entame une visite aux Etats-Unis, invité par les Républicains du Congrès. Israël et son traditionnel allié américain sont dans une période de refroidissement de leurs relations, en témoigne l'absence de rencontre prévue entre le Premier ministre israélien et Barack Obama.
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Netanyahu entame une visite aux Etats-Unis, invité par les Républicains du Congrès. Israël et son traditionnel allié américain sont dans une période de refroidissement de leurs relations, en témoigne l'absence de rencontre prévue entre le Premier ministre israélien et Barack Obama.

Atlantico : Benjamin Netanyahu démarre une visite aux Etats-Unis sur invitation des élus républicains au Congrès. Il ne devrait pas rencontrer Barack Obama, avec qui les relations sont de plus en plus tendues. Quelles sont les causes de la discordes entre les deux alliés traditionnels ?

Frédéric Encel : Ils sont parvenus au pouvoir très concomitamment, début 2009, et immédiatement les relations se sont avérées difficiles. D'abord, Netanyahou préfère les Républicains qu'il connaît bien et dont il est idéologiquement proche, et Obama aurait souhaité un travailliste comme interlocuteur. Ensuite, le premier ministre israélien - suivi en cela par nombre de ses compatriotes - a trouvé en Obama un président moins empathique que plusieurs de ses prédécesseurs, à commencer par le Born again George W. Bush. De fait, c'est un réaliste, certes ami d'Israël mais pas inconditionnel, qui trouve à "Bibi" des accents messianiques qui l'agacent. 

Sur le fond, la gestion par Netanyahou du dossier palestinien a très vite déplu à Obama et, dès juin 2009, ce dernier lui imposait de reconnaître la perspective d'un Etat ainsi qu'un gel de plusieurs mois des implantations. De son côté, le numéro un israélien reproche depuis plus d'un an à son vis à vis une volonté de parvenir à un accord sur le nucléaire iranien au détriment de l'Etat juif. 

On en est là, mais sachons raison garder ; la brouille, sérieuse, concerne deux hommes et deux administrations, dont l'une condamnée à court terme, mais pas deux nations. Jamais les liens technologiques, culturels, militaires entre Israël et les Etats-Unis n'ont été si étroits et, du reste, tout fâché qu'il est, Obama n'a jamais menacé son allié de sanctions économiques ou diplomatiques en plus de six années de pouvoir ! 

Israël a-t-elle aujourd'hui toujours besoin d'une "protection" américaine ? Dans quelle mesure Jérusalem peut ne plus stratégiquement à devoir tenir compte des positions diplomatiques de Washington ?

L'Etat hébreu, sur certains dossiers lourds, a besoin du soutien américain au Conseil de sécurité, où le droit de veto joue un rôle majeur. Militairement, les chasseurs bombardiers américains, vendus et aménagés dans des conditions préférentielles, sont aussi extrêmement précieux à Tsahal. Sur le plan économique, l'aide US demeure importante - plus de 3 milliards de dollars annuels au titre du traité de paix de Camp David de 1978 - mais en part relative de la montée en puissance de l'économie israélienne depuis les années 1990 et surtout 2010, le rapport de force s'est modifié ; d'où, sans doute, une diplomatie moins complexée, ou plus agressive, de la part des derniers gouvernements israéliens en poste. 
 

En réalité, même si Israël s'émancipe parfois du grand allié pour des initiatives politiques ou militaires locales, les grandes décisions stratégiques sont toujours prises avec ou en fonction de l'allié.

2016 sera une année électorale aux Etats-Unis et Barack Obama ne pourra pas se représenter. Faut-il y voir une manœuvre stratégique de la part des Républicains dans le cas d'un retour aux affaires ? Comment pourrait évoluer la relation entre les deux pays ?

Clairement, Obama est démonétisé. Non seulement il achève son second et dernier mandat dans deux ans, mais encore est-il minoritaire au Congrès, et notamment au Sénat. Netanyahou sait et sa marge de manoeuvre n'en est que plus considérable ces jours-ci. Quant aux Républicains, ils jouent en effet sur le "levier" israélien - comme sur d'autres - dans leur guérilla anti-Obama et en vue des prochaines présidentielles. 

Mais fondamentalement, les rapports entre Israël et les Etats-Unis dépassent les considérations politiques ou politiciennes à courte vue, et sans doute le futur tandem au pouvoir s'entendra-t-il mieux, ressemblant davantage aux rapports très étroits entres les deux sociétés et les deux systèmes de valeurs. 

Si Israël peut à ce point se permettre de s'opposer à la position de l'administration américaine, pourquoi Benjamin Netanyahu, qui se présente devant les électeurs israéliens le 17 mars, se rend-il aux Etats-Unis ? Quels soutiens cherche-t-il ? 

Manifestement, la campagne électorale s'inscrit dans la démarche de Netanyahou. Il apparaît à Washington, aux yeux de son opinion, à la fois comme protecteur du pays contre un péril imminent - l'Iran - et comme fort et audacieux car "bypassant" l'homme le plus puissant du monde, et chez lui par surcroît. Cela dit, il faut se souvenir que la potentielle bombe iranienne est un vrai cauchemar pour les Israéliens dans leur grande majorité, et que l'actuel chef du gouvernement dénonce cette éventualité depuis plusieurs années déjà. Maintenant ou un peu plus tard, il aurait donc fait le voyage, avec ou sans l'accord d'Obama... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 04/03/2015 - 07:24
@zouk (2) suite
Sinon Netanyahu est dans son rôle de défenseur d'Israël. J'ai l'habitude de dire que j'aime beaucoup les Iraniens mais pas du tout les ayatollahs qui aident les organisations terroristes, qui déstabilisent des pays entiers et qui mènent tout le monde en bateau depuis 12 ans sur le nucléaire. Quant au guide Suprême qu'il arrête ses menaces et ses insultes envers Israël, ce sera un grand pas en avant.
Et si l'Iran accède au nucléaire, tous les pays sunnites (Turquie, Egypte, pays du Golf et la Jordanie ... j'en oublie) voudront la bombe. Et là je ne vous dis pas le bazar.
Juste un mot par rapport à ce que dit Frédéric Encel qui est toujours aussi brillant : pour moi Obama n'est pas un allié d'Israël, il est seulement obligé de faire avec Israël vu qu'il est président des USA alliés d'Israël. Maintenant la réciproque est vraie (sauf Herzog et Livni qui ne savent pas quoi dire pour être élus) . Encore 2 ans : cela va être long
Marie-E
- 04/03/2015 - 07:16
@zouk (1)
le président d'Israël est Reuven Rivlin. Netanyahu est le premier ministre chef du gouvernement. Après les élections parlementaires, le président choisit l'homme ou la femme susceptible de gouverner avec la meilleure coalition possible (ce qui s'est passé aux dernières électionsShimon Peres avait le choix entre Netanyahu et Livni mais celle ci ne pouvait pas obtenir de coalition). Les élections du 17 mars décideront de qui pourra gouverner.
Netanyahu a libéré par 3 fois des prisonniers dont certains étaient des terroristes avec du sang sur les mains et gelé pendant 9 mois le gel des constructions : rien que pour commencer les négociations, ce que Mahmoud abbas a refusé de faire. Qu'ont fait les Palestiniens ? même pas s'asseoir à la table des négociations, même pas reconnaître Israël comme état juif (voir résolution de l'ONU de 1947 pourtant explicité : 1 état juif et 1 état arabe qu'on attend toujours).
Lieberman est actuellement ministre des Affaires Etrangères et n'est pas vraiment allié avec Netanyahu car il y a les élections. Après si le Likoud l'emporte, il pourrait faire partie de la coalition mais comme tout autre chef de parti
zouk
- 03/03/2015 - 11:26
Netanyahu vs Obama
Israël mérite certainement un meilleur Président que Netanyahu. A-t-il seulement fait l'ébauche d'un pas en direction des Palestiniens? Il préfère Lieberman. Dommage pour Israël!