En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 33 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 41 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 12 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 35 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 56 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 58 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 26 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 25 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 11 heures 1 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Liberté surveillée

Big brother, prénom Data : bienvenue dans le monde terrifiant des entreprises et des Etats qui vous connaîtront mieux que vous-mêmes

Publié le 05 mars 2015
Smartphones, cartes bancaires, applications santé et historiques de navigation... La quantité d'informations qui découle de notre utilisation de la technologie permet d'établir un profil de plus en plus précis de ce que nous sommes.
Dominique Desjeux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Desjeux est professeur émérite à la Sorbonne, université de Paris. Il est le directeur de la Formation doctorale professionnelle en sciences sociales et responsable du Centre de Recherches en SHS appliquée aux innovations, à la consommation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Smartphones, cartes bancaires, applications santé et historiques de navigation... La quantité d'informations qui découle de notre utilisation de la technologie permet d'établir un profil de plus en plus précis de ce que nous sommes.

Le patron d'Apple, Tim Cook, n'est pas passé par quatre chemins lors d'un sommet que Barack Obama avait organisé pour tenter de convaincre les géants du web de partager plus d'informations avec les pouvoirs publics : "Nous vivons dans un monde où nous ne sommes pas encore tous traités de la même manière. Trop nombreuses sont les personnes qui ne se sentent pas libres de pratiquer leur religion, d'exprimer leurs opinions ou d'aimer la personne qu'elles ont choisie. Un monde dans lequel ce type d'information peut faire la différence entre la vie et la mort. Si nous, les personnes investies de responsabilités, ne faisons pas tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger le droit à la vie privée, alors nous mettons en péril quelque chose de bien plus précieux que l'argent. C'est notre mode de vie qui se trouve menacé".

Atlantico : Même si les grandes sociétés de la Silicon Valley parvenaient à tenir tête au gouvernement américain dans son ambition de mettre la main sur tous les flux d'informations, elles n'en garderaient pas moins le contrôle sur quantité de données concernant leurs utilisateurs : avec toutes ces données traitées, les traces de nos actions laissées sur internet, nos actes d'achats enregistrés, nous dirigeons-nous vers une société de l'anticipation ? un monde où nous nous croyons libres, mais où les acteurs économiques savent par avance ce que nous allons faire ?

Dominique Desjeux : D’un point de vue anthropologique, c’est-à-dire un angle d’approche qui montre les grandes constantes des sociétés humaines, le contrôle social est au cœur du fonctionnement de toute société. Pour faire vite on peut dire qu'il n'existe pas de société sans dispositif institutionnel qui cherche à contraindre les individus à aller dans le sens des groupes dominants. Je pense tout particulièrement aux sociétés agraires, et notamment aux sociétés villageoises africaines sur lesquels j'ai travaillé entre 1971 et 1979, et dans lesquelles le contrôle social des "ainés sociaux", les hommes les plus âgés qui sont devenus des chefs de famille, sur les "cadets sociaux", les jeunes et les femmes, s'exerce grâce à un mécanisme magico-religieux très puissant qu'on appelle la "sorcellerie". Celle-ci pèse comme une menace permanente sur les membres du groupe qui ne se conformeraient pas aux normes de la société villageoise. Ceux qui désobéissent, ceux qui transgressent, risquent des maladies graves ou de mourir. La force du magico-religieux est qu'il s'appuie sur une croyance partagée par les membres du groupe et que cette croyance symbolique en la puissance d'une force qui peut nous faire mourir est l'instrument le plus puissant, le plus grand "Big Brother", que les sociétés ont inventé depuis plusieurs milliers d'années. En un sens, la société "normale", au sens de la société qui existe le plus fréquemment, est celle où fonctionnent des dispositifs symboliques, comme la sorcellerie, la religion ou tout autre idéologie "totalitaire".

Dans l'histoire récente, nous avons connu une exception par rapport à cette contrainte totale, grâce à la période des 30 glorieuses (1945-1975) qui en permettant le développement des villes, des revenus et des classes moyennes a libéré une partie de la population du monde "occidental", du contrôle visuelle de la société villageoise et des contraintes de la religion. Un auteur comme Ronald Inglehart montre dans son livre Sacré versus sécularisation. Religion et politique dans le monde, publié en français en 2014, que dans les pays développés on assiste à une montée de la sécularisation et des valeurs libérales par rapport au divorce, à l'avortement, à l'homosexualité ou à la famille, et qu'en même temps pour des raisons démographiques, les pays moins développés étant beaucoup plus nombreux, on assiste à une croissance très forte des sociétés traditionnelles et des mouvements fondamentalistes, notamment dans les pays musulmans qui sont souvent encore des sociétés agraires ou pastorales.

Ce long détour par l'anthropologie permet, de façon raccourcie, de faire l'hypothèse qu'aujourd'hui avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication, on est en train de revenir à la "normale" dans les pays sécularisés et développés. Des sociétés privées, comme Google ou Facebook, ou des services de renseignement publics, américains, chinois, anglais, russe et bien d'autres, dont la France, sont capables aujourd'hui à travers le contrôle potentiel de toutes les données numériques qui circulent par les ordinateurs ou les Smartphones, de mettre en place des systèmes de traitement grâce au "dieu algorithme", comme dirait Kim, un spécialiste des "big data" en Corée du Sud, et donc de contrôle, aussi efficaces que la "sorcellerie", les religions du livre et le "Big Brother" décrit par Georges Orwell dans "1984", publié rappelons-le en 1949, il y a presque 70 ans. C'est ce que Armand Mattelard appelle Le profilage des populations (2014).

Comment vit-on dans un monde où des algorithmes savent mieux que nous qui nous sommes ?

On peut faire remonter ce profilage par les algorithmes au 19ème siècle, période de développement de la probabilité appliquée. Aujourd'hui, il est fortement utilisé par le marketing dont l'objectif principal est de "capter" le consommateur et donc de le contrôler pour l'amener à acheter des biens ou des services, pour l'amener "à faire librement" ce que l'on attend de lui, comme le montre Jean-Léon Beauvois dans La soumission librement consentie (1998).

Le consommateur ou le citoyen, d'un côté, et de l'autre les grandes entreprises numériques, le marketing ou les services de renseignements des Etats, sont engagés dans une tension permanente entre contrôle et autonomie. Il est donc bien établi aujourd'hui que de nombreuses organisations cherchent à mieux connaître le comportement des consommateurs ou des citoyens, mais aussi des terroristes et des délinquants, ce qui montre l'ambivalence des usages des nouvelles technologies, depuis les SIG (Système d'Information Géographique) dans les années 1990, jusqu'au "big data" en 2015. Cependant toutes ces tentatives de captation relèvent de l'intention. Ce qui reste encore à prouver, au cas par cas, c'est l'effet réel de ces intentions en termes de connaissance, puis de contrôle et enfin de changements réels du comportements des consommateurs. On connaît beaucoup d'échec de lancement de produits dans le domaine de la consommation. On connaît les failles policières dans le suivi des personnes à surveiller. Tout ceci tend à montrer que si l'intention est bien de contrôler totalement les consommateurs, les citoyens ou les personnes dangereuses, le résultat final n'est pas toujours aussi efficace. Il faudrait demander, par exemple, à Amazon quel est l’efficacité de son système d’information sur les livres qui pourraient intéresser ses acheteurs.

Les entreprises et les Etats n'ayant par nature aucun intérêt à se retenir d'accumuler des données et des statistiques sur les consommateurs/citoyens, peut-on vraiment espérer une réaction par le haut ? Faut-il au contraire s'attendre à des réflexes de résistance au niveau individuel, un peu comme dans "1984", le roman de George Orwell ?

Il reste donc une question ouverte, qui peut paraître paradoxal, voire sacrilège, celle de l'efficacité réelle de l'amélioration et du raffinement du traitement des données statistiques. En posant cette question on touche autant à "l'imaginaire messianique" de ceux qui croient que grâce aux "big data" on pourra beaucoup mieux contrôler le comportement des consommateurs, qu'à "l'imaginaire apocalyptique" de ceux qui croient que nous sommes manipulables à merci. En réalité les consommateurs et les citoyens sont des acteurs qui possèdent des marges de manœuvre et donc des réaction dans le sens d'une plus grande autonomie ou au contraire d'une "servitude volontaire", pour reprendre le terme de La Boétie au XVIe siècle. Surtout, entre les intentions des acteurs qui cherchent à manipuler, à séduire, à capter, à soumettre ou à éduquer, et les comportements des acteurs qui reçoivent ces intentions, il existe de nombreuses contraintes et de nombreux freins institutionnels ou psychologiques qui limitent les effets positifs ou négatifs de ces intentions. Le plus souvent les individus ne sont pas libres, même s’ils le croient. Cela arrange les dispositifs de persuasion qui s’appuient bien souvent sur cette croyance en la liberté pour développer leur contrôle. Par contre les acteurs ont des marges de manœuvre sous contrainte, ce qui n’arrange pas ceux qui croient que les acteurs sont passifs et dominés. Et pourtant, l’efficacité des "big data" est aussi sous contrainte d’acteurs. Ce sont ceux qui transgressent, comme dans le cas d’Edward Snowden ou des lanceurs d'alerte, sans que l'on sache bien, dans certains cas, ce qui relève du vrai ou de la vision conspiratoire du pouvoir.

Au final il paraît pour beaucoup que l'affaire est entendue et que l'accumulation des données et des statistiques va nous conduire vers une société totalitaire ou vers son symétrique, une société entièrement transparente. À l'observation des pratiques sociales autour de la production, de la circulation et des applications de l’information, on constate que les dangers sont réels, surtout à la vue de l'histoire récente, avec la Shoa et les système communistes qui se sont développés sans NTIC mais avec des fiches écrites à la main, mais aussi l’islamisme, ou ancienne, avec les communautés villageoises sous contrainte de sorcellerie. Mais on constate aussi que le jeu est moins clair que celui de la seule explication par les intentions. Les résultats positifs ou négatifs de l’usage des algorithmes sont moins évidents qu’il n’y parait du fait de l'existence de contre-pouvoir, de failles humaines et des rugosités de la société. Il ne faut pas confondre l’intention des acteurs avec les effets sur les autres acteurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cremone
- 02/03/2015 - 22:14
Au secours !
"Ils" savent que j'ai acheté un sac de croquettes pour chien le 22 septembre 2009 ! Comment m'en sortir ? Ah ! que revienne le doux temps sans informatique de Staline et d'Hitler, que je puisse faire mes courses sans être espionné.