En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 22 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 9 heures 55 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 10 heures 58 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 12 heures 40 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 15 heures 49 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 16 heures 38 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 9 heures 37 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 46 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 15 heures 42 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 39 min
© Reuters
Le roi Salmane
© Reuters
Le roi Salmane
Fuite en avant

Et le nouveau roi d’Arabie saoudite offrit 32 milliards de dollars à son peuple… mais jusqu’où les Saoud pourront-ils acheter la paix sociale et sauver leur trône ?

Publié le 23 février 2015
Le nouveau monarque a ouvert les vannes de la dépense publique pour contenter une population dont la majorité ne vit que grâce à la manne étatique. L'Arabie saoudite assume un système où une grande partie des nationaux sont pris en charge, sans avoir à faire d'efforts ou être productifs, en échange d'une paix sociale et de la répression de toute volonté d'ouverture du régime. Un système efficace à court terme, mais intenable sur le long terme.
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau monarque a ouvert les vannes de la dépense publique pour contenter une population dont la majorité ne vit que grâce à la manne étatique. L'Arabie saoudite assume un système où une grande partie des nationaux sont pris en charge, sans avoir à faire d'efforts ou être productifs, en échange d'une paix sociale et de la répression de toute volonté d'ouverture du régime. Un système efficace à court terme, mais intenable sur le long terme.

Atlantico : Selon un article paru dans le New York Times, le roi Salmane aurait distribué une enveloppe de 32 milliards de dollars (28,2 milliards d'euros) en subventions aux associations, en bonus pour les fonctionnaires... Cette attitude s'inscrit-elle dans la même que celle de son prédécesseur ? Laquelle ?

Fabrice Balanche : Le nouveau monarque doit faire un geste envers la population saoudienne pour son avènement. Il s'agit de se faire aimer par le peuple. Lorsqu'il fût couronné empereur en l'an 800, Charlemagne a traversé Rome en jetant les pièces d'or à la foule. Nous sommes dans la même logique, mais avec une pratique modernisée. 

En 2011, le roi Abdallah avait distribué 150 milliards de dollars de subventions diverses pour calmer les frustrations de la population saoudienne et éviter que le royaume ne connaisse lui aussi un Printemps arabe. Il faut régulièrement distribuer un dividende exceptionnel sur la rente pétrolière pour satisfaire une population saoudienne de plus en plus exigeante et dépendante de l'Etat.

Quel bilan peut-on en faire pour feu le roi Abdallah ? Cette stratégie a-t-elle été réellement intéressante du point de vue de la conservation du pouvoir ?

Le pouvoir saoudien repose sur le wahabisme, les pétrodollars et la répression. Ce dernier paramètre doit être utilisé avec modération car cela pourrait déboucher sur une crise comparable à celle de la Libye. L'argent du pétrole est beaucoup plus efficace pour acheter la paix sociale. Tant que l'Arabie Saoudite est un Etat-providence, la population accepte la domination de la famille Saoud, mais que la manne viennent à manquer et le pays risque une révolte généralisée sur fond de surenchère wahabite.

Le roi Abdallah, comme ses prédécesseurs, a lancé une politique de diversification post-pétrolière. Mais tout ceci n'est pas sérieux. Les projets industriels et scientifiques sont creux, déficitaires et incapables de fonctionner sans une aide massive de l'Etat. Cette politique reste au niveau du discours, car la monarchie n'a pas intérêt au développement d'une classe d'entrepreneurs saoudiens, indépendant de la rente étatique, et par conséquent indépendants du pouvoir.

La grande majorité de l'emploi salarié du Royaume est subventionné (3 millions de fonctionnaires sur 5.5 millions d'actifs). Dans quelle mesure cette solution est-elle pérenne au regard de ses objectifs en termes de stabilité sociale ? Qu'est-ce qui pourrait faire que cela ne suffise plus ?

La majorité des actifs saoudiens travaillent en effet dans le secteur public. Ils ont une productivité minimale puisque le véritable travail est effectué par les immigrés. La fonction publique pléthorique est un moyen de redistribuer la rente pétrolière et d'obtenir l'allégeance de la population par le jeu du clientélisme. Les effectifs ne cessent d'augmenter, car il faut créer de nouveaux postes pour les masses de diplômés qui sortent de l'université chaque année et qui ne peuvent trouver d'autre emploi que dans la fonction publique avec leur caricature de diplôme. La saoudinisation des emplois dans le secteur privé, chaque société doit avoir au minimum 20% de Saoudiens, avait pour objectif de soulager la pression sur le secteur public, mais les entreprises protestent car il est difficile de mettre les Saoudiens au travail et leur productivité est faible. Elles considèrent cette mesure comme un impôt déguisé.

Le budget du Royaume tire 90% de ses recettes du pétrole, lequel subit une baisse historique de son prix. Cette technique de l'"arrosage" est-elle réaliste en termes de budget ? Sur quel "trésor de guerre" les Saouds peuvent-ils compter ? 

La famille Saoud dispose d'un fond souverain d'environs 750 milliards de $, soit deux années budgétaires. Avec sa production pétrolière actuelle, le royaume a besoin d'un pétrole à 90$ le baril pour équilibrer son budget. Il lui est impossible de réduire ses dépenses, car il doit entretenir une masse de fonctionnaires, une armée non moins pléthorique et inefficace, un généreux système social et maintenir un haut niveau d'investissement pour contenter les 3000 membres de la famille royale qui sont les sponsors des entreprises impliquées dans les projets. A terme, la technique de l'arrosage n'est pas soutenable, car la population continue d'augmenter fortement du fait d'un taux de fécondité élevé et ses besoins sont croissants. Si les parents se contentaient d'un poste de fonctionnaire, d'un appartement et d'une voiture, les enfants imbus de leurs diplomes universitaires exigent des postes de cadres administratifs et des salaires qui leur permettent deux voyages annuels à l'étranger pour échapper aux rigueurs du wahabisme et de changer de voiture là aussi annuellement. Un consumérisme effréné s'est répandu dans la société saoudienne, le centre commercial étant devenu le centre de la vie sociale au détriment de la mosquée. L'Arabie saoudite est un colosse au pied d'argile : ni son mode de gouvernance ni son système économique ne sont soutenables à terme. La monarchie peut avoir recours à l'emprunt une fois ses réserves budgétaires épuisées en attendant que les prix du pétrole ne se redressent significativement. Certes, elle a des réserves d'hydrocarbures encore pour un siècle au niveau de production actuelle, mais la consommation interne est tellement forte que sa marge d'exportation se réduit fortement, ce qui constitue un second problème pour équilibrer son budget dans l'avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 24/02/2015 - 10:30
Arabie Saoudite
Système insoutenable à long terme, certes, mais que nous promettrait son effondrement? Une autre Libye+ deuxième Irak?
Texas
- 23/02/2015 - 17:28
" Intenable...
....sur le long terme " ? . Vraiment ? . Pourtant trois siècles sont déjà passés depuis l' alliance d' Abd el Wahhab ( le Prédicateur ) avec les Saoud ( Les guerriers ) .
jurgio
- 23/02/2015 - 15:26
Cela remplit d'espoir !
La France va pouvoir bientôt en bénéficier.